Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 18:01
Scan10001

 

Tous les jours qui passent, les éminents spécialistes qui prétendent sauver l’Euro et par delà l’Euro, l’Union Européenne elle-même, proposent de nouvelles mesures : création d’un  véritable Fonds Monétaire Européen, d’un Ministre des Finances européen, d’un Gouvernement Economique de l’Europe, émission d’Eurobonds, renforcement des pouvoirs du Président de l’Union qui deviendrait président de la zone euro   etc .. etc

 

Toutes ces mesures éparses proposées au fur et à mesure de l’évolution de la crise sous la pression des marchés ne constituent pas, telles qu’elles sont présentées à l’opinion publique par nos gouvernants, un tout cohérent susceptible de régler la crise.

 

Heureusement d’ailleurs que les défenseurs de l’Etat Nation s’avèrent bien incapables de proposer à l’opinion publique d’autres solutions plus crédibles de sorte que l’on peut penser qu’actuellement cette opinion publique  semble estimer majoritairement qu’il faille « plus d’Europe » et pas « moins d’Europe » pour sauver la situation et lui redonner confiance.

 

Alors pourquoi ne pas lui expliquer davantage que l’Euro et l’Union Européenne ne seront sauvés qu’à la condition que la solidarité entre pays membres soit renforcée mais qu’une telle augmentation de la solidarité implique par chaque état membre un abandon substantiel de sa souveraineté à un pouvoir de contrôle accru et de sanction d’une autorité supranationale défendant l’intérêt général de l’ensemble des citoyens de l’Union ?

 

Comme l’a bien exprimé le Président français, rejoignant sur ce plan les conceptions de la chancelière allemande, l’émission d’Eurobonds  qui institutionnaliserait la solidarité entre états membres de la zone Euro voire de l’Union Européenne implique préalablement la mise en place par la Zone Euro voire de l’Union d’une institution disposant d’un tel pouvoir de contrôle et de sanction, et non postérieurement, même si  l’on ne voit pas clairement actuellement ce qu’un futur « Gouvernement économique » pourrait avoir de pouvoirs en plus que l’actuel Ecofin.

 

Mais un tel abandon de souveraineté des états membres nécessaire pour rendre efficace la création d’un poste de Ministre Européen des Finances proposé par le directeur de la BCE, la mise en place d’un véritable Gouvernement Economique européen proposé par la Chancelière allemande et le président français qui aurait plus de pouvoirs que l’Ecofin actuel de même que l’existence  de l’actuelle  Haute Représentante des Affaires Etrangères  suppose la véritable création d’un Gouvernement fédéral européen  imposant de redéfinir les compétences et le rôle de la Commission européenne par rapport à un tel futur embryon de   gouvernement fédéral. De même que  la proposition d’attribution  de la Présidence de la Zone Euro à l’actuel Président Herman von Rompuy  élu pour deux ans et demi doit étre l’occasion de reconsidérer l’existence équivoque de la Présidence  tournante de six mois attribuée à tour de rôle à chaque Etat,  actuellement à la Pologne et bientôt à Chypre (à ce sujet, espérons qu’à l’issue du mandat de deux ans et demi du Président von Rompuy, les gouvernants de l’Union feront le choix judicieux, ne serait-ce que pour rallier l’opinion publique allemande à la cause de l’Euro et de l’Union, de désigner avec cette nouvelle compétence de Président de la Zone Euro l’actuelle chancelière allemande Angela Merkel).

 

En conclusion les institutions de Union Européenne doivent cesser d’étre le résultat d’une construction empirique de bric et de broc qui en font aujourd’hui une véritable ‘Usine à Gaz », faute par la France et les Pays-Bas d’avoir sagement ratifié le premier projet défunt de Constitution Européenne.

 

Nos gouvernants et notamment la chancelière allemande et le président français doivent avoir le courage de poser la vraie question, celle de savoir si les états qui réclament davantage de solidarité  sont prêts rapidement  à faire abandon de souveraineté et à adopter un nouveau projet de Constitution de l’Europe qui en fasse un véritable Etat Fédéral. L’actuelle crise constitue un moment favorable pour le faire !

 

Seule la création d’une telle Fédération Européenne avec parallèlement la mise en place d’une réforme réinstaurant progressivement un système monétaire international fondé sur l’étalon or est de nature à redonner confiance aux citoyens de l’Union sur son avenir et celui de sa monnaie.

 

Rappelons nous que vers les années 1780, les Etats américains avaient refusé de rembourser leurs  dettes de leur guerre d’Indépendance alors que ils ne  constituaient  entre eux qu’une vague Confédération analogue à l’ancienne Confédération Helvétique  et que Georges Washington a présidé la Convention de 1787 à l’origine de la Constitution ratifiée en 1789  qui , finalement à la suite d’un compromis historique, a  permis la prise en charge des dettes des états par cet Etat Fédéral.

 

Rappelons nous également que la monnaie unique suisse, le Franc a été une création de l’actuelle  Constitution Fédérale de la Suisse (même si toujours appelée Confédération) adoptée en 1848.

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 15:15
Scan10001

 

Comme déjà dit, le système monétaire de l’étalon or qui  a existé de 1814 jusqu’après la  première guerre mondiale a assuré  aux pays développés de l’époque une croissance raisonnable sans inflation ni chômage massif avec une monnaie unique mondiale : l’Or !

 

Force est de constater depuis que toutes les politiques qui ont cru pouvoir augmenter artificiellement le taux de croissance naturel de l’économie pour résoudre le problème du chômage par un développement inconsidéré du crédit, ont échoué. Elles n’ont conduit qu’au surendettement généralisé des Collectivités publiques et des Particuliers, voire des Entreprises sans n’aucunement résoudre le problème du sous-emploi.

 

Personne ne peut plus sérieusement contester aujourd’hui que la crise monétaire actuelle est le résultat d’un excès  de développement du crédit qui n’aurait pas pu étre tel  sous le système de l’étalon or. Et le fait de vouloir imposer aux Banques d’augmenter leurs fonds propres ou aux Collectivités publiques de limiter leurs déficits ressemble à une médecine qui consisterait à vouloir guérir un malade du cancer en lui donnant de l’aspirine.

 

Nos gouvernants semblent avoir compris  enfin  que les politiques consistant « momentanément » à relancer une croissance anémique en faisant marcher la « planche à billets » constituent de véritables fuites en avant qui  n’aboutissent qu’à une chose : augmenter à terme  l’inflation qui ruine les épargnants en permettant à leurs débiteurs de les rembourser en « Monnaie de Singe » mais pas, comme ils ont essayé longtemps, de manière parfaitement démagogique, de le faire croire à leurs électeurs, d’augmenter  la croissance et d’abaisser le chômage de manière durable.

 

Les épargnants-citoyens, en commençant par ceux de l’Union Européenne,  doivent  réclamer non seulement  l’interdiction constitutionnelle  pour les Collectivités Publiques de faire du déficit mais surtout que leurs gouvernements s’attèlent enfin sérieusement à la réforme du système monétaire international qui aurait du étre entreprise dès les jours suivant le 15 aout 1971 soit il y a déjà 40 ans.

Et  il leur appartient  de faire comprendre à leurs gouvernants que leur confiance dans la monnaie que leurs banques centrales émettent de manière excessive ne peut désormais étre rétablie que si  elles planifient toutes ensembles et au même rythme  l’augmentation progressive de leur couverture en or. A défaut, ils doivent sérieusement craindre de se retrouver détenteurs  de billets qui ne seraient plus que du papier sans aucune valeur.

 

Dès lors que de cette manière, la confiance dans la monnaie sera rétablie, les conditions de règlement des problèmes de surendettement qui perturbent dangereusement les marchés financiers  pourront étre négociées dans un climat beaucoup plus serein.

 

Ce n’est certainement pas en ruinant les épargnants qui sont  tout à la fois les fournisseurs de l’oxygène et du carburant qui font tourner le moteur de l’économie capitaliste qu’ils peuvent espérer continuer  de le faire tourner en brulant au lieu et place de ce carburant de la monnaie papier sans valeur !

 

 

 

 

Quels sont ceux de nos gouvernants qui se préoccupent par exemple aujourd’hui du fait parfaitement anormal que les échanges internationaux de biens et de services  n’absorbent par année qu’environ 10 jours seulement du volume annuel d’activités sur les marchés des changes de monnaie ou autrement dit que 355 jours environ sur 365 par an les échanges de monnaie ne correspondent qu’à des activités de couverture ( pour se garantir de la variation des taux de changes entre monnaie)  et surtout de spéculations ? Alors pourtant que, rappelons le, la fonction de la monnaie est essentiellement  celle de faciliter l’échange de biens et de services.

 

Et à supposer que certains s’en préoccupent un peu, quelle explication trouvent-ils à un tel phénomène et comment comptent-ils  supprimer ce genre d’ anomalie ?

 

Depuis le fatal 15 aout 1971, de nombreux économistes ont tenté vainement sous le nom de monétarisme de fonder une nouvelle orthodoxie. Mais ils se sont lourdement trompés en  faisant de la quantité de monnaie en circulation le déterminant principal de sa valeur  c'est-à-dire de son pouvoir d’    achat. Or  l’expérience de ses quarante dernières années montre qu’avec le monétarisme la souplesse disparait et il devient très difficile pour les banques centrales de contrôler l’inflation future car la quantité de monnaie en circulation devient quasiment incontrôlable.

 

Or, contrairement à ce que certains espèrent et voudraient faire croire un retour de l’inflation, alors que les Banques Centrales ont ou devraient avoir pour fonction unique de garantir le pouvoir d’achat de la monnaie, serait un remède d’apprentis-sorciers pire que le mal  car si  elle permettrait aux surendettés  que sont les Collectivités publique et les Particuliers de rembourser plus facilement aux épargnants leurs dettes en « Monnaie de Signe »,  elle aurait pour contrepartie de réduire l’épargne globale dont une économie capitaliste a vitalement besoin, entrainant une augmentation considérable des taux d’intérêt, une réduction de la croissance déjà anémique et donc une nouvelle augmentation du chômage…etc   etc

 

Le  cercle vicieux !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 11:13
Scan10001

 

Comme déjà écrit, le système monétaire de l’étalon or qui  a existé de 1814 jusqu’après la  première guerre mondiale a assuré  aux pays développés de l’époque une croissance raisonnable sans inflation ni chômage massif avec une monnaie unique mondiale : l’Or !

 

Force est de constater depuis que toutes les politiques qui ont cru pouvoir augmenter artificiellement le taux de croissance naturel de l’économie pour résoudre le problème du chômage par un développement inconsidéré du crédit ont dramatiquement échoué.

Elles n’ont conduit qu’au surendettement généralisé des Collectivités publiques et des Particuliers sans n’aucunement résoudre le problème du sous-emploi.

 

Personne ne peut plus sérieusement contester aujourd’hui que la crise monétaire actuelle est le résultat d’un excès  de développement du crédit qui n’aurait pas pu étre tel  sous le système de l’étalon or. Et le fait de vouloir imposer aux banques d’augmenter leurs fonds propres ou aux Collectivités publiques de limiter leurs déficits ressemble à une médecine qui consisterait à vouloir guérir un malade du cancer en lui donnant de l’aspirine.

 

Nos gouvernants semblent avoir compris  enfin  que les politiques consistant « momentanément » à relancer une croissance anémique en faisant marcher la « planche à billets » constituent de véritables fuites en avant qui  n’aboutissent qu’à une chose : augmenter à terme  l’inflation qui ruine les épargnants en permettant à leurs débiteurs de les rembourser en « Monnaie de Singe » mais pas, comme ils ont essayé longtemps de manière parfaitement démagogique de le faire croire à leurs électeurs, d’augmenter  la croissance et d’abaisser le chômage de manière durable.

 

Les épargnants-citoyens , en commençant par ceux de l’Union Européenne,  doivent  réclamer non seulement  l’interdiction constitutionnelle  pour les Collectivités Publiques de faire du déficit mais surtout que leurs gouvernements s’attèlent enfin sérieusement à la réforme du système monétaire international qui aurait du étre entreprise dès les jours suivant le 15 aout 1971 soit il y a déjà 40 ans.

Et  il leur appartient  de faire comprendre à leurs gouvernants que leur confiance dans la monnaie que leurs banques centrales émettent de manière excessive ne peut désormais étre rétablie que si  elles planifient toutes ensembles et au même rythme  l’augmentation progressive de leur couverture en or. A défaut, ils doivent sérieusement craindre de se retrouver détenteurs  de billets qui ne seraient plus que du papier sans aucune valeur.

 

Dès lors que de cette manière, la confiance dans la monnaie sera rétablie, les conditions de règlement des problèmes de surendettement qui perturbent dangereusement les marchés financiers  pourront étre négociées dans un climat beaucoup plus serein.

 

Ce n’est certainement pas en ruinant les épargnants qui sont  tout à la fois les fournisseurs de l’oxygène et du carburant qui font tourner le moteur de l’économie capitaliste qu’ils peuvent espérer continuer  de le faire tourner en brulant au lieu et place de ce carburant de la monnaie papier sans valeur !

 

 

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 08:45
Scan10001

 

 

Une faute  s'est glissée en ligne 32 de cet article.

Bien évidemment comme certains l'ont fait justement remarquer , c'est le roi  Louis XIV   et non  Louis IX  qui était le fils d'Anne d'Autriche (de Habsbourg) et donc à moitié Habsbourg par sa mére.

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 17:59

Scan10001

 

 

 

Fiers de la bonne gestion des finances de leur Confédération et de leurs cantons  (mais pas de leurs grandes banques)  les Suisses  se mettent très majoritairement à rejeter l’Union Européenne dont la majorité des Etats  se trouvent aujourd’hui  surendettés.

 

Plutôt que d’espérer un jour faire de l’Union Européenne un Etat  Fédéral sur le modèle du leur depuis 1848  et y jouer un rôle majeur, les Suisses, persuadés qu’ils échappent actuellement à la crise mondiale grâce à leurs vertus dont ce modèle serait l’incarnation , sont de plus en plus tentés par un repli sur eux-mêmes, repli qui pourrait fort bien plus vite que certains d’entre eux le croient, s’avérer suicidaire.

 

En effet contrairement à ce qu’ils souhaiteraient pour régler le problème de leur franc largement surévalué dont ils tirent une fierté qui risque fort de les égarer, l’Allemagne n’abandonnera pas l’euro  pour la bonne et simple raison que désormais les choses sont allées trop loin et qu’un tel abandon serait aussi catastrophique pour elle que pour le monde entier mais pas davantage l’Irlande, la Grèce, le Portugal, Chypre, ou l’Espagne et l’Italie ne l’abandonneront. En revanche l’Allemagne imposera  ses règles.

 

Que cela soit bon ou mauvais, non seulement les 17 Etats membres de la zone euro sont condamnés à la solidarité mais ni les USA, ni le Japon ni les puissances émergentes que sont la Chine, l’Inde, le Brésil, la Russie ou l’Afrique du Sud ou les Pays de la péninsule arabique  ne souhaitent, à la différence de la Suisse, que la Zone euro éclate .

 

La solution au problème du franc suisse surévalué ne viendra pas de l’euro  qui se réévaluerait  s’il ne restait, comme certains d’entre eux le souhaitent, que la monnaie de l’Allemagne, de l’Autriche, des Pays Bas et de la Finlande.

 

Qu’une solution  durable soit ou ne soit pas trouvée prochainement à la crise de surendettement qui touche une bonne partie des Etats membres de la zone euro, la Banque Centrale Européenne devra veiller comme la Banque Nationale Suisse  pour le franc suisse à ce que l’euro ne se réévalue pas par rapport à son niveau actuel  afin d’aider précisément ces Etats à  pouvoir obtenir une croissance minimum leur permettant de respecter les plans d’apurement de leurs dettes . Or actuellement l’euro continue de se réévaluer par rapport au dollar alors qu’il est tout à fait souhaitable qu’il suive cette monnaie dans sa chute.

 

Dans ces conditions la Banque Nationale Suisse se retrouve bien seule et dans une situation inédite  car non comparable à celles qu’elle a connues aux cours des crises qui se sont produites entre le 15 aout 1971 et l’introduction de l’euro.

 

Malheureusement pour elle, sa monnaie n’est plus  avec le Yen, que la seule monnaie de refuge avec l’or.

 

Or comme déjà indiqué dans un précédent article, ils ne semblent pas que beaucoup de personnes  aient encore pris conscience de l’importance des  masses monétaires en dollars et en euros qui pourraient étre vendues par rapport à la faible masse monétaire des francs suisses en circulation à acheter. 

 

 

Si des parts croissantes de ces masses monétaires en dollars et en euros se reportent sur le franc suisse, ce que l’on peut raisonnablement craindre, toutes les politiques que pourra mener la Banque Nationale Suisse pour tenter d’enrayer la hausse du franc risquent fort de s’avérer inopérantes.

 

Si tel est le cas, la situation relativement confortable de la Suisse risque de se retourner brutalement  et  elle risque de s’enfoncer brutalement dans la récession.La dépendance économique de celle-ci à l'égard de l'extérieur est telle que sa souveraineté en matière monétaire est devenue limitée notamment pour la fixation du taux de change de sa monnaie avec le dollar et l'euro.

 

Dans un  tel scénario catastrophe, les dirigeants suisses pourraient bien plus rapidement qu’ils ne le croient, regretter amèrement d’avoir tourné le dos à l’Union Européenne car alors leur salut ne viendra que d’une coopération renforcée de la Banque Nationale Suisse avec la Banque Centrale Européenne et d’une diminution considérable de sa souveraineté qu’elle croit pouvoir préserver par sa politique actuelle.

 

Contrairement à l’opinion largement partagée par la très grande majorité des Suisse, l’Union Européenne pourrait apparaitre alors comme un moindre mal.

 

Mais un tel revirement des hommes politiques suisses sera dur à avaler par les citoyens suisses qu’ils ne préparent nullement à une telle alternative.

 

La Suisse serait alors dans la plus mauvaise position pour négocier avec l’Union Européenne un tel accord de coopération entre la BCE et la BNS.

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 19:29
Scan10001

 

 

Force est de constater aujourd’hui que la plupart des Etats Européens ont violé le pacte de stabilité qu’ils avaient pourtant signé. La plupart d’entre eux sont aujourd’hui en faillite.

Se pose désormais la question légitime de savoir si un Etat souverain en faillite a plus de droit qu’une entreprise de ne pas étre mis purement et simplement en liquidation et perdre sa souveraineté ou d’accepter un plan de continuation de son existence  sous la tutelle d’un administrateur.

La solidarité des autres états ne peut étre qu’à ce prix. Faute de l’accepter ces Etats doivent disparaitre  comme des Etats souverains sur les plans économique et monétaire ou renoncer à bénéficier de la monnaie unique pour reprendre leur propre monnaie.

S’ils ont besoin de la solidarité des autres états membres et estiment de leur intérêt de conserver l’euro, ils doivent accepter d’étre placés sous l’administration directe de l’Union Européenne jusqu’à parfaitement rétablissement de leurs finances  comme autrefois, avant la création de l’Union, ils auraient été placés sous la tutelle du Fonds Monétaire Internationale.

Rétablissement de leurs finances supposant qu’ils aient  retrouvé des excédents budgétaires suffisants pour pouvoir amortir leurs dettes sur moins de 25 à 30 ans.

Pour que l’Union Européenne puisse disposer des moyens permanents d’administration de ces Etats et de contrôle des autres, il est indispensable qu’au moins  les Etats membres  de la Zone Euro adoptent au plus vite non pas de nouveaux traités « bricolant » à la hâte des solutions non pérennes mais une Constitution faisant enfin de l’Union Européenne un Etat Fédéral.

Faute de quoi, la Zone Euro finira comme l’Union Latine entre la France, la Grèce, l’Italie et la Suisse, Union pourtant fondée à l’époque sur l’étalon or ; étalon or que la Banque Centrale Européenne doit avoir elle pour objectif de restaurer dès que possible. Ce qui le sera d’autant plus rapidement que le cours de l’or va continuer de grimper rapidement faute par les vendeurs inquiets de dollars et d’euros de ne pouvoir acheter à part lui, pratiquement que du Yen, monnaie d’un pays pourtant surendetté ou du Franc suisse, franc suisse qui ayant une  masse monétaire  très faible par rapport à celle du dollar et de l’euro ne pourra encore très longtemps monter sans poser des difficultés .

Et il incombe aujourd’hui à l’Allemagne, seule vraiment qualifiée actuellement pour le faire d’imposer un tel choix aux Etats de l’Union qui utilisent l’Euro surtout quand l’on observe l’attitude irresponsable des hommes politiques de certains pays comme la France.

En effet, alors que ce pays, deuxième en importance de la zone euro, n’a pas connu depuis 30 ans un seul budget en équilibre, la question de savoir quel bord politique est le plus responsable de l’endettement de la France devient grotesque alors qu’il se trouve au  bord  également de la faillite.

Comme la Suisse, comme l’Allemagne,  cette future constitution fédérale doit imposer aux futurs Etats membres  de l’Etat Fédéral européen, l’obligation de faire figurer dans leurs constitutions nationales l’interdiction de budget déficitaire.

 

Et Il est bien é vident désormais que cette constitution fédérale devra aller beaucoup plus loin dans la création d’une gouvernance économique de l’Union que la constitution refusée un peu légèrement par les peuples néerlandais et français.

 

Aujourd’hui les Etats doivent choisir :  soit essayer de conserver le maximum de souveraineté comme la Suisse et sortir de l’Union soit rester dans l’Union mais sans mettre en péril l’existence de celle-ci en acceptant de se soumettre au contrôle de leur budget par un Parlement Européen au pouvoir élargi et par un futur gouvernement fédéral.

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 11:04

Scan10001 

    

 

Pour essayer de comprendre la crise actuelle et en tirer les conséquences, il convient de rappeler une nouvelle fois que pendant un siècle de 1814 jusqu’à la première guerre civile européenne de 1914-1918, l’Europe a connu un système monétaire stable celui de l’étalon or qui ne permettait aux Banques centrales de n’émettre de la monnaie qu’en contrepartie seulement de l’or qu’elles détenaient dès lors que toute la monnaie émise était convertible en or.

Ce système a  permis pendant ce siècle de grand développement notamment de l’Europe Occidentale une croissance moyenne de l’ordre de 2% sans inflation c'est-à-dire avec un maintien du pouvoir d’achat de la monnaie  tout en assurant un quasi plein emploi.

Ce système n’a disparu qu’à cause du cout énorme pour les Etats Européens de la guerre civile 1914-1918 qui les a véritablement saignés et a fait perdre aux banques centrales européennes la quasi-totalité de leurs réserves en or .

Après quelques années d’hésitation tous les Etats ont du se résigner à renoncer à ce système trop contraignant en raison  de la grande dépression économique de l’entre-deux guerre.

 

A la fin de la deuxième guerre mondiale, nouvelle guerre civile européenne, seuls les USA étaient en mesure de maintenir la convertibilité de leur monnaie le dollar en or;  les accords de Brettons Wood décidèrent  alors qu’ils le feraient sur la base d’un cours fixe de l’or de 34 dollars l’once, les autres états  n’émettant leur monnaie qu’en contrepartie en partie de l’or détenu par elles et surtout des autres monnaies convertibles dont pour l’essentiel le dollar.

 

Ce système déjà beaucoup moins rigoureux économiquement que celui de l’étalon or, avait encore le mérite d’interdire aux USA d’émettre autant de dollars qu’ils le voulaient et indirectement d’empêcher les banques centrales des autres états d’émettre elles-aussi autant de monnaie qu’elles l’auraient voulu dès lors que, comme indiqué, il fallait qu’en contrepartie elles détiennent pour l’essentiel du dollar qui était «  comme de l’or » .

 

Faute pour les USA, en raison du cout énorme de la guerre du Vietnam, de détenir encore assez d’or pour émettre des dollars convertibles sur la base de 34 dollars l’once, le 15 aout 1971, le Président  Nixon décidait unilatéralement de mettre fin à la convertibilité du dollar.

 

Depuis la  valeur du dollar ne vaut pratiquement plus que celle qu’on veut bien lui accorder sur la base de la confiance c'est-à-dire du « crédit » qu’on accorde aux USA  étant rappelé que le mot crédit vient de « credo » en latin qui signifie en français « Je crois » et pour les Chrétiens qu’ils ont la Foi. Et indirectement il en est de même pour tous les autres Etats dont les Banques Centrales ont commencé à considérer l’Or comme un instrument de mesure dépassé et se sont mises à vendre l’essentiel de leurs réserves en or n’émettant plus leur monnaie qu’en contrepartie des autres monnaies détenues et pour l’essentiel le dollar qui depuis cette date ne constitue plus un étalon de mesure puisque lui-même n’a pas de valeur fixe calculée par rapport à cet autre étalon qu’était l’or

 

Or depuis ce dramatique 15 aout 1971, le monde vit sans véritable système monétaire international ; en effet si jusque vers les années 1981, les Etats estimaient nécessaires de fonder un nouveau système, peu à peu ceux-ci se sont habitués à l’absence de système qui leur donnait le pouvoir  de manière parfaitement irresponsable de permettre non seulement aux particuliers, aux entreprises mais également aux Etats, Régions, Villes   d’emprunter autant qu’elle le souhaitaient c'est-à-dire  de permettre à leurs banques centrales d’émettre pratiquement autant de monnaies qu’elles le voulaient (« faire marcher la planche à billets ») étant rappelé le principe de base selon lequel les «  Crédits font les Dépôts » ; en effet cette absence de système leur a permis démagogiquement de financer à crédit l’élévation du niveau de vie général de leurs administrés.Quarante ans aprés pratiquement jour pour jour, les USA sont quasiment en faillite de meme que le Royaume Uni, la France, l'Espagne ou l'Italie sans compter d'autres pays plus petits. Les USA ont atteint le plafond de la dette qui leur paraissait raisonnable, au montant pourtant énorme de 14 000 milliards de dollars.

 

Ce n’est donc que grâce à un endettement déraisonnable notamment des Etats, Régions, Communes et des Particuliers que leurs Etats ont pu artificiellement connaitre au cours de ces 30 années écoulées des taux de croissance annuels supérieurs aux 2 % qui auraient du étre seulement atteints dans un système d’étalon or.La faillite en 2008 de la banque Lehmann Brothers n'a été qu'un événement déclencheur de la crise de surendettement qui a commencé le 15 aout 1971 en révélant le niveau dangereux de distribution notamment des crédits hypothécaires aux USA .

  

Certes le développement massif du crédit et donc de monnaie n’a pas entrainé l’inflation qu’il aurait du normalement générer en raison  essentiellement de la mondialisation qui a exercé une pression considérable sur les prix ; en revanche ces taux de croissance artificiellement soutenus par un surendettement des Etats, Régions, Communes et des Particuliers n’ont jamais véritablement permis de limiter un chômage croissant dans  la majeure partie des états développés.

 

Aujourd’hui, tout le monde semble avoir compris, très récemment, que les pays développés ne pouvaient plus continuer dans cette voie suicidaire ; tout le monde est décidé à se désendetter.Pourtant en coyant pouvoir s'en sortir, les USA , la Grande Bretagne notamment pratiquent la "fuite en avant" en faisant marcher la "planche à billets" en espérant que l'injection de monnaie supplémentaire dans l'économie leur permettra de retrouver des taux de croissance élevés permettant ensuite de commencer à se désendetter. Sans résultat probant jusqu'à présent !  Beaucoup de nos dirigeants semblent ignorer ou le systéme trop ingénieux de John Law a mené la France, ce qui s'est passé sous sa Révolution avec le systéme des assignats ou enfin le sort qu'a connu le Reich Mark aprés 1914-1918 !

 

Au-delà de la crise du surendettement, nos dirigeants prennent le risque d'une grave crise monétaire résultant d'une défiance généralisée des citoyens contre la monnaie-papier aver un risque de panique les amenant à effectuer des retraits massifs de leur banque mettant celles-ci en situation de faillite.

Avant que ces citoyens ne se mettent à acheter massivement de l'or et de l'argent et que leur cout flambe, la Banque Centrale Européenne serait bien inspirée de progressivement et discrétement augmenter ses réserves d'or de façon à pouvoir les rassurer si besoin est le moment venu et à terme rétablir le systéme de l'étalon or.

 

Peu semblent avoir en effet encore compris, bien que cela soit évident, que pour se désendetter, il ne faut pas augmenter son encourt de crédits. Or sans maintien d'une politique de distribution massive de crédits comme dans le passé, il ne sera pas possible de retrouver des taux de croissance naturels supérieurs à 2 % qui  ne vont permettre qu’un désendettement lent sur une trentaine d’années et dans les conditions actuelles de fonctionnement de nos économies vont entrainer le maintien du chômage et notamment des jeunes à des niveaux élevés parfaitement insupportable.

 

En fait les  générations qui ont profité de la situation vont devoir faire rembourser leurs dettes  à leurs enfants qui verront leur niveau de vie stagner !

 

Les Etats développés sont entrés, par l’irresponsabilité généralisée de leurs dirigeants depuis 40 ans dans un véritable cercle vicieux dans la mesure ou, en supposant que l’on ait un moyen autre que la relance massif de l’endettement pour retrouver des taux de croissance supérieurs à 2%, cela n’est pas souhaitable en raison des risques d’épuisement des ressources de la planète quand dans le même temps plusieurs milliards d’habitants de notre planète aspirent à seulement un peu mieux vivre c'est-à-dire à atteindre pour la majorité le niveau acceptable que la majorité avait atteint dans les pays développés avant ce fameux 15  aout 1971. Abstraction faite des problémes de maitrise de la pollution qui risquent de couter de plus en plus cher.

 

Se pose donc pour les économies occidentales, la question d’un changement de modèle de développement !

 

Lequel ? Certainement pas celui de la décroissance qui ne permettrait pas d’assurer le remboursement des dettes et un niveau d’emploi supportable, pas plus que celui de la croissance zéro  à laquelle révait  pourtant en 1968 la génération responsable du fiasco actuel.

 

En revanche, il va falloir se contenter pour les 30 ans à venir, faute de pouvoir rouvrir les «  robinets » du crédit,  d’une croissance raisonnable moyenne de 2%  par an c'est-à-dire celle que l’on aurait eue si on avait rétabli l’étalon or comme le préconisait Jacques Rueff sous le gouvernement du général de Gaulle.

 

Plutôt que de vouloir  des règles imposant aux banques une augmentation considérable de leurs fonds propres pour limiter leur capacité à développer des crédits ce qui va nécessairement diminuer leur rentabilité dans une période ou elles font face à des risques accrus, plutôt que de vouloir des  règles à l’application difficile imposant aux Etats des limitations à leurs déficits budgétaires et à leur endettement ,pourquoi ne pas revenir plus simplement  à l’étalon or comme l’a préconisé un moment le directeur de la Banque mondiale ?

 

Tout simplement parce que nos dirigeants ne veulent pas d’une telle contrainte car il croit encore possible de maintenir le modèle économique actuel  par un retour à une croissante forte qui implique inévitablement un retour à l’endettement dès que les choses sembleront s’améliorer par un retour à une inflation plus forte qui permettra de rembourser les dettes actuelles en "monnaie de singe" en ruinant les épargnants i,dispensables pourtant au fonctionnement du systéme économique quel qu'il soit.

 

Sans pouvoir détailler dans cet article des pistes pour un nouveau modèle économique basé sur le taux de croissance permis par un système monétaire basé sur l’étalon or, il est évident que contrairement au système développé  par la mondialisation, il devra tendre à une réduction très importante des importations superflues ;  on peut déjà penser qu’une limitation drastique des transports inutiles des biens et des personnes est inévitable ; pour cela la tendance normale à la hausse du  cout du  pétrole est une bonne chose et ne doit surtout pas étre contrariée dans la mesure ou elle augmentera la part trop faible actuelle du cout des transports  dans la production des biens et incitera à la relocalisation  de leur production de même qu’elle  amènera progressivement  le cout des déplacements individuels des particuliers à un niveau insupportable qui les incitera à utiliser de plus en plus les transports publics et à limiter autrement leurs déplacements . Bien évidemment des incitations fiscales devront pouvoir étre fournies par les régions périphériques pour ne pas pénaliser  leurs productions et les transports publics devront étre rendus gratuits. Outre la diminution organisée des importations de pétrole, la diminution organisée des importations de matières premières par l’instauration de contingentements devra résulter de la mise en place d’un système contraignant de recyclage tendant rapidement à l’obtention de taux de 100%.

Bien évidemment  le modèle de société de consommation actuel ne pourra survivre et les jeunes devront accepter que leur niveau de vie progresse beaucoup moins vite que dans le passé récent ou les performances économiques ont été forcées. Mais en contrepartie des transferts importants de pouvoir d'achat devront étre opérés entre les personnes agées et les jeunes pour pouvoir maintenir un certain niveau de consommation . Dans le meme temps les politiques du logement devront favoriser le rapprochement de l'habitat des jeunes et et de leurs parents ; corrélativement  une politique trés volontariste de reconcentration de l'habitat par densification importante des zones déjà contruites et limitation de l'habitat individuel devra étre menée en meme temps qu'une incitation fiscale favorisant le rapprochement habitat-lieu de travail ; L’organisation de l’enseignement devra étre revue avec une entrée dans le monde du travail plus précoce dès l’âge de 15 ans et une formation continue jusqu’à la sortie du monde du travail . Le temps global de travail- formation de 42 heures par semaine  de 15 à 25 ans étant réduit progressivement par exemple  à 40 heures de 25 à 45 ans puis à 35 heures de 45 à 60 ans, et à 15 heures de 60 ans jusqu’à 75 ans . etc…..

 

Une véritable révolution économique et monétaire s’impose si le monde ne veut pas courir à la catastrophe, c'est-à-dire à terme une nouvelle guerre mondiale.

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 22:40

Scan10001L'attentat de ce jour à Oslo ,non revendiqué à cette heure et qui ne le sera peut-étre pas, ne serait-il pas un avertissement  de la Libye du colonel Kadaffhi pas seulement à l'égard d'un petit pays membre de l'Otan qui a décidé de faire partie de la coalition contre ce pays mais surtout des deux pays qui la conduisent, le Royaume Uni et la France ?

 

Si tel est le cas, ce serait là un rappel de la capacité de nuisance intacte de la Libye du Colonel Kadhaffi contre laquelle, par exemple, l'activation au plus haut niveau du plan Vigipirate français, risquerait de s'avérer assez inefficace.

Espérons que non !

 

Si tel n'est pas le cas ni le fait d'un groupe islamiste mais comme l'enquéte semble le révéler,celui d'un individu extrémiste isolé, nos sociétés se trouvent encore plus sans défense alors pourtant qu'un tel attentat a fait déjà en un jour plus de morts civils que la France n'a perdu  de militaires en Afghanistan depuis le début de son intervention.

 

Faute par les services de renseignement de pouvoir repérer ce type de menace, seul un meilleur controle assez illusoire des ventes d'armes  et l'interdiction quasi impossible de la diffusion sur internet de procédés de fabrication d'explosifs, les moyens de lutte contre ce type de menace terroriste sont  extrémemement limités.

 

En revanche ce n'est pas une raison pour les gouvernements occidentaux de ne  pas prendre suffisamment au sérieux la menace terroriste existant sur nos pays de la part de pays en guerre ouverte ou non avec nous et encore moins de renoncer à lutter directement sur place contre des candidats terroristes identifiés comme en Afghanistan.

 

La menace   terroriste constitue depuis des années  un des  principale menaces contre nos sociétés occidentales en paix contre  laquelle nos états ont le devoir d''intensifier  la lutte y compris par des moyens militaires .

 

Or il apparait évident que les moyens militaires mis en place tant pour protéger  par la dissuasion les civils dans nos pays ou par la mise hors de combat dans les pays ou ils résident est largement insuffisante sans que l'on puisse objecter de quelconques difficultés budgétaires.

 

La vie des citoyens compte plus que le maintien de leur niveau de vie !

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 11:16
Scan10001

 

 

 

 

L’intervention de la France et du Royaume en Libye a clairement démontré que ces deux pays n’étaient pas capables de conduire des opérations militaires impliquant, en plus d’eux, d’autres membres de l’Union Européenne.           Très rapidement, ces deux Etats ont du confier la conduite des opérations à l’Otan ; or, dès que les Etats Unis ont décidé de limiter leur engagement, très vite il  est apparu que la France et le Royaume Uni  éprouvaient de réelles difficultés et que ces deux Etats  ne seraient pas en mesure de pallier  un retrait total des USA.

 

Or il est évident que les USA, après leurs retraits d’Irak et d’Afghanistan, s’impliqueront de moins en moins au travers de l’Otan dans des opérations militaires en Europe ou sur les marches frontières de celle-ci en Afrique du Nord et au Proche-Orient,  sauf pour la défense d’Israël. Il appartiendra de plus en plus à l’Union Européenne seule et pas à l’ONU ni à l’Otan, d’intervenir si besoin sur tout le pourtour du Bassin Méditerranéen. Il serait en effet  raisonnable de prévoir par exemple qu’en cas de nouvelle nécessité d’intervenir dans un Liban à nouveau déstabilisé, dans le cadre ou non d’un mandat élargi de l’ONU, c’est l’Union Européenne en tant que telle qui devra le faire. Mis à part pour sa  défense anti-missile, et encore, l’Europe risque de plus en plus de se retrouver seule dans la mesure ou les USA  commencent à s’inquiéter du développement de la puissance militaire chinoise et vont devoir réorienter la majeure partie de leur défense face à ce pays.

 

Contrairement aux espoirs que semble fonder la France dans une coopération renforcée avec le Royaume Uni en matière de défense, celui-ci ne conçoit nullement cette collaboration comme une avancée en direction de la mise en place d’une défense européenne mais simplement, depuis le retour de la France dans l’Otan, comme développement d’un pilier européen de l’Otan  sous commandement franco-britannique.

 

Preuve en est  que ce lundi, le Royaume Uni  a refusé catégoriquement le projet français de création d’un QG permanent  à Bruxelles  des forces mises à disposition de l’Union Européenne par ses membres présenté par la Haute Représentante Catherine Ashton alors qu’actuellement  le système de commandement  des opérations de l’Union Européenne repose sur cinq QG  nationaux  situés en Allemagne, en France, en Grèce, en Italie et au Royaume Uni

 

Là encore l’Union Européenne est en situation de blocage dans le développement de sa politique de Sécurité et de Défense. Elle doit tirer la leçon de ce refus britannique et constater qu’il n’y a plus grand-chose à attendre de l’Otan sauf évidemment le cas improbable actuellement d’une attaque directe contre le territoire de l’un de ses Etats membres et proposer un projet ambitieux, avec ou sans le Royaume Uni, de création d’une véritable force rapide fédérale d’intervention européenne  sous commandement  direct de l’Union avec un QG permanent à Bruxelles.

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 12:34
Scan10001GEDC0021GEDC0038GEDC0054GEDC0063GEDC0082GEDC0088GEDC0093GEDC0110GEDC0112GEDC0115GEDC0118GEDC0129GEDC0122GEDC0130GEDC0131GEDC0134GEDC0142

 

 

Samedi 16 juillet 2011, j’ai eu le grand privilège de pouvoir assister dans la cathédrale de Vienne à la messe de requiem donnée pour les funérailles de Monsieur l’Archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine et de l’accompagner ensuite à travers les rues de Vienne jusqu’à sa dernière demeure l’Eglise des Capucins.

 

Ce  Grand Européen m’avait fait  l’insigne délicatesse et le grand honneur de m’écrire le 10 juin 2002 à propos de mon petit ouvrage « l’Empire Romain Européen » que nous étions sur « la même longueur d’onde ».

 

Rappelons pour les Français qui l’ignorent qu’il était descendant du duc de Bourgogne Charles le Téméraire par le mariage de la fille de celui-ci Marie de Bourgogne avec son ancêtre Maximilien de Habsbourg et  du duc François III de Lorraine par le mariage de celui-ci avec son ancêtre Marie-Thérèse de Habsbourg.

 

Rappelons également que les Habsbourg, du nom du château d’Habisburg dans l’actuel canton d’Argovie en Suisse, ont régné directement comme ducs ou comtes pendant plusieurs siècles sur l’Alsace, la Flandre, la Franche-Comté, et la Lorraine et indirectement comme empereur du Saint Empire Romain Germanique non seulement  sur ces régions mais aussi sur toutes les régions aujourd’hui françaises situées à l’Est de la Meuse, de la Saône et du Rhône.

 

L’idée que je partageais depuis longtemps avec lui sans le savoir était ce qu’il a appelé dans un livre « l’Idée Impériale » c'est-à-dire celle selon laquelle, résumé simplement l’Unité de l’Europe et son avenir passait par la restauration de l’Empire Romain dont Charlemagne ( un Franc donc un Germain et pas un gaulois celte) avait restauré  la partie occidentale avec son Empire d’Occident en l’an 800, puis Othon le Grand ( un Saxon donc un germain également)  en 962 avec le Saint Empire Romain Germanique que combattront tous les rois de France tout en cherchant à se faire élire sans succès à la Dignité Impériale, notamment François Ier et Louis XIV ; Saint Empire Romain Germanique  dont Napoléon Ier après s’étre fait couronner empereur en 1804 obtiendra la suppression en 1806 et essaiera sans succès d’assoir sa légitimité en épousant en 1810 une Habsbourg, Marie-Louise, devenant le gendre du dernier empereur du Saint Empire, François II, qu’il avait contraint d’abdiquer et à se contenter du titre d’empereur d’Autriche. Napoléon Ier qui donnera à son fils, donc à moitié Habsbourg par sa mère, le titre de « Roi de Rome » alors que le titre de « Roi des Romains » était décerné au futur Empereur du Saint Empire.

 

L’empereur Napoléon III n’aura pas plus tard l’intelligence de comprendre, face à la montée en puissance de la Prusse, rivale de l’Autriche-Hongrie, qu’il aurait du s’allier à cette dernière pour éviter qu’elle ne soit battue par la première en 1866 à la bataille de Sadowa ; Prusse qui moins de quatre ans plus tard se retournera contre le deuxième empire français et fera proclamer symboliquement dans la galerie des glaces du château de Versailles du roi Louis IX (à moitié Habsbourg par sa mère Anne d’Autriche), l’ empire allemand , c'est-à-dire le deuxième empire, après le Saint Empire

 

Ce deuxième  empire allemand prussien qui annexera l’Alsace et la Lorraine, anciens territoires du Saint Empire Romain Germanique, entrainera l’Empire d’Autriche-Hongrie dans la grande première guerre civile européenne de 1914-1918  au grand regret du vieil empereur François-Joseph et également de son fils Charles Ier, le père d’Otto (dont la béatification est en cours).

Otto, né juste avant cette guerre en 1912, a vu son père contraint d’abdiquer le 11 novembre 1918 et sous la pression de Clemenceau, le démembrement de l’Empire Austro-Hongrois qui constituait, comme empire, un facteur de stabilité en Europe Centrale en 7 républiques : Pologne, Tchécoslovaquie (éclatée depuis en deux états la Tchéquie et la Slovaquie) , Roumanie, Hongrie, Autriche, Italie, Yougoslavie (éclatée depuis en  Slovénie, Croatie et Bosnie-Herzégovine).

Hostile au projet d’Hitler d’édifier un troisième Reich après celui du Saint Empire Romain Germanique et l’empire allemand proclamé à Versailles en 1871,Otto de Habsbourg restait comme je le suis, convaincu que néanmoins «  l’Idée Impériale Romaine » dévoyée par Napoléon et Hitler, reste le seul fondement possible de l’Unité Européenne si ses citoyens ne se résignent pas au déclin dans lequel les entrainent inconsciemment leurs dirigeants « petit-bourgeois » dépourvus de toute vision d’avenir , non seulement pour l’Europe mais également pour leurs propres pays  qu’ils gèrent comme des boutiquiers en se croyant de grands hommes à la tête d’Etats qui, à l’échelle du monde, deviennent de plus en plus petits, y compris la France, qui, certes avec les Pays-Bas, trouvera rien de moins stupide, pour des raisons de basses politiques, de refuser la constitution européenne.

De la même façon  qu’en 1273, après l’Interrègne qui avait suivi le règne des puissants empereurs Hohenstaufen, les grands nobles avaient  désigné un simple comte du Sundgau alsacien, Rodolphe de Habsbourg, en espérant qu’il ne soit trop puissant, ces « grands dirigeants » ont élu comme premier Président de l’Union une personnalité effacée le belge Hermann von Rompuy.

Espérons que celui-ci parviendra à  s’imposer à eux.

Ils auraient toutefois été bien mieux inspirés de  désigner l’ancien député du Parlement Européen et Président de l’Union Paneuropéenne qu’a été Otto de Habsbourg.

 

La symbolique du geste aurait  été très forte !

 

Aujourd’hui on peut craindre malheureusement que les funérailles d’Otto de  Habsbourg n’annoncent  celles d’une Union Européenne qui connait ces jours-ci la plus grave crise de sa courte existence. Car on a de bonnes raisons de douter de la capacité de nos dirigeants, eux qui souvent ignorent les leçons de l’histoire, à vaincre les égoïsmes nationaux  et  à faire prévaloir l’intérêt général de tous les citoyens européens chez lesquels ils continuent d’entretenir depuis la deuxième guerre civile mondiale si funeste un nationalisme non seulement rétrograde mais suicidaire.

 

Prions pour Monsieur l’Archiduc Othon de Habsbourg-Lorraine/ Otto von Habsburg-Lothringen ,

Prions pour l’Europe !

 

Thierry Boudios

 

 

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Liens