Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 12:44

 

 

 

 

Alors que  les Etats Unis, la   France et le Royaume Uni  font dire le droit international à un  Conseil de Sécurité de l’ONU dont un tiers des membres se sont contentés de s’abstenir, non satisfaits de la résolution 1973 qu’ ils ont fait voter sur le fondement de l’obligation de protéger les populations civiles, ils se trouvent contraints par l’incapacité des rebelles libyens à renverser le Colonel-Guide libyen, à dévoiler leur véritable objectif celui de le renverser pour imposer au peuple libyen un autre gouvernement sans certitude qu’il sera plus démocratique que celui en place.

 

 

Dans une espèce de fuite en avant,  faute d’avoir réussi leur coup de poker, le Premier Ministre anglais Cameron et le Président de la République française Sarkosy ont réussi à obtenir le ralliement à leur cause du Président des Etats Unis Obama, prix Nobel de la Paix, lequel avait pourtant  de bonne raison d’hésiter à s’engager dans une nouvelle action armée après les échecs d’Irak et d’Afghanistan.

 

Et cela avec la « caution » des pays membres de l’Otan pourtant extrêmement divisés sur les questions de ses interventions militaires, alors que l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l’Inde et la Russie réitèrent leur opposition contre de telles .

 

Otan, bras armé de l’empire américain dont l’Union Européenne se comporte en simple vassale, faute de se complaire depuis 60 ans maintenant dans un statut de protectorat des Etats Unis d’Amérique.

 

Otan qui tend à devenir le seul bras armé de l’ONU, incapable de faire appliquer ses résolutions par des troupes placées sous son commandement direct comme d’ailleurs l’Union Européenne dont dès le départ l’Etat Major a été évincé au profit de l’OTAN , faute, en supposant que la majorité des 27 ait été d’accord de mettre en œuvre militairement la résolution 1973.

 

Otan qui désormais  a à sa tête un véritable Triumvirat qui  s’estime en droit  de se dispenser d’une nouvelle résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU pour chasser du pouvoir  par la force le Colonel-Guide tout en prétendant devoir s’abstenir de livrer des armes à la rébellion.

 

Gageons que d’ici quelques temps, ou même avant plus ou moins discrètement, si  cette objectif n’est pas atteint afin de ne pas se ridiculiser désormais, ce triumvirat suivra la proposition étonnante de la part d’une Italie de livrer de telles armes ; Italie qui, tant qu’elle  a pu espérer jouer le rôle qui lui a été repris par la Turquie  ( Feuille de route),  s’est montrée extrêmement réticente, bien qu’elle ait obtenu comme elle que le commandement des opérations soit transféré à l’OTAN, à participer aux frappes sur le territoire Libyen, tout comme l’Espagne d’ailleurs qui estime qu’il n’y a pas lieu d’en faire plus .

 

Espérons que l’Union Européenne en tant que telle, véritable gardienne du droit, rappellera à ce  triumvirat que l’Occident ne peut prétendre dire le droit international et l’outrepasser quand cela  sert une politique étrangère et de défense éminemment contestable.

 

En attendant , les citoyens européens devraient au moins se souvenir qu’avant de vouloir renvoyer tous les dictateurs de la planète devant la Cour Pénale Internationale de La Haye, il serait décent que le pays du Président de ce nouveau Triumvirat commence par en faire partie.

Ce qui on le comprendra aisément compte tenu des  risques encourus par certains citoyens américains d’y étre cités à comparaitre, n’est pas prêt d’arriver.

 

En conclusion, un droit international élaboré par quelques pays occidentaux, mis en œuvre militairement par une minorité d’entre eux  et sanctionnés judiciairement par une autre minorité d’entre eux.

 

Plutôt qu’à l’ONU, les citoyens de l’Union Européenne devraient exiger que la résolution  des conflits régionaux soit confiée aux différentes organisations régionales, Union Africaine, Ligue Arabe…… et en ce qui les concerne directement pour tous les membres du Conseil de l’Europe  à l’O.S.C.E  sans les Etats Unis et le Canada réduits au rang d’observateur.

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 15:23
 

 

En Turquie la laïcité a été imposée autoritairement  par Kemal Ataturk, fondateur de la Turquie moderne, donc depuis le "haut. Ce n'est donc pas "une sécularisation de la société par la base" mais une laicité imposée à une religion , l'islam, ne concevant pas la sécularisation, et à une société qui n'avait guére été préparée  à l'exception des classes sociales supérieures largement occidentalisées. Aujourdhui, malgré le développement du capitalisme turc, la moyenne et petite bougeosie qu'il a permis de créer, reste trés conservatrice sur le plan religieux . Les incidents provoqués par le port du voile, de plus en plus visible, présenté par les islamistes comme protégeant de "l'agression culturelle occidentale" ,sont en augmentation constante.

La fonction publique, jadis fief de la laïcité, tend à être progressivement investie par des fonctionnaires issus des facultés de théologie, ou des lycées religieux L’armée joue dans la protection de la laïcité un rôle de premier ordre ; gardienne des traditions kémalistes et donc la protectrice de la laïcité, elle  tend à rester le seul rempart de la laïcité ; armée  qui bien que faisant partie de l’Otan, est opposée malheureusement  par son nationalisme à l’intégration dans l’Union Européenne. Les partis de gauche se veulent pour la majorité également  protecteurs  de la laïcité. En revanche les partis conservateurs de droite et du centre-droit ont récupéré une partie de l’électorat religieux tout en tenant cependant à conserver les références aux grands principes kémalistes, donc la laïcité. Il n’en reste pas moins que malgré cette laïcité proclamée, alors que l’empire Ottoman accordait un statut  de minoritaires aux autres religions du Livre, chrétiens notamment, le gouvernement turc , malgré sa volonté d’intégrer l’Union Européenne et sa qualité de membre du Conseil de l’Europe, a bien du mal à accepter d’accorder un statut égal à la religion chrétienne, notamment aux orthodoxes et aux arméniens -dont le nombre  de ses citoyens s’est certes  réduit considérablement en un demi-siècle-  et même à leur assurer la protection. On assiste en effet depuis quelques années, à une réislamisation progressive également des catégories socioprofessionnelles supérieures et corrélativement à une certaine forme d’impunité contre les atteintes aux droits des  chrétiens.

S’il est évident que la Turquie doit devenir membre de l’Union Européenne, cette dernière  doit  imposer qu’ un état ne puisse  en faire partie non seulement sans avoir ratifié la charte européenne des droits de l’Homme et étre donc membre du Conseil de l’Europe mais également avoir accepté le principe de la laïcité  avec son corollaire la séparation de «  l’Eglise »  et de l’Etat  et  l’égalité de traitement entre les « Eglises » des religions du Livre ( Chrétiens, Juifs et Musulmans) .

Néanmoins le modèle de la  laïcité turc pour autant qu’il soit  sérieusement amélioré au niveau du traitement égalitaire des autres religions du Livre minoritaires devrait étre considéré par l’Union Européenne, dont la Turquie, comme le seul défendable dans les pays du Proche Orient, de l’Egypte, de la Lybie et de l’Afrique du Nord  si ces pays prétendent sincèrement accéder à la démocratie.

Il est exclu que les citoyens européens  acceptent progressivement d’accorder des droits égalitaires  dans l’Union Européenne  aux musulmans par rapport aux chrétiens et aux juifs sans stricte réciprocité vis-à-vis des Chrétiens et des Juifs de la  part de pays qui  demande à l’Union son soutien en invoquant leur aspiration à une pseudo-démocratie  sans laïcité, séparation  des « Eglises » et de l’Etat et traitement égalitaire des religions du Livre.

L’Europe se doit de se montrer intransigeante notamment sur le sort intolérable  des chrétiens orientaux !

En Tunisie, qui était jusqu’à récemment le pays musulmans le plus occidentalisé après la Turquie, l’islam est  religion d’Etat, donc jouit d’un statut privilégié. Mais jusqu’à présent, en pratique, les dirigeants politiques ont toujours fait preuve de modération en matière de religion.  Un débat commence néanmoins à s’instaurer entre les partisans de la laïcité et ceux de l’islam politique ou l’islamisme.  Comme pour la Turquie, et en concevant l’Union pour la Méditerranée comme l’antichambre à plus ou moins long terme de l’Union Européenne, la Tunisie comme tous les  autres pays riverains de l’Est et du Sud de la Méditerranée ne doivent espérer d’aide de l’Union Européenne qu’en contrepartie de l’adoption de constitutions  sur le modèle de l’Etat Turc, lequel , se doit, comme déjà dit, d’améliorer sérieusement le respect de ses principes à l’égard des autres religions du Livre.

En Egypte, il y a tout lieu de craindre désormais une influence prépondérante des  «  Frères Musulmans » qui ne manquera pas rapidement de se faire sentir au détriment, on peut le craindre des Chrétiens Coptes traités comme des citoyens de seconde Zone.

Aucune aide sous quelque forme que ce soit ne doit étre don espérée par les futurs gouvernements de ces pays si leurs futures constitutions intègrent la revendication des islamistes de voir appliquer la charia comme source de la loi.

Le débat entre islamistes et laïques consacre en effet la différence entre deux visions de la société totalement antagonistes. Un état laïc est clairement plus en phase avec les droits de l’homme et les libertés individuelles, contrairement à un état islamiste où la situation des droits de l’Homme pourrait connaitre une régression énorme,  non en raison du coran en soi mais surtout à cause de l’interprétation que l’on fait de ce livre saint.

Or  l’Union Européenne doit légitimement craindre que, comme la Turquie, l’Egypte, la Tunisie et demain la Libye  voire la Syrie ne voient leur société se réislamiser. Car si à l’époque d’Atatürk, l’Occidentalisation apparaissait comme un facteur inévitable de progrès, bon nombre de citoyens de ces pays, tout en rêvant toujours au mirage économique de l’Occident , ont progressivement perdu de vue que la réussite de cet Occident reposait d’abord et avant tout sur les valeurs qu’il a développées au cours des siècles depuis la Renaissance et qui constituent le socle de sa  civilisation laquelle, jusqu’à présent, a permis le mieux à l’individu de se réaliser.

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 12:59

 

L’Union Européenne peut se sentir investie de la mission de propager dans le monde entier ses principes en matière de démocratie et des droits de l’homme, elle n’a pas les moyens pour autant de vouloir jouer les gendarmes pour les faire appliquer par la force quand meme les Etats Unis d'Amérique en sont devenus incapables.

 

Toute intervention militaire de sa part dans des états  souverains doit donc s’effectuer dans une stricte neutralité  avec pour seul objectif  la protection et à l’évacuation de ses seuls citoyens sans laisser, très égoïstement malheureusement, aucun espoir aux citoyens des états concernés d’évacuations autres que sanitaires excluant toute perspective d’émigration vers l’Union .  La seule action militaire envisageable pour diminuer l’intensité d’une guerre civile dans un état souverain est l’organisation d’un blocus terrestre, aérien et naval  pour interdire toute livraison d’armes et de munition à un des camps.

 

Les événements de Tunisie comme ceux de Libye et le flot de réfugiés qu’ils engendrent  auraient pu étre évités dans le premier cas, et ne pas étre provoqués  indirectement dans le deuxième si depuis des années, l’Union Européenne avait davantage pris conscience de la véritable bombe à retardement que constitue le problème de jeunes qui n’ont aucune perspective d’avenir dans leurs pays d’Afrique du Nord et si elle  avait sérieusement recherché avec les gouvernements  de ces pays comment  éviter que toute sa jeunesse rêve d’émigrer dans l’Union .

 

Plus que le slogan du manque certain de démocratie mis en avant par cette jeunesse, peut-être manipulée inconsciemment par des mouvements islamistes qui avancent cachés, c’est très certainement l’absence de toutes perspectives d’avenir qui la pousse dans la rue de même qu’elle pousse à se comporter de plus en plus violemment la jeunesse immigrée des pays européens et sans doute peut-être également demain toute la jeunesse de l’ Union qui se révoltera contre sa dépendance forcée à l’égard de leurs parents faute d’emplois ou d’emplois suffisamment rémunérateurs.

 

Depuis des années, l’Union Européenne est confrontée via l’Espagne, la  France, l’Italie , Malte et la Grèce à une vague d’émigration essentiellement économique faute de développement satisfaisant notamment en Afrique du  Nord ou aun Proche Orient.

 

Alors qu’il est évident que compte tenu du vieillissement de sa population , l’Union aura de plus en plus besoin d’une émigration choisie, elle subit avec des moyens ridicules pour essayer de la freiner, une  invasion d’émigrants qu’elle ne peut assimiler suscitant chez les citoyens européens un sentiment croissant de crainte exploité par les nationalistes de tout poil.

 

Quelle que soit la « démocratisation » des régimes en Afrique du Nord, elle ne suffira pas à régler le problème urgent  d’absence d’ « émergence » économique de l’Afrique du Nord suffisamment créatrice d’emplois pour les jeunes.

 

Il est donc intellectuellement  irresponsable de la part de certains états de l’Union Européenne d’appuyer militairement l’instauration de gouvernements qui se revendiquent des idées démocratiques alors qu’ils sont parfaitement incapables de satisfaire actuellement rapidement les revendications économiques légitimes de leur jeunesse et  l’espoir qu’elle place dans sa révolte car très vite ces nouveaux gouvernants devront la  réprimer dans des conditions plus dures que ceux qu’elle aura réussi à chasser .

 

Or si l’Union pour la Méditerranée était intéressante , c’était pour la mise en place par l’Union Européenne dans toute l’Afrique du Nord d’un véritable  « plan Marshall » chiffré aujourd’hui à 100 Milliards  par l’ancien Premier Ministre britannique Gordon Brown, somme dont on voit mal comment l’Europe pourrait aujourdhui la trouver quand maintenant elle doit renflouer un nombre croissant de ses membres.

 

Faute de pouvoir retenir économiquement la jeunesse d’Afrique du Nord dans ses pays, l’Union Européenne se trouve contrainte dans l’immédiat, avec des moyens totalement inadaptés à une telle solution de crise,  à devoir interdire l’accès de son territoire par des moyens plus seulement policiers mais demain militaires.

 

Sans compter que la  gestion de cette crise crée une nouvelle source de tension entre les pays membres de l’espace Schengen dont la Suisse qui menace de se retirer de l’accord sous la pression du parti UDC .

 

L’Agence  FRONTEX  censée coordonner la coopération opérationnelle entre les États membres en matière de gestion des frontières extérieures, de  les assister pour la formation des garde-frontières nationaux destinés à  assurer un contrôle renforcé aux frontières extérieures et de fournir les moyens de reconduite des émigrés dans leur pays est incapable de remplir correctement cette mission. L'agence possède des policiers et autre agents armés chargés d’intervenir rapidement à la demande d’un Etat membre pour gérer un problème migratoire. Ils gardent leurs uniformes nationaux mais ont un brassard de l’UE et sont placés sous le commandement de l’Etat demandeur. Ce n’est donc pas une police européenne des frontières

 

En franchissant les frontières de l’Europe, les immigrants espèrent pouvoir circuler librement sur le continent. Vu que la question migratoire s’impose désormais à tous, le bon sens imposerait donc que l’on mette en place une gestion commune des frontières ce qui n’est pas le cas.


La crise de Lampedusa  donne un bel exemple de
la désunion européenne. L’Italie  accuse Bruxelles de ne pas lui apporter d’aide , les autres états de manquer de solidarité.
Dans cette crise, Frontex déploie des experts issus de différents pays européens (France, Portugal, Danemark…Suisse)  venus prêter main forte à l’Italie qui dirige la mission.  Ces experts sont notamment chargés de
l’accueil et de l’interrogatoire des migrants. Ce ne sont pas seulement des policiers mais aussi spécialistes  du droit d’asile.

Une mise à disposition de moyens aériens en vue de la surveillance des frontières est également prévue. Mais Frontex apparaît néammoins comme le symbole d’une Europe dépassée par la mondialisation des échanges, peinant à s'imposer comme outil commun de régulation et restant suspendue au bon vouloir des Etats membres qui mettent à disposition troupes et matériel. En matière de migrations, c'est donc le règne le chacun pour soi.

 

Lorsqu’un afflux massif probable de réfugiés de Libye voudra débarquer en Italie ou en Grèce et que les autres pays d’Europe devront admettre que l’Espagne, la France, l’Italie, Malte, la Grèce ou Chypre ne peuvent les conserver tous sur leur sol, l’Union Européenne se trouvera une nouvelle fois fortement divisée.

 

Créer une véritable police aux frontières européenne empiète certes sur la souveraineté des Etats mais, sans instruments politiques adéquats, la mise en place de frontière commune est ingérable. Tout le dilemme de la construction européenne est là. On a voulu inscrire l’Europe dans la mondialisation, abolir les frontières, sans voir que la mondialisation doit aussi être régulée pour être viable, que l’on parle d’économie ou de migrations. Mais il n'y a pas que l'aspect répressif qui compte. En matière d’asile par exemple, elles imposent que le migrant fasse sa demande uniquement dans le pays où il est arrivé en premier . Si un autre Etat l’arrête, il est alors renvoyé dans le pays d’entrée. Cette règle a un effet pervers car  faire porter une large part des politiques migratoires sur les pays ayant une frontière exposée n’est pas acceptable.

 

Or si un accord peut étre passé avec les nouveaux gouvernants de Tunisie, celui passé en 2008 entre l’Italie et la Libye du Colonel Kadhafi apparaissait assez efficace, a été mis à néant par la politique de la France et du Royaume Uni sans se soucier de savoir comment les pays exposés pourraient gérer l’afflux prévisible de réfugiés de  Libye quelle que fut l’issue de la crise.  

 

Pourtant le premier Ministre français affirme que la solution face aux crises migratoires doit étre une réponse collective, une réponse européenne. Pour la première fois néanmoins depuis la signature du premier accord de Schengen en juin 1985, la France menace d’activer la mesure exceptionnelle de sa suspension et de fermer ses frontières nationales aux migrants provenant de pays tiers .Cet accord permet la libre circulation dans les pays de l’UE y compris pour les résidents immigrés. Ce principe de liberté de circulation est également applicable, sauf exception, aux touristes munis d’un visa Schengen.

En annonçant que l’Italie allait délivrer des permis de séjour temporaire de trois mois aux arrivants, le ministre de l’Intérieur italien, ne fait qu’appliquer une disposition du droit d’asile. Munis de ce fameux permis de séjour, les réfugiés ont la possibilité de se déplacer dans l’espace européen. Certains d’entre eux ont fait savoir leur intention de se rendre en France, en Belgique, en Angleterre et en Allemagne. Seule, la France  a réagi, immédiatement, en menaçant de fermer ses frontières avec l’Italie. 

Si l’accord de Schengen offre, en effet, la possibilité d’un Etat membre de l’UE de fermer « temporairement » sa frontière , il conditionne cette possibilité par le « risque d’une menace sécuritaire » susceptible de porter atteinte à l’ordre public ou de mettre en danger les intérêts supérieurs et stratégique dudit Etat.. Des pays comme la Tunisie et l’Egypte qui vivent des situations difficiles et « exceptionnelles » déploient leurs maigres moyens pour accueillir, protéger, nourrir et soigner des « centaines de milliers » de réfugiés libyens. La Commissaire aux affaires intérieures, Cecilia Malmström, a déclaré que  cette  décision française de fermer ses frontières avec l’Italie serait illégale » car une telle décision doit être motivée par une menace sur le pays. Et ce n’est pas le cas.

 

En conclusion, l’Union Européenne doit tout d’abord poser des principes claires en matière de politique étrangère et de défense ; ensuite une politique unique en matière d’émigration et de droit d’asile doit étre élaborée et ne doit plus relever de la souveraineté des Etats mais de l’Union qui seule doit appliquer cette politique avec un corps de gardes frontières européens disposant  non seulement de moyens  terrestres mais également d’avions patrouilleurs, de navires gardes cotes mais aussi de  capacités aériennes et maritimes pour le rapatriement des émigrés dans les meilleurs délais de manière, à contrôler le mieux possible et à répartir équitablement la charge de l’émigration subie entre les états membres  tant que le flot d’émigrés ne cessera pas d’augmenter depuis l’Afrique du Nord  en l’absence de traités avec ces pays leur permettant de leur fournir des moyens conséquents de contrôle de l’émigration transitant par eux et  de développer massivement l’emploi pour leur jeunesse.

 

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 12:04

 

  

Alors que comme la France et le Royaume Uni auraient du raisonnablement s’y attendre, le colonel-guide est toujours là , ses troupes font plus que résister alors que les rebelles sont obligés d’appeler au secours l’OTAN pour maintenir leurs positions .

 

Dans le même temps, comme il fallait également s’y attendre, les tensions deviennent croissantes  aux sujets des réfugiés tunisiens entre deux membres de l’Union Européenne, la France et l’Italie ; et elles ne vont faire que s’accroitre avec l’arrivée des  500 premiers réfugiés libyens en Italie alors que celle-ci va avoir  beau jeu d’y voir le résultat de la politique de la France. Or si on peut concevoir que des patrouilles maritimes mixtes franco-italiennes vont freiner, en accord avec les autorités tunisiennes, de nouvelles arrivées de Tunisiens en Italie, on voit mal comment sur le plan humanitaire, il va pouvoir en étre de même avec les réfugiés libyens. Or l’Allemagne a commencé d’exprimer sa voix sur ce sujet à l’égard de l’Italie pour calmer ses menaces de laisser transiter ces réfugiés à travers l’Italie non seulement en direction de la France mais également de l’Autriche.

 

Comme certains généraux américains l’admettent, les rebelles libyens ne semblent pas prêts de marcher sur Tripoli de sorte qu’il y a fort à parier  que la ligne de front va se stabiliser ébauchant une future partition de fait de la Libye entre Tripolitaine et Fezzan d’une part, Cyrénaïque de l’autre.

 

Dans ces conditions l’OTAN, l’Union Européenne, n’en déplaise au gouvernement français a fini par admettre que la solution ne serait pas militaire mais politique. En effet aujourd’hui une « solution » militaire ferait plus de victimes parmi les civils que parmi les combattants des deux camps alors que le fondement prétendu de la résolution 1973 de l’ONU est la protection des civils quel que soit le camp auquel ils appartiennent.

 

Dans ces conditions la « Feuille de route » de la Turquie, membre de l’OTAN qui depuis le début des opérations a fait preuve de ses réticences apparait bien venue.

 

 Il faut en effet dans les meilleurs délais, comme elle le propose :

 

1.     un cessez le feu

2.     la création d’espaces humanitaires 

3.     l’engagement d’un processus démocratique prévoyant dans un délai raisonnable des élections libres

 

et ce, sans l’exigence préalable du départ du Colonel-Guide qui apparait irréaliste.

 

Comme on peut raisonnablement penser que l’Organisation des Etats Africains, déjà suffisamment empêtrée avec l’affaire  de Cote d’Ivoire, acceptera la proposition turque et qu’il n’est pas exclu que la Ligue Arabe l’accepte aussi , on voit mal comment l’Union Européenne ne pourra pas, divisée comme elle l’est, ne s’y ralliera pas majoritairement nonobstant l’opposition résolue du Royaume Unie et surtout de la France qui ne pourront pas encore longtemps continuer de prétendre qu’ils ont raison contre la majorité des autres.

 

Et la France ferait bien d’admette que c’est le seul moyen d’éviter un afflux de réfugiés Libyens  qu’elle peut penser avoir pour le moment évité en empêchant l’encerclement de Benghazi.

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 12:25

 

Le 15 aout 1971, le Président Nixon mettait fin à la convertibilité du dollar en or. Depuis le modèle de développement anglo-saxon s’est imposé au monde occidental. Depuis maintenant 40 ans, ce monde n’a cessé de s’endetter.

A partir des années 1980, le taux d'endettement a très fortement augmenté dans presque tous les pays développés. En 25 ans, dans la zone euro, il est ainsi passé approximativement de 35 % à 70 % du PIB et de 20 à 80 % en France (entre 1992 et 1997 soit en 5 ans seulement le taux d'endettement a augmenté de près de 25 points du PIB). Dans le même temps, la croissance a continué à décroitre, alors que les taux d'intérêt ont fortement augmenté. L'écart entre taux d'intérêt et taux de croissance est devenu nettement positif. Les États auraient dû alors dégager de forts excédents primaires pour maintenir leur taux d'endettement. Ils ne l'ont pas fait, par démagogie, notamment parce qu'en raison de la baisse de la croissance, ils ont utilisé les dépenses publiques pour mener des politiques de relance inefficaces.

Aujourdhui sur 50  Etats des Etats Unis,  44 sont en quasi faillite et l’Etat Fédéral menacé de paralysie budgétaire. La Californie, présentée comme la 7° économie mondiale, se trouve dans une situation  financière critique avec un endettement  énorme et  estime encore à 25 milliards de dollars son déficit pour 2012. A chaque seconde qui passe, la dette de l’Etat Fédéral  américain augmente ; elle atteint ce jour environ 15 000 milliards de dollars soit plus de 100 %  du PIB  de sorte que les Etats Unis sont insolvables alors qu’aujourd’hui  personne ne sait si le Congrès va voter le budget risquant de mettre au chômage 800 000 employés fédéraux.

 

Sur  27 états, L’Union Européenne n’est guère mieux lotie avec la Grèce, l’Irlande, le Portugal  en faillite et l’Espagne, l’Italie, la France, la Grande Bretagne en quasi-faillite avant que la liste ne s’allonge encore. Rappelons que la Grande Bretagne met en œuvre un plan de licenciement de 500 000 fonctionnaires.

 

Et pour espérer se sortir de cette faillite généralisée, les anglo-saxons et les états en difficulté de la zone euro  sont contraints  d’emprunter massivement  des dollars, des livres sterlings et  des euros émis par leurs banques centrales qui se trouvent contraintes de faire marcher la planche à billets surtout les anglo-saxonnes.

 

Mais si la BCE  a pour seul mandat de protéger la valeur de l’euro, tel n’est pas le cas de la Réserve Fédérale américaine ni de la Banque d’Angleterre qui n’auront que comme solution finale de rembourser leurs dettes en «  monnaie de singe »  c'est-à-dire dévaluée par une inflation qu’elles laisseront filer de telle sorte que malgré l’action de la BCE qui ne pourra pas relever autant qu’elle le voudra ses taux en raison d’un risque de ralentissement d’une croissance insuffisante ralentie par la  hausse de l’euro par rapport au dollar ,l’inflation va continuer d’augmenter.

 

Et comme la réforme du système monétaire international qui aurait du étre entreprise depuis 40 ans n’aura pas progressé, le risque devient très grand d’une fuite généralisée devant la monnaie sauf aux banques centrales à racheter massivement l’or qu’elles auraient du avoir la sagesse d’acheter progressivement. Et pour éviter que le cours de l’or ne s’envole et rende leurs achats couteux, il ne serait pas surprenant que dans nos pays soi-disant démocratiques, sous-couvert d’intérêt général, nos dirigeants qui ont eu un comportement démagogique irresponsable depuis 40 ans, n’hésitent à empêcher l’achat d’or par leurs citoyens paniqués et à en taxer fortement la revente et la détention.

 

Citoyens épargnants , fourmis de notre planète, demain il sera peut-être trop tard  car avant la fin de l’ année le cours de l’or   qui était de 34 dollars l’once  le 15 aout 1971  aura très certainement dépassé  les 150 dollars soit une multiplication par 5 en 40 ans.

 

Encore que si  les Banques Centrales devaient se trouver contraintes de revenir à l’étalon or, une multiplication encore par 4 du cours de l’or soit à 600 dollars  permettrait de couvrir  les billets en circulation des monnaies actuellement convertibles.

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 11:51

« Les nations ont été construites autrement que ne le racontent leurs histoires officielles. Leurs origines ne se perdent pas dans la nuit des temps, dans ces âges obscurs et héroïques que décrivent les premiers chapitres des histoires nationales. La lente constitution des territoires au hasard des conquêtes et alliances n’est pas non plus la genèse des nations : elle n’est que l’histoire tumultueuse de principautés et de royaumes.
La véritable naissance des nations, c’est le moment ou une poignée d’individus déclare qu’elle existe et entreprenne de le prouver. Les premiers exemples ne sont pas antérieurs au XVIIIième siècle …la nation naît d’un postulat et d’une invention. Mais elle ne vit que par l’adhésion collective à cette fiction »

 ( La création des identités nationales d’A-M Thiesse).

 

 
« Les nations ne sont pas quelque chose d’éternel. Elles ont commencé, elles finiront. La confédération européenne, probablement les remplacera »

( 1882,  E. Renan )

 

 

Force est de constater que le principe des nationalités ne s’est développé en Europe et en Amérique qu’au début du  XIX° en entrainant la dislocation des empires et que seulement deux siècles plus tard  l’Etat national européen a  perdu déjà  de son utilité et va  se déliter progressivement dans de grands ensembles que l’on peut qualifier d’empires alors que le processus national vient seulement de s’achever en Europe avec l’éclatement de la Yougoslavie et de l’Union Soviétique.

 

Force est également de constater que cette phase récente et courte de l’histoire de l’Europe  et de l’Amérique n’a  pas encore eu lieu  dans une partie  de l’Asie et en Afrique.

 

Ainsi l’on peut affirmer qu’il n’y a pas de nation Afghane, pas plus que  nation Cote d’Ivoirienne, Irakienne, Libyenne, Soudanaise, Kosovare……etc

 

Or de manière parfaitement inconsidérée, l’Europe a ouvert la boite de Pandore en admettant  l’indépendance du Kosovo alors qu’en patientant un peu le problème aurait pu étre simplement résolu par l’intégration des Etats de l’ex-Yougoslavie dans l’Union Européenne de  même qu’en cas d’éclatement d’Etats de l’Union, les nouveaux états nés d’un tel éclatement resteront membres de celle-ci.

 

En effet avec le précédent du Kosovo, l’ONU a implicitement  abandonné  le principe sacro-saint pour l’Afrique de l’intangibilité des frontières nées de la colonisation européenne.

 

Ainsi l’ONU a fini  par admettre la partition du Soudan. Demain elle se verra contrainte d’admettre celle de la Cote d’Ivoire, de la Libye, du Nigéria, du  Congo   …….de même que de l’Afghanistan , de l’Irak et même du Pakistan  et plus généralement de tous les états du monde ou le système tribal  a conservé son importance ou certains peuples minoritaires n’acceptent pas leur intégration à un peuple majoritaire  c'est-à-dire globalement d’Etats que l’on ne peut qualifier de Nationaux.

 

Et avant cela ces Etats seront la proie de guerres civiles incessantes dans lesquelles il sera parfaitement inutile que l’Occident intervienne pour essayer de maintenir militairement leur unité car ils sont  naturellement voués à l’éclatement voire même un tel éclatement est souvent encouragé inconsciemment par lui par l’apport d’un soutien partial  à  l’une des fractions de leur population.

 

Après le Kosovo, l’Irak, l’Occident en  Libye, en Cote d’Ivoire, risque fort de se rendre compte un peu tard que sous couvert de soutenir la démocratie, il  a favorisé en fait la partition future d’états qu’il avait crées tout à fait artificiellement sans se soucier aucunement  de la volonté des peuples.

 

Or si en Europe, notamment après les guerres napoléoniennes avec le Congrès de Vienne,  ou après la deuxième guerre mondiale  avec le traité de Versailles, des rattachements à certains états ont été imposés à certains peuples, la partition éventuelle de tels états pourra désormais se faire sans guerres civiles car les états nés de cette partition resteront intégrés à  l’Union Européenne, futur Etat Fédéral  ( un peu comme le processus de création du canton du Jura au sein de la Confédération Helvétique), en revanche, un tel processus est exclu  dans l’immédiat au Proche Orient ou en Afrique de telle sorte que plutôt que de chercher  à appuyer, sous couvert de défense des droits de l’homme, telle ou telle faction, l’ONU ferait mieux d’organiser  pour tous ces états un  processus  d’éclatement pour permettre aux peuples qui ne veulent pas cohabiter pacifiquement de s’ériger en états nationaux  tout en prévoyant progressivement la création de  structure régionale  de type confédéral pour les amener à conserver entre eux un minimum de coopération.

 

L’ONU ne doit absolument pas compter disposer encore longtemps du bras armé de l’OTAN pour effectuer des opérations militaires dans le monde qui ne pourront que se multiplier  et feront de l’OTAN  sur le plan militaire l’équivalent , il n’y a pas si longtemps, du FMI sur le plan économique  c'est-à-dire un instrument haï des Occidentaux. D’autant moins que ce rôle de bras armé de l’OTAN divisera de plus en plus l’Union Européenne.

 

Le temps de l’ingérence est fini ! Celui des Philosophes de salon aussi !  Il faut revenir rapidement à la  «  Real  Politik » si l’on veut éviter avec la crise économique mondiale, qui ne va pas s’arrêter, l’embrasement généralisé du monde y compris occidental  notamment par la mise à mal des sources d’approvisionnement  des Etats.

 

L’ONU  doit donc réunir au plus vite un deuxième Congrès de Vienne !

 

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 18:49

 

Texte de Dmitry Babitch publié sur Ria-Novosti

« L’homme qui pratiquement à lui seul a réussi à convaincre le président français Nicolas Sarkozy de reconnaître le gouvernement "alternatif" de la Libye, exhortait à la fin des années 1990 l’Occident à reconnaître le "président" tchétchène Aslan Maskhadov et son "premier ministre" Chamil Bassaïev. Après les événements de Tskhinvali (conflit russo-géorgien d'août 2008, ndlr), il qualifiait également Mikhaïl Saakachvili d'"homme le plus hostile à la guerre" qu’on puisse jamais rencontrer. Tous ces faits invitent à se poser la question suivante: sur quelles informations et en provenance de quelles sources l’opération militaire internationale en Libye se base-t-elle?

Le nom de cet homme, de l’informateur de Sarkozy, est Bernard-Henri Lévy, BHL pour les intimes. Il signe ses articles, comme son ami et collègue André Glucksmann, "Bernard-Henri Lévy, le philosophe."

BHL est millionnaire, et il a accordé un entretien aux journalistes du magazine allemand Spiegel dans sa résidence permanente de l’hôtel parisien Raphaël en présence d’un valet. Ses jugements sont comme toujours péremptoires et sans appel: "Vous avez un mauvais ministre des affaires étrangères et il vous faut s’en débarrasser... Et l'Allemagne aura beaucoup de mal à satisfaire son ambition légitime d'avoir un siège permanent au conseil de sécurité de l'ONU".

On pourrait croire entendre le seigneur de l’Univers, et non pas un modeste "activiste de la diplomatie populaire qui n’a aucun pouvoir, à l’exception de celui que lui donne la conscience" (c’est ainsi que BHL s’est modestement décrit lors d’une conférence en ligne avec les lecteurs du quotidien Le Monde). Mais le problème est précisément dû au fait que l’influence de BHL sur la politique mondiale au cours des dernières semaines a été plus importante que celle des 27 ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne réunis.

En se rendant début mars à Benghazi, Lévy appelle Sarkozy et propose au président de la république de rencontrer personnellement les dirigeants du Conseil national de transition (CNT) qui luttent contre Kadhafi. Sarkozy donne immédiatement le feu vert à la visite de ces messieurs accompagnés par Lévy à Paris, sans même prendre la peine de prévenir son propre ministre des Affaires étrangères Alain Juppé. Le 10 mars, Sarkozy annonce personnellement la reconnaissance du CNT par la France en tant que gouvernement légitime de la Libye. Juppé a été pris au dépourvu par cette décision.

"C'est la première fois dans l'histoire de la Ve République qu'une décision majeure de politique étrangère est annoncée par... des personnalités étrangères !", s'étrangle  dans Le Monde un diplomate français qui a souhaité garder l’anonymat.

Le fait est que les diplomates français sont arrivés en Libye quelques jours après Lévy. Et les Libyens ont expliqué aux diplomates qu’une personnalité bien plus importante qu’eux, "l’homme du président", était déjà venu et qu’il avait accompagné les dirigeants des rebelles à Paris. "Tu mesures ce qui arrive,  c'est un acte politique majeur ? ", lui demande Bernard-Henri Lévy. Ces phrases de Lévy ont accompagné la discussion avec Sarkozy et ont beaucoup impressionné les Libyens. Seul un philosophe du calibre de Lévy ou de Glucksmann peut se permettre de tutoyer le président français.

"J’ai seulement proposé au président d’accueillir les représentants de la Libye libre", dit modestement Lévy aujourd’hui, depuis que sa "proposition" a provoqué un nouveau cycle de guerre civile en Libye avec l’implication des puissances européennes. Rappelons que de la même manière en 1999, après l’attaque contre le Daguestan par Chamil Bassaïev, Lévy avait recommandé à l’Occident de reconnaître l’autorité de Maskhadov en Tchétchénie.

Le reconnaître afin de contrarier le régime russe "stalino-hitlérien" (sa propre expression!). Il ne reste plus qu’à regretter qu’à l’époque les Français n’aient pas apprécié à sa juste valeur la proposition de Lévy et ne l’aient pas envoyé de l'hôtel Raphaël dans un établissement plus adapté pour des auteurs d'idées de ce genre. Probablement, Alain Juppé, qui a rencontré le philosophe hyperactif pendant son premier mandat à la tête du ministère des Affaires étrangères en 1993-1995, aurait même accepté de l’accompagner. A l’époque, après s’être rendu à Sarajevo, Lévy exigeait des pays de l’OTAN qu'ils bombardent sans attendre les positions serbes en sabotant ainsi les actions des diplomates français et allemands, qualifiées à l’époque de "plan Kinkel-Juppé", qui cherchaient un règlement politique du conflit.

En regardant les images de l’opposition libyenne à la télévision et en voyant ces "cavaliers" du XXIe siècle avec des mitrailleuses sur des pick-up japonais, d’autres protégés de Lévy viennent à l’esprit. Les combattants tchétchènes, les moujahids afghans (la mention du nom de Massoud dans l’appel téléphonique de Benghazi n’est pas un hasard), les miliciens bosniaques d’Alija Izetbegovic. Et le tout dernier: Mikhaïl Saakachvili. Voici ce qu’a écrit Lévy à son sujet le 20 août 2008 dans Le Monde: "Il est francophile et francophone. Féru de philosophie. Démocrate. Européen. Libéral au double sens, américain et européen, du mot. De tous les grands résistants que j'aurai rencontrés dans ma vie, de tous les Massoud ou Izetbegovic dont il m'a été donné de prendre la défense, il est le plus évidemment étranger à l'univers de la guerre, à ses rites, ses emblèmes, sa culture - mais il fait face."

Personnellement, les emblèmes de la guerre sont probablement étrangers à BHL, mais il ne dédaigne pas de déclencher des guerres. L’algorithme est toujours le même: il faut d’abord trouver un conflit, suivi de "l’hystérie pour la défense des droits de l’homme", puis un règlement militaire (et seulement militaire, jusqu’à l’anéantissement total de l’ennemi!).

"Allez fouiller dans mon inconscient!", a lancé avec mépris Lévy aux lecteurs du Monde, lorsqu’ils ont osé supposer que l’amour pour les combattants était proche des complexes étudiés par Freud. Ou peut-être les Etats-Unis, l’Union européenne et surtout la France devraient fouiller dans leur propre subconscient: pourquoi de telles personnes forgent-elle l’opinion publique et sont-elles considérées comme la "conscience de l’Europe"? Et cela vaut-il la peine de les écouter? Ainsi que les interlocuteurs recommandés par messieurs Lévy et Glucksmann en Russie, au Kosovo, en Libye… »

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 12:09

 

Après la crise de l’endettement, la crise de Libye,   l’Union Européenne doit éviter une crise de son approvisionnement énergétique qui la diviserait encore de manière dramatique alors que la catastrophe de Fukushima remet en question l’alternative nucléaire et la guerre de Libye compromet son approvisionnement en pétrole.

Car il ne faut pas être dupe et croire que la seule défenses des populations civiles de Libye, a motivé l’intervention de la France et le Royaume Unis, dont les groupes pétroliers cherchent d’ores et déjà , comme le Qatar leur allié,  à tirer avantages de la sympathie ainsi gagnée auprès  du Conseil National Transitoire ; et ce, au détriment en premier chef de l’Italie dont le ministre des Affaires Etrangères sentant , peut-être à tort le « vent tourner»  vient d’emboiter subitement le pas de la France en reconnaissant étonnamment comme elle  ledit CNT devenu subitement le « seul représentant légitime du peuple Libyen »

 

D’urgence l’Union Européenne doit se mettre d’accord sur une politique de l’Energie claire pour les 25 années à venir.

 

En effet il n’est pas plus pensable que certains pays comme la France continue de construire des centrales nucléaires qui en cas de catastrophe feraient subir de graves dommages à ses voisins alors que certains d’entre eux, pour éviter d’en construire, soit se mettent à lui acheter du courant soit relancent des centrales à charbon, à gaz ou à pétrole tant qu’ils n’auront pas réussi à couvrir par des énergies renouvelables leurs besoins énergétiques.

 

Aucun des 27 états membres ne peut continuer d’avoir une politique indépendante en matière énergétique.

 

Pas plus qu’en matière d’extraction , de transport de pétrole, de production d’énergie nucléaire…… il n’existe de risque zéro mais une échelle de risque.

 

Les Européens doivent admettre qu’ils ne doivent raisonnablement pas espérer régler leurs problèmes d’endettement, de chômage par le retour à une croissance forte quand dans le même temps les pays émergents n’ont pas d’autre alternative que d’atteindre des croissances de l’ordre de 10 %  par an  car le monde fera rapidement face à un problème d’insuffisance énergétique qui nous conduira rapidement à la guerre, et en premier lieu avec la Chine .

Et la raison de la guerre de Libye  est certainement déjà à rechercher dans les premiers symptômes de pénurie de pétrole pour les économies occidentales  qui doivent s’attendre prochainement ,comme le dit le premier ministre iranien à un  prix de 150 dollars le baril.

 

Si  l’on admet comme possible par des économies d’énergie drastiques, par la diminution  programmée des transports terrestres par routes  ….de  ne plus augmenter la consommation énergétique des 27 avec une croissance maximum moyenne sur les 25 ans  de 2% par an , Il doit être admis que dans ces 25 ans à venir, il est strictement impossible de remplacer à la fois l’énergie nucléaire et celle fournie par les énergies fossiles par des sources d’énergies renouvelables.

 

Si l’on doit poser le principe que l’énergie nucléaire est la plus risquée, son importance doit être réduite mais pas supprimée dans les approvisionnements énergétiques des 27.

 

S’agissant du pétrole dont les risques d’extraction et de transport  viennent après ceux inhérents à la production nucléaire, il doit être admis que la production dans des conditions qui permettent de limiter les risques au niveau actuel ne va plus augmenter mais va commencer de diminuer alors que dans le même temps la consommation dans les pays émergents va nécessairement continuer de croitre car leur capacité à produire de l’énergie renouvelable ne suffira pas  de sorte que la consommation de pétrole de nos pays développés va devoir diminuer drastiquement notamment pour les transports terrestres qui vont devoir augmenter leur consommation d’électricité laquelle ne pourra  pas être satisfaite non plus que par des énergies renouvelables.

 

Pour les 25 ans à venir, il pourrait être raisonnable que soit limitée à 20 %  la part du nucléaire dans la production d’énergie électrique des 27,que  les centrales les plus anciennes soient arrêtées et que les lieux  d’ implantation  de toute nouvelle centrale soit  d’ores et déjà  prévus de manière à  répartir les centrales nucléaires le mieux possible sur l’ensemble du continent européen, Biélorussie, Ukraine, Russie, Turquie comprise ; il n’est en effet pas admissible que certains des 27 comme la France concentrent sur son territoire les centrales destinées à assurer les 20 %  de production électrique d’origine nucléaire pendant que d’autres décideraient de ne plus ou de ne pas en avoir tout en pouvant acheter ce type d’électricité aux producteurs excédentaires.

 

Pour ses sources d’énergies fossiles, l’Union Européenne se trouve dépendante essentiellement de deux régions, l’Afrique d’une part et la Russie d’autre part , régions ou elle se trouve en concurrence accrue et dangereuse à terme avec la Chine.

 

Sur le plan de la sécurité, on peut penser que l’extraction du gaz et son  transport par gazoduc y compris sous la mer semble moins risquée que l’extraction du pétrole et son transport par voie maritime de sorte qu’en attendant de pouvoir progressivement remplacer le gaz par des sources d’énergie renouvelable celui-ci doit voir sa part augmenter dans de fortes proportions et remplacer le pétrole le plus vite possible chaque fois que cela est possible.

 

Un véritable pacte de préférence sinon d’exclusivité moyennant contreparties importantes doit être passé entre l’Union Européenne et la Russie qui assure à la première dans le cadre de la perspective de l’Unification de l’Europe une sécurité total d’approvisionnement  pour les 25 ans à venir; compte tenu de la traversées de la Turquie par certains gazoducs d’approvisionnement de l’Union,  la sécurité d’approvisionnement constitue un critère supplémentaire d’intégration de ce pays à l’Union.

 

Pour le  gaz provenant d’Algérie ainsi que pour le pétrole de Libye, l’Union Européenne doit s’assurer également d’une sécurité  d’approvisionnement pour les 25 ans à venir  par des accords contraignants .

 

l’Union Européenne doit se doter d’une  Force d’Intervention susceptible de garantir sur place les traités d’approvisionnement et d’une Marine de Guerre Fédérale pour la garantir la sécurité des transports.

 

Si un référendum peut étre organisé dans l’Union Européenne sur la base de la possibilité ouverte par le Traité de Lisbonne, un tel référendum ne saurait porter que sur la seule question de savoir si les citoyens sont pour ou contre l’arrêt  de la production d’électricité  d’origine nucléaire.

La première question est tout d’abord de savoir si oui ou non la politique de l’Energie peut rester de la compétence des Etats membres.

La deuxième est de savoir si les citoyens acceptent que cette politique européenne de l’énergie limite la croissance ou non ou autrement dit s’ils s acceptent un changement de modèle de société .

La troisième est de savoir si les citoyens acceptent ou non que l’Union Européenne ait une défense susceptible de lui assurer la sécurité de ses approvisionnements vitaux en énergie et de la mettre en œuvre si nécessaire par une décision majoritaire de ses membres.

 

Sans choix d’un changement de type de croissance  et  d’approvisionnement  énergétique , l’Union Européenne s’expose en effet avant 25 ans au risque d'une troisième guerre mondiale sans qu’elle puisse disposer d’ici là d’un système de défense lui permettant non seulement de protéger ses sources d’approvisionnement en dehors de son territoire mais également le transport par mer des produits énergétiques  , gaz  et pétrole dont elle continuera d’avoir un besoin vital même avec un taux de croissance réduit  en raison du choix de limiter considérablement la production d’électricité d’origine nucléaire.

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 14:43

En 1996,  Guy Georgy , premier ambassadeur de France auprès de la Jamahirya libyenne a présenté le recueil de nouvelles de Mouamar Kadhafi   intitulé

«  Escapade en enfer, la mort, la ville, le village, la terre, le suicide du cosmonaute, vive l’état des salopards et dix autres nouvelles »    :

 

« Mais qui est donc ce Kadhafi dont on parle depuis un quart de siècle, qui agite le monde politique et défraye la chronique internationale.

Les Jugements les plus sévères ont été portés sur la personne. Despote absolu, révolutionnaire, utopiste, fanatique religieux, terroriste à la façon du « vieux de la montagne », hurluberlu, irresponsable, savonarole aux petits pieds. Les journalistes ont fabriqué et colporté à son propos les légendes les plus extravagantes. Les grandes puissances n’ont pas cessé de le montrer du doigt et l’ont dénoncé à la vindicte des bien-pensants.

Elles ont même tenté de l’exterminer avec sa famille en lançant contre lui un raid aérien et en prescrivant des embargos pour saper son régime. Elles persistent à en faire un bouc émissaire, soit pour soulager leur mauvaise conscience, soit pour masquer des manœuvres et des desseins inavouables….. »

 

Extraits de :

 

La mort

« La voila la mort terrible, montée sur son cheval noir à l’heure de la colère violente, ou sur son cheval blanc à l’instant du défi ouvert et téméraire…..      La mort qui lève son épée face aux grands   chefs sans peur et sans crainte, la voici qui se cache aux regards, venant de l’arrière et non en face, d’en bas et non d’en haut, mordant au lieu d’enfoncer son épée, se retirant au lieu de se montrer. Elle coupe le talon au lieu du coup. Ainsi s’est métamorphosée la mort terrible dont la peur remplit l’horizon .Elle s’est transformée cette fois en serpent venimeux  et fourbe. Il a marché dessus avec son pied fort et robuste mais elle a pu le mordre dans ce pied. La mort a cru avoir trouvé ainsi la ruse fatale et le complot rusé. Après le duel, elle a du biaiser… Après la confrontation en plein jour, elle se dérobe derrière le rideau. Elle a cru qu’un serpent du désert qui mord un homme isolé dans une vallée éloignée, là ou il n’y a personne à appeler le condamne surement à mort !! Tel était le plan de la mort trop sure de sa victoire. Elle ne comprit pas que la volonté de vivre détruit ses calculs et déçoit ses espoirs………….. »

 

Escapade en enfer :

« Que les hommes sont cruels lorsqu’ils se mettent à dépasser collectivement les bornes !!! Quel torrent impétueux et qui ne pardonne à personne !!!  Ils n’entendent ni les cris  … ni les appels à l’aide. Ils ne tendent aucune main secourable…Au contraire, ils entrainent  tout sans égards ! L’oppression exercée par un individu est la forme la plus bénigne de l’oppression, puisqu’après tout, il ne s’agit que d’un individu  que le groupe peut éliminer. Même un individu insignifiant pourrait le faire par un moyen quelconque. Mais l’oppression exercée par la multitude est la plus violente, car personne ne peut résister  à la force du torrent qui emporte tout……………………………………………………………………….

Comme elles (les foules) sont si affectueuses dans les moments de joie………….Elles ont porté Hannibal et Périclès…..Savonarole, Danton et Robespierre….Mussolini et Nixon….et comme elles sont si cruelles dans les moments de colère….elles ont  comploté contre Hannibal et lui ont fait boire le poison, elles ont brulé Savonarole sur le bucher,  envoyé Danton sur l’échafaud, fracturé les mâchoires de Robespierre , son bien-aimé orateur, trainé le corps de Mussolini dans les rues, craché à la figure de Nixon lorsqu’il a quitté la Maison-Blanche  alors qu’il y avait été porté par les applaudissements……………. »

 

La prière du dernier vendredi :

« ..Seigneur , aie pitié  des fonctionnaires menacés par les petits commerçants, et des gros commerçants menacés par les petits révolutionnaires ; si le feu s’allume en plein jour, ce sera la faute aux commerçants et aux petits révolutionnaires et nous devrons demander pardon pour cela , augmente les prix et change un dinar pour un dollar »

Quant à celui qui veut unifier la nation arabe pour qu’elle soit puissante, qu’elle progresse et écrase l’ennemi, il doit répéter derrière l’iman ce même vendredi :

« Seigneur tu connais notre faiblesse. Tu disposes de notre sort et Tu sais que nous ne possédons pas la bague magique. Tu sais que les juifs et les chrétiens sont montés jusqu’à toi avec leurs missiles et leurs satellites. Nous ne les imiterons pas dans leur impiété en envahissant l’espace. Nous t’implorons ! »

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 19:36

2/3  des Français sont favorables à l’intervention militaire contre la Libye alors que  2/3 des Allemands sont contre.

Le vote de la résolution 1973 de l’ONU  et sa mise en œuvre ont été un révélateur des difficultés d’application de l ‘article 42 du Traité de Lisbonne sensé instaurer une Politique de Sécurité et de Défense pour l’Union de l’Union Européenne PESD.

En effet selon cet article :

« 1. La politique de sécurité et de défense commune fait partie intégrante de la politique étrangère et de sécurité commune PESC. Elle assure à l’Union une capacité opérationnelle s’appuyant sur des moyens civils et militaires. L’Union peut y avoir recours dans des missions en dehors de l’Union afin d’assurer le maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité internationale conformément aux principes de la charte des Nations unies. L’exécution de ces tâches repose sur les capacités fournies par les États membres.

2. La politique de sécurité et de défense commune inclut la définition progressive d’une politique de défense commune de l’Union. Elle conduira à une défense commune, dès lors que le Conseil européen, statuant à l’unanimité, en aura décidé ainsi. Il recommande, dans ce cas, aux États membres d’adopter une décision dans ce sens conformément à leurs règles constitutionnelles respectives La politique de l’Union au sens de la présente section n’affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres, elle respecte les obligations découlant du traité de l’Atlantique Nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre. »

Cet  article 42  pose  4 principes essentiels :

1er principe : l’UE doit se doter à terme d’une seule et même politique de défense.                                    La « PESD » (« Politique de Sécurité et de Défense commune » de l’UE) doit en effet « inclure la définition progressive d’une politique de défense commune » et celle-ci verra le jour lorsque le Conseil statuant à l’unanimité en aura ainsi décidé.

2ème principe : l’UE doit mettre sur pied une armée européenne commune.                                                 La PESD doit en effet comprendre des « missions » de nature « civile et militaire » : il s’agit donc bien de bâtir à terme une armée européenne commune.

3ème principe : l’UE doit se livrer à des opérations de police internationale définie par l’OTAN, même sans mandat de l’ONU. Les « missions » de l’Union européenne ont vocation à s’étendre « en dehors de l’Union « afin d’assurer le maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité internationale ».

4ème principe : les obligations de l’OTAN s’imposent à l’UE. Il est en effet précisé que la « PESD » doit « respecter » les obligations de l’OTAN « pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de » l’OTAN.

 

Tout ceci  permet, on le voit bien,  des initiatives inacceptables improvisées  prises par certains Etats de l’Union sans accord des autres. Et on ne peut que partager le point de vue de la Chancelière allemande lors qu’elle déclare :

«  Nous sommes convaincus qu’une crise mondiale ne peut plus se régler  par les seuls moyens militaires. Il faut faire une analyse complète de la situation avant d’engager des hommes ».

 

Or il suffit de voir qu’aujourd’hui le Royaume Uni et la France se rendent compte un peu tard après avoir pris des risques inconsidérés que la solution en Libye ne peut être réglée militairement mais politiquement.

Près de soixante ans après l’échec du projet de Communauté Européenne de Défense, le constat sur les capacités de défense européennes est frustrant.

La Politique Européenne de Sécurité et de Défense  doit donc reposer à l’avenir sur les nouveaux principes suivantes :

1.      Tous les conflits en Europe entre pays membres du Conseil de l’Europe et de l’Organisation de Sécurité et de Coopération Européenne OSCE sont de la compétence exclusive de cette organisation et non de l’ONU.

2.      l’OSCE ayant vocation exclusive à traiter des problèmes de sécurité et de défense entre européens, les Etats Unis et le Canada n’ont pas à en faire partie mais peuvent seulement y disposer d’un siège d’observateur.

3.      les résolutions de l’OSCE  sont prises à la majorité des 2/3  de ses Etats membres.

4.      Un recours est possible devant l’ONU à la condition qu’il soit formé par le 1/3 des Etats membres ayant voté contre la résolution incriminée ou s’étant abstenus de la voter.

5.      L’Union Européenne ayant vocation à devenir un état fédéral, la demande de l’Allemagne d’obtention d’un poste de membre permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU devient tout aussi peu fondée que celle de la conservation par la France et le Royaume Uni de leur propre poste .l’Union Européenne ne dispose que d’un  poste de représentant permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU.

6.      L’exécution militaire si nécessaire de la résolution est assurée par l’Etat Major de l’Union à laquelle tous les Etats membres ayant voté la résolution, y compris les neutres, sont tenus de fournir un contingent de troupes à proportion de leur PIB. Les états neutres peuvent  toutefois demander à fournir un contingent de troupes non combattantes sous forme de troupes sanitaires,  de sécurité civile ou de gendarmerie-police.

7.      L’Union Européenne,  au travers de l’UEO, reste membre de l’Alliance Atlantique mais dans la limite de sa seule mission initiale, c'est-à-dire que le traité ne peut trouver application pour les 21 membres actuels de l’Union Européenne qu’en cas d’opérations de guerre déclarée contre un membre de l’Alliance par  un ou plusieurs Etats non membres de l’OSCE. Elle dénonce le Partenariat pour la Paix comme instrument  d’extension au monde entier des missions de l’Otan comme bras armé ou non de l’ONU

8.      Hors ce traité de l’Alliance Atlantique, les Etats Membres de l’ Union Européenne renoncent à tous les traités de défense qu’ils auront ratifiés dans la mesure ou l’Union applique le principe de neutralité dans tous les conflits pouvant opposer des Etats non membres de l’OSCE et se refuse à tout droit d’ingérence dans état souverain .

9.      Hors application du traité de l’Alliance Atlantique c'est-à-dire en cas d’agression contre un autre membre de l’Alliance, les armées des 21 Etats membres de l’Union, et demain son armée  fédérale, n’interviennent hors du territoire des états membres de l’OSCE qu’en cas d’agression caractérisée sur son territoire,  ou sur celui d’un état extérieur à ce territoire  contre ses intérêts vitaux de l’Union en matière d’approvisionnement énergétique et de matières premières indispensables ou contre ses citoyens .

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens