Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 11:16
Scan10001

 

 

 

 

L’intervention de la France et du Royaume en Libye a clairement démontré que ces deux pays n’étaient pas capables de conduire des opérations militaires impliquant, en plus d’eux, d’autres membres de l’Union Européenne.           Très rapidement, ces deux Etats ont du confier la conduite des opérations à l’Otan ; or, dès que les Etats Unis ont décidé de limiter leur engagement, très vite il  est apparu que la France et le Royaume Uni  éprouvaient de réelles difficultés et que ces deux Etats  ne seraient pas en mesure de pallier  un retrait total des USA.

 

Or il est évident que les USA, après leurs retraits d’Irak et d’Afghanistan, s’impliqueront de moins en moins au travers de l’Otan dans des opérations militaires en Europe ou sur les marches frontières de celle-ci en Afrique du Nord et au Proche-Orient,  sauf pour la défense d’Israël. Il appartiendra de plus en plus à l’Union Européenne seule et pas à l’ONU ni à l’Otan, d’intervenir si besoin sur tout le pourtour du Bassin Méditerranéen. Il serait en effet  raisonnable de prévoir par exemple qu’en cas de nouvelle nécessité d’intervenir dans un Liban à nouveau déstabilisé, dans le cadre ou non d’un mandat élargi de l’ONU, c’est l’Union Européenne en tant que telle qui devra le faire. Mis à part pour sa  défense anti-missile, et encore, l’Europe risque de plus en plus de se retrouver seule dans la mesure ou les USA  commencent à s’inquiéter du développement de la puissance militaire chinoise et vont devoir réorienter la majeure partie de leur défense face à ce pays.

 

Contrairement aux espoirs que semble fonder la France dans une coopération renforcée avec le Royaume Uni en matière de défense, celui-ci ne conçoit nullement cette collaboration comme une avancée en direction de la mise en place d’une défense européenne mais simplement, depuis le retour de la France dans l’Otan, comme développement d’un pilier européen de l’Otan  sous commandement franco-britannique.

 

Preuve en est  que ce lundi, le Royaume Uni  a refusé catégoriquement le projet français de création d’un QG permanent  à Bruxelles  des forces mises à disposition de l’Union Européenne par ses membres présenté par la Haute Représentante Catherine Ashton alors qu’actuellement  le système de commandement  des opérations de l’Union Européenne repose sur cinq QG  nationaux  situés en Allemagne, en France, en Grèce, en Italie et au Royaume Uni

 

Là encore l’Union Européenne est en situation de blocage dans le développement de sa politique de Sécurité et de Défense. Elle doit tirer la leçon de ce refus britannique et constater qu’il n’y a plus grand-chose à attendre de l’Otan sauf évidemment le cas improbable actuellement d’une attaque directe contre le territoire de l’un de ses Etats membres et proposer un projet ambitieux, avec ou sans le Royaume Uni, de création d’une véritable force rapide fédérale d’intervention européenne  sous commandement  direct de l’Union avec un QG permanent à Bruxelles.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Liens