Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 09:41

Face aux actes de guerre des Islamistes portés sur le territoire de l’Union Européenne en réponse à la guerre qui leur est faite sur les territoires du Proche et Moyen Orient et en Afrique, la France d’abord, mais également toute l’Union Européenne, ne disposent certes pas de moyens de renseignements suffisants pour tenter de les prévenir mais également aussi pas suffisamment d’hommes pour, à la fois assurer une présence dissuasive de manière durable soit fixe devant tous les points sensibles ou l’on peut craindre de nouvelles attaques meurtrières contre les populations soit mobile sous forme de patrouilles sur toutes les voies publiques ou dans les lieux publiques très fréquentés.

Mais la défense des citoyens pourraient encore moins être assurée si des insurrections venaient à se multiplier, suscitées sous des prétextes divers par les Islamistes dans des quartiers de banlieues sensibles voire carrément en plein centre des grandes villes.

Or si les Services de Renseignement venaient à voir leurs moyens suffisamment augmenter, du fait que par nature leur action ne se voit pas, cela ne suffirait pas à rassurer la population contre la menace qui ne fera que s’accroitre ; outre le fait que le renseignement ne garantit pas à 100% la prévention des actes terroristes.

Seule une présence massive très visible de militaires armés peut être de nature à rassurer les citoyens et à dissuader les terroristes d’agir. Or ce n’est pas 10 000 hommes mobilisés à l’échelle de la France qui vont avoir un impact significatif si l’on sait par exemple qu’au niveau d’un département comme la Haute Savoie qui compte environ 750 000 habitants, répartis en une dizaine de villes, une centaine de militaires seulement vont venir renforcer les effectifs sur place dont très peu affectés à des gardes fixes ou à des patrouilles.

Dès lors que, hors les escadrons mobiles de gendarmerie, il ne serait pas raisonnable d’affecter à ces gardes et patrouilles des militaires qui peuvent devoir être amenés à relever ou à renforcer leurs collègues sur les divers champs de bataille actuels hors de France, les effectifs pour effectuer ces missions de surveillance du territoire national sont ridicules; et ce même en ajoutant les compagnies de CRS (qui ne sont pas militaires) et une très faible fraction de la Police Nationale disponible pour de telles missions de surveillance sous forme de garde ou de patrouille.

La France serait donc bien inspirée non seulement de donner l’exemple aux autres Etats membres de l’Union Européenne en arrêtant carrément le processus de désarmement et de diminution des effectifs des Armées, alors que le reste du monde ne cesse de s’armer, mais aussi et surtout en rétablissant une véritable Défense Opérationnelle du Territoire encadrée par la Gendarmerie Mobile ou une Garde nationale constituée pour une bonne partie de ses effectifs par des militaires issus du contingent après rétablissement d’un service militaire court de 4 mois.

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 14:49

 

La décision de la Banque Nationale Suisse de ne plus soutenir le court plancher de 1.20 CHF pour 1 € montre les limites de l’indépendance réelle sur le plan externe d’une Banque Centrale réputée indépendante sur le plan interne et plus largement celle de la souveraineté monétaire et économique d’un Etat. En effet si pendant 3 ans la BNS a pu, dans des conditions somme toute acceptables mais de plus en plus risquées, appliquer sa politique de soutien de l’euro par rapport au franc, le simple bon sens était d’admettre que celle-ci n’était plus possible raisonnablement dès le moment ou la Banque Centrale Européenne avait pris elle la décision contraire de faire diminuer la valeur de l’euro. En effet la taille des masses monétaires en jeu entre l’euro d’une part et le franc d’autre part, rendait une telle politique de plus en plus risquée. Tandis que la BCE a affiché sa volonté de porter à 3000 milliards le total de son bilan alors que le PIB de la Zone euro est de 2400 milliards et que celui de la BNS atteint déjà près de 500 milliards soit pratiquement l’équivalent de son PIB, après l’achat de bientôt près de 300 milliards d’euro, la poursuite de sa politique de soutien de l’euro l’aurait conduite à devoir acquérir presque seule parmi les autres Banques Centrales de monnaies importantes, de nouvelles quantités massives d’euros au risque de voir son bilan dépasser, ce qui ne s’est jamais vu historiquement, la taille de son PIB d’une part, comme souhaite le faire de manière dangereuse la BCE, et de subir d’autre part des pertes considérables en cas de poursuite de la baisse de l’euro malgré son action. Le combat entre la BNS soutenant l’Euro et la BCE voulant le faire descendre pouvait apparaitre comme celui de David contre Goliath sauf que David ne dispose pas de la fronde et de la pierre (ou de l’arbalète et de la flèche) capable de vaincre Goliath. Comme quoi la souveraineté économique d’un Etat est très difficile à conserver face à une mondialisation qui se développe alors que l’on a abandonné rapidement, après le 15 aout 1971, l’idée de réformer le système monétaire international en laissant flotter les monnaies au gré des marchés. Comme quoi aussi le récent référendum, perdu par ses initiants, sur l’obligation pour la BNS de détenir 20% d’or aurait dû avoir du bon car, plutôt que de faire monter le franc par rapport à l’euro, il aurait dû raisonnablement le faire baisser quand les marchés auraient réalisé qu’une perspective de retour un jour à l’étalon or n’était pas si improbable et impossible et que la couverture du franc en or est actuellement inférieure celle de l’euro. Au lieu de cela, la BNS a cru pouvoir imiter bizarrement les anglo-saxonnes Réserve Fédérale des USA et BeO du Royaume Uni en jouant les quasi faux-monnayeurs en faisant marcher la planche à billet pour un résultat plus que passager dès lors que la BCE semble se décider à suivre elle-aussi une telle politique.

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 20:52

L’Occident et les fanatiques musulmans se font la guerre en Afrique, au Proche et Moyen Orient. Les fanatiques musulmans affrontent dans un nombre croissant de régions des militaires qui en sont originaires largement soutenus par ceux de l’Occident qu’ils combattent.

Il est donc logique pour eux de porter la guerre sur le territoire même des Etats Occidentaux qui, en raison de leurs règles démocratiques ne peuvent les y affronter militairement.

L’Occident se trouve ainsi en permanence confronté à un combat asymétrique tant qu’il refuse sur ses territoires, au nom des « droits de l’homme » de mettre en œuvre les moyens juridiques et judiciaires applicables au temps de guerre conférant des pouvoirs exceptionnels non seulement à la Police, à la Gendarmerie et à la Justice.

En supposant que les Etats occidentaux finissent par se décider à mettre en œuvre les instruments adéquates lorsqu’est constaté l’Etat de Guerre, force est de reconnaitre qu’ils vont rapidement se trouver confrontés à une absence de moyens policiers et militaires pour faire face sérieusement à la menace.

En effet les effectifs mobilisables pour la mise en œuvre au plus haut niveau, en France par exemple du plan Vigipirate, restent ridicules. On peut s’étonner d’ailleurs que la Gendarmerie Mobile qui est en charge de la Défense Opérationnelle du Territoire français et doit lui fournir l’essentiel des effectif ne mobilise pas, à l’occasion d’actes de guerre caractérisés sur le territoire national, la totalité de ses réserves mobilisables alors que l’Armée, dont ce n’est pas le rôle premier, ne dispose pratiquement plus de réserves pour ses opérations extérieures.

En outre, il serait grand temps que la France et les autres Etats occidentaux réfléchissent sérieusement rapidement au rétablissement du service militaire encadré par la gendarmerie ou tout équivalent pour assurer la défense armée de leur territoire que ne peut plus assurer leurs armées de métiers excessivement réduites.

Le temps de l’ « angélisme » est révolu celui de la guerre est venu !

Les gouvernements qui se montreront incapables de garantir correctement la défense des citoyens en ne prenant pas l’exacte mesure du danger qui les menace seront responsables non seulement devant les familles des victimes mais l’ensemble de leurs concitoyens.

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 15:45

Le 1er janvier 2015, Lyon devient Métropole de Lyon : une nouvelle collectivité territoriale au statut unique en France. Cette Métropole de Lyon exercera alors l'ensemble des compétences cumulées du Grand Lyon et du Conseil Général du Rhône sur le territoire géographique de la communauté urbaine :

.Compétences issues du Grand Lyon :

Aménagement urbain ; Habitat et logement ; Développement durable et énergie ; Planification territoriale ; Transports et mobilité ; Développement économique ; Relations internationales ; Propreté (nettoyage et gestion des déchets) ; Eau et assainissement ; Voirie ; Tourisme ; Agriculture.

.Compétences issues du département du Rhône :

Insertion ; Personnes âgées ; Personnes en situation de handicap ; Logement et développement urbain ; Mobilité ; Famille ; Éducation (collèges) ; Enfance ; Culture et sport ; Aménagement du territoire ; Voiries ; Tourisme ; Agriculture. .

Autres compétences prévues par la loi :

Création et gestions d'équipements culturels ; Construction et entretien des réseaux de chaud et froid ; Construction et entretien des réseaux très haut débit ; Concession de distribution d'électricité et de gaz ; Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations ; Prévention de la délinquance et accès aux droits ; Participation à la gouvernance des gares ; Co-pilotage des pôles de compétitivité ; Logement ; Création et entretien des services pour les véhicules électriques ; Hygiène et santé.

L’objectif est de mettre la Métropole de Lyon au niveau des grandes métropoles de l’Union Européenne.

Mais en fait la logique voudrait que l’on parvienne à terme au statut de Ville-Etat comme celui d’ Hambourg, de Berlin ou de Brême en Allemagne Fédérale ce qui implique que la ville métropole de Lyon puisse également reprendre non seulement certaine compétence des régions françaises actuelles, de la Région Rhône-Alpes et demain Rhône-Alpes-Auvergne mais également de l’Etat français.

En République Fédérale d’Allemagne, les trois Länder de Berlin, de Brême et de Hambourg sont des « Stadtstaat » dans lesquels les institutions étatiques et municipales sont couplées. D'une certaine manière, la Région Bruxelles-Capitale constitue également une sorte de Ville-Etat au vu des compétences et des pouvoirs exercés par son gouvernement.

Rappelons qu’actuellement ces régions françaises sont compétentes en matière de :

.Aménagement et développement durable du territoire ; Protection de la biodiversité - Climat, qualité de l'air, énergie ; Développement économique ; Soutien à l'innovation ; Internationalisation des entreprises ; Intermodalité et complémentarité entre les modes de transports ; Soutien à l'enseignement supérieur et à la recherche ; formation professionnelle.

Mais si une telle logique doit être appliquée, elle conduit à se poser la question de savoir si une telle Métropole devenue Ville-Etat peut rester la capitale d’une Région dont elle ne ferait plus partie dans la mesure où elle n’aurait plus guère de compétences à partager avec la Région qui l’entoure. En fait on en revient peu ou prou à la situation des Villes Impériales Libres du Saint Empire dont sont héritières les Villes-Etats d'Allemagne dont le pouvoir temporel n’était pas détenu par les mêmes autorités que celles l’exerçant sur la principauté, le duché ou le comté au milieu duquel elle se trouvait. Ainsi dans une telle configuration, on devrait se rappeler utilement que Strasbourg n’était pas sous le Saint Empire, jusqu’à son annexion par la France en 1681, la capitale de l’Alsace, et trouver complétement aberrant qu’appelée à devenir une future Métropole comme Lyon, Strasbourg puisse être érigée demain comme capitale d’une Région Champagne-Lorraine-Alsace avec laquelle elle n’aurait plus guère de problèmes communs.

Mais alors si l’on revient à la future Région Rhône-Alpes-Auvergne, quelle pourrait en être la future capitale : Clermont-Ferrand, Saint Etienne, Grenoble, Bourg-en-Bresse, Chambéry, Annecy…… Certainement pas Grenoble appelée à devenir comme Strasbourg une Métropole sur le modèle de Lyon !

A terme, le département croupion du Rhône diminué de la Métropole de Lyon, puis celui de l’Isère diminuée de la Métropole future de Grenoble sont condamnés à disparaitre comme pour les Bouches du Rhône ou des Alpes Maritimes lorsque Marseille ou Nice seront devenues des Métropoles comme Lyon pour rejoindre un autre département voisin si l’idée des départements ruraux doit logiquement être retenus.

Alors ne serait-il pas plus intelligent, plutôt que de reproduire au niveau régional le système critiquable de la centralisation nationale sur Paris de répartir comme cela se fait dans les Etats qui ont une longue pratique du Fédéralisme, les différentes compétences des Régions nouveaux modèles entre les différentes Communautés urbaines en faisant partie ?

Il serait temps que les élus français cessent de faire des réformes en faisant soi-disant référence à une Allemagne Fédérale dont ils n’ont jamais fait vraiment l’effort de connaitre l’organisation en profondeur !

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans Pro Europa
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 16:36

Le Figaro a interviewé Christopher Caldwell, journaliste américain, dont le livre « Une révolution sous nos yeux ; Comment l'islam va changer la France et l'Europe»qui vient de sortir en France. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Quelques extraits. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > « L'immigration, quelles que soient les circonstances historiques, > > > > > > > > > > > > > > produit toujours des conflits économiques, sociaux ou culturels. > > > > > > > > > > > > > > La diversité n'est pas une richesse comme le proclament certains politiques > > > > > > > > > > > > > > de gauche comme de droite lorsqu'elle est subie. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > « Aux États-Unis, nous connaissons aussi le phénomène de l'immigration. > > > > > > > > > > > > > > La grande vague migratoire, au cours des dernières décennies, a surgi du Mexique, d'Amérique centrale ou d'Amérique du Sud. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Or cette culture n'est pas étrangère aux États-Unis, pays qui compte depuis l'origine une forte minorité catholique. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Les gens qui viennent d'Amérique du Sud sont très pauvres, mais leurs références et leurs façons de vivre sont à peu près similaires à celles des Siciliens, dont descendent la grande majorité des citoyens italo-américains. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Avec nos immigrés, nous n'avons donc pas un problème culturel comme vous, car ce sont des judéo-chrétiens et nous aussi. L'islam est une culture religieuse qui veut structurer la société. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Est-ce compatible avec la tradition européenne ? > > > > > > > > > > > > > > Non. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > La France va imploser dans 15 ou 20 ans dans le sang et les larmes. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > C'est maintenant irréversible. sauf.... > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Tous vos dirigeants, hormis De Gaulle, n'ont pas été responsables et visionnaires. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Aujourd'hui, ceux qui gouvernent la France n'ont pas la capacité à réagir face à ce drame programmé. > > > > > > > > > > > > > > D'autres demain vont se plier aux exigences des islamiques et vont collaborer. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Vous subirez la Charia. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > « Vous me demandez en quoi l'immigration en Europe concerne les Américains. Ce n'est pas pour en tirer des leçons pour les États-Unis, > > > > > > > > > > > > > > car la situation est très différente. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > En fait, les Américains s'y intéressent pour des raisons géostratégiques : leur interrogation porte sur les populations non assimilées de l'Europe, vues comme des sources potentielles de terrorisme ou d'antiaméricanisme.. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > « Dans une démocratie, il faut partager des règles. > > > > > > > > > > > > > > Or deux cultures incarnant des visions différentes du monde ont du mal à s'accorder sur de telles règles. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Cela ne veut pas dire qu'il est impossible d'y parvenir, mais que c'est difficile > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Verrons-nous un jour un féminisme musulman ? Je ne sais pas. Ce que je sais, aujourd'hui, c'est que la conception occidentale de la femme ne s'accorde pas avec la conception arabo-musulmane de la femme. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Ce sont les mêmes problèmes qui reviennent d'une manière ou d'une autre (partout en Europe). > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Pour commencer, l'intégration des immigrés s'apparente globalement à un échec. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Et les mêmes questions sont posées partout : les taux de chômage et de délinquance supérieurs à la moyenne dans les quartiers peuplés de migrants, les revendications concernant les prescriptions alimentaires islamiques, les demandes de séparation des sexes à l'hôpital ou dans les activités sportives, la recherche d'interlocuteurs musulmans modérés. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Quand on voyage d'un pays européen à l'autre, comme je l'ai fait pendant plusieurs années, on entend les mêmes préoccupations, les mêmes mots, > > > > > > > > > > > > > > et jusqu'aux mêmes blagues... > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Quand vous allez vous réveiller il sera trop tard > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Si l'on cherche une différence entre pays européens quant au traitement de l'immigration, elle est précisément là : en France, la parole est verrouillée, contrairement à la Grande-Bretagne , l'Italie ou l'Allemagne. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Pierre-André Taguieff a raison quand il évoque l'idéologie de l'« immigrationnisme ». > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Chez vous, il est presque illégal d'avoir une réflexion négative sur un phénomène qui, comme tout fait de société, ne devrait pas échapper > > > > > > > > > > > > > > à l'esprit critique. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > La France va payer très cher son "politiquement correct". > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Ce qui m'inquiète pour vous, c'est que la situation européenne commence à ressembler auproblème racial qui a longtemps empoisonné la vie américaine. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Cela ne veut pas dire qu'il n'existe aucune solution pour l'Europe, ni que deux groupes ethniques ne peuvent pas travailler ensemble pour bâtir quelque chose qui soit mutuellement satisfaisant. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Mais il faut avoir conscience que l'Europe fait désormais face à un problème durable. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Chez nous, il a duré trois cent cinquante ans. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Je pense que les enjeux de ce problème sont encore plus grands que ne le pensent les Européens. » > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Une culture religieuse forte et un système contractuel basé sur la tolérance sont difficiles à concilierparce que, dans une telle rencontre, c'est toujours le côté qui ne veut pas négocier qui a l'avantage.. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Une religion qui ne doute pas de soi et qui prétend structurer toute l'organisation sociale mondiale, comme l'islam, n'est pas prête à transiger. » > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > En Belgique, la communauté belgo-marocaine, relativement bien intégrée, affiche un indicateur conjoncturel de fécondité deux fois et demie plus élevé que celui des Belges autochtones. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > A Bruxelles, où le quart des habitants sont des citoyens étrangers et où plus de la moitié des enfants nés en 2006 étaient nés de musulmans (56 %), les sept prénoms de garçons les plus courants parmi ces nouveau-nés étaient Mohamed, Adam, Rayan, Ayoub, Mehdi, Amine et Hamza. » > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Boumédienne avait bien dit en 1974 à la tribune de l'ONU que : > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > "Les ventres des femmes musulmanes remplaceront les fusils et les canons pour conquérir l'Europe". > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Le problème fondamental de l'Europe avec l'islam, et avec l'immigration en général, c'est qu'en Europe, les communautés les plus fortes ne sont, culturellement parlant, pas du tout européennes. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Malgré la grande variété de mesures prises pour le résoudre : > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > - multiculturalisme en Hollande, > > > > > > > > > > > > > > - laïcité en France, > > > > > > > > > > > > > > - laisser-faire en Grande-Bretagne, > > > > > > > > > > > > > > - pointillisme constitutionnel en Allemagne, > > > > > > > > > > > > > > ce problème existe dans tous les pays européens. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > C'est avec l'islam et l'immigration que l'Europe a un problème et non avec l'usage impropre de certains moyens mis en place pour le traiter. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Il est sûr que l'Europe sortira changée de sa confrontation avec l'islam. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Il est bien moins sûr que ce dernier se révèle assimilable. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Pour l'heure, l'islam est en meilleure position pour l'emporter à la fois démographiquement, c'est une évidence, et philosophiquement, > > > > > > > > > > > > > > même si cet avantage paraît moins net. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Quand une culture peu sûre d'elle, malléable et relativiste, rencontre une culture ancrée, confiante et renforcée par des doctrines communes et surtout religieuses, c'est généralement la première qui change pour s'adapter à la seconde car elle a perdu les moyens de réagir. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Il n'y que le nationalisme qui pourra vous sauver ; la guerre en ex-Yougoslavie en est un exemple. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Les musulmans, craintifs et soumis lorsque qu'une autorité les domine, n'imposeront pas leur manière de > > > > > > > > > > > > > > vivre à celle-ci, à l'instar de chez vous. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Allez visiter la Croatie, la Serbie ou bien, plus près de chez vous, la Corse. Pourtant dans cette île, ils représentent 10% de la population autochtone et n'inquiètent pas outre mesure les Corses. > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > N'oubliez pas que ces trois peuples, comme par hasard, était les seuls en Europe à se libérer du joug nazi sans l'aide de personne. Il en est ou sera de même avec l'occupation musulmane car le patriotisme est leur ciment . > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > On dit bien chez vous "on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs ?"

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 13:28

Plutôt que de supprimer en juin 2014 le 110ième RI, dernier régiment de la brigade franco-allemande qui stationnait à Donaueschingen dans le Bade Wurtemberg pour des raisons d’économie sans concertation préalable avec les autorités allemandes et le remplacer par le 1er RI de Sarrebourg, n’aurait-il pas été plus intelligent de la part du gouvernement français de poursuivre l’œuvre engagée avec l’implantation en Alsace du Jägerbataillon 291 en proposant au gouvernement allemand de faire venir à Sarrebourg également le Jägerbataillon 292 stationné à Donaueschingen au lieu et place du 1er RI qui lui serait parti y remplacer le 110 ième Ri dissous en juin 1994, de même que de proposer le transfert du 3ième Régiment de Hussard de Metz à Emmindingen et de le remplacer à Metz par l’ Artilleriebataillon 295 d’ Immendingen et de Sigmaringen, et la Panzerpionierkompanie 550 d’Immendingen ?

En outre ce stationnement de la quasi-totalité des effectifs allemands de la Brigade sur territoire français et des effectifs français sur territoire allemand aurait favorisé l’apprentissage du français pour les premiers et de l’allemand pour les seconds et la mise en œuvre du bilinguisme dans la Brigade franco-allemande en remplacement de l’anglais langue de travail incongrue indépendamment de l’appartenance des deux pays à l’Otan.

Le symbole serait resté fort !

Et on aurait fait un nouveau progrès vers une future armée fédérale dont la brigade franco-allemande se voulait l’embryon.

Mais pouvait-on attendre d’un gouvernement composé de petites gens peu intéressés par les questions de défense et d’intégration européenne qu’il ait de grandes idées ?

Union Européenne- Allemagne-France- Europe de la Défense- Armée Française- Deutsche Bundeswehr-Brigade franco-allemande- Stationnement des Unités-1er RI et 110ième RI- Jägerbataillon 292- Artilleriebataillon 295 -Panzerpionierkompanie 550-Villes de Garnison-Alsace-Lorraine- Metz-Sarrebourg-Bade-Wurtemberg-Immendingen-Donaueschingen
Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 13:52

Les musulmans vivant dans l'Union Européenne se sentent discriminés. Pourtant comme tous les citoyens, ils y ont les mêmes droits que les autres citoyens de religion chrétienne ou juive.

Se posent-ils la question de savoir s'il en est de même dans les pays musulmans qui discriminent de plus en plus les chrétiens, ou les juifs ?

Que font ils sérieusement pour condamner le comportement de certains de ces pays musulmans, qui tout en allant soutenir financièrement les islamistes radicaux qui massacrent ou oppriment les chrétiens originaires de pays oû les musulmans imposent leur loi au motif qu'ils y sont devenus majoritaires tout en feignant d'être les alliés des Occidentaux ?

Que font les gouvernements occidentaux pour exiger de ces pays qu'ils respectent le simple principe de réciprocité ? Rien parce qu'ils ont besoin de leur argent et acceptent toutes les compromissions au nom souvent bien galvaudé du respect des droits de l'Homme .!

Résultat, les peuples européens même en voie de déchristianisation accélérée, se rebellent car pour eux l'enjeu devient culturel face à un Islam qui se croit, du fait de cette déchristianisation, capable désormais d'islamiser l'Europe entière comme il avait pu l'espérer au VIII° siècle bien avant que du fait de leur occupation des lieux saints communs aux grandes religions du livre, ne soit entrepris la première croisade.

Aujourdhui, inutile de se cacher la vérité, c'est une nouvelle guerre de civilisation qui commence faute par les musulmans modérés de passer leur temps à gémir plutôt qu'agir pour éradiquer chez eux les racines du mal.

PEGIDA

Patriotische Europäer Gegen die Islamisierung des Abendlandes

Veröffentlicht am 10. Dezember 2014

POSITIONSPAPIER der PEGIDA

1. PEGIDA ist FÜR die Aufnahme von Kriegsflüchtlingen und politisch oder religiös Verfolgten. Das ist Menschenpflicht!

2. PEGIDA ist FÜR die Aufnahme des Rechtes auf und die Pflicht zur Integration ins Grundgesetz der Bundesrepublik Deutschland (bis jetzt ist da nur ein Recht auf Asyl verankert)!

3. PEGIDA ist FÜR dezentrale Unterbringung der Kriegsflüchtlinge und Verfolgten, anstatt in teilweise menschenunwürdigen Heimen!

4. PEGIDA ist FÜR einen gesamteuropäischen Verteilungsschlüssel für Flüchtlinge und eine gerechte Verteilung auf die Schultern aller EU-Mitgliedsstaaten! (Zentrale Erfassungsbehörde für Flüchtlinge, welche dann ähnlich dem innerdeutschen, Königsteiner Schlüssel die Flüchtlinge auf die EU-Mitgliedsstaaten verteilt) und für dessen konsequente Umsetzung!

5. PEGIDA ist FÜR eine Senkung des Betreuungsschlüssels für Asylsuchende (Anzahl Flüchtlinge je Sozialarbeiter/Betreuer – derzeit ca.200:1, faktisch keine Betreuung der teils traumatisierten Menschen)

6. PEGIDA ist FÜR ein Asylantragsverfahren in Anlehnung an das holländische bzw. Schweizer Modell und bis zur Einführung dessen, FÜR eine Aufstockung der Mittel für das BAMF (Bundesamt für Migration und Flüchtlinge) um die Verfahrensdauer der Antragstellung und Bearbeitung massiv zu kürzen und eine schnellere Integration zu ermöglichen!

7. PEGIDA ist FÜR die Aufstockung der Mittel für die Polizei und GEGEN den Stellenabbau bei selbiger!

8. PEGIDA ist FÜR die Ausschöpfung und Umsetzung der vorhandenen Gesetze zum Thema Asyl und Abschiebung!

9. PEGIDA ist FÜR eine Null-Toleranz-Politik gegenüber straffällig gewordenen Asylbewerbern und Migranten!

10. PEGIDA ist FÜR den Widerstand gegen eine frauenfeindliche, gewaltbetonte politische Ideologie aber nicht gegen hier lebende, sich integrierende Muslime!

11. PEGIDA ist FÜR eine Zuwanderung nach dem Vorbild der Schweiz, Australiens, Kanadas oder Südafrikas!

12. PEGIDA ist FÜR sexuelle Selbstbestimmung!

13. PEGIDA ist FÜR die Erhaltung und den Schutz unserer christlich-jüdisch geprägten Abendlandkultur!

14. PEGIDA ist FÜR die Einführung von Bürgerentscheidungen nach dem Vorbild der Schweiz!

15. PEGIDA ist GEGEN Waffenlieferungen an verfassungsfeindliche, verbotene Organisationen wie z.B. PKK

16. PEGIDA ist GEGEN das Zulassen von Parallelgesellschaften/Parallelgerichte in unserer Mitte, wie Sharia-Gerichte, Sharia-Polizei, Friedensrichter usw.

17. PEGIDA ist GEGEN dieses wahnwitzige “Gender Mainstreaming”, auch oft “Genderisierung” genannt, die nahezu schon zwanghafte, politisch korrekte Geschlechtsneutralisierung unserer Sprache!

18. PEGIDA ist GEGEN Radikalismus egal ob religiös oder politisch motiviert!

19. PEGIDA ist GEGEN Hassprediger, egal welcher Religion zugehörig!

Allemagne- Musulman- Integrisme- Patriotische Europäer Gegen die Islamisierung des Abendlandes (PEGIDA) (Européens patriotes contre l'islamisation) Kaiserreich partei-Parti Imperial europeen
Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 10:44

Sous Louis XIV, de 1677 à 1697, soit pendant 20 ans, la France a occupé la ville de Fribourg en Brisgau et à la même époque après la Révocation de l’Edit de Nantes en 1685, 40 000 Huguenots ont émigré pour certaines régions d’Allemagne dont 20 000 pour le seul Etat de Brandebourg (Berlin),

De 1789 à 1815, soit pendant 25 ans, 140 000 nobles français ont émigrés pour une bonne partie en Allemagne spécialement à Hambourg, Cologne et surtout dans l’Electorat de Trèves, et de nombreux civils et militaires sous le Consulat et le Premier Empire Napoléonien avec la création des 4 départements français sur le territoire de la Sarre, de la Rhénanie Palatinat de 1797 à 1814 :

.le Mont-Tonnerre avec chef-lieu Mayence et ses sous-préfectures Spire, Kaiserslautern et Deux-Ponts,

.le Rhin-et-Moselle avec chef-lieu Coblence, et les deux sous-préfectures Bonn et Simmern.

.la Roer avec chef-lieu Aix-la-Chapelle et les sous-préfectures Clèves, Cologne et Crevelt (territoire correspondant aujourd'hui à la partie du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie,

.la Sarre avec chef-lieu Trèves et ses sous-préfectures Birkenfeld, Prüm et Sarrebruck (territoire correspondant à une partie du Land de la Sarre d'aujourd’hui et d’une partie de la Rhénanie-Palatinat).

Après la Première guerre mondiale, par application du traité de Versailles, 210 000 Français ont occupé la Rive gauche du Rhin puis la Ruhr de Duisbourg à Dortmund pendant 10 ans de 1920 à 1930.

Enfin de 1945 à aujourd’hui, plusieurs centaines de milliers de militaires ont séjourné en Rhénanie-Palatinat, Bade-Wurtemberg et à Berlin dans environ une centaine de villes de garnison essentiellement en Sarre, en Rhénanie-Palatinat et au Bade Wurtemberg ou à Berlin : Achern - Althausen - Alzey - Andernach - Aulendorf - Bad Bergzabern - Bad Ems - Bad Godesberg - Bad Kreuznach - Bad Lauterberg - Bad Neuenach - Baden Baden - Balingen -Baumholden - Bendorf - Bergzabern - Berlin - Baumgarten - Bernkastel - Bingen - Birkenfeld - Bitburg - Boppart - Breihulen - Bühl - Calw - Coblence - Cochern – Constance - Dachau -Daun -Diez - Donaueschingen - Ebingen - Edenkoben - Ehingen - Emmendingen -Erzingen -Falkau - Finthen - Frankenthal - Frankfurt - Freiburg - Freudenstadt - Friedrichshafen - Friesenheim - Fritzlach -Fürth am wald - Germersheim - Giessen - Goslar - Gottmadingen - Grünstadt - Hachenburg - Hasborn - Hassloch - Hechingen - Hermerskeil - Herrenalb - Homburg - Horb - Homberg - Idar Oberstein - Iffezheim - Immendingen - Immenstadt - Ingelheim - Kaiserslautern - Kandel - Kappelrodeck - Karlsruhe - Kehl - Kenzingen - Kirchen - Kirchheimbolanden - Kirn - Konz - Kusel - Kyllburg - Lachen speyerdorf - Lahr - Lambrecht - Landau - Landstuhl - Langenargen - Laufenburg - Lindau - Linx - Ludwigshafen - Lörrach – Marburg - Mayen - Mayence - Meersburg - Mengen - Merzig - Messkirch - Metzingen - Montabaur - Murnau - Mülheim - Münsingen - Neunkirchen - Neustadt - Neustadt/Titisee - Neuwied - Niedermendig - Oberkirch - Oberlahnstein - Oberndorf - Oberwinter - Ochasenhausen - Offenburg - Oppenheim - Ottweiler - Pforzheim - Pfullendorf/Stetten - Pirmasens - Radolfzell - Ramstein - Rastatt - Ravensburg - Reichenbach - Renchen - Reutlingen -Rheinbischofsheim - Rheinfelden - Riedlingen - Rockenhausen - Rotenburg - Rotenfels - Rottweil - Saarbrucken - Saaburg - Sackingen - Sarrelouis - Salgau - Schopfheim - Sigmaringen - Simmer - Speyer - St Goar - St Goarshausen - St Ingert - Stetten - Stockach - Sulzbach - Tenningen - Tettnang - Traben/Trabach -Treves - Tübingen - Überlingen - Unterhausen - Vallendar - Vieux/Brisach - Villingen - Volklingen - Waldshut - Wangen - Weil am Rhein - Weingarten - Wengenrohr - Wetzlach - Wildbad - Wittlich - Wolfach -Worms -Zweibrücken -

dont 50000 à Baden-Baden et jusqu’à 13 000 hommes à Trèves ou ils représentaient dans chacune de ces deux villes environ 10 % de la population.

Alors que des milliers de civils et de militaires français ont ainsi séjourné plusieurs mois voire plusieurs années en Allemagne plus particulièrement en Rhénanie-Palatinat, au Bade-Wurtemberg et à Berlin et que la langue française est devenue la langue majoritairement apprise par les étrangers instruits en Allemagne pendant 250 ans de Louis XIV à la Première guerre mondiale et plus largement celle de la noblesse et de la grande bourgeoisie européenne, que reste-t-il de la langue française en Allemagne et de la langue allemande en France et quel est le niveau des échanges culturels en dépit des efforts de l’Office Franco-Allemand ?

S’agissant de la langue française et de l’influence culturelle de la France dans la Rive gauche du Rhin le Bade-Wurtemberg et même Berlin, il n’en reste guère de trace; seule exception la Sarre qui vient d’introduire courageusement le bilinguisme.

S’agissant de l’Allemand et de l’influence culturelle allemande en France, un constat aussi affligeant doit être fait.

A tel point que lors de la création de la Brigade franco-allemande en 1989, les autorités militaires ne trouveront rien de mieux que de choisir comme langue de travail l’anglais plutôt que de pratiquer le bilinguisme.

Non seulement les autorités militaires françaises en Allemagne n’ont rien fait pour inciter tous les jeunes Français qui sont encore vivants qui ont effectué leur service militaire en Allemagne jusqu’à la fin de la conscription en 1994 à apprendre l’Allemand alors pourtant que la France et l’Allemagne étaient depuis 35 ans membres fondateurs de l’Union Européenne et n’ont guère fait davantage après, avec les militaires français de carrière restés stationnés en Allemagne.

Bien au contraire, en France les autorités civiles ont tout fait en Alsace et dans la partie de la Lorraine germanophone depuis 100 ans, pour limiter non seulement l’usage mais l’enseignement de l’Allemand après la réintégration à la France de l’Alsace-Lorraine.

Pourtant il est évident que pour favoriser la libre circulation des personnes et des travailleurs mais également la cohésion de l’Union Européenne, la France aurait eu tout à gagner à l’instauration du bilinguisme en Alsace-Lorraine comme vient de le faire la Sarre et l’a toujours fait le Luxembourg, et les Länder de Rhénanie Palatinat et du Bade-Wurtemberg à privilégier l’enseignement du Français comme premier langue étrangère.

Il n’est pas normal que la proportion de Polonais qui parlent aujourd’hui l’allemand en Pologne soit très supérieure à celle des Français. En effet 26 % des Polonais savent parler allemand et seulement 25 % l’anglais (le nouveau président de l’Union Européenne Donald Tusk ne sait pas l’anglais et seulement ).

S’il serait normal que l’anglais, qui est la langue maternelle d’environ 13 % de citoyens européens de deux Etats européens, le Royaume Uni et l’Irlande, soit traité à égalité avec le Français langue maternelle de 13 % également de citoyens de trois Etats membres, au niveau des institutions européennes, quoique rentrés beaucoup plus tard dans l’Europe et si ce n’est l’inconvénient qu’il véhicule non plus comme il y a encore 40 ans la culture du Royaume Uni mais celle désormais des Etats Unis d’Amérique, qui nuit manifestement à la création de l’Unité Européenne, en revanche il est parfaitement anormal que l’allemand qui est la langue maternelle de deux Etats européens représentant environ 16 % des citoyens de l’Union soit réduit à la portion congrue comme tend à y être réduit le français.

La France qui s’est toujours voulue comme le moteur de l’Union Européenne porte une lourde responsabilité et notamment son armée qui disposait d’un facteur puissant d’intégration européenne qu’elle a négligé du fait de son aspiration chronique critiquable à réintégrer l’Otan.

Pourtant si les hommes politiques européens prenaient un peu la peine d’apprendre l’histoire de la Suisse et de l’observer comme un espèce de laboratoire de l’Union, ils sauraient qu’un débat virulent y est actuellement mené en Suisse latine et romande notamment contre la volonté des cantons de langues allemandes, à l’exception de ceux comme Berne ou Bâle situés sur la frontière linguistique, de privilégier l’enseignement de l’anglais comme première langue étrangère au détriment du français alors que les cantons romands continuent de vouloir privilégier l’allemand. En effet si en Suisse le français n’est la langue maternelle que d’un peu plus de 20 % des Suisses et l’allemand (à l’écrit, le dialecte à l’oral) celle de 70 %, l’enseignement comme première langue étrangère d’une des langues nationales a toujours fait consensus au niveau de la protection de la cohésion nationale, les Suisses ne pouvant qu’être épouvantés de la situation actuelle de la Belgique. A tel point que, bien que, comme les Lander allemands, l’enseignement relève de la compétence des cantons, il est de plus en plus sérieusement question d’inscrire dans la Constitution Fédérale le principe de l’enseignement obligatoire en premier langue étrangère nationale soit le français ou l’italien pour les alémaniques, le français ou l’allemand pour les italophones, et l’allemand ou l’italien pour les francophones. En outre comme la Sarre, les cantons situés sur la frontière linguistique français-allemand songent de plus en plus à y développer le bilinguisme sans pour autant que l’anglais du fait de sa plus grande facilité et son attractivité surtout culturelle soit prétérité par sa « relégation » comme deuxième langue étrangère enseignée car n’ayant pas vocation, aucun canton n’étant anglophone à devenir comme une cinquième langue nationale derrière l’allemand, le français, l’italien ou le romanche.

L’avenir pour les hommes politiques, les hommes d’affaires, les ingénieurs ….. est au trilinguisme et non au monolinguisme ce dont viennent de se rendre compte même les anglais qui découvrent le fait que la méconnaissance des langues étrangères nuit au commerce et dont le Premier Ministre a cru intelligent avec son sens de la provocation anti-européenne d’estimer qu’il fallait privilégier l’enseignement du chinois puisque la Chine est le principal marché mondial.

Félicitation encore au Lander de Sarre pour l’introduction du bilinguisme franco-allemand qui ne nuira pas pour autant à l’enseignement de l’anglais mais constitue un bel exemple pour l’osmose des populations sur les frontières linguistiques internes de l’Union.

~~Union Européenne-Allemagne-France-Allemand-Français- Langue-Culture-Huguenots- Nobles émigrés- Armées Françaises-Forces Françaises en Allemagne- Sarre- Rhénanie-Palatinat-Bade-Wurtemberg-Rive Gauche du Rhin- Ruhr-Berlin-Alsace-Lorraine-Frontières linguistiques- Bilinguisme-Suisse
Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans Pro Europa
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 19:08

Alors que tous les économistes sérieux s’accordent sur le fait qu’un Etat perd toute marge de manœuvre lorsque son endettement dépasse 60 % de son PIB (critère retenu par le Pacte de Stabilité qui lie en principe les pays de l’Eurogroupe), seuls quelques Etats ont une dette publique inférieure à ce seuil. Pratiquement tout le monde semble se féliciter du retour à la croissance du PIB américain de l’ordre de 3.5% et de la baisse du chômage aux environs de 6.5 % qui serait le résultat de la politique de la « planche à billets » de la Reserve Fédérale. Certes cette croissance retrouvée a permis à l’Etat américain de revenir à un déficit budgétaire de l’ordre de 3%. Force est malheureusement de constater que cela n’a pas permis aux USA de stopper l’augmentation de leur endettement qui a dépassé les 18 000 milliards de dollars soit plus de 100 % du PIB. En Grande Bretagne ou la Banque d’Angleterre a opté également pour la politique de la planche à billets, la situation n’a rien de très enviable. En effet si la croissance du PIB atteint en 2014 les 3% et le chômage s’est réduit aussi aux environs de 6.5%, le déficit budgétaire atteint encore 6 % soit le double de ce qui est autorisé par les accords de Maastricht pour les pays de l’Euro et la dette est passée de 84.29% en 2011 à 88.80% en 2012, 92.14% en 2013 et 95.25% en 2014 dépassera inéluctablement le seuil des 100% du PIB. Au Japon ou la Banque Centrale se met elle-aussi à faire marcher la planche à billet pour tenter de relancer la croissance et lutter contre la déflation, la dette atteint déjà un record mondial à 227% du PIB. En Italie, pays membre de l’Eurogroupe ou jusqu’à présent la BCE ne s’est pas engagé dans une politique de la planche à billets comme les USA, la Grande Bretagne et le Japon et dont la croissance du PIB stagne mais le déficit budgétaire respecte en 2014 la règle des 3 % maximum, la dette dépasse les 135 % du PIB. La France qui n’arrive pas à respecter cette norme des 3% continue de voir sa dette publique augmenter et dépasser désormais les 100% du PIB comme les USA. Et même la vertueuse Allemagne qui a réussi à équilibrer son budget voit sa dette atteindre en 2014 les 78% de son PIB à un moment où France et Italie voudraient la voir accepter un relâchement de la discipline budgétaire. Or la politique consistant à augmenter considérablement la masse monétaire a permis ramener à près de 0 les taux à court terme et aux grands Etats d’emprunter à des taux historiques sur 10 ans de 1% pour l’Allemagne et de 1.20 % pour la France sans qu’aucun des grands Etats USA, Grande Bretagne, Japon, France , Italie et même Allemagne n’ait réussi à revenir en dessous du seuil de 60%. Sans remontée de l’inflation, comment pourront-ils faire pour y parvenir lorsque les taux devront remonter si on ne veut pas mettre en péril toute une partie des modes de financement par capitalisation notamment des retraites ? Seule la Suisse avec son frein à l’endettement a réussi à rester nettement en dessous du seuil de 60 % de son PIB. Mais alors que la BNS a considérablement réduit ses réserves d’or de 2500 tonnes avant 2000 à environ 1000 tonnes aujourdhui, elle se trouve contrainte elle-aussi, bien qu’elle bénéficie d’une croissance très enviable de son PIB, de faire néanmoins marcher la planche à billets pour acheter surtout des euros mais également des dollars pour empêcher une montée inexorable du franc suisse qui compromettrait cette croissance. Face à cette situation gravissime de l’endettement des Etats, on comprend plus facilement que certaines personnes de bon sens en Suisse se rappellent ce jour fatidique du 15 aout 1971 ou le Président Nixon a décidé de la non convertibilité du dollar en or ouvrant la porte à une émission monétaire incontrôlée qui va vite devenir incontrôlable et aient lancé une initiative obligeant la Banque Nationale Suisse à remonter de 7 à 20 % en 5 ans et que le Sénateur Républicain Ron Paul ait fait savoir qu’il approuvait une telle initiative qui si elle est acceptée créera un véritable cataclysme.

DETTES PUBLIQUES- CROISSANCE-DEFICITS PUBLIQUES-CHOMAGE-EMISSION MONETAIRE-BANQUES CENTRALES-USA-ROYAUME UNI-JAPON-ITALIE-INITIATIVE SUISSE SUR L’OR-
Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 16:50

Alors que l’Alsace se bat pour rester indépendante en refusant d’appartenir à une Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine et poursuit son projet avorté de fusion de ses deux départements, arguant à juste titre par comparaison avec l’Allemagne Fédérale voisine notamment que ce n’est pas la taille qui compte mais la puissance économique,

alors que la Bretagne manifeste elle-aussi pour obtenir le rattachement de Nantes et du département de Loire Atlantique,

que font les habitants de la Savoie, qui après avoir déjà vu leurs élus leur faire avaler la couleuvre de l’absorption par la Région Rhône-Alpes, voient leurs élus actuels, souvent toujours les mêmes qu’à l’époque, accepter le principe d’une intégration à une grande région Rhône-Alpes-Auvergne ?

Rien, ou pratiquement rien !

Si ce n’est qu’après avoir longtemps refusé de suivre l’exemple alsacien notamment en ce qui concerne leur projet de fusion des deux départements, les mêmes s’y rallient soudain avec d’autant plus d’empressement que cette fois bon nombre d’élus de base leur ont fait prendre conscience que non seulement ils pèseront encore moins dans une grande assemblée de Rhône-Alpes-Auvergne mais surtout ils perdront, avec la suppression de leurs deux départements programmés dès lors qu’ils ne constituent pas des départements ruraux susceptibles d’être maintenus, la proximité qu’ils avaient avec leurs conseillers généraux. Que peut-on attendre d’hommes politiques qui ayant fait choix d’une carrière nationale voire européenne comme des Barnier, Gaymard .. et autres qui se verraient certainement mieux à la tête d’une future Région Rhône-Alpes-Auvergne que d’un Région Savoie qui économiquement pèse pourtant autant que la Suisse Romande hors de l’Union Européenne, plus que la Slovénie ou le duché du Luxembourg et de plusieurs Etats de l’Union et plus que bon nombre de régions d’Allemagne, d’Espagne ou d’Italie… ?

Rien si ce n’est la défense de leur carrière politique personnelle !

Ce n’était certainement plus avec le projet d’amendement voué à l’échec ci-dessous défendu par Mr Gaymard que la Savoie pouvait espérer sauver sa cause :

« La parole est à M. Hervé Gaymard, pour soutenir l’amendement no 383.

M. Hervé Gaymard. Cosigné par huit des dix députés des départements de la Savoie et de la Haute-Savoie, cet amendement fait suite à l’initiative que nous avons prise avec Christian Monteil, le président du conseil général de la Haute-Savoie, de proposer la création d’une collectivité territoriale Savoie-Mont-Blanc dans le cadre de l’article 72 de la Constitution. La Savoie remonte à la plus haute Antiquité, comme aurait pu l’écrire l’Auvergnat Alexandre Vialatte. Dans la période contemporaine, elle a été française à deux reprises : de 1792 à 1815 et depuis 1860. Lors de la première période, la province de Savoie a pour l’essentiel été administrée dans le cadre d’un département qui portait le nom du Mont-Blanc. Lorsque la Savoie est redevenue française en 1860, deux départements ont été créés : la Savoie et la Haute-Savoie. Depuis cette époque et surtout depuis la décentralisation de 1982, les deux départements ont, de manière croissante, travaillé ensemble. La proposition qui vous est soumise est née de l’annonce qui a été faite d’une réforme territoriale profonde. Les deux départements savoyards appartiennent à la région Rhône-Alpes. Je le dis d’emblée : cette proposition ne tend pas à les en faire sortir. Compte tenu de la création plus que probable de la très grande région Rhône-Alpes-Auvergne, et dans un secteur composé de plusieurs villes d’une certaine importance mais dépourvu de métropole, il nous semble toutefois qu’il est nécessaire de disposer d’un échelon de proximité. Nous avons donc pensé que l’article 72 de la Constitution, déjà utilisé pour créer la collectivité rassemblant le Grand Lyon et le département du Rhône, pouvait être utilisé pour créer cette collectivité à statut particulier. Au cours du débat, monsieur le ministre, nous avons fait le tour de l’ensemble des provinces de France. « La France se nomme diversité », écrivait Fernand Braudel que l’on cite souvent à tort et à travers. Les pays de Savoie participent de cette diversité. Si la réforme, telle que vous nous la proposez, est adoptée dans son épure initiale, les Pays-de-Savoie disparaîtront puisqu’il n’y aura plus aucun centre de décision autonome, ni à Chambéry, ni à Annecy – ce qui est d’ailleurs contraire à l’esprit des lois de décentralisation de 1982. C’est la raison pour laquelle nous faisons cette proposition. Nous sommes aujourd’hui en première lecture et j’ai bien conscience que cette proposition doit être affinée dans la concertation. En ce qui concerne le régime électoral que nous pourrions mettre en place, notre amendement propose de maintenir le régime électoral de droit commun tel qu’il est issu de la dernière loi réformant le scrutin pour les élections départementales. Quant aux compétences, il nous paraît évident que certaines d’entre elles doivent être exercées à l’échelon régional. Je pense notamment aux transports, qu’ils soient ferroviaires ou routiers, car il semble que, dans la future loi sur la répartition des compétences, la région deviendra, au côté de l’État, l’autorité organisatrice de droit commun des transports. Je pense également à l’éducation, à l’emploi et à la formation : le fait que les collèges et les lycées soient gérés au niveau régional, ainsi que la formation professionnelle, nous semble une très bonne chose. Nous voulons néanmoins garder, dans l’enceinte territoriale des Pays-de-Savoie, la maîtrise d’un certain nombre de politiques. Je pense en particulier à la politique de développement économique sous tous ses aspects, qu’il s’agisse de soutien aux entreprises, de l’agriculture de montagne ou du tourisme. Ce sont d’ailleurs des compétences que nous exerçons déjà en très bonne harmonie avec la région Rhône-Alpes et, de ce point de vue, la création d’une telle collectivité territoriale ne changerait pas grand-chose à la situation actuelle. Je terminerai mon propos par une dernière remarque. Les femmes et les hommes de ces départements ont construit patiemment, depuis des décennies, notamment depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, un modèle de développement économique, social et culturel original. Nous avons la conviction qu’un certain nombre de réalisations et de caractéristiques de nos Pays-de-Savoie n’existeraient pas aujourd’hui si des initiatives n’avaient pas été prises localement, depuis Chambéry et Annecy. Au demeurant, la philosophie de la décentralisation de François Mitterrand était de faire confiance à l’inventivité territoriale. Nous voulons garder cette capacité de création, d’inventivité et d’initiative, parce que si, demain, des structures délibératives disparaissaient dans nos Pays-de-Savoie Mont-Blanc pour être transférées dans une grande assemblée qui réunirait Rhône-Alpes et l’Auvergne, avec beaucoup moins de décideurs, il n’en serait pas de même. Pour toutes ces raisons, monsieur le ministre, nous vous faisons cette proposition. Nous avons conscience que nous devons travailler ensemble et que nous allons, dans les semaines qui nous séparent de la prochaine lecture de ce projet de loi, d’abord au Sénat puis à l’Assemblée nationale, affiner ces propositions. Nous vous avons entendu au Sénat, ici en commission des lois, et dans cet hémicycle. Vous avez dit à plusieurs reprises que le Gouvernement mettait sur la table un projet de réforme territoriale global, la première phase étant le redécoupage territorial, la seconde visant à la disparition programmée des départements tels qu’ils existent aujourd’hui. Vous avez entendu la position d’un certain nombre d’élus en France – dont beaucoup appartiennent à votre majorité –, élus de secteurs ruraux ou montagnards, dans lesquels il n’y a pas de fait métropolitain. C’est dans l’état d’esprit qui semble vous animer que nous vous faisons cette proposition. Chers collègues, nous vous remercions par avance de la soutenir. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

Mme la présidente.

Quel est l’avis de la commission ?

M. Carlos Da Silva, rapporteur.

Il faut le dire, c’est une proposition intelligente, que M. le ministre Gaymard a exposée avec calme et sérénité. Mais il reconnaît lui-même qu’elle n’est pas aboutie. Au fond, il veut prendre date, dire le travail qui a été déjà été fait et celui qui resterait à faire. Je peux simplement dire que la commission des lois a émis un avis défavorable.

Mme la présidente. Quel est l’avis du Gouvernement ?

M. Bernard Cazeneuve, ministre.

Le souhait du Gouvernement, en engageant cette réforme des collectivités territoriales, est de faire œuvre de clarification et de rationalisation. Vous proposez, monsieur Gaymard, de fusionner deux départements, ce qui pourrait, à la limite, se concevoir puisque nous aurions une collectivité locale de moins. Ce qui est plus gênant, dans l’amendement que vous présentez, c’est qu’il vise à conférer à ces deux collectivités locales fusionnées un statut particulier comparable à celui qui a été conféré à d’autres collectivités au terme de procédures législatives longues, qui ne se réduisaient à un amendement. En outre, cette collectivité locale à statut particulier se trouverait, précisément en raison de ce statut, investie de certaines compétences qui peuvent être celles des grandes régions que nous proposons de constituer. Vous feriez donc œuvre de simplification en réduisant le nombre de collectivités locales en Savoie et en Haute-Savoie, mais en complexifiant considérablement la lisibilité de l’ensemble dans la région fusionnée. De plus, je le répète, vous présentez cette proposition par le biais d’un amendement, là où d’autres opérations à statut particulier ont, compte tenu de la complexité du sujet, quasiment fait l’objet de textes de loi. Je vous propose donc, si vous en êtes d’accord, de retirer cet amendement. Nous pourrions éventuellement nous rencontrer de manière à évoquer la nature du projet. Faute de retrait, j’émettrai un avis défavorable, pour les mêmes raisons que le rapporteur.

Mme la présidente. La parole est à M. Hervé Gaymard. M. Hervé Gaymard.

Je maintiens l’amendement, mais je prends acte de l’invitation du ministre à poursuivre ce travail. Mme la présidente.

La parole est à Mme Bernadette Laclais. Mme Bernadette Laclais.

Je reconnais l’innovation dont les Savoyards savent faire preuve, notamment lorsqu’il s’agit de défendre leur territoire. Je me suis toujours associée non seulement aux démarches qui visent à renforcer la mutualisation et la rationalisation, mais également à celles qui tendent à donner plus de force à nos départements de Savoie, notamment au sein de la région Rhône-Alpes où, pour y avoir siégé de nombreuses années, j’ai pu constater qu’il était parfois difficile de faire reconnaître la spécificité d’un département à la démographie peu élevée. Vous avez parlé de sa spécificité historique. On peut aussi parler de sa spécificité géographique puisque l’ensemble Pays-de-Savoie a la particularité d’être limitrophe de deux pays, ce qui est assez rare pour une région, l’Italie et la Suisse. Quant à sa spécificité économique, elle tient au fait que 50 % de son produit intérieur brut est issu des aménagements touristiques mis en place à l’initiative des collectivités, dont une que vous connaissez bien, monsieur Gaymard. Enfin, vous avez rappelé les politiques développées en matière d’agriculture comme en matière universitaire, qui font également la spécificité de ce territoire. Vous avez reconnu vous-même les limites de l’exercice auquel nous sommes soumis puisque nous sommes amenés à débattre de ce sujet dans la dernière ligne droite de cette première lecture. Le débat ne s’est pas tenu en amont, alors qu’il aurait pu l’être depuis l’annonce faite par le Premier ministre. D’où la difficulté de se positionner aujourd’hui au regard de ce choix, sur la forme. Sur le fond, je voudrais souligner une ambiguïté, que vous avez quelque peu levée dans votre propos, monsieur Gaymard. La démarche proposée s’inscrit-elle au sein de la région Rhône-Alpes ? Si vous répondez à cette question par l’affirmative, vous émettez néanmoins le souhait de voir transférer à cette entité des compétences qui sont clairement dévolues à la région ; c’est ambigu. Pour certaines compétences, la proximité pourrait être extrêmement intéressante. En revanche, dans le domaine économique, même s’il y a une spécificité des territoires de Savoie, certaines filières sont portées par la région et je vois mal à comment les choses pourraient s’articuler. Je ne souhaite pas voter contre cet amendement, s’il n’est pas retiré. Cela étant, je ne peux pas non plus y souscrire aujourd’hui, pour les raisons que je viens d’évoquer et parce que le débat doit avoir lieu, non seulement ici, dans cet hémicycle – et un amendement n’est peut-être pas la meilleure façon de le faire –, mais aussi dans nos territoires, pour bien faire comprendre les choses. Car même si les conseillers départementaux se sont exprimés, il n’en demeure pas moins que beaucoup de nos concitoyens gardent en mémoire que les deux départements n’ont pas toujours été capables d’adopter des positions communes. Je pense au débat sur la réouverture des tunnels du Mont-Blanc et du Fréjus, à la liaison Lyon-Turin ou au développement de notre université, il y a quelques années de cela. Les choses se sont très nettement apaisées, sous la présidence de M. Monteil, puis sous la vôtre, monsieur Gaymard, au sein de l’assemblée des Pays-de-Savoie. Toutefois, il faut expliquer le sens de cette démarche et des politiques qui pourraient être menées entre les deux départements, car l’un d’eux reste souvent perçu, par nos voisins, comme étant un peu moins gâté, avec le sentiment qu’il pourrait être quelque peu relégué dans le cadre d’une discussion à deux. Les choses ont besoin de mûrir, d’être éclaircies, concernant notamment les intentions, mais aussi sur la possibilité d’aboutir dans le cadre de ce texte, qui vise à éviter que des collectivités se trouvent en concurrence avec la région, et à clarifier les compétences. Il est nécessaire d’avoir, sur ce point, une explication, qui soit claire pour nos concitoyens.

Mme la présidente. La parole est à M. François de Rugy.

M. François de Rugy.

Je pensais que M. Gaymard, qui a défendu, au nom du groupe UMP, une motion de procédure au début de notre débat, défendrait l’idée d’une collectivité particulière pour la Savoie. Nous avons, par le biais de son amendement, un débat sur ce sujet, que je trouve intéressant, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, sur la forme. Je l’ai dit dans la discussion générale, nous, écologistes, pensons qu’il faudrait, en France, pousser plus loin l’idée, qui existe déjà, d’un statut différencié. En effet, nous avons tort de vouloir organiser les différents échelons politico-administratifs de la même façon, alors que notre territoire est extrêmement diversifié, tant du point de vue de l’histoire que de la géographie. La Savoie nous en offre, comme l’a dit Mme Laclais, un exemple extrêmement parlant puisqu’il s’agit d’une zone de montagne : on ne peut pas organiser les choses de la même façon dans une zone de montagne et dans un département comme le mien, qui est totalement plat. Pourtant, on se rallie à l’idée reçue selon laquelle la France serait uniformisée, tout le monde devant être – c’est la tradition française – soumis au même statut. C’est une pensée dominante, une pensée unique parmi les élites politico-administratives de notre pays. Or, beaucoup de statuts différenciés ont été construits au fil du temps, par le Parlement, d’ailleurs. On en a peu parlé dans ce débat, mais c’est le cas pour les outre-mer, dont personne ne conteste l’appartenance pleine et entière à la France. C’est aussi le cas pour la Corse, qui a, depuis de nombreuses années, un statut particulier. Il y a également eu des tentatives en Alsace. On vient de nous parler de la Savoie. Le président de la commission Jean-Jacques Urvoas, plaide, lui, pour une assemblée de Bretagne. M. Michel Piron. Il y a longtemps qu’on n’en avait pas parlé ! M. François de Rugy. Il a même écrit un livre sur le sujet. Sa démarche est, à bien des égards, la même que celle que vous proposez, monsieur Gaymard. J’y suis, quant à moi, tout à fait favorable car elle s’accorde au fond avec celle que nous promouvons selon laquelle les organisations institutionnelles doivent correspondre et pour ainsi dire coller aux spécificités territoriales. Il est vraiment intéressant d’entendre deux députés de la même région, du même territoire mais de deux bords politiques différents, M. Gaymard de l’UMP et Mme Laclais du PS, tenir des discours convergents. J’ai été très sensible aux difficultés dont vous avez fait part, madame Laclais, à faire entendre la voix de la Savoie au sein du conseil régional où vous avez longtemps siégé. Cela me ramène à notre texte. Il engendrera de fait des régions agrandies dans lesquelles il sera peut-être encore plus difficile de faire entendre la voix de certains territoires. Sur le fond, nous sommes pour notre part favorables à la fusion des régions et des départements, qui est inenvisageable dans le cadre de très grandes régions, je le crains. Elle aura peut-être lieu un jour en Normandie ou en Bretagne mais personne, me semble-t-il, ne plaidera pour la disparition des conseils généraux dans une grande région comme Rhône-Alpes-Auvergne ou comme Champagne-Ardennes-Lorraine-Alsace si tant est qu’elle survive aux différentes lectures du texte. Dans ces conditions, des propositions semblables à celle de M. Gaymard de simplification et de regroupement sur des bases solides et voulues par les populations, comme la fusion de deux conseils généraux dans une entité unique, me semblent intéressantes. Certes, il ne faudrait pas, comme l’a souligné Mme Laclais, qu’émerge une région dans la région, mais il est peut-être possible d’imaginer, comme le prévoit d’ailleurs le second texte de loi, que par convention la région délègue certaines de ses compétences. Enfin, je comprends la réponse de M. le ministre renvoyant la question à plus tard tout en montrant l’intérêt qu’il lui porte, car cette proposition met en lumière l’une des ambiguïtés de la démarche actuelle consistant à annoncer la suppression des conseils généraux alors même qu’en créant de grandes régions, elle aura sans doute leur survie pour conséquence.

Mme la présidente. La parole est à M. Frédéric Reiss.

M. Frédéric Reiss.

Je soutiens la démarche originale proposée par M. Gaymard et ses collègues consistant à créer une collectivité territoriale de Savoie-Mont-Blanc. Vous vous rappelez sans doute nous avoir dit la nuit dernière, monsieur le ministre, en réponse à la proposition des Alsaciens d’une collectivité unique, dont nous savons le sort, fusionnant la région avec les deux départements, que rien n’empêche les treize députés alsaciens de proposer une collectivité au sein de la nouvelle région Champagne-Ardennes-Alsace-Lorraine en fusionnant les deux départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. La démarche dont nous discutons me semble tout à fait analogue, même si la question de ce qui se passera après 2020, date de la suppression annoncée des départements, a été soulevée. M. Michel Piron. Dévitalisation ! M. Frédéric Reiss. Ce que propose M. Gaymard s’inscrit dans le droit fil de la réponse que vous nous avez faite cette nuit, monsieur le ministre. Certes, entre l’Alsace et la Savoie, nos histoires diffèrent quelque peu. L’Alsace est une plaine bordée de montagnes un peu moins hautes que celles de Savoie, mais les deux régions présentent des identités fortes et des spécificités marquées. Je soutiens donc la démarche et d’après ce que j’ai compris, monsieur le ministre, vous ne fermez pas tout à fait la porte. Bien entendu, nous sommes prêts à travailler à une proposition constructive qui nous intéresse.

M. Claude Sturni. Bravo !

Mme la présidente. La parole est à M. Jean-Christophe Fromantin.

M. Jean-Christophe Fromantin.

L’initiative présentée par l’amendement dont nous débattons est intéressante car elle nous mène dans un mode qui n’est pas statutaire, réglementaire ou d’imagination d’une collectivité particulière. Au contraire, elle nous amène à réfléchir à un projet et place le mode projet au cœur de notre débat. En l’espèce, le projet présente une cohérence pour des raisons économiques, sociales et territoriales. Ce territoire de projet me semble extrêmement intéressant. En outre, cette proposition offre l’occasion de réfléchir à la contractualisation, qui n’a rien d’incompatible avec notre texte et l’actualité des grandes régions. Pour autant qu’un territoire, comme c’est le cas de celui dont nous parlons, présente justement la particularité de faire l’objet d’un projet de territoire durable et pertinent, nous aurions tout avantage à imaginer des formes contractuelles. Mme la présidente. La parole est à M. Michel Piron. M. Michel Piron. Je trouve en effet l’amendement intéressant, pour des raisons tout à fait différentes de celles exposées par M. de Rugy, on le comprendra aisément, et qui sont plus proches de celles que vient d’exposer mon collègue M. Fromantin. Premièrement, nous sommes en effet en présence de deux départements présentant une forte spécificité qui ne proposent ni de remettre en cause ni le périmètre régional ni la région à l’intérieur desquels ils se trouvent. Ils proposent une formule originale de collectivité en fusionnant deux autres et susceptible de contractualiser par subsidiarité avec la région. En gardant à l’esprit que l’amendement est sans doute un amendement d’appel, j’y lis que « des aménagements sont précisés par la loi pour ce qui concerne notamment les routes, le développement économique, le patrimoine et l’éducation ». N’est-ce pas l’anticipation de la loi sur les compétences dont nous débattrons à l’automne, monsieur le ministre ? En tout cas ce n’est pas contradictoire. Fût-ce un texte d’appel, cet amendement est assez ouvert tout en étant extrêmement respectueux de l’architecture proposée aujourd’hui. Il me semble qu’il mérite pour le moins un grand intérêt.

Mme la présidente. La parole est à M. Marc Le Fur.

M. Marc Le Fur.

Qu’est-ce que le génie français ? Il est comme la grammaire française, où la règle coexiste avec l’exception. Elle est même d’autant plus admise qu’il y a des exceptions. L’exception, en l’espèce, s’appelle expérimentation. Comme le disait très justement notre collègue de Rugy, il existe des exceptions outre-mer, en Corse mais aussi sur le territoire continental : la conjonction à Paris d’une commune et d’un département en est une ! M. François de Rugy. Évidemment ! M. Marc Le Fur. Nous en avons vu naître une, que pour ma part je juge intelligente, lorsqu’une métropole est devenue département à la suite d’un accord entre MM. Collomb et Mercier. Voilà des choses qui se font sereinement, discrètement et positivement. Elles n’ont pas vocation à être dupliquées car chacun a sa solution. Il a existé dans cette assemblée une grande voix qui parlait souvent d’expérimentation, Pierre Méhaignerie. Il me semble que nous pouvons nous en inspirer et la manière dont Hervé Gaymard présente les choses me semble tout à fait positive. À l’évidence, il convient que nous nous donnions les voies et les moyens pour favoriser une telle évolution.

Mme la présidente. La parole est à M. Hervé Gaymard.

M. Hervé Gaymard.

Je ne voudrais pas que la Savoie prenne plus de place que la Bretagne ou l’Alsace dans cet hémicycle !

M. Hugues Fourage.

Impossible !

Mme Sandrine Mazetier.

Il y a de la marge ! (Sourires.)

M. Hervé Gaymard.

Je remercie M. le ministre, M. le rapporteur et mes collègues qui ont donné leur avis sur le sujet et ferai quelques remarques complémentaires. Tout d’abord, depuis 2001, les deux départements de Savoie et de Haute-Savoie mènent une expérimentation sous la forme de l’assemblée des Pays-de-Savoie, qui les surplombe et à laquelle les deux conseils généraux ont confié toutes les compétences non obligatoires, c’est-à-dire le développement économique, le tourisme, la culture, les événements sportifs, l’université – dont parlait tout à l’heure Bernadette Laclais en me rappelant à l’ordre parce que je l’avais oubliée – et beaucoup d’autres compétences. Toutes sont maintenant exercées par l’assemblée des Pays-de-Savoie et ne sont plus inscrites au budget de chaque conseil général. Nous avons donc mené une véritable politique stratégique en matière de compétences de développement et d’animation culturelle, touristique et patrimoniale. Fusionner l’assemblée des Pays-de-Savoie avec les deux conseils généraux dans une collectivité territoriale Savoie-Mont-Blanc nous semble donc aujourd’hui une démarche naturelle. Ensuite, nos prédécesseurs, auxquels il faut rendre hommage, ont développé depuis la Deuxième Guerre mondiale dans les deux départements des initiatives assez intéressantes. Je ne prétends pas qu’elles sont originales, car partout en France créativité et innovation se sont manifestées, mais par exemple nos collègues, au sortir de la guerre, alors que les tickets de rationnement avaient encore cours, ont décidé de créer la station de Courchevel, demeurée très longtemps régie départementale. Je l’ai transformée en société d’économie mixte dans laquelle le département est majoritaire et, grâce aux profits de la station, nous avons créé notre FSI locale. Notre holding Savoie Stations Participation investit dans des entreprises et des stations de ski de moyenne montagne dans le cadre de l’aménagement du territoire afin que les grandes stations d’altitude ne soient pas seules favorisées, le tout avec les banquiers et investisseurs locaux. Nous nous sommes ainsi efforcés de créer un écosystème de développement. On pourrait dire la même chose de l’Institut national de l’énergie solaire développé en partenariat avec le CEA et la région Rhône-Alpes. Nos collègues haut-savoyards ont fait de même en matière de développement économique, sans parler de la filière bois pour laquelle nous avons pris des initiatives conjointes extrêmement intéressantes. Notre proposition ne vise donc pas, ce sera ma troisième remarque, à retirer des compétences à la région – je sais que nous ne sommes pas en train de débattre de la loi sur les compétences – puisqu’il s’agit d’actions que nous menons depuis cinquante ans, et cela ne se passe pas trop mal, sans être parfait mais rien n’est parfait en ce bas monde. Dès lors, pourquoi changer ce qui marche ? Telle est aussi la motivation de notre démarche. En outre, comme nous sommes également des adeptes du principe de subsidiarité, il nous semble qu’à l’échelon d’une très grande région comme Rhône-Alpes-Auvergne, ce pôle de développement et d’innovation territoriale doit absolument être maintenu. Enfin, ma dernière remarque porte sur le nombre d’élus. À l’issue des prochaines élections départementales, la Savoie comptera trente-huit élus départementaux et douze élus régionaux, soit cinquante en tout. Si le conseiller territorial avait été mis en place, elle en compterait vingt-quatre. L’application de la loi telle que vous la proposez, monsieur le ministre, et en imaginant que les départements soient supprimés, ne nous laissera que sept élus départementaux sur 150, qui siégeront à Lyon. Autrement dit, au sein du futur grand conseil régional, ils ne pèseront pas lourd et perdront en outre leur capacité d’animation économique sur le terrain et leur proximité avec les citoyens. Or, ce que veulent les citoyens, c’est de la réactivité, de la proximité et de l’humanité. M. Thierry Benoit. Tout à fait ! M. Hervé Gaymard. Je suis très sensible à ce qu’a dit M. de Rugy et pense comme lui qu’il faut regarder la France telle qu’elle est et non telle qu’on voudrait qu’elle soit, caractérisée par une organisation homothétique identique sur tous les territoires ne prenant en compte ni leur courbe d’expérience ni leurs caractéristiques intrinsèques. J’ai bien conscience et j’ai dit que mon amendement a en réalité pour but d’ouvrir le débat. Ce débat, dans les Pays-de-Savoie, nous l’avons depuis un certain nombre d’années, mais il faut bien dire que les propositions de réforme territoriale l’accélèrent et l’amplifient. Au cours des semaines et des mois à venir, en attendant la deuxième lecture, nous avons l’intention, acteurs économiques et sociaux et élus locaux, de nourrir le débat et de formuler des propositions. Je ne vous dis pas, monsieur le ministre, que notre proposition finale sera exactement celle qui figure dans mon amendement, car il fallait bien en faire une qui servît de base, mais en tout cas tel est l’état d’esprit dans lequel nous entendons travailler. Je salue d’ailleurs l’état d’esprit constructif de Bernadette Laclais à propos de ce sujet très important. (Applaudissements sur les bancs des groupes UMP et UDI.)

M. François de Rugy.

Très bien !"

Et comme il fallait s’y attendre l’amendement n’a pas été adopté pas plus que ne le sera un éventuel projet de loi. Les élus de Savoie depuis 1972 n’ont jamais voulu admettre leur erreur en ne se battant pas alors pour la création d’une Région Savoie et ne sont pas, pour ceux qui sont encore élus 40 ans plus tard, les mieux placés pour aujourdhui défendre la cause désormais bien compromise d’un duché qui aurait parfaitement pu espérer non seulement avoir le statut de Région française mais même celui d’Etat , membre de l’Union Européenne comme le Duché de Luxembourg si ses élites ne s’étaient pas ralliées aussi facilement à une France foncièrement jacobine qui n’admet pas les statuts particuliers comme l’admet l’Italie, avec par exemple le Val d’Aoste. Ce n’est qu’en manifestant en masse rapidement comme l’ont fait les Alsaciens et les Bretons que l’on obtiendra des élus de Savoie, un peu trop soucieux de leur carrière politique, régionale, nationale ou européenne (qui les fait vivre assez grassement) prennent enfin la mesure d’un combat que leurs prédécesseur n’ont jamais eu le courage de mener non seulement depuis l’Annexion de 1860 mais depuis 1792 . Et l’on peut s’étonner que les Régionalistes de Savoie n’aient pas encore organisé une Manifestation à Chambéry de l’ampleur de celles des Alsaciens ou des Bretons !

France-Reforme territoriale-Alsace-Bretagne- Savoie…….même combat
Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens