Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 19:49

En 52 avant J.C, Cicéron quitte Rome désabusé ; il vient d’achever son « De Republica » dans
lequel il appelle de ses vœux le meilleur des citoyens qui rétablira la prospérité et l’ordre .
Sa conviction est faite, ses illusions sont envolées , la République est morte.

 

Avant il avait dit :

 

" Les finances publiques doivent étre saines, le budget doit étre équilibré, la dette publique doit étre réduite,l'arrogance de l'administration doit étre combattue et controlée, et l'aide aux pays étrangers doit étre diminuée de peur que Rome ne tombe en faillite  (...)

La population doit encore apprendre à travailler au lieu de vivre de l'aide publique"

 

 

En 45 avant J.C, Jules César fait de Caius Octavus son héritier et l’adopte, ayant pu juger de sa valeur lors de la
campagne menée en Espagne contre le fils de Pompée . Il veille de près à l’éducation du jeune homme.

 

 

En 27 avant J.C, le Sénat de Rome réunit entre ses mains les différents « imperium ».

Ce sera le premier Empereur romain !

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 21:11

 

 

Mazarin envisage en 1657 la candidature de Louis  XIV à la dignité impériale et fait écrire aux  Princes Electeurs (du Saint empire romain germanique) dans cette perspective un " Manifeste des Français aux Princes Electeurs " dans lequel ils les flattent en vantant leur esprit de liberté "contrepoids naturel aux velléités de l’empereur " présentant " l’élection du puissant roi de France au trône impérial comme l’unique gage du rétablissement de leur prérogatives et la sauvegarde de leurs libertés ".

 

En 1661 , Louis XIV engage la construction du chateau de Versailles. 

Depuis 1477, par mariage de Maximilien avec Marie de Bourgogne la fille de Charles le Téméraire, les Habsbourg possédent la Franche Comté en plus de l'Alsace.

Le roi d'Espagne Philippe IV de Habsbourg meurt en 1665; son fils Charles II  de Habsbourg lui succède  comme roi d’Espagne, duc de Bourgogne et comte de Bourgogne ou Franche-Comté ; aussitôt Louis XIV, ( à moitié Habsbourg  par sa mère Anne d’Autriche de la branche des Habsbourg d’Autriche) revendique la Flandre et la Franche-Comté, à titre de dot de son épouse Marie-Thérèse, fille du prince défunt. En 1667, il fait la conquête de la Flandre, puis durant l'hiver, il lance  ses armées sur la Franche-Comté qui , malgré une vaillante résistance de ses habitants est occupée . Le 2 mai, la paix est signée à Aix la Chapelle; la Flandre est cédée à la France, mais les Habsbourg d’Espagne gardent la Franche-Comté.

En 1672 commence  la guerre de Hollande qui fournit à Louis XIV l’occasion de régler le compte des ses  nombreux ennemis. Les troupes impériales rentrent en Alsace, mais le roi de France envahit celle-ci. Les Français occupent et démantèlent Colmar, Turenne massacre la population à Turckheim, incendie Wissembourg et Haguenau  et fait tomber toutes les villes libres impériales, qui perdent de fait leur indépendance.

Puis Louis XIV  poursuit son idée de s’emparer de la Franche-Comté . En 1673, il ouvre les hostilités. Une résistance populaire s’organise. Les armées royales franchissent la Saône le 12 février 1674 . Gray se rend le 28 . Vers le milieu de mars c’est Lons le Saulnier qui doit se rendre à son tour. Besançon est prise le 23, Pontarlier le 2 juin , Salins et Dole le 22 juin. Louis XIV place à la tête de la comté un intendant et transfère le parlement de Dole à Besançon tout en lui enlevant ses pouvoirs politiques puis Il entreprend une politique de séduction des nobles comtois en les attirant à sa Cour de Versailles.

Par le traité de Nimègue de 1678 qui signe la paix entre Charles II d’Espagne (Habsbourg)  et Louis XIV  , le comté de Bourgogne ou Franche-Comté est rattaché définitivement au royaume de France. Besançon devient la capitale du comté à la place de Dole et est doté d’un parlement .

Enfin dernier épisode des annexions de l’Alsace et de la Franche-Comté, en 1681 , la ville libre impériale de Strasbourg/Straßburg est assiégée par les 35000 hommes du roi de France  et doit capituler.

Le  1er mai 1756 est signé à  Versailles un traité d'alliance contre la Prusse entre la France et l'Autriche des Habsbourgs qui détient la couronne impériale romaine germanique.

 

Napoléon Ier se fait couronner empereur des Français en 1804 , gagne la bataille d'Austerliszt en 1805 contraignant l'empereur François II à accepter l'abolition du Saint Empire Romain Germanique le 8 aout 1806.

 

Soixante ans plus tard, l'Autriche des Habsbourg qui a appelé à l'aide sans succés Napoléon III est battue par la Prusse qui quatre ans plus tard bat la France  de Napoléon III (lequel avait espéré gagner la Rive gauche du Rhin contre le prix de son refus d'aider l'Autriche) et  tente de lui faire symboliquement comprendre qu'elle est responsable depuis la fin de l'empire carolingien de l'affaiblissement de l'idée impériale romaine restaurée par Othon le Grand en 962 en proclamant le deuxiéme empire  ou IIiéme Reich à Versailles le 18 janvier 1871 aprés avoir récupéré les terres impériales d'Alsace et de Lorraine.

 

La France qui a fait semblant d'ignorer la leçon n'en éprouve pas moins le besoin de faire signer à Versailles un traité inique le 28 juin 1919 qui  mettra à genoux l'Allemagne et occupera la Rive gauche du Rhin.

Ce traité sera largement  responsable de l'accession au pouvoir d'Hitler par son idée de créer un IIIiéme REICH. 1938 , Hitler récupére la rive gauche du Rhin.

 

L'Allemagne d'Hitler battue subira dans la zone occupée par  la France de 1945 à 1949 une occupation beaucoup plus dure que dans celles occupées par les USA et la Grande Bretagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:19

                                 

L’économie libérale capitaliste s’est développée en Europe Occidentale entre 1850 et 1914 à un rythme moyen de 2% alors qu’elle ne connaissait pratiquement aucune entrave.
L’Europe occidentale a connu pendant les années 1960-72 une croissance exceptionnelle due à différents facteurs : la reconstruction après les destructions de la guerre, l’arrivée à l’age adulte de nombreux jeunes nés justes après la guerre, le désir général de bénéficier dès leur mariage du confort moderne, des moyens individuels de communication et des produits de grandes consommations aux prix rendus plus accessibles par la production de masse et le développement du crédit.

En un laps de temps très court, l’essentiel des besoins vitaux du plus grand nombre a été satisfait; or, compte tenu de la qualité croissante des produits et de leur durée de vie ainsi que des faibles améliorations technologiques susceptibles d’inciter les consommateurs à en changer, les marchés sont devenus saturés. L’économie n’est plus qu’une économie de renouvellement dès lors que les nouveaux produits apparus par la suite sur le marché ( téléphone portable, ordinateurs personnels…) et qui ne satisfont pas désormais des besoins vitaux, ne peuvent à eux seuls, assurer un niveau de consommation élevée et une croissance forte de l’économie assurant le plein emploi. Il n’est pas inintéressant de se rappeler que beaucoup de « soixantehuitars » revendiquaient le retour à une croissance zéro et maintenant qu’ils ont vieilli, prêchent la nécessité d’une croissance supérieure à 3% comme remède à tous les maux.

 

C’était une utopie de croire en une « nouvelle économie » qui aurait pu s’affranchir des règles fondamentales et c’est une grande responsabilité des Etats Unis d’Amérique de s’être fourvoyés et aux dirigeants européens d’avoir inciter à suivre leur exemple.

C’est une utopie d’espérer que le taux de croissance de l’économie européenne puisse redevenir
supérieur sur une longue période au taux moyen de 2% voire 3%.

Il faut donc se satisfaire d’un tel taux et organiser la société en conséquence.

 

Il est évident par ailleurs que l’age de la retraite de plus en plus anticipé perturbe les individus de sorte que retraités, ceux-ci se préoccupent de manière exagérée de leur santé ce qui génère des charges qui seront de plus en plus insupportables pour les assurances maladie.Ce n’est certainement pas par l’abaissement de l’age de la retraite, alors que la durée de la vie s’allonge et que l’on va rapidement se retrouver confronté à un problème de pouvoir d’achat des retraites, ni par une réduction du temps de travail et un partage du travail que le problème sera résolu; pour pouvoir maintenir une population active suffisante pour assurer le maintien du niveau de vie de l’ensemble de la population il faut que les jeunes, de moins en moins nombreux, puissent entrer plus tôt dans la vie active quelles que soient les études qu’ils voudront poursuivre et il faut que leurs parents la quittent le plus tard possible ; formation et travail doivent être menées de paire de l’adolescence jusque le plus tard possible ; il faut fixer à 15 ans la scolarité obligatoire, établir la formation continue dès 15 ans jusqu ‘en fin d’activité et supprimer le principe de la retraite en le remplaçant par un système de diminution progressive du temps de travail pour tous à partir de 45 ans environ sans compensation ; il faut en effet sensiblement améliorer le pouvoir d’achat de la tranche d’age de 16 ans à 35 ans, celle qui a la plus forte propension à consommer ;sauf mise en invalidité, la durée du travail serait de 42 heures par semaine de 16 ans à 35 ans, de 36 heures de 46 ans à 55 ans, 30 heures de 56 ans à 65 ans, 24 heures de 66 ans à 75ans et 18 heures ensuite; passé 45 ans en revanche, on doit avoir été capable d’avoir remboursé les crédits contractés pour satisfaire ses besoins essentiels (logements et équipements du foyer, voiture) et se contenter d’un revenu moins élevé pour satisfaire le remplacement des biens de consommation usagés ou acquérir les quelques nouveaux produits généralement non essentiels à la vie y compris sur le plan culturel ou spirituel ; passé 75 ans , les besoins financiers sont évidemment encore bien moindre.
Il serait en effet parfaitement inacceptable pour les adultes actuels de laisser leurs rares enfants assurer le service de la dette publique qu’ils leurs auront léguée ainsi que celui de leurs retraites.
En outre, il devrait paraître évident que nos sociétés occidentales surconsomment par rapport aux ressources potentielles de la planète qui seraient parfaitement incapables d’assurer ce niveau de consommation à l’ensemble de ses habitants ; or, il est vital que le niveau de consommations des habitants d’Amérique Centrale et du Sud, de l’Afrique et de l’Asie puisse sensiblement augmenter ce qui implique que celui des pays plus développés se ralentisse sinon stagne si on veut éviter d’ici quelques décennies un conflit entre l’Occident nanti et les autres continents, c’est à dire pratiquement entre les blancs et les au tres .
Enfin les niveaux de consommation actuelle ne permettent pas d’espérer améliorer la situation écologique alors et pourtant que les habitants sont soucieux paradoxalement d’améliorer sans cesse leur condition de vie, de préserver leur santé, et de diminuer leurs risques.
Après le dialogue Nord-Sud des années 70 qui n’a pas permis de combler le fossé entre pays riches et pays pauvres, il  existe des doutes  que la mondialisation ne profitera ni aux pauvres des pays pauvres ni à ceux des pays riches.
L’Empire européen devra retrouver la maîtrise de son économie qui doit être au service de l’individu et non l’inverse et garantir à l’ensemble de ses citoyens de véritables services publics.
Or il apparaît quelque peu aberrant que l’Europe dispose d’une monnaie commune sans disposer au niveau fédéral d’un gouvernement économique et d'un budget important lui permettant de réguler l’économie.

(article écrit  en 2000)

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 17:37

Dès lors que l’identité européenne repose essentiellement sur l’héritage des Romains, ont vocation à faire partie de l’Empire Romain Européen, sous condition d’en accepter la totalité des lois, tous les états qui assument aujoudhui ou accepteront d’assumer dans l’avenir cet héritage comme une composante fondamentale de leur identité, c’est à dire:

 

      1     Tout d’abord les Etats dont une partie substantielle du territoire a été intégrée suffisamment longtemps soit dans   l’Empire Romain, dans l’Empire Carolingien et Romain germanique d’une part, l’Empire Romain d’Orient d’autre part qu’ils  soient situés en Afrique du Nord , au Proche Orient ou en Europe;

 

       2     Tous les autres états européens de l’Atlantique à Vladivostok.

 

En effet non seulement il est parfaitement ridicule de refuser l'adhésion de la Turquie à l'Union Européenne au seul motif qu'une faible partie de son territoire fait partie du continent européen alors que Chypre appartient incontestablement au continent asiatique, Il serait aussi parfaitement inconséquent de refuser l'adhésion de la Turquie à l'empire romain européen alors qu'elle a succédé tant en Europe qu'en Asie à l'empire romain d'orient. De meme tout autant il serait incohérent d’admettre la Turquie et de refuser à la Russie,à l'Ukraine,à la Biélorussie,à la Georgie,à l'Arménie,l'Azerbaidjan, la perspective de faire partir un jour de l’Europe ; et si l’on admet la Turquie de ne pas accepter à terme même lointain l’ensemble des états riverains de la Méditerranée. Surtout ce serait une erreur politique irrémédiable de refuser une telle adhésion politique à un allié et ami de longue date tel que la Turquie. En outre la suppression des états nationaux préalable à l'incorporation de leurs états régionaux à l'empire est l'unique moyen de mettre un terme définitif aux situations conflictuelles qui y règnent depuis trop longtemps.

 

L’Union Euro-méditerranéenne et la Communauté des Etats Indépendants ne peuvent donc être conçues que comme des organisations préparant à une adhésion future possible, même si très lointaine, à l’Empire Romain Européen dont les trois capitales historiques sont Rome , Constantinople-Istanbul  et Moscou.

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 19:04

Meme si la Gréce n'a pas rempli ses obligations , meme si elle ne représente que 2 % du PIB  européen, il faut aider la Gréce  tout d'abord et simplement parce que si la Gréce devait faire faillite, les banques et compagnies d'assurance françaises et allemandes  qui détiennent 70 % de la dette de l'Etat Grec se retrouveront en difficulté  mais également aussi pour sauver l'EURO  la plus belle réussite de l'Europe Unie depuis sa création parce que si nous ne le faisons pas nous nous trouverons dans une crise monétaire dont l'ampleur  sera sans commune mesure avec la crise financière dont nous croyons étre sortie en aidant massivement les banques . 

En effet depuis le début de l'année ce n'est plus seulement la crédibilité de la Gréce qui est en jeu ni demain celle du Portugal, de l'Espagne, qui le sera, c'est la confiance  dans l'Euro qui vient à diminuer rapidement à tel point que désormais certains économistes de banque commencent à  spéculer sur son éventuelle disparition.

Or contrairement à ce que certains croient , ce n'est pas la Gréce qui aurait vraiment intérét à abandonner l'euro pour reprendre la drachme mais plutot l'Allemagne qui , à la suite des critiques économiques formulées récemment contre elle, pourrait estimer qu'elle n'a pas intérét à avoir une monnaie faiblissante génératrice d'un retour à l'inflation qu'elle a de bonnes raisons de craindre plus que tout . L'histoire monétaire  a montré que ce sont les pays qui peuvent espérer conserver une monnaie nationale forte qui préférent quitter une union monétaire dont la monnaie risque de s'affaiblir.

 

Et si l'Allemagne vient à estimer que le niveau de la dette et des déficits budgétaires dans les autres pays membres de l'Euro n'est pas maitrisé et risque de l'entrainer avec eux  dans une spirale infernale, elle sera en droit de se désolidariser des autres états en refusant de payer pour leur laxisme.

 

Or que l'on ne s'y trompe pas, si l'euro disparait, on ne se retrouvera pas simplement comme avant son introduction ; c'est l'Union Européenne qui éclatera et  ce sera irrémédiablement le retour en force des nationalistes prompts à expliquer au bon peuple que la solution à ses problémes  est le retour à la  souveraineté dont  disposaient les états avant ce satané traité de Rome . Et l'on sait ou tout cela méne !

 

Pour sauver l'Euro, il faut bien évidemment au contraire accélérer le processus vers la création d'un Etat Fédéral Européen doté d'un Exécutif fort  capable  de faire accepter dans chaque état membre une politique budgétaire , une politique  fiscale, une politique économique  et une politique sociale qui ne mettent pas en danger l'Etat fédéral.

 

Dans l'immédiat, pour donner un signal fort au monde entier, la Banque Centrale Européenne devrait montrer sa détermination à défendre l'euro en décidant de se mettre à acheter de l'or et en imposant aux banques centrales qui en sont membres d'en faire de meme .

 

Une telle action symbolique aurait pour effet de désarmorcer les spéculateurs dont le nombre se renforce tous les jours et vont nous entrainer dans une crise monétaire fatale !

 

                                                .

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 14:31

Depuis plus d'un siècle  beaucoup de jeunes hommes de tous pays se sont engagés dans la légion étrangére française ou la légion étrangére espagnole et ont combattu voire sont morts en se battant pour une cause que la France ou l'Espagne avait estimé devoir défendre et ce,le plus souvent sur des théatres extérieurs constitués par les colonies que ces deux pays avaient voulu développer et voulaient conserver.

 

Combien d'entre eux se sont posés la question  du choix du nom de la troupe glorieuse à laquelle ils appartiennent ou ont appartenu ?  Peu sans doute !

 

Ont-ils pour glorieux ancétres les  mercenaires suisses ou les lansquenets allemands qui constituaient l'élite des troupes du Moyen Age jusqu'à la Révolution française ?

 

Certainement !   Mais ils devraient davantage savoir qu'en donnant à leur troupe le nom prestigieux de LEGION  ceux qui l'ont créée  n'ont pas pu ne pas avoir à l'esprit l'idée  d'en faire les dignes descendants des légions romaines qui ont assuré à l'empire romain ce que l'on a appelé la " pax romana " et avec elle un développement inouie pour l'époque.

 

Or seule la restauration de l'Empire Romain (qui a été divisé en 395 après Jésus Christ en deux parties antagonistes: à l'ouest  l'empire romain germanique  jusqu'en 1806  et à l'est l'empire romain d'orient jusqu'à la prise de Constantinople en 1453) est de nature à mettre un terme à la crise de la civilisation occidentale que les romains nos ancétres à tous, sur le plan spirituel au moins, nous ont léguée .

 

Pendant quatre siécles, Portugais, Espagnols,Néerlandais,Belges, Italiens,Allemands,Britanniques,Français avaient étendu au monde entier cette civilisation occidentale qui, malgrè les défauts de la colonisation, a pendant longtemps été admirée par ses élites dont les descendants voudraient aujourdhui faire croire qu'elle serait la cause de tous leur maux.

 

Le développement du nationalisme  est à l'origine des guerres civiles qui ont saigné l'Europe .

 

Depuis un siècle, les nations européennes se sont vues infliger d'humiliantes défaites :

1905  Russie battue par le Japon ; 1942  Prise de Singapour ; 1945  Prise de Dien Bien Phu 

1975  Prise de Saigon ;   1992  Evacuation de l'Afghanistan  par les Russes  et demain sans doute par les Occidentaux....

 

Il s'en est suivi inévitablement non seulement une perte de prestige pour les  nations mais surtout pour la civilisation occidentale en général.

 

Aujourdhui ce n'est pas par un retour à un nationalisme rétrograde que l'Europe retrouvera son rang dans le monde mais par le rétablissement de l'empire romain sous forme d'un empire romain européen qui saura se faire respecter.

 

Et c'est sous son embléme l'aigle noir bicéphale sur fond jaune symbolisant les deux capitales de l'empire romain Rome et Constantinople qu'anciens  et futurs légionnaires devraient se battre pour  défendre une civilisation en péril , notre civilisation occidentale .

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 18:11

Face  à un affaiblissement constant du statut de la langue française dans le monde depuis un siécle, surtout en Europe et en Amérique du Nord, les minorités francophones de Belgique, du Canada et de Suisse se trouvent confrontées à des difficultés croisssantes de relations avec leurs concitoyens parlant la langue majoritaire.

Les belges flamingants  veulent de moins en moins apprendre le français et les belges francophones ne font guére d'effort pour parler le flamand;

Les canadiens anglophones ne sont guére motivés pour apprendre le français alors que les canadiens francophones sont bien obligés d'appendre l'anglais;

Les suisses allemands ne voudraient plus étre obligés d'apprendre le français comme premiére langue étrangére et les suisses romands d'apprendre l'allemand  et ce d'autant moins que les suisses allemands s'expriment de plus en plus en suisse allemand meme s'ils lisent et écrivent en allemand.

 

SI ces comportements créent  un germe de dislocation de ces Etats ce qui au sein de l'Europe est peut-étre inéluctable et pas un drame en soi, en revanche  il instaure une véritable entrave à la libre circulation des travaileurs négative pour tous.

 

Or si sur le plan de la libre circulation des travailleurs dans le cas du Canada, les canadiens anglophones et francophones doivent évidemment s'efforcer d'étre bilingues français-anglais,  le bilinguisme  doit étre généralisé tout autant en Belgique ou les  flamingands doivent se remettre à apprendre en premiére langue le français , les  francophones doivent absolument accepter d'apprendre le flamand comme premiére langue avant l'anglais de meme qu' en Suisse, les romands doivent continuer d'apprendre en premiére langue l'allemand,les suisses allemands le français ou l'italien  de meme que les suisses allemands doivent continuer d'accepter d'apprendre le français ou l'italien et les suisses de langue italienne le français ou l'allemand comme première langue étrangére avant l'anglais;

 

Contrairement à ce que veulent faire croire certains, l'apprentissage de l'anglais pour échanger entre la Belgique francophone, la Belgique flamingante et la Belgique de langue allemande  ou entre la Suisse romande , la Suisse allemande ou la Suisse italienne ne favorisera  certainement pas le maintien de bonnes relations de voisinage entre régions de langue différente ni surtout n'offrira pas réellement la  possibilité pour le plus grand nombre dans de rechercher éventuellement un travail dans une région de langue différente de la sienne.

 

En effet s'il apparait nécessaire que désormais comme deuxiéme langue les éléves apprennent l'anglais , en revanche  dès l'école primaire c'est d'abord la langue parlée de l'autre coté de la frontiére linguistique qui devrait étre enseignée puis seulement à compter de l'école secondaire la langue écrite de l'autre coté de cette frontiére.Car mis à part ceux qui poursuivront des études aprés le secondaire et qui s'engageront dans une carrière internationale ou en relation avec l'étranger et qui utiliseront réellement l'anglais sur le plan professionnel, les autres qui ne poursuivront pas leurs études au-delà du secondaire  pourront au moins avec leur capacité à parler la langue utilisée de l'autre coté de la frontière linguistique y trouver un éventuel emploi;

 

Il sera toujours plus facile pour un éléve d'apprendre l'anglais comme deuxiéme langue à partir du secondaire ; en revanche l'effort doit porter dès le primaire sur la langue parlée de l'autre .

 

Plus généralement et dans toute l'Europe le principe du biliguisme obligatoire devrait étre instauré dans toutes les régions situées de part et d'autre d'une frontiére linguistique; chacun devant apprendre à parler dès l'école primaire la langue de l'autre coté de cette frontiére puis à l'écrire et à la lire à compter de l'école secondaire, la langue anglaise ne devant étre

enseignée qu'en deuxiéme langue à partir du secondaire.

 

En fait il y a , au-delà d'un certain snobisme ,une  volonté de discrimination sociale de la part de ceux ( souvent les élites) qui pronent l'apprentissage de l'anglais comme premiére langue car ils savent que pour la grande majorité des gens cela ne leur sera que d'une faible utilité alors qu'eux s'efforceront de faire apprendre plusieurs langues à leurs enfants qui ainsi pourront seuls accéder demain à des postes de responsabilté sur les plans politiques et économiques.

 

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 19:12

L' Europe contaminée par le libéralisme débridé anglo-saxon ne parvient pas à réguler le monde de la finance ; et elle n'y parviendra pas parce le monde anglo-saxon ne veut pas réellement  s'engager dans une telle régulation de sorte qu'au-delà des belles intentions affichées, le président Obama ne dispose réellement d'aucun pouvoir pour imposer de tels réformes.

 

Or les Etats ont du sauver  les banques pour éviter de sombrer avec.

 

Alors que le prix d'un tel sauvetage sera payé par le peuple, les banques anglo-saxonnes et helvétiques se mettent déjà à reverser des bonus de montants  exorbitants atteignant  par exemple 124 milliards de dollars pour les 34 plus grandes banques américaines c'est à dire   le double des bénéfices réalisées en 2009 par les 40  plus  grandes entreprises françaises cotées au CAC 40 , entreprises qui elles-meme versent à leurs dirigeants des salaires mirobolants pouvant atteindre jusqu'à 500 fois le SMIG.

 

Du jamais vu historiquement  !  Intolerable !

Et bizarrement on ne voit pas beaucoup la gauche traditionnelle s'en scandaliser ;

 

Seuls quelques petits actionnaires ont commencé à se rebeller comme ceux  de l'Union de Banque Suisse récemment dans un pays qui ne passe pourtant pas comme chef de file de la contestation.

 

Or un tel scandale ne concerne pas que quelques petits épargnants indociles qui ont pris le risque d'investir directement dans des entreprises plutot que d'acheter des sicav ou des fonds de placements voire remplir leur livret d'épargne , ils touchent meme pas seulement tous les épargnants qui sont sacrifiés par les Etats qui pour se sauver maintiennent des taux articiellement trés bas ,  ils touchent tout le monde  y  compris le simple salarié car à terme c'est toute l'économie réelle qui se trouve en danger à cause d'un déréglement du systéme financier qui gagne de l'argent autrement qu'en finançant l'activité économique  alors que c'est pourtant  la base du capitalisme .

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 19:15

Alors que depuis des décennies nos hommes politiques français critiquaient à juste titre la perte de compétitivité de la France et notamment son incapacité à équilibrer sa balance commerciale à l'égard des autres pays de l'Union Européenne , faute de parvenir à rétablir la compétitivité de la France bien mise à mal par les 35 heures, notre ministre de l'Economie, reprenant  une analyse anglo-saxonne plus que contestable, et à une époque ou il conviendrait de se poser un peu plus la question de la pertinence de certaines théories anglo-saxonnes, n'a rien trouver de mieux que de critiquer la compétitivité de l'Allemagne.

L'Allemagne se voit reprocher d'avoir rétabli sa compétitivité par la limitation des couts salariaux  que la France ne parvient pas avec la progression délirante des charges sociales à limiter chez elle ;  or les coupables désormais ne sont plus les cigales mais les fourmis besogneuses et épargneuses car elles ne consomment plus assez .

Les coupables ne sont plus les américains, les Anglais , les Français, les Grecs , les Portugais , les Espagnols ....qui s'endettent pour consommer mais les Chinois, les Allemands ....qui épargnent trop, ne consomment pas assez et donc sont responsables de la faible croissance et donc des problémes des autres.

Alors que l'on vit une crise généralisée de l'endettement, les pays cigales déjà surendettées veulent faire croire que les nouvelles dettes qu'ils contractent constituent le reméde à la crise car ils maintiennent la consommation. Oui mais artificiellement  !

Promis , juré  une fois l'économie repartie, selon eux le désendettement  commencera !

Comment ?  C' est une question politiquement incorrecte !

Une chose est sure, c'est que ce n'est pas pour autant qu'à la différence de l'Allemagne  ces états cigales prévoient d'inscrire dans le marbre, c'est à dire dans leur constitution,  l'interdiction des déficits publics pour l'Etat.

Or il est indiscutable que la croissance française n'a cessé de diminuer au fur et à mesure que notre endettement augmentait.

Rappelons nous que le Président Pompidou estimait que l'ensemble des prélevements ne devrait pas dépasser 30 %  alors que nous en sommes à 46 %  et que tant la gauche que la droite en sont responsables.

 

Alors choisir entre le "modéle " ou le modéle allemand pour nous en sortir  ?

 

Je crois que la question ne se pose pas  !

 

Et si l'Allemagne ne se trouvait pas économiquement dans une situation plus saine que la notre et se mettait à écouter la musique des cigales , les soucis que nous connaissons ne feraient que commencer : disparition de l'euro , augmentation brutale des taux d'intéréts , charge de la dette insupportable , perte de  pouvoir d'achat , récession , accroissement du chomage ....retour au nationalisme et au protectionisme......spirale infernale  se terminant par ....................ce que nous pouvons craindre meme si la grande majorité pense que ce n'est plus possible !

 

Désormais la solution n'est pas que certains se montrent enfin sérieux  : les médiocres n'aiment pas les premiers de la classe !

 

Thierry Boudios 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 18:20


La Grece  est surendettée . Un peu plus, on ne le sait pas véritablement en raison de l'absence de fiabilité de ses statistiques, que les trois autres pays du groupe PIGS  ( abréviation anglosaxone de mauvais gout )  Portugal, Irlande et Espagne; lesquels le sont un peu plus que l'Italie , la France........qui sont eux-meme trop endettés.

Cet endettement irresponsable met en danger l'euro  et meme l'Union Européenne.

Les critéres d'endettement maximum qui devaient  soi-disant garantir  la confiance dans l'euro ne sont plus respectés et ne sont pas prés de l'étre en dépit des assurances  de nos dirigeants.

Les sanctions qui pourraient théoriquement étre prises par Bruxelles contre les états laxistes ne le sont pas et ne le seront jamais parce qu'elles ne peuvent pas bien évidemment  l'étre ;  bien au contraire les états plus sérieux n'ont pas d'autre choix que de les aider en leur reprétant de l'argent faute de quoi ils craignent de ne jamais se voir rembourser l'argent déjà prétée .

C'est un cercle vicieux.

Or  en l'absence de gouvernement fédéral de l'Europe  pour cause de nationalisme dangereux, il s'avérera impossible d'imposer aux habitants des états laxistes d'Europe les politiques drastiques appliquées dans le passé par le FMI  aux états en cessation de paiement.

Le dollar  devient une monnaie tout aussi risquée en raison de la dette énorme des USA.

Tout le monde pratique la fuite en avant .

Alors que nos dirigeants auraient du s'atteler depuis longtemps à la racine du mal  à savoir la capacité non controlée à émettre de la monnaie et donc de vivre à crédit, ils en sont réduits à jouer les pompiers .

Il faut  une fois pour toute mettre un frein automatique à la création monétaire et à l'endettement généralisé pour éviter que les débiteurs se trouvent en situation de faillite ou remboursent leurs dettes en "monnaie de  singe" en laissant revenir une inflation importante qui ruinera les épargnants.

Ce frein c'est le retour à l'Etalon Or .

Ce retour ne se fera pas sans larmes  c'est à dire pas sans une baisse généralisée du niveau de niveau, une croissance faible et donc un fort chomage pendant la période d'austérité nécessaire à la remise en place d'un tel systéme qui seul peut assurer un retour à une  croissance raisonnable mais durable que le monde capitaliste a connu pendant près d'un siècle de  1815 à  1914. 

Une  croissance au service des citoyens qui ne les détruise  pas moralement, physiquement et financièrement comme celle après laquelle leurs dirigeants courent depuis un demi-siècle sans sucès malgré l'endettement généralisé.
Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens