Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 19:22

 

 

De doctes professeurs, de géniaux banquiers,  ou des politiciens gaulliens, grands contempteurs de l’Euro, pensent avoir trouvé la solution pour sauver les Européens en sacrifiant l’Euro qui serait à l’origine selon eux de toutes les difficultés rencontrés par un nombre croissant de pays endettés de l’Union Européenne.

Certes l’Euro est en partie à l’origine du surendettement de ces Etats et de leurs citoyens dans la mesure ou son introduction les a incités à emprunter davantage du fait de la baisse considérable des taux  d’intérêts alignés pratiquement sur les taux allemands ; en effet ces citoyens se sont trouvés tentés d’emprunter non seulement au-delà de leur capacité de remboursement mais de leurs besoins réels.

Mais sans cette baisse considérable des taux d’intérêts aucun des pays surendettés et leurs citoyens , n’auraient pu, financer en aussi peu d’années, l’augmentation considérable de niveau de vie dont ils ont bénéficié  notamment en maintenant ou en développant à crédit des prestations sociales dont ils n’avaient pas les moyens.

 

En France un dicton populaire plein de bon sens dit «  qui paye ses dettes s’enrichit ».

Malheureusement aujourdhui les « cigales » européennes ne veulent plus rembourser l’argent que les «grosses fourmis besogneuses » leurs ont prêté  au motif prétendu à tort que cet argent ne leur aurait pas profité mais n’aurait profité qu’aux riches de leur pays.

 

Or cela est faux car il apparait à l’évidence que ce ne sont pas les très riches qui ont eu besoin de s’endetter disposant de confortables ressources pour se payer comptant ce qu’ils désirent ; tout au plus peut-on estimer à bon droit que leurs riches ont bénéficié et bénéficient encore d’une insuffisance de pression fiscale dans la plupart des états concernés. Il n’est donc pas contestable que ces dettes ont profité à la très grande majorité des citoyens de ces états sous des formes diverses et également aux plus pauvres qui ont bénéficié de prestations sociales que leurs états n’ont pu leur verser qu’en s’endettant de manière irresponsable alors que leurs emprunts n’auraient du servir qu’à financer des investissements productifs

 

S’ils ne veulent pas s’appauvrir mais continuer de s’enrichir, conformément au dicton français, ces états surendettés et leurs citoyens, doivent rembourser leurs dettes.

 

Croire que cela leur serait plus facile en abandonnant l’euro et en revenant à des monnaies nationales est non seulement une stupidité mais un crime..

 

Stupide car la crise étant une crise du surendettement  qui a commencé il y a déjà quarante ans et n’a fait que s’accélérer avec l’introduction de l’euro, son abandon par les plus faibles ne manquerait pas  d’entrainer dans leur pays une hausse considérable des taux d’intérêt, une inflation accrue qui réduirait encore plus le niveau de vie des citoyens que les ponctions amères qui leur sont imposés pour assurer le remboursement de leurs dettes privées et publiques, des dévaluations répétées engendrant une guerre des monnaies avec à terme le rétablissement de droits de douanes aux frontières et la disparition du Marché Unique ; un véritable cercle vicieux dont personne ne saurait comment sortir et comment cela finirait et certainement pas une relance de la croissance dans ces pays.

Criminel parce que cela assassinerait l’Europe sans laquelle on ne voit pas bien par quel raisonnement  ces professeurs, banquiers, politiciens les « Européens seraient sauvés » et encore moins séparément les Grecs, les Irlandais, les Portugais voire demain les Espagnols, les Italiens, les Français, les Belges….

 

Tous peuvent se sauver à la seule condition d’étre solidaires nonobstant les critiques qu’ils peuvent former les uns à l’égard des autres car tous sont coupables et peu importe qu’ils le soient plus ou moins.

 

Contrairement donc à l’idée préconisée par les assassins de l’Europe, éternels partisans de la méthode douce, hostiles à toute politique de rigueur, aucun des pays surendettés de la Zone Euro ne doit abandonner  l’Euro.

Pourquoi ?  Tout simplement parce que cette crise de l’endettement a, pour tous les Etats membres de l’Euro, y compris ceux qui se sont montrés plus sérieux, l’avantage immense d’éviter que l’Euro ne se réévalue par rapport au Dollar  dont il est vital qu’il  accompagne la chute inéluctable.

 

Or sans cette crise et le maintien de pays « faibles » sans poids économique important dans la zone euro ,  alors que la lutte de la BCE, gardienne de la valeur de la monnaie,  contre un retour de l’inflation lui impose de relever lentement ses taux d’intérêts, la Réserve Fédérale n’en faisant pas de même, il est évident  que l’Euro, comme le Franc suisse se réévaluerait dangereusement contre le Dollar gênant  les capacités de développement des exportations mais également du tourisme de citoyens non membres de la zone euro important pour ces pays ( notamment 17% du PIB  pour la Grèce).

 

Un Euro faible avec des taux d’intérêt à court terme relativement bas ne dépassant guère le niveau d’inflation moyen est le seul moyen pour ces Etats de s’en sortir sur le long terme.

 

Il faut absolument en effet que tous les Etats de la zone euro puissent bénéficier de taux d’emprunts identiques par des émissions directement par l’Union Européenne ce qui supposent le renforcement de la solidarité entre Etats membres de la zone euro laquelle impose que les Etats qui se sont révélés plus sérieux puissent bénéficier de la part des Etats en difficulté de garanties sérieuses comportant une acceptation d’une perte normale de souveraineté nationale par la mise en place de mécanismes de contrôle et de sanctions par un gouvernement fédéral européen.

 

Encore une fois ce n’est pas avec « moins d’Europe » mais avec « plus d’Europe » que ces Etats s’en sortiront et les autres avec eux !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Liens