Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2021 1 12 /04 /avril /2021 18:29

 

La Crimée est russe pour la très grande majorité des Russes comme l’Alsace-Lorraine et Strasbourg sont françaises pour la très grande majorité des Français même si  l’on pourrait en t discuter en droit international.

Mais alors pourtant que la Lorraine constitue une annexion au royaume de France comme exigence du  roi Louis XIV pour que le duc François de Lorraine puisse épouser l’impératrice Marie-Thérèse et devenir empereur, et l’Alsace avec Strasbourg une prise de guerre de ce roi sur l’Empire romain germanique sans qu’aucun référendum n’ait jamais demandé à l’époque aux Alsaciens ou Lorrains s’ils étaient d’accords de devenir des sujets du roi de France (pratique inconnue de l’époque), en revanche un référendum a bien été organisé en Crimée dont le résultat est difficilement contestable.

Or Il est évident que la Russie ne rendra jamais la Crimée à l’Ukraine.

Si l’Ukraine pense adhérer à l’Otan et impliquer ses membres dans une guerre de reconquête, le risque de conflit est immense. Il ne manquera pas de faire éclater l’Otan car peu d’Européens seront d’accords de mourir pour la Crimée d’autant que dans les conditions actuelles de rapport de forces, la Russie a la capacité par une guerre conventionnelle de balayer les quelques troupes que la France, l’Allemagne, la Pologne  et les USA ( dont les troupes encore pré positionnées en Europe sont inférieures à 30 000 hommes) alors qu’aucun des chefs d’Etat américain, anglais et français n’oseront jouer de la dissuasion nucléaire.

Or un débarquement de Normandie sera beaucoup plus difficile à organiser qu’en 1944 pour reconquérir les territoires perdus et  les membres de l’Union Européenne seront encore une fois les plus touchés par une nouvelle guerre sur le continent. Il convient à ce sujet de se rappeler qu’un tel débarquement n’aurait certainement pas réussi si l’Allemagne n’avait pas eu à se battre sur deux fronts et notamment celui de l’Est contre les Soviétiques -avec lesquels  nos dirigeants anglais et américains s’étaient résolus à s’allier-, Soviétiques qui bien plus que les Américains   ont supporté l’essentiel de l’effort de guerre.

Pourtant le Président des USA et nos dirigeants européens soufflent sur les braises et poussent la Russie dans les bras de la Chine à un moment où on ne pas peut pas compter sur « l’allié turc » qui fricote avec la Russie. Parmi les multiples exemples de provocation des USA, fin mars, l’Otan a mené ses exercices Sea Shield-21 en mer Noire, près des frontières russes, sous le commandement de la Roumanie avec une participation bulgare, grecque, espagnole, néerlandaise, polonaise, américaine et turque. Ce renforcement de la présence de l’Alliance dans la région a été qualifié par le secrétaire général de l'organisation Jens Stoltenberg de «signal net» à Moscou. En outre, ceux-ci  ont décidé depuis de faire entrer deux de leurs navires de guerre en Mer Noire. Afin d’assurer le passage des navires américains par le détroit du Bosphore, Washington a dû demander l’autorisation d’Ankara, comme le veut la convention de Montreux de 1936 qui  interdit notamment à tout pays qui n’a pas accès à la mer Noire d’y laisser des navires de guerre plus de 21 jours, avec des restrictions en termes de classe de navire et de tonnage.

Dans ces conditions,  faute de deuxième front possible en Sibérie qui obligerait la Russie à y envoyer une masse considérable de troupes, celle-ci pourra comme l’Allemagne avant la fin du pacte germano-soviétique, concentrer la totalité de ses troupes sur la Pologne, l’Allemagne et sur la France dont le Rhin ne constituera pas un obstacle pas plus que la dissuasion nucléaire contre l’utilisation de  laquelle, après quelques jours de combat, la population française manifestera son hostilité.

Il y a donc quelque chose de manifestement incompréhensible sur le plan militaire, alors que les USA ont un risque de confrontation majeure avec la Chine dont Taiwan est sa Crimée, de tout faire pour que celle-ci  passe avec la Russie un pacte russo-chinois les dispensant d’entretenir des troupes sur leur frontière sibérienne alors qu'il serait particulièrement opportun au contraire qu'il y ait un pacte americano-russe permettant  l'ouverture d'un front russe au nord de la Chine .

On est donc en droit de se demander   quelle est la compétence des conseillers militaires et diplomatiques de nos dirigeants pour qu’ils oublient  (comme ils l’ont déjà montré avec la Syrie) le principe de    « Real politik » selon lequel que les ennemis de mes ennemis sont mes amis.

On comprend dans ces conditions que le ministre des affaires étrangères russes Serguei Lavrov ait cru nécessaire de rappeler l’adage romain 

                                                  Si vis pacem para bellum

pour signifier que se sentant légitimement menacé la Russie n’avait d’autre choix que de se préparer à la guerre.

Or ce n’est pas après une nouvelle guerre sur le continent européen que l’on corrigera certaines situations anormales nées des traités de Vienne de 1815, du traité de Versailles de 1919 et des traités subséquents, de la capitulation de l’Allemagne en 1945- sans qu’aucun traité depuis n’ait jamais été signé-  ni de la dissolution de la Yougoslavie en 1990  et de l’Union soviétique en 1991  mais par un nouveau traité après réunion d’un nouveau Congrès de Vienne.

Partager cet article
Repost0
17 février 2021 3 17 /02 /février /2021 17:05

 

Monde-Manifestations pro Démocratie- Printemps arabes-Algérie-Tunisie-Lybie-Egypte-Syrie-Hong Kong- Venuezela-Bielorussie-Russie-Birmanie-Echecs- Cause- Recul du besoin de Démocratie pour les Majorités-Democratures

Force est de constater que depuis quelques années, quelque soient les pays où ils ont eu lieu et quelle que soit leur durée et leur ampleur, toutes les manifestations en faveur de la Démocratie  ont échoué.

Et tout laisse à penser que celles encore en cours vont échouer.

Si l’ampleur de ces mouvements est largement favorisée par les réseaux sociaux, ils souffrent en revanche de  l’inconsistance des idées qui peuvent être véhiculées par lesdits réseaux.

S’il est facile de mobiliser à l’émotion les masses à coup de slogans simplistes en faveur de plus de démocratie, il est quasiment impossible de communiquer par ces canaux de véritables programmes de gouvernement auxquels la grande majorité pourrait adhérer en remplacement de ceux appliqués par les gouvernements critiqués plus sur la forme que sur le fond.

La plupart du temps ces manifestations sont composées de diverses minorités aux intérêts parfois contradictoires, unies un instant pour les besoins de leur cause mais ne semblent pas représenter la majorité des populations dont la première préoccupation est de mieux vivre avant d’avoir plus de liberté.

Le drame pour ces mouvements provient du fait qu’ils ne peuvent, depuis l’effondrement du Communisme en Europe Orientale, et l’incapacité pour les Ecologistes de s’appuyer  sur une doctrine économique alternative, que prôner soit un peu plus de libéralisme soit un peu plus de socialisme sans oser remettre en cause un capitalisme sans contrôle qui a permis aux parents de la plupart des manifestants de s’embourgeoiser et de payer à leurs rejetons rebelles des études supérieures les « occidentalisant » tout en les marginalisant par rapport à  la grande masse de leurs concitoyens dont les attentes sont beaucoup plus « terre à terre

Outre le fait que tend à se répandre en dehors du cercle des Etats d’Europe Occidentale, l’idée que son modèle de démocratie est un produit de luxe qui n’est pas exportable et que ces Etats ne sont plus disposer à défendre par le prix du sang, ces mouvements pro Democratie ne peuvent plus compter que sur eux-même sans pouvoir espérer autre chose qu’au mieux  la prise de sanctions sans conséquences contre les dirigeants des Etats qui répriment ces mouvements pro démocratie.

Et il n’y a rien au fond de plus normal car l’histoire a montré que de tels mouvements doivent  être capables, quel que soient les régimes totalitaires qu’ils affrontent, de les renverser sans aide extérieure sauf à manquer de légitimité. Car quand un fruit est pourri, il tombe de lui-même.

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 14:34

 

II n’est pas mauvais de rappeler à certains que les Etats Unis, le Royaume Uni et la France n’ont pas trouvé dérangeant de s’allier avec l’Union Soviétique  de Staline pour battre Hitler.

Un demi-siècle plus tard, ils ont trouvé gênant de s’allier avec la Russie de Poutine pour vaincre l’Etat Islamique en Syrie.

Aujourd’hui alors que Russie et Egypte ainsi que les Emirats Arabes Unis , ces deux derniers alliés de la France, soutiennent en Lybie, à l’origine de l’expansion de l’Islamisme au Sahel, le général  Haftar,  face aux Islamistes soutenus par la Turquie, la France hésite à choisir son camp, notamment du fait de sa participation à une Otan pourtant jugée de mort cérébrale par son Président.

Progressivement, alors que les Etats Unis se désengagent de leur lutte contre l’Islamisme en Afghanistan, en Irak, en Syrie…. Les Russes continuent sans relâche depuis les guerres de Tchétchénie de lutter contre les Islamistes radicaux en s'assurant un certain équilibre avec une Turquie qui rêve de rétablir le califat d'Istamboul et dominer le monde sunnite comme au temps de son empire ottoman. Dans le même temps, pour ménager cette Turquie, les Américains et les Etats membres de l’Union Européenne et de l’Otan ont lâché cyniquement leurs alliés kurdes.

Faute par les armées des Etats de l’Union Européenne de s’impliquer sérieusement militairement dans les pays du Sahel au côté de la France, celle-ci s’épuise depuis 10 ans avec l'opération Barkhane dans une guerre sans fin avec l’espoir irraisonné de mettre sur pieds une coalition de forces locales oubliant que depuis un demi-siècle ce type de  solution alternative pour pouvoir se désengager, n’a conduit qu’ à des échecs retentissants ( Vietnam, Afghanistan, Irak…..). Or ces Etats de l’Union, membres de l’Otan, n’entendent pas s’impliquer davantage en Afrique sans les USA. Moins de 2000 soldats, originaires de l'Union Européenne apportent leur soutien à la France et aux pays du Sahel dans le cadre du programme Takuba dont moins de 10 % participent aux combats  s'alignant comme toujours sur les Etats Unis qui limitent leur aide à des moyens de renseignement ou des moyens logistiques.

Dans ces conditions, la France, si elle veut continuer de s'obstiner à poursuivre cette guerre  qui, non seulement épuise son armée mais met à mal son entrainement à une guerre conventionnelle éventuelle sur le théâtre européen,   devrait taper le poing sur la table et affirmer solennellement que si les Etats membres de l’Union Européenne, membres également de l’Otan n’entendent pas sérieusement engager à ses côtés des troupes combattantes dans le Sahel, elle s’alliera avec la Russie comme elle l’est déjà avec l’Egypte et les Emirats Arabes Unis.

Partager cet article
Repost0
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 13:45

      

  1. De quels revenus dispose-t-il alors qu’il n’exerce pas  depuis longtemps sa profession affichée d’Avocat ?  Comment expliquer que sa fortune soit évaluée à 10 millions de dollars par les médias américains  si ce n’est qu’il a pu investir 300 000 roubles en 2008, dans les actions de 5 compagnies pétrolières et gazières qui étaient Gazprom, Aurgutneftegar, Lukoil, Rosneft et Gazprom Neft.? Ou qu’il les a gagnés par sa seule activité politique ?
  2. Est.il réaliste de penser que le Président Poutine, ancien du KGB , aurait consenti à le laisser partir de l’hôpital de Omsk s'il avait donné l'ordre de le faire disparaitre ?
  3. Qu’est devenu le fonctionnaire du FSB qu’il aurait prétendument piégé ?                          Au-delà de la naïveté des médias qui ont pu penser que l’on pouvait téléphoner comme présenté à un agent du FSB, mais en acceptant d’en faire preuve, qu’advient-il normalement à un tel fonctionnaire qui se serait montré aussi imprudent ?
  4. Comme n’importe  russe étudiant à l’étranger, particulièrement  boursier aux USA , n’a-t-il  pas été contacté pat un agent de la CIA quand il était à l’université de Yale alors  qu’il faisait vraisemblablement l’objet d’une surveillance par le FSB ?
  5. Comment a –t-il pu publier les photos luxueux de l’intérieur du palais de Krasnodar Krei dont il attribue la propriété au Président Poutine alors qu’il est vérifiable qu’aucune pièce n’est achevée ?
Partager cet article
Repost0
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 13:47

Extrait d'articles de  Claude Piron (2008)



L'Union Européenne continue à  soutenir avec un sérieux imperturbable que chaque petit européen doit posséder deux langues étrangères européennes en plus de sa langue maternelle,
Toute hypocrisie mise à part, on voit bien, sans être doué d'une très grande perspicacité, que ce fameux Trilinguisme généralisé va rapidement se transformer en bilinguisme avec renforcement de l'inégalité entre les peuples européens. Il va ouvrir, en effet, un énorme boulevard à la langue nationale la plus répandue à ce jour en Europe comme dans le monde, qui sera automatiquement choisie par les parents et les élèves pour des raisons purement utilitaristes : à savoir la langue anglaise ou plus exactement l'anglo-américain.

Cette fameuse "diversité linguistique et culturelle" tant vantée par les hautes instances européennes n'est, en fait, qu'un leurre et n'est même pas imposée aux fonctionnaires de l'Union-

Pourtant. la langue anglaise, et toutes ses dérives bien réelles, est-elle la panacée ? Tous les gens sérieux ne peuvent que répondre non à une telle question.
Cette langue d'apparence simple et facile est, certes, la plus répandue mais au prix d'une évolution incontrôlable et d'innombrables distorsions lexicales, sémantiques ou grammaticales qui rendent son interprétation la plupart du temps aventureuse et incertaine selon le lieu ou l'origine des interlocuteurs. Elle possède, en simplifiant, trois énormes défauts de base qui rendent sa maîtrise si difficile aux non-anglophones. D'abord un vocabulaire trop vaste, résultat de l'apport de racines franco-latines (invasion normande de 1066) qui s'est ajouté sans s'y substituer aux racines germaniques d'origine. Ensuite une phonétique incohérente et déconnectée de l'écriture. Enfin une polysémie systémique (mots ou groupe de mots aux multiples sens) que sa diffusion mondiale ne peut qu'amplifier.
Alors, pourquoi un tel renoncement devant une fatalité qui leur semble irrémédiable alors que l'Histoire est là pour nous montrer que rien n'est jamais irrémédiable dans la vie des nations !
Pour qui prend un peu de recul, il paraît évident que la prédominance actuelle de l'anglo-américain n'est que conjoncturelle, que son influence s'est progressivement développée au cours du 20ème siècle dans le sillage de la montée en puissance de l'économie américaine (qui avait pris le relais de la puissance anglaise) jusqu'à en faire la super-puissance planétaire dominatrice dans tous les domaines (et notamment le culturel ramené au niveau d'un "business") et qui, il y a encore peu, semblait devoir dominer ad vitam aeternam ce bas monde .

 
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 10:48

 

En 1973, quand le Royaume-Uni est entré dans l'UE, 60% des documents de la Commission européenne étaient rédigés en français et 40% en allemand. Un demi-siècle plus tard, ils sont en anglais à 82%, et seulement à 3% en français, qui reste théoriquement  la deuxième langue source, selon des chiffres officiels.

Ce "quasi-monopole" a "entraîné une obligation de fonctionner en anglais, qui est acceptée et internalisée. Beaucoup de fonctionnaires utilisent plutôt l'anglais que leur langue alors qu’avec le Brexit guère plus de 1,5% des 450 millions environ de citoyens européens sont de langue  maternelle anglaise et que les 1700 fonctionnaires européens britanniques devraient être intégralement remplacés principalement par des fonctionnaires  majoritairement de langue allemande  ( langue maternelle de près de 95 millions d’entre eux ) de langue française ( 72 millions) de langue italienne ( 61 millions)  Espagnole voire polonaise …

Les nouvelles agences de l’Union telle Frontex, l’Agence du Médicament ne prennent même plus la peine de traduire bon nombre de documents.

Désormais les anglophones à commencer par les Anglais peuvent faire de très importantes économies  de traduction et d’enseignement des langues étrangères et il devient presque ridicule pour certains Etats de l’union de dépenser de l’argent pour enseigner une autre langue étrangère que l’anglais.

Alors que dans la Confédération Helvétique, les proportions des effectifs des fonctionnaires fédéraux  par langue  maternelle doivent être respectées, cela n’est plus le cas dans l’Union Européenne.

Alors que celle-ci prône en théorie le trilinguisme, dans la pratique, un très grand nombre de fonctionnaires européens sont incapables de s’exprimer correctement dans une autre langue étrangère  que l’anglais ne prenant même pas la peine d’apprendre le français bien que vivant dans une ville francophone

« Et ces gens-là » comme aurait dit Jacques Brel  se disent défenseurs de l’Identité Européenne alors qu’ils singent de plus en plus désormais non plus les Anglais mais les Américains.

L'anglais est promu comme panacée linguistique avec la complicité tacite de l’Allemagne qui depuis la deuxième guerre mondiale fait le complexe d’infériorité du vaincu par rapport aux Anglo-saxons (Le plus bel exemple étant donné par l’actuelle présidente de la Commission Madame Ursula von der Leyen qui pourtant comme issue de l’ancienne aristocratie allemande pourrait faire preuve de plus de fierté à l’égard de la langue de Goethe). Et les gouvernements français issus de «  l’Elite mondialisée » n’ont rien fait pour défendre de leur côté la langue de Voltaire.

Avec une grande dose de snobisme.  on décide  que vous devez parler anglais pour être pris au sérieux, ce que les fonctionnaires acceptent largement, tout en prenant le risque, faute de côtoyer beaucoup moins désormais de fonctionnaires européens de langue maternelle anglaise ( qui ne devraient plus représenter qu’environ 1,5% d’entre eux ) de  s’exprimer de plus en plus dans un  jargon euro-anglais, parfois incompréhensible pour des personnes de langue maternelle anglaise, de plus en plus proche de publicités commerciales  soi-disant en anglais qui fleurissent dans toute l’Europe.

Or, il y a seulement 20 ans  beaucoup de fonctionnaires de l’Union Européenne se plaignaient qu'il leur  était impossible de parler leur propre langue.

Pourtant  la Charte des droits fondamentaux de l'UE de l'an 2000 engage l'Union à respecter la diversité linguistique (article 22) et son article 21 interdit toute discrimination basée sur la langue. Les 24 langues officielles ont, en théorie, les mêmes droits.

Mais subrepticement, c'est notre pensée qui s'américanise ( et non plus s’anglicise)  à l’heure pourtant où les Etas Unis montrent à l’Europe un spectacle affligeant. Alors qu’on ne peut certainement pas prétendre qu’aujourdhui les Etats Unis soit un pays dont les Intellectuels rayonnent.

L’Union Européenne a été transformée en grand bazar commercial sans âme sur l’influence croissante des Anglais qui, après l’avoir minée de l’intérieur, ont décidé de la quitter au grand dam des Ecossais.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 10:29

 

Il existe une citoyenneté européenne mais il semble difficile de définir l’identité européenne.

Et les Institutions de l’Union Européenne  font malheureusement tout pour contrarier  la construction d cette identité.

En effet alors que l’Union Européenne prône l’égalité des langues, et pour essayer de la respecter, le trilinguisme, elle privilégie paradoxalement depuis quelques années l’usage de l’anglais.

Or cet usage qui tend à devenir exclusif dans de nombreux domaines, va à l’encontre de ce prétendu objectif du trilinguisme dans la mesure où elle rend inutile pour les citoyens irlandais et maltais d’apprendre deux autres langues de leurs concitoyens de l’Union et pour ces derniers  d’apprendre une autre langue que l’anglais.

Pourtant si l’on examine attentivement ce qui se passe au Canada, en Belgique et même en Suisse, on constate que l’usage progressif de l’anglais entre les communautés linguistiques différentes nuit à la cohésion de ces  Etats.

L’absence de politique de  bilinguisme ou de trilinguisme dans ces trois pays crée un véritable mur entre leurs communautés linguistiques. Ce que les Suisses appellent  humoristiquement le «  Röstigraben »  s’accentue, votations après votations. Certes la Suisse reste exemplaire dans la mesure où un équilibre linguistique est recherché en permanence dans l’Administration Fédérale. En outre il reste impensable de faire en Suisse une carrière politique au niveau national sans être trilingue. Mais il n’en reste pas moins que de plus en plus, les différentes parties linguistiques du pays prennent comme en Belgique l’habitude de se parler en anglais ce qui diminue jour en jour leur sentiment de partager des valeurs communes. Si les Suisses francophones pensent de plus en plus comme les Français, les Alémaniques, qui ne veulent surtout pas passer pour des Allemands, se réfugient dans le développement d’un dialecte alémanique non écrit et donc un peu schizophrénique incompréhensible pour les Suisses francophones ou italophones qui font encore l’effort d’apprendre l’allemand accentuant la réaction des uns et des autres à communiquer dans un anglais souvent basique et approximatif. La Belgique meurt de ne pas avoir imposer le bilinguisme. La Suisse devra bien plus rapidement qu’on ne le pense, en venir au bilinguisme intégral dans les cantons bilingues ou situés de part et d’autres de la frontière linguistique et reléguer l’anglais en deuxième langue avec un coefficient inférieur à la première langue étrangère enseignée en évitant les erreurs du Canada qui ne parvient pas à imposer le bilinguisme,

En ce qui la concerne, l’Union Européenne doit rapidement réagir en imposant à tous ses fonctionnaires d’être parfaitement trilingues, ce qui n’est absolument pas le cas et contraire à l’esprit des traités. De même un Etat ne devrait plus pouvoir proposer de faire partie de la Commission Européenne un de ses citoyens qui ne soit pas parfaitement trilingue.

En outre.  toutes les Etats ou régions situées de part et d’autre d’une frontière linguistique devraient obligatoirement enseigner en première langue la langue de l’autre côté de cette frontière, comme l’a décidé la Sarre  ou comme cela s’est toujours passé au Luxembourg, deux Etats exemplaires sur ce point.

Et surtout pour tenter sérieusement  d’atteindre l’objectif affiché du trilinguisme, d’imposer le principe de l’enseignement de l’anglais exclusivement comme deuxième langue avec beaucoup moins d’heures d’enseignement sachant que de toute façon, compte tenu du bain culturel dans lequel baigne la jeunesse européenne et la facilité d’apprentissage de cette langue par rapport aux autres langues de l’Union, elle sera aussi bien maitrisée que la première langue étrangère enseignée.

L’Union Européenne ne doit pas devenir sur le plan culturel une colonie des Etas Unis et par l’uniformisation générale qu’elle génère, perdre la diversité culturelle qui fait la grandeur de sa civilisation.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2021 1 18 /01 /janvier /2021 16:42

Alors qu’après le départ du Royaume Uni, il n’y a plus qu’environ 1%  de Citoyens de l’Union dont la langue  est l’anglais (Irlande et Malte), il devient parfaitement incongrue de continuer d’en faire un usage privilégié sinon quasi exclusif quelle que soit l’importance indéniable que cette langue a pris depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

Il n’est surtout pas rationnel ni correcte que la Présidente de la Commission Madame Ursula Von der Layen  et la majorité des Commissaires viennent s’exprimer en anglais devant le Parlement Européen dont les membres de langue anglaise ne représentent qu’environ 2,5% de ses 705 députés. En effet si elle  s’exprimait dans sa propre langue l’allemand,  en français, ou  en italien comme sont capables de le faire pratiquement les 7 conseillers fédéraux de la Confédération Helvétique, 4 fois plus de députés au moins seraient capables de la comprendre sans être obligés  d’écouter dans leur langue une traduction de son anglais car  il ne peut sérieusement être soutenu qu’aujourdhui, les 687 députés du Parlement qui ne sont pas de langue anglaise maitrisent parfaitement cette langue. Et il ne serait démocratiquement pas acceptable de les contraindre de l’apprendre ou d'améliorer leur niveau.

Il n'est pas inutile de rappeler que sur désormais 440 millions de citoyens de l'Union européenne, plus de 90  millions parlent l'allemand,  environ 72 le français et 61 millions l'italien  soit  avec ces seules 3 langues à peu prés la moitiés alors que 5 millions seulement parlent l'anglais. 

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2021 4 07 /01 /janvier /2021 12:40

 

La mondialisation voulue par les « Elites économiques «   du Monde Occidental a permis certes de sortir de la pauvreté momentanément une partie de la population mondiale mais a essentiellement permis à la Chine de faire sortir en un quart de siècle son peuple de son sous-développement.

Alors que l’épidémie de Covid 19 semble bien être partie de la ville de Wuhan à l’automne 2019, la Chine multiplie les obstacles pour éviter une enquête internationale et un risque de mise en accusation d’irresponsabilité. Bien au contraire elle fanfaronne en prétendant-ce qui est sujet à caution- avoir parfaitement réussi à maitriser la pandémie dans cette même ville de Wuhan dont elle semble être partie. Qui plus est alors que des débats sans fin ont lieu en Occident à propos d la vaccination, aucune campagne massive ne semble être organisée en Chine

Ce qui n’est pas discutable en revanche, c’est que cette pandémie n’est pas maitrisée dans le Monde occidental qui va  payer un prix comparable à celui de la deuxième guerre mondial et  qui pour éviter son effondrement économique doit s’endetter dans des proportions comparables à une fin de guerre tout en laissant sombrer malgré tout une grande partie de sa population dans une extrême pauvreté.

Dans le même temps  la Chine ambitionne de devenir dès le  milieu de ce siècle la première puissance mondiale tant sur la plan économique que militaire.

L’ironie de l’Histoire est que c’est dans cette même ville de Wuhan qu’en 1967, 54 organisations de Gardes rouges se disputaient le pouvoir. Souvenons-nous avec in quiétude  que ces Gardes rouges étaient des groupes de garçons et de filles de douze à trente ans qui portaient un brassard  rouge et dont  la  mission était de propager les pensées de Mao Zedong regroupés dans le Petit Livre Rouge qui constituait leur Bible. Ces Gardes rouges  se regroupaient en deux factions. D'un côté les conservateurs avec le « million de héros », de l'autre les « trois aciers trempés » plutôt à gauche. Le chef local de l'Armée populaire de libération, Chen Zaidao, prit le parti de la faction conservatrice espérant ainsi maintenir l'ordre. Mao Zedong, accompagné de son premier ministre Zhou Enlai, de Xie Fuzhi et de Wang Li, fit une tournée d'inspection à Wuhan, tout en gardant confidentielle sa présence. Chen Zaidao fut critiqué et malmené par les Gardes rouges gauchistes, ce qui provoqua une vive réaction de l'armée de la région militaire de Wuhan. Ainsi Wang Li fut arrêté par l'armée, c'est Zhou Enlai qui réussit à le faire libérer après de difficiles négociations. Mao Zedong du t fuir la ville de Wuhan pour se mettre à l'abri. À la suite de cet incident Chen Zaidao fut relevé de son commandement. Des troupes militaires furent envoyées à Wuhan pour rétablir l'ordre maoïste. Peu après cet épisode Mao et Jiang Qing engagèrent le mouvement « armer la gauche » pour contrebalancer le pouvoir militaire provoquant de nouvelles flambées de violences. La situation de Wuhan futt loin d'être isolée, à Canton, à Nankin, dans le Sichuan ou le Hunan l'armée s'opposa violemment aux Gardes-rouges gauchistes. Mao Zedong  changea alors  de stratégie, après avoir détruit le « Parti de Liu Shaoqi » en utilisant les Gardes rouges, il se rapprocha du modéré Zhou Enlai et utilisa Lin Biao, chef des armées, pour établir un nouvel ordre.

Cet épisode de l’histoire de la Chine montre que le peuple chinois semble passablement dépourvu dans sa grande majorité d'un certain sens critique plus largement partagé par les peuples du monde occidental dans la mesure où les Chinois ne veulent jamais perdre la face ce qui peut les entrainer dans tous les excès.

Or s’agissant d’un peuple très nationaliste,  sa situation actuelle tend à le persuader qu’il est le meilleur avec tout le danger que représente un  tel état d’esprit.

Alors que le monde occidental devrait exiger la mise sur pied urgente d’une enquête internationale à laquelle la Chine fait obstacle pour déterminer qui est  responsable d’une pandémie qui va lui couter le prix d’une guerre,  et si la preuve est établie que la Chine est bien à l’origine de celle-ci, pour lui réclamer de légitime dommages et intérêts, tout au contraire nos « Elites » continuent d’importer à tour de bras de Chine déclassant leur propre pays  en réduisant au chômage et à la misère une grande partie de leurs concitoyens  et favorisant le surclassant celle-ci.

Afin d’éviter que la Chine sorte paradoxalement victorieuse d’une telle crise,  Européens et Américains devraient alors boycotter systématiquement tous les produits chinois et ceux comportant une proportion sensible de produits chinois comme par exemple les véhicules hybrides ou électriques avec leurs batteries très majoritairement chinoises  si leurs gouvernants n’interdisent pas les importations tant que la Chine ne se sera pas engagée à  les indemniser.

Il est vital pour le monde Occidental (Russie comprise) qu’un équilibre général soit maintenu avec la Chine. Sinon faute de refreiner celle-ci dans ses ambitions hégémoniques, le Monde entier s’expose, sans avoir encore beaucoup de temps pour s’y préparer, à une confrontation militaire inéluctable avec ce pays qui rêve de revanche à l’égard d’un monde occidental qui l’a humilié dans le passé.

Le ministre gaulliste Alain Pierrefitte il y a un demi-siècle, «  Quand la Chine s’éveillera, le Monde tremblera. Aujourd'hui la Chine est complétement réveillée et le Monde Occidental doit se préparer à se confronter à elle, ce que les Etats Unis ont bien compris mais pas encore suffisamment l’Union Européenne qui ne doit pas nécessairement adopter la même stratégie.

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 21:06

Le Président français pense que la France est ingouvernable.

Pourtant chaque fois, dans son histoire, que la France a connu des périodes très difficiles de son histoire, elle a accepté  d'être gouvernée   par des hommes autoritaires providentiels auxquels elle s'est avérée disposée à leur laisser l momentanément les pleins pouvoirs.

La France est dans une  telle période mais elle est désemparée par le fait qu'elle ne voit pas l'homme providentiel  auquel elle pourrait confier la lourde tache de mettre fin à son déclin centenaire .

Un tel Cincinnatus doit pourtant bien exister !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Liens