Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 18:40
Scan10001

Alors que depuis des mois la Reserve Fédérale américaine et la Banque d’Angleterre ont fait le choix éminemment critiquable de faire marcher leur planche à billets  pour tenter  de maintenir une croissance censée être seule capable par un surcroit de recettes, faute de volonté de diminuer drastiquement leurs dépenses,  de leur permettre de résorber les importants déficits budgétaires de leurs Etats et, en attendant de retrouver la confiance des épargnants étrangers et nationaux échaudés, de  souscrire leurs nouvelles émissions d’emprunts , l’Allemagne se  bat, pratiquement seule contre tous pour que la Banque Centrale Européenne ne se mette pas à pratiquer comme ses homologues anglo-saxonnes cette politique de fuite en avant.

L’Allemagne ayant  clairement fait savoir qu’il était hors de question de demander à la BCE de se lancer dans une politique aussi dangereuse  au demeurant contraire à ses statuts et ayant réussi à rallier la France et l’Italie, les Anglo-saxons, via leurs agences de notation tout sauf indépendantes, accroissent chaque jour leur pression sur les Etats de l’Eurozone pour tenter de les amener  avant la réunion du 9 décembre  à infléchir cette position en perturbant  à nouveau des marchés financiers en voie récente de stabilisation.

Cette façon d’agir des agences de notations  telle Standard and Poor's, Moody’s…. qui ont fait preuve pendant très longtemps d’aveuglement à l’égard des USA et encore aujourdhui  d’une complaisance suspecte doit conduire tout citoyen européen lucide à se poser la question :

Goldmann Sachs qui a employé bon nombre des personnages très influents sur  la politique actuelle des USA et ceux des  agences de notation américaines ne sont-ils pas en train de monter un véritable complot contre l’Euro et l’Europe qui, si elle parvient à sortir de la crise en appliquant les règles de sagesse préconisées par l’Allemagne, risque de reléguer demain les Etats Unis et la Grande Bretagne au rang de pays condamnés définitivement au déclin ?

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 18:21
Scan10001

 

Aux anglo-saxons et  aux grands économistes et hommes politiques européens qui continuent de croire en leurs théories économiques qui nous ont conduit à la faillite généralisée actuelle du monde occidentale, le simple bon sens  conduit à rappeler que toute dette doit être financée par l’emprunt  et tout emprunt par l’épargne et que le rôle exclusif d’une banque centrale est de garantir la valeur de cette épargne c'est-à-dire de la monnaie et non d’assurer artificiellement la croissance.

S’il n’est déjà pas dans la mission normale d’une banque centrale de soutenir sur le marché secondaire la valeur des emprunts déjà souscrits par les épargnants, c’est encore moins sa mission d’être « préteur en dernier ressort »  faute d’épargnants en nombre suffisant acceptant de souscrire les nouvelles émissions d’emprunt d’Etat.

Si la Reserve Fédérale, la Banque d’Angleterre,  essayent de faire croire aux naïfs que pour  sauver le monde de la faillite, il suffit qu’elles, puis la Banque Centrale  Européenne aprés elles souscrivent à la place des épargnants- qui les rejettent- les nouveaux  emprunts que les Etats doivent émettre, ne serait-ce que pour rembourser ceux qui viennent à échéance, les citoyens européens censés doivent refuser ce type de prétendue solution miracle.

En effet ce que nous proposent comme ultime «  martingale » ces messieurs est  purement et simplement de faire marcher la « planche à billet » c'est-à-dire d’imprimer des billets, de créer de la monnaie sans aucune valeur, ex-nihilo, destinée à permettre aux Banques centrales de « souscrire » tout à fait fictivement  à des emprunts d’Etats.

On comprendra aisément que les descendants des Saxons  d’Allemagne qui après avoir été battus et christianisés par Charlemagne puis romanisés par le restaurateur de l’empire Othon  Ier le Grand de Saxe et leurs  descendants ne puissent plus aujourdhui   partager les idées de leurs lointains cousins Anglo-saxons qui, bien longtemps après avoir chassé les romains d’Angleterre s’en sont allés créer un empire en Amérique du Nord dont on peut raisonnablement penser qu’il ne durera pas aussi longtemps que le Saint Empire Romain Germanique et meme l'Union Européenne.

Toute dette d’Etat doit être remboursée si l’on veut maintenir la confiance de l’épargnant pilier du système économique.

Tout Etat qui se veut souverain ne doit pas avoir besoin de l’aide des autres Etats ; et s’il s’est mis dans la situation d’avoir besoin des autres, cet  Etat trop endetté a  perdu une bonne part de sa souveraineté et doit, en contrepartie  de la solidarité des autres Etats moins dispendieux, accepter de se soumettre à leur contrôle.

La fierté nationale qui se traduit  par  des critiques de domination des Etats appelés à l’aide apparait alors parfaitement injuste, déplacée et méprisable ! La germanophobie naissante d’une partie des populations de ces Etats qui ont vécu à crédit depuis près de 40 ans est parfaitement irresponsable et  traduit le manque de maturité de certaines « démocraties ».

 Les Etats de la Zone euro, dont l’ Allemagne, qui ont enfreint les règles de prudence  du Traité de Maastricht qu’ils avaient acceptées, et notamment celle consistant à s’interdire un endettement supérieur à 60% de leur PIB, doivent être contraints par des règles stricts d’amortir le surcroit de dette au-delà de ces 60 % sur une durée de 25 ans et de ne plus franchir ce seuil qui devrait même être abaissé dans 25 ans.

Pour ce faire, comme pour les mauvaises créances des banques qui sont transférées à des « Bads Banks », toute la partie des dettes des Etats de la Zone Euro excédant ces 60% de leur PIB doit être transférée à une Caisse Européenne d’Amortissement des Dettes Souveraines des Etats de la Zone Euro qui bénéficierait de la solidarité des Etats de la Zone pour emprunter aux meilleurs conditions du marché  pour gérer l’amortissement de ces emprunts . En revanche dans la limite de ce plafond actuel de 60%  de leur PIB, les Etats de la Zone euro continueraient de se refinancer sans aucune solidarité  des autres Etats de la zone euro.

A titre d’exemple la France ou l’Italie devront transférer à cette Caisse des mauvais emprunts d’Etats de la Zone Euro de l’ordre de  500 milliards pour la première et de 900 milliards pour la deuxième et l’ensemble des 17 membres un total de 2000 milliards  soit un amortissement sur 25 ans de  80 milliards dont  20 milliards pour la France et d’environ 35 milliards pour l’Italie, sommes considérables, et ce après avoir supprimé leurs déficits budgétaires.

Mais ce n’est que par la création d’une telle Caisse d’amortissement européenne qui pourrait émettre  alors des « eurobonds/ euro-obligations » à 25 ans lesquelles pourraient être souscrits /tes  par les Caisses de Pension ou les Compagnies d’Assurance Vie à un taux  de l’ordre de 2.75% si l’inflation restait contenue à moins de 2% par an que l’Euro et l’Europe avec lui peuvent encore être sauvés .  

Ce qui implique pour l’Allemagne et ses alliés de ne pas céder aux « Sirènes » anglo-saxonnes qui ne feront que nous entrainer plus ou moins vite dans une inflation galopante et un naufrage généralisé !

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 14:42

Scan10001

 

 

La grande majorité des hommes politiques des pays développés, de droite comme de gauche  ne semblent avoir encore bien pris conscience que la crise actuelle ne remonte pas aux évènements d’il y a 3 ans - qui n’ont eu qu’un effet révélateur déclenchant-  mais que  la croissance, pourtant insuffisante pour résorber le chômage et notamment celui des jeunes, a été obtenue artificiellement depuis bientôt 40 ans par des gouvernements de droite comme de gauche, par endettement croissant des Etats, des Collectivités publiques, des Systèmes sociaux et des Particuliers.

Espérons que les électeurs citoyens européens  prennent conscience cette fois qu’il ne s’agit plus, sauf simple satisfaction morale, de remplacer les gouvernements de droite par des gouvernements de gauche ou vice-versa pour pouvoir surmonter cette crise généralisée du modèle de développement depuis 40 ans.

L’alternance n’équivaut pas à changement fondamental de politique dès lors que les gouvernements modérés européens de gauche comme de droite  n’ont plus, compte tenu de        l’endettement de leurs Etats et de leur incapacité à emprunter - ne serait-ce que pour payer les intérêts de leurs dettes  et espérer en amortir une faible partie- d’autre alternative que d’appliquer des politiques d’une extrême  rigueur pour tenter de retrouver la confiance désormais très ébranlée des épargnants souscripteurs des emprunts qu’ils émettent directement ou au travers de leurs banques.

Si donc pour pouvoir à nouveau emprunter et dans des conditions acceptables, tous les gouvernements européens de gauche comme de droite devront se résoudre à appliquer la même politique de rigueur répartie plus ou moins équitablement par la gauche que par la droite , ils seraient éminemment plus souhaitable de voir s’installer dans chaque pays développés et notamment dans l’Union Européenne des gouvernements d’Union Nationale qui s’engageraient, une fois la confiance restaurée, sur un Pacte de changement radical du modèle de développement en vigueur depuis 40 ans .

Mais si aujourd’hui, malheureusement, on n’a pas réussi à trouver, depuis la faillite du communisme, une alternative au capitalisme nonobstant l’existence de petits partis anti-capitalistes dont les théories économiques restent confuses, ni  même d’ « Indignés »qui  ne semblent pas réellement le remettre en cause, il ne suffit pas de s’entendre sur une plus grande régulation  pour  changer fondamentalement  le modèle actuel.

Et il n’apparait plus utile d’expliquer que la mise en place de gouvernements nationalistes qui proposent comme alternative le repli national  ne ferait qu’amplifier la crise actuelle et mener chacun de leur  Etat vers l’abime.

Et malheureusement  le mouvement écologique  ne propose  qu’un  modèle alternatif encore assez peu convaincant.

Il faut  donc véritablement  retrouver un autre modèle de développement pour les Pays développés  qui  ne prône pas la fin du capitalisme, ne se contente pas de vouloir le réguler, ou de limiter les aspects choquants du libéralisme des anglo-saxons autrefois triomphants pris comme modèle à suivre par la quasi-totalité des économies de la planète, aujourd’hui rejetés par les citoyens européens de la Zone euro.  

En effet, à  la question qui serait posée aux citoyens européens de savoir si ce qu’ils souhaitent profondément dans leur vie est davantage de stabilité que d’augmentation de leur niveau de vie si une meilleure répartition de la richesse existait, la réponse très largement majoritaire serait qu’il aspire à un avenir, notamment les jeunes, leur offrant emploi et stabilité professionnelle et familiale.

Ce  modèle nouveau ou disons plutôt l’adaptation au monde du XXI° du système capitalisme ayant fonctionné au XIX° doit  tout d’abord ne pas faire reposer comme l’actuel,  la croissance sur  l’endettement inconsidéré et sur l’espérance de taux de croissance pour l’avenir de ces Pays développés de plus de 2% par an pour assurer le plein emploi pratiquement sans inflation  afin de permettre aux autres pays qui aspirent légitimement atteindre   progressivement  le niveau de vie des pays développés sans  épuisement des sources d’énergie non renouvelables et des matières premières et donc de fortes tensions sur leur prix.

Un tel modèle qui apparait utopique  à beaucoup comme récessioniste  a pourtant existé sous le régime de l’étalon or pendant un siècle de la fin des guerres napoléoniennes à la première guerre mondiale !

Est-il transposable à l’échelle du monde ? Rien ne prouve le contraire pour autant que la « mondialisation »  ne soit plus synonyme de libéralisme sauvage ?

Le retour  à l’étalon d’or  imposera  la mise en place par les Pays développés non pas de taux de change entre leurs monnaies et celles des pays  en développement mais  à leurs frontières extérieures de droits compensateurs  négociés dans le cadre de l’OMC calculés en tenant compte  de salaires minimaux , de niveaux de protection sociale minima définis par le BIT, de normes identiques en termes de contrôles vétérinaires et sanitaires, définis par l’OMS et de protection de l’environnement ; en outre les délocalisations et les importations de produits notamment alimentaires se trouveront limités par l’augmentation importante du cout des transports   dans leur prix  par le jeu de taxes accrues sur le pétrole  qui auront pour effet par ailleurs d’augmenter très sensiblement les recettes des Etats tout en incitant fortement  les particuliers à utiliser les transports publics ; un effort de redistribution important devra étre opéré entre les revenus des rentiers et ceux des jeunes actifs pour partie  par une augmentation pour les rentiers du cout de l'assurance maladie revenu…..etc   etc

En conclusion, ce n’est pas seulement par davantage de régulations des marchés financiers, de contrôle de l’activité bancaire, de contrôle des budgets publics …..comme semblent le penser certains économistes écoutés aujourd’hui béatement par une classe politique qui s’est révélée incapable de voir arriver la crise actuelle et incompétente pour y remédier mais par une profonde adaptation du modèle de développement du capitalisme au service d’individus qui aspirent à une plus grande stabilité de leur vie mais par changement du modèle actuel que l’on sortira de la crise devenue quasi permanente du Monde développé. 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 18:14
Scan10001

 

 

Le déficit budgétaire de la France  sera de l'ordre de 95 millions en 2011 ce qui fait que sa dette augmentera encore en 2012 avec des taux d'emprunt sans doute à la hausse.

Une nouvelle fois  ne serait-il pas plus raisonnable et irréaliste pour un Etat comme la France de rentrer dès le début 2012 dans un cercle vertueux lui permettant  pas seulement de conserver sa notation AAA mais surtout de  voir son Trésor Public pouvoir émettre ses OAT à 10 ans à 2% de moins qu'actuellement c'est à dire au taux d'emprunt du Bund allemand  en stabilisant immédiatement le montant de sa dette et donc à faire l’économie tant qu’elle n’aura pas commencé de pouvoir l’amortir  de l’ordre de 6 milliards par année ?

Est-il si irréaliste de lever un impôt exceptionnel pour chacun des  3 ans à venir de nature à « couper l’herbe sous le pied » des marchés de l’ordre de 50 milliards d’euros réparti par exemple comme suit :

1.      10 Milliards à la charge des 200 000  foyers les plus riches en revenus ou capital soit une moyenne de 50  000 euros chacun ;

2.      10 Milliards à la charge des 2 000 000 de foyers un peu moins riches en revenus ou en capital soit une moyenne de 10 000 euros chacun ;

3.      10 Milliards à la charge des 5 000 000 de foyers encore un peu moins riches en revenu ou en capital soit une moyenne de 2000 euros chacun ;

4.      10 Milliards à la charge des 10 000 000 de foyers encore un peu moins riche en revenu ou en capital soit une moyenne de 1000 euros chacun

5.      10 Milliards à la charge des 5 000 000 de foyers les moins riches soit

Soit une moyenne de 200 euros chacun        ……????

 

 

 

Et un tel exemple ne  serait-il pas  transposable à l’Italie ?

 

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 17:40
Scan10001

 

C’est un secret de polichinelle qu’Israël détient déjà depuis de longue date la bombe atomique sans  aucun  des grands Etats qui la possèdent également  ne s’en soient jamais véritablement offusqués.

Certes Israël se sent un Etat assiégé et peut estimer avoir besoin de disposer d’un armement nucléaire comme ultime recours.

Mais Israël est considéré comme  l’Ennemi par excellence par  les populations des Etats musulmans qui l’entourent  du fait de ce qu’ils considèrent comme une injustice qui a trop duré la situation  des Palestiniens.

Dès lors, certains de ces pays estiment avoir droit également de se doter d’un armement nucléaire alors pourtant qu’ils ne peuvent craindre leur destruction par Israël dont ils prônent eux celle-ci

Or si jusqu’à présent, il a été possible de détruire préventivement certaines installations nucléaires en Irak du temps de Saddam Hussein puis plus récemment en Syrie, il serait aujourd’hui très périlleux pour la paix mondiale de tenter de telles actions préventives contre les installations nucléaires iraniennes.

Plutôt que de préparer  peu à peu l’opinion publique à de telles interventions par Israël avec la bénédiction des Etats Unis et l’abstention positive de la France et du Royaume Uni, ne serait-il pas plus raisonnable enfin  pour ces trois Etats membres permanents du Conseil de Sécurité d’imposer en accord avec les deux autres Etats membres permanents la Chine et la Russie, un plan de paix immédiat assorti de leur garantie à Israël et à la Palestine ?

Une paix même imposée ne serait pas une moins bonne solution que la situation actuelle.

Mais on peut se demander si réellement les Etats Unis, la France et le Royaume Uni dont les situations économiques sont catastrophiques ne cherchent pas de plus en plus à préparer leurs opinions publiques à une guerre « salvatrice »  eux  qui subitement se prennent de velléités guerrières sous prétexte de défense des droits de l’homme qu’ils laissent pourtant bien malmenés  dans beaucoup de pays sans intervenir et  non réglé depuis plus d’un demi-siècle le sort des Palestiniens.

Alors qu’après l’Irak, les Occidentaux vont évacuer l’Afghanistan dans les pires conditions, veulent-ils en plein désastre économique du monde occidental, voir une guerre enflammer  Iran, Irak, Afghanistan, Syrie, Liban sans devoir intervenir militairement alors qu’ils ont divers engagements  pas seulement moraux à l’égard  d’Israël , du Liban  ou  de certaines populations des Proches et Moyen Orient qui croient pouvoir  compter sur leur protection ?

Et qui sait si une telle guerre ne se transformerait pas en troisième guerre mondiale à l’issue de laquelle les occidentaux auront perdu beaucoup plus que ce qu’ils vont perdre avec la crise économique actuelle ?

Alors avant d’envisager de prévoir de détruire militairement les installations nucléaires iraniennes, le moment est venu pour l’ONU d’imposer la paix en Israël !

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 14:50
Scan10001

 

l’Union Européenne a multiplié, par une influence  beaucoup trop forte des diplomates par rapport aux politiques, les formules de rapprochement entre ce qui aurait dû être son noyau dur constitué au départ des 6  Etats membres signataires du Traité de Rome et les Etats ayant vocation à intégrer l’Union en cherchant à faire du « sur mesure ».

Ainsi pour les anciens Etats membres de l’AELE, concurrente de la Communauté Européenne suscitée  par le Royaume Uni et abandonnée  par lui et l’Autriche, le Danemark, le  Portugal, la Suède quand ils ont rallié l’Union, celle-ci a créé l’Espace Economique Européen dont la Suisse a refusé de faire partie obtenant de régler ses rapports avec l’Union par pas moins de 130 accords bilatéraux sans compter les dérogations au statut général d’Etat membre obtenu par le Royaume Uni, le Danemark……. ou les différents modèles de « partenariat » proposés aux anciens Etats membres de l’Union soviétique ou à la Turquie créant une Europe à plusieurs vitesses ralentissant sans cesse la vitesse de progression des Etats fondateurs vers une Confédération puis une Fédération pour finalement aboutir à la panne actuelle qui risque de lui être fatale.

Pour relancer la dynamique de l’Union, il est impératif d’urgence de créer avec les Etats qui veulent conserver l’euro un véritable Etat supranational européen sous forme d’une Fédération sur le modèle actuel de la Confédération Helvétique  disposant d’institutions dans lesquelles les autres Etats membres de l’Union ne disposeraient que de voix consultatives  et  les candidats membres  du Conseil de l’Europe du statut  de simples observateurs ; cette Confédération parlant ensuite  d’une seule voix face aux autres Etats  dans le cadre des institutions actuelles de l’Europe à l’image peu ou prou de la Confédération Helvétique membre du Saint Empire Romain Germanique de sa constitution en 1291 jusqu’à son indépendance de droit en 1648. 

Et cette Constitution de l’Union Européenne devra, contrairement à la possibilité qui existait dans la défunte constitution rejetée par la France et les Pays Bas reprise par le traité de Lisbonne, exclure la possibilité de  sécession d’une part ou de statut dérogatoire  d’autre part  pour les Etats d’accords d’entrer dans cette Confédération.

En conclusion, tous les citoyens de l’Union Européenne qui partagent l’euro doivent exiger qu’un référendum soit organisé dès 2012 dans chacun des 17 états membres sur la question simple de savoir s’ils acceptent la création d’une telle  Confédération européenne ou s’ils renoncent à sa monnaie l’euro.

Ensuite un an plus tard, un nouveau projet de Constitution de cette Confédération devra être  proposé aux seuls votes des Chambres des Etats concernés lesquelles en cas de  rejet ne pourront conserver l’euro.

Si National d’un des 17 Etats membres de l’Union Européenne qui ont l’euro en commun, vous êtes un citoyen européen convaincu, soutenez  ce projet de referendum prévu par le Traité de Lisbonne en en parlant autour de vous. Merci !

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 17:59
Scan10001

 

Alors qu’il devrait au moins paraitre évident au plus grand nombre des Européens que tous les Etats membres du Conseil de l’Europe ont vocation à devenir un jour membre de l’Union Européenne dont ils ont en commun le même drapeau et siègent dans la même enceinte à Strasbourg,, certains dirigeants d’Etats membres de l’Union Européenne croient pouvoir contester  la légitimité de la candidature de certains Etats tel la Turquie en se fondant, sans l’avouer  franchement, sur un critère d’exclusion religieux qui n’a  jamais constitué un critère d’adhésion au Conseil de l’Europe.

A terme beaucoup plus lointain, il devrait paraitre tout aussi évident à une majorité de citoyens que cette Union Européenne devrait s’étendre à tous les Etats riverains de la Méditerrané  quelle que soit la composition confessionnelle de leurs populations en une sorte de reconstitution de l’empire romain dont la puissance par la population totale pourra faire taille égale avec celle des pays qui se seront largement développés comme la Chine et l’Inde.

Ainsi avant la fin de ce XXI° siècle et pas avant, l’Union Européenne aura fixé ses frontières et s’y tiendra pour longtemps comme la Confédération Helvétique a, par sa constitution de 1848 qui l’a transformée en Fédération,  arrêté ses frontières après son dernier élargissement de 1815 avec l’annexion des cantons de Genève, de Neuchâtel et du Valais, 657 ans après sa constitution.

En attendant l’Union Européenne dont on aurait pu espérer qu’elle évolue , à partir de ses 6 membres fondateurs Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, et Pays-Bas  vers une Confédération comparable à la Confédération Helvétique comme une reconstitution sur le plan géographique de l’Europe Carolingienne,  s’est fourvoyée.

En effet oubliant de se souvenir  qu’en l’an 800 , Charlemagne s’était fait couronner empereur d’Occident c'est-à-dire de l’ancienne partie occidentale de l’empire romain disparu en 476, puis avait voulu et obtenu en 812 de se faire reconnaitre comme tel par celui qu’il considérait comme le seul empereur romain, celui de Constantinople dont l’empire durera jusqu’en 1453, elle n’est pas encore capable 1200 plus tard de définir ce qui pourrait être ses frontières définitives d’ici à la fin de ce siècle et donc de proposer un objectif clair à d’immenses populations en quête d’espoir.

Et pourtant la question des limites de l’élargissement  de l’Union Européenne n’est pas cruciale mais plutôt celle de  son évolution institutionnelle pour être capable d’intégrer les Etats qui ont vocation à en devenir membre.

Or sur ce point, l’Union Européenne a multiplié, par une influence  beaucoup trop forte des diplomates par rapport aux politiques, les formules de rapprochement entre ce qui aurait du être son noyau dur constitué au départ des 6  Etats membres signataires du Traité de Rome et les Etats ayant vocation à intégrer l’Union en cherchant à faire du « sur mesure ».

Ainsi pour les anciens Etats membres de l’AELE, concurrente de la Communauté Européenne suscitée  par le Royaume Uni et abandonnée  par lui et l’Autriche, le Danemark, le  Portugal, la Suède quand ils ont rallié l’Union, celle-ci a créé l’Espace Economique Européen dont la Suisse a refusé de faire partie obtenant de régler ses rapports avec l’Union par pas moins de 130 accords bilatéraux sans compter les dérogations au statut général d’Etat membre obtenu par le Royaume Uni, le Danemark……. ou les différents modèles de « partenariat » proposés aux anciens Etats membres de l’Union soviétique ou à la Turquie créant une Europe à plusieurs vitesses ralentissant sans cesse la vitesse de progression des Etats fondateurs vers une Confédération puis une Fédération pour finalement aboutir à la panne actuelle qui risque de lui être fatale.

Pour relancer la dynamique de l’Union, il est impératif d’urgence de créer avec les Etats qui veulent conserver l’euro un véritable Etat supranational européen sous forme d’une Fédération sur le modèle actuel de la Confédération Helvétique  disposant d’institutions dans lesquelles les autres Etats membres de l’Union ne disposeraient que de voix consultatives  et  les candidats membres  du Conseil de l’Europe du statut  de simples observateurs. Cette Confédération parlant ensuite comme d’une seule voix face aux autres Etats  dans le cadre des institutions actuelles de l’Europe à l’image peu ou prou de la Confédération Helvétique membre du Saint Empire Romain Germanique de sa constitution en 1291 jusqu’à son indépendance de droit en 1648.  

Et cette Constitution de l’Union Européenne devra, contrairement à la possibilité qui existait dans la défunte constitution rejetée par la France et les Pays Bas reprise par le traité de Lisbonne, exclure la possibilité de  sécession d’une part ou de statut dérogatoire  d’autre part  pour les Etats d’accords d’entrer dans cette Confédération.

En conclusion, tous les citoyens de l’Union Européenne qui partagent l’euro doivent exiger qu’un référendum soit organisé dès 2012 dans chacun des 17 états membres sur la question simple de savoir s’ils acceptent la création d’une telle  Confédération européenne ou s’ils renoncent à sa monnaie l’euro.

Ensuite un an plus tard, un nouveau projet de Constitution de cette Confédération devra être  proposé aux seuls votes des Chambres des Etats concernés lesquelles en cas de  rejet ne pourront conserver l’euro.

 

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 14:32
Scan10001

 

Une fois encore, alors pourtant que sur la question de la Palestine, l’Union Européenne a eu largement le temps de réfléchir, elle reste incapable de parler d’une seule voix à tel point qu’on peut se demander à quoi cela a-t-il servi de créer par le Traité de Lisbonne un Haut Représentant pour les Affaires Etrangères (certes auquel on a refusé de donner le nom de Ministre des Affaires Etrangères).

Lors du vote à l’UNESCO sur la demande de reconnaissance de l’Etat Palestinien, 11 des 27 états membres de l’Union se sont abstenus, 11 ont voté pour et 3 ont voté contre.

Aujourdhui  alors que cette demande va être examinée par le Conseil de Sécurité de l’ONU qui compte 4 membres de l’Union Européenne sur 15, Allemagne, France, Portugal, Royaume Uni, on aurait pu espérer au moins que ces quatre Etats  adoptent  enfin une position commune et acceptent de voter pour, permettant ainsi facilement d’obtenir les 9 voix de majorité sur 15 contraignant les Etats Unis à opposer, comme ils l’ont promis, leur droit de veto. A défaut, au moins  la France aurait pu  faire davantage preuve de cohérence, elle qui a voté pour à l’UNESCO, en votant là encore pour comme l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, le Gabon, l’Inde, le Liban, le Nigéria, et la Russie.

Au lieu de cela, il faut s’attendre une fois encore à des votes divergents de ces 4 membres de l’Union Européenne et sans doute une abstention peu courageuse (et sans doute électoraliste)  de la France alors pourtant que de plus en plus de personnalités influentes même en Israël admettent qu’il faudra bien reconnaitre, un jour de plus en plus proche, la Palestine comme Etat membre à part entière de la Communauté internationale sur la base des frontières de 1967 avec pour capitale Jérusalem, de même que d’accepter que l’Etat d’Israël puisse avoir la sienne à Jérusalem Ouest, en dotant  la vieille ville, patrimoine commun des 3 grandes religions du Livre, Chrétiens, Juifs et Musulmans, d’un statut international comme le Vatican.

Les négociations durent depuis trop longtemps et pourrissent le climat notamment dans tous les pays musulmans pouvant faire craindre des attaques préventives d’Israël contre l’Iran faisant prendre un risque considérable à la Paix mondiale dans une grande période d’incertitude économique.

Il faut donc crever l’abcès pour obliger les puissances responsables à imposer une solution et à la garantir aux deux Etats.

De même qu’il est urgent également de crever l’abcès de la partition de Chypre ( qui géographiquement n’appartient au continent européen) qui dure maintenant depuis près de 40 ans sans que l’Union Européenne n’ait de manière cohérente estimé que cela posait un problème d’admission de Chypre comme Etat membre ni que cela puisse contrarier la demande d’admission bien antérieure de la Turquie.

Chypre que l’on s’apprête pourtant à voir prendre le 1er janvier 2012 la Présidence tournante de l’Union Européenne.

Force est tristement de constater que comme en matière de défense, en matière monétaire, il n’y a pas davantage de politique commune de l’Union en matière d’Affaires Etrangères et que l’Union, nonobstant tous les traités signés depuis un demi-siècle n’est restée guère plus qu’ un grand marché comme le voulaient les anglo-saxons ; c’est à dire un vaste Espace Economique  qui n’est même plus suffisant pour assurer à ses 500 millions de consommateurs que l’on ne saurait appeler citoyens,  la sécurité économique qu’ils pouvaient espérer en attendre.

Reste que toutes ces crises que l’Europe doit affronter fait prendre très rapidement conscience à un nombre chaque jour croissant des habitants de l’Union que les problèmes qu’ils croyaient nationaux sont en fait européens et qu’ils n’existent pas en conséquence de solutions nationales.

Peu à peu donc ces habitants de chaque Etat national membre de l’Union se sentent des citoyens européens et vont accepter plus vite que leurs dirigeants que celle-ci devienne fédérale.

Et c’est ce qu’il faut voir de positif dans toutes ces crises car l’opinion publique majoritaire réclame non pas MOINS  d’Europe  mais PLUS  d’Europe.

Et le message d’espoir est que l’Europe ne va pas s’effondrer mais s’affirmer et trouver la place qui lui revient de droit sur l’échiquier mondial !

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 13:38
Scan10001

 

La France en raison d’une croissance faible prévue pour 2012 se voit contrainte de trouver  des recettes nouvelles de l’ordre de 6 à 8 milliards pour financer son  prochain budget  hantée par la perspective de perdre pour sa dette nationale la notation  AAA.

On observera pourtant que la perte par les USA de leur triple A n’a pas renchéri à ce jour les taux de refinancement de leur dette. Pourvu que cela dure !  Mais on peut raisonnablement en douter quand les financiers concentrés pour l’instant sur les difficultés de  l’euro se focaliseront sur celles du dollar.

En revanche s’agissant de la France -qui a pu bénéficier étonnamment comme les USA de son triple A comme les quelques Etats nettement plus vertueux qu’eux de la Zone Euro-  a toute raison de craindre que la perte de cette note entrainerait une augmentation importante du taux de refinancement de sa dette publique qui actuellement de l’ordre de 3% pourrait fort bien, sans atteindre ceux de l’Italie ou de l’Espagne, les environs de 4,5 %  soit sur la base de besoins de nouveaux emprunts pour le Trésor français de l’ordre de 300 milliards en 2012 un surcout pour le budget de l’ordre de 1,5 x 300 mds = 4.5 mds .

En revanche si la France avait pu espérer emprunter ces 300 milliards au taux actuel du Bund allemand, soit de l’ordre de 2%, elle aurait économiser sur son prochain budget 1% de  ces 300 mds soit 3 milliards qu’elle aurait pu affecter à la réduction plus rapide de son déficit budgétaire et ainsi entrer enfin dans un cercle vertueux plutôt que par une politique hésitante d’accroissement  des recettes qu’elle demande pourtant d’appliquer rigoureusement à certains  Etats, certes en situation encore moins favorable de la Zone  Euro, comme l’Italie. Et si l’on pouvait rêver d’emprunter au taux des emprunts actuels de la Confédération helvétique soit encore 1% de moins c’est 3 milliards supplémentaires qui seraient économisés.

Si donc il doit y avoir convergence entre l’Allemagne et la France c’est avant tout pour obtenir dans les meilleurs délais un taux égal sur le Bund allemand et  sur l’OAT.

Faire croire qu’on peut  tout en même  temps dégager des nouvelles recettes budgétaires pour diminuer les déficits budgétaires et relancer la croissance pour assurer non seulement à la fois le paiement des intérêts de cette dette publique mais commencer d’amortir celle-ci est mensonger  et suicidaire.

La seule priorité  pour la France serait d’être capable, comme dans tous les pays qui ont perdu la confiance des épargnants qui ont subitement pris conscience que leur Etat,  s’il semblait encore  capable de leur payer les intérêts de leur dette,   ne pourrait jamais leur  rembourser le capital , de mettre sur pied dans cette période très critique un gouvernement d’Union Nationale dont  la préoccupation prioritaire serait de pouvoir réemprunter dans les prochaines années aux taux les plus bas qu’accepteraient de leur prêter leurs nationaux ou les étrangers.

Face à un  situation exceptionnelle, seule une mesure exceptionnelle  claire  et compréhensible par tous serait de nature pour ces gouvernements d’union nationale de restaurer rapidement leur crédibilité ; et non  une  succession de plans comme pour la Grèce  multipliant  des mesures éparses plus ou moins justes mais pour des Etats comme la France ou l’Italie un impôt exceptionnel  début  2012 , 2013 et 2014 d’un montant significatif  réparti équitablement entre tous les citoyens y compris ceux non assujettis à l’impôt sur le revenu permettant de revenir en 3 ans à l’équilibre budgétaire.

Une telle politique de gouvernement nationale devrait parallèlement être conduite aux USA par un tel gouvernement d’Union Nationale.

L’heure n’est plus à la politique politicienne et aux petits soucis électoraux ! Les citoyens perdent  patience et confiance dans leur classe politique.

Cette politique impopulaire  demandant  « du sang et des larmes » à leurs citoyens doit en effet leur apparaitre  équitable pour qu’ils puissent  l’ accepter   après avoir compris  que cette politique permettant non seulement en quelques années de réduire de manière accélérée comme l’a fait par exemple le Canada, les intérêts de la dette, partant les déficits budgétaires et commencer enfin à amortir ne serait-ce que faiblement au début la dette publique est la seule qui  puisse redonner de l’espoir aux citoyens et surtout à la jeunesse qui voit actuellement son avenir hypothéqué par les dettes accumulées par leurs parents.

Tout le reste est de « l’aspirine »  pour guérir le cancer qui ronge les économies occidentales, met en danger l’avenir de l’euro et au-delà celui  l’Europe tout entière y compris des Etats non membres et accéléré le déclin de l’Occident.

 

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 17:57
Scan10001

 

La décision inattendue du Premier Ministre Grec  de soumettre à un référendum le plan adopté par les 17 pays de la Zone Euro fait l’objet de nombreuses critiques.

Si ces critiques sont parfaitement légitimes dans la mesure ou le Premier Ministre Papandréou aurait pu avoir la délicatesse d’aviser préalablement les autres membres de sa décision ( encore que s’il l’avait fait clairement de très fortes pressions se seraient exercées sur lui pour l’en dissuader) on ne peut lui reprocher dans son pays qui a inventé la démocratie  (mot d’origine grecque) de demander son avis au peuple grec à travers un simple vote de confiance par les Représentants du peuple grec, ses députés.

En revanche rien ne l’obligeait à soumettre la question de l’avenir de la Grèce dans la Zone Euro à un référendum  ( mot d’origine latine)  .

Néanmoins la question peut se poser, dans certaines circonstances sur un sujet précis, de savoir si le peuple est toujours d’accord avec ses députés.

Or plutôt que d’organiser de nouvelles élections, il peut sembler plus rapide et plus efficace sur un  sujet précis d’en référer directement au peuple

La Suisse comme l’Italie connaissent  bien  ce genre de conflit, elles qui pratiquent de manière très large le référendum, pas celui  décidé par un gouvernement mais le référendum d’initiative populaire contre éventuellement une décision pourtant adoptée par les Chambres.

Certes dans certains domaines, comme en Suisse celui du Secret bancaire ou les membres du Conseil National ou du  Conseils des Etats ont estimé récemment périlleuse l’éventualité d’un  référendum d’initiative populaire, ils en ont purement et simplement écarté la possibilité.

Il n’en reste pas moins qu’il parait pour le moins démocratique que le peuple grec qui est majeur puisse décider, à condition que ce soit en parfaite connaissance de cause, s’il veut ou non conserver l’euro ou s’il veut revenir à la drachme.

Sauf à penser que le peuple n’est pas capable d’apprécier valablement la situation.

Et malheureusement on peut légitimement le craindre qu’il ne le soit pas plus que d’autres quand on sait par les sondages que si l’on demandait par exemple aujourd’hui aux Français ou aux Allemands s’ils doivent aider financièrement la Grèce que la réponse serait non à 85 % pour la bonne et simple raison que nos politiciens, nos économistes, relayés par les médias, parlent précisément « d’aide » de « solidarité » en voulant toujours avoir l’air de le faire par idéal, par philanthropie plutôt  que d’expliquer  clairement au peuple qu’il doit aider la Grèce tout simplement par intérêt comme demain les pays émergents, plus pauvres que nous, le feront sans complexe au nom de leur intérêt bien compris et sans faire semblant d’être solidaire ou du moins avec un esprit de solidarité bien comprise.

Comme ils n’ont pas fait suffisamment comprendre à leurs différents peuples que cette « solidarité bien comprise » était inévitable si l’on veut éviter un effondrement du système monétaire et du systéme financier mondial préjudiciable à tous y compris aux plus pauvres pour ne pas dire d’abord aux plus pauvres, ces peuples sont parfaitement incapables de faire un choix valable.

La question se pose alors de savoir si le droit de vote sur les sujets économiques et financiers doit être restreint à une certaine catégorie de citoyens « informés », aux « élites » instruites ?

Répondre oui serait admettre un grand recul de la démocratie. Répondre non implique que le peuple soit correctement informé pour lui permettre d’exercer son choix en parfaite connaissance de cause ce qui n’est pas le cas actuellement dans beaucoup de « démocraties » occidentales.

Alors il importe que les pays qui se prétendent des démocraties se dotent rapidement des moyens de donner à l’ensemble de leurs citoyens les bases essentielles de compréhension de l’économie en commençant par l’enseigner dès l’entrée au Collège

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens