Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 17:59
Scan10001

 

Alors qu’il devrait au moins paraitre évident au plus grand nombre des Européens que tous les Etats membres du Conseil de l’Europe ont vocation à devenir un jour membre de l’Union Européenne dont ils ont en commun le même drapeau et siègent dans la même enceinte à Strasbourg,, certains dirigeants d’Etats membres de l’Union Européenne croient pouvoir contester  la légitimité de la candidature de certains Etats tel la Turquie en se fondant, sans l’avouer  franchement, sur un critère d’exclusion religieux qui n’a  jamais constitué un critère d’adhésion au Conseil de l’Europe.

A terme beaucoup plus lointain, il devrait paraitre tout aussi évident à une majorité de citoyens que cette Union Européenne devrait s’étendre à tous les Etats riverains de la Méditerrané  quelle que soit la composition confessionnelle de leurs populations en une sorte de reconstitution de l’empire romain dont la puissance par la population totale pourra faire taille égale avec celle des pays qui se seront largement développés comme la Chine et l’Inde.

Ainsi avant la fin de ce XXI° siècle et pas avant, l’Union Européenne aura fixé ses frontières et s’y tiendra pour longtemps comme la Confédération Helvétique a, par sa constitution de 1848 qui l’a transformée en Fédération,  arrêté ses frontières après son dernier élargissement de 1815 avec l’annexion des cantons de Genève, de Neuchâtel et du Valais, 657 ans après sa constitution.

En attendant l’Union Européenne dont on aurait pu espérer qu’elle évolue , à partir de ses 6 membres fondateurs Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, et Pays-Bas  vers une Confédération comparable à la Confédération Helvétique comme une reconstitution sur le plan géographique de l’Europe Carolingienne,  s’est fourvoyée.

En effet oubliant de se souvenir  qu’en l’an 800 , Charlemagne s’était fait couronner empereur d’Occident c'est-à-dire de l’ancienne partie occidentale de l’empire romain disparu en 476, puis avait voulu et obtenu en 812 de se faire reconnaitre comme tel par celui qu’il considérait comme le seul empereur romain, celui de Constantinople dont l’empire durera jusqu’en 1453, elle n’est pas encore capable 1200 plus tard de définir ce qui pourrait être ses frontières définitives d’ici à la fin de ce siècle et donc de proposer un objectif clair à d’immenses populations en quête d’espoir.

Et pourtant la question des limites de l’élargissement  de l’Union Européenne n’est pas cruciale mais plutôt celle de  son évolution institutionnelle pour être capable d’intégrer les Etats qui ont vocation à en devenir membre.

Or sur ce point, l’Union Européenne a multiplié, par une influence  beaucoup trop forte des diplomates par rapport aux politiques, les formules de rapprochement entre ce qui aurait du être son noyau dur constitué au départ des 6  Etats membres signataires du Traité de Rome et les Etats ayant vocation à intégrer l’Union en cherchant à faire du « sur mesure ».

Ainsi pour les anciens Etats membres de l’AELE, concurrente de la Communauté Européenne suscitée  par le Royaume Uni et abandonnée  par lui et l’Autriche, le Danemark, le  Portugal, la Suède quand ils ont rallié l’Union, celle-ci a créé l’Espace Economique Européen dont la Suisse a refusé de faire partie obtenant de régler ses rapports avec l’Union par pas moins de 130 accords bilatéraux sans compter les dérogations au statut général d’Etat membre obtenu par le Royaume Uni, le Danemark……. ou les différents modèles de « partenariat » proposés aux anciens Etats membres de l’Union soviétique ou à la Turquie créant une Europe à plusieurs vitesses ralentissant sans cesse la vitesse de progression des Etats fondateurs vers une Confédération puis une Fédération pour finalement aboutir à la panne actuelle qui risque de lui être fatale.

Pour relancer la dynamique de l’Union, il est impératif d’urgence de créer avec les Etats qui veulent conserver l’euro un véritable Etat supranational européen sous forme d’une Fédération sur le modèle actuel de la Confédération Helvétique  disposant d’institutions dans lesquelles les autres Etats membres de l’Union ne disposeraient que de voix consultatives  et  les candidats membres  du Conseil de l’Europe du statut  de simples observateurs. Cette Confédération parlant ensuite comme d’une seule voix face aux autres Etats  dans le cadre des institutions actuelles de l’Europe à l’image peu ou prou de la Confédération Helvétique membre du Saint Empire Romain Germanique de sa constitution en 1291 jusqu’à son indépendance de droit en 1648.  

Et cette Constitution de l’Union Européenne devra, contrairement à la possibilité qui existait dans la défunte constitution rejetée par la France et les Pays Bas reprise par le traité de Lisbonne, exclure la possibilité de  sécession d’une part ou de statut dérogatoire  d’autre part  pour les Etats d’accords d’entrer dans cette Confédération.

En conclusion, tous les citoyens de l’Union Européenne qui partagent l’euro doivent exiger qu’un référendum soit organisé dès 2012 dans chacun des 17 états membres sur la question simple de savoir s’ils acceptent la création d’une telle  Confédération européenne ou s’ils renoncent à sa monnaie l’euro.

Ensuite un an plus tard, un nouveau projet de Constitution de cette Confédération devra être  proposé aux seuls votes des Chambres des Etats concernés lesquelles en cas de  rejet ne pourront conserver l’euro.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens