Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 09:41

Les tribus afghanes, en dépit de guerres perpétuelles, trouvèrent une bonne raison avec un envahisseur perse de s'allier mais elles furent défaites et se soumirent à Nadir Shah. Mais quand finalement ce dernier fut tué, elles étaient libérées de la domination perse, indienne ou ouzbèque.

En 1747, elles trouvèrent en Ahmad Khan, un jeune commandant de Nadir Shah, le leader dont elles avaient besoin et qui prit le nom d’Ahmad Shah. Celui-ci  passa sa vie à combattre les autres tribus et sous-tribus et étendit son empire du Khorasan perse jusqu'à Lahore. Après sa mort, le pays plongea dans le chaos pour plus de 150 ans, chaos ponctué par les guerres anglo-afghanes.

C'est seulement au début du XX° siècle que les Britanniques, soucieux de protéger la frontière occidentale de leur Empire des Indes contre les poussées russes parviennent à imposer un protectorat sur l’Afghanistan. Après la première Guerre mondiale, ils reconnaissent l'indépendance de l'Afghanistan, qui devient une monarchie.  Un coup d'État renverse le roi Mohammed Zahir Shah en 1973, et le nouveau pouvoir est à son tour renversé en 1978, cédant alors la place à un régime communiste soutenu par l'URSS, qui d'ailleurs envahira l'année suivante l'Afghanistan . Il s'ensuivra une guerre avec les mouvements de résistance afghans qui contraint les troupes russes à décider leur retrait à partir de 1986, laissant le pays en proie à une guerre civile, dont le régime islamiste des Talibans sortira vainqueur à la fin des années 1990.

Ceux-ci s’installeront alors pour cinq ans de 1996 à 2001 au pouvoir à Kaboul.

 

Les attentats du 11 septembre 2001 décideront les États-Unis, soutenus par la communauté internationale, à attaquer l'Afghanistan et à y renverser le régime des Talibans, accusés de soutenir les terroristes dont ils ont été victimes.

 

Les Pachtounes d'hier régnaient sur l'Afghanistan. Ceux d'aujourd'hui constituent la plus grande partie des talibans et sont également majoritaires au sein du gouvernement afghan. La guerre en Afghanistan, bien que contenant un élément religieux pour les locaux, n'est pas limitée à cette dimension. Pour les Pachtounes, il s'agit d'une guerre ethnique, d'une guerre de revanche; contre les tribus rivales et l'invasion étrangère. Aujourd’hui les talibans sont une réponse aux tentatives occidentales de favoriser les groupes ethniques écartés du pouvoir par les Pachtounes.

L’enjeu n’est plus tant la lutte contre Al-Qaïda mais l’équilibre ethnique dans le gouvernement du pays. La mort  d’Omar Ben ne constitue nullement le début de la fin des talibans comme voudraient le faire croire nos dirigeants.


Les problèmes tribaux complexes en Afghanistan  demeureront encore très longtemps un obstacle à l’unité du pays ; il n’y a pas de nation afghane. Il est évident que les diverses ethnies sont incapables de trouver un accord de partage du pouvoir. En effet les Pachtounes entretiennent un sentiment de suspicion à l’égard des autres ethnies qui collaborent avec les forces étrangères afin de les détruire. Les Pachtounes représentent l'ethnie principale en Afghanistan, soit environ 42 % de la population. Ils  estiment qu'il leur revient de gouverner le pays pour étre majoritaires  et avoir gouverné le pays depuis sa fondation. Le gouvernement actuel est d’ailleurs dominé par les pachtounes mais, même les groupes pachtounes rivaux luttent pour le pouvoir, chacun d'eux voulant diriger le pays. Alors que la quasi-majorité des insurgés talibans sont de l'ethnie pachtoune, les officiers de l'armée afghane sont principalement de l'ethnie tadjik.

L'insurrection implique presque exclusivement des membres de l'ethnie pachtoune, est plus vigoureuse dans les régions pachtounes du sud et du sud-est du pays. Sous le régime islamique des talibans majoritairement pachtounes, il n'y avait pas de séparation entre la religion et le gouvernement, ce qui peut indiquer comment les pachtounes perçoivent l'importation de la démocratie. «Les talibans qualifient la démocratie de religion occidentale»
 

La gouvernance à l'occidental cadre mal avec la loi pachtoune. D'un point de vue occidental, les régions pachtounes sont anarchiques, mais cela ne tient pas compte du code d'honneur enraciné dans une culture vieille de milliers d'années.
Dans une culture où l'honneur d'un homme détermine sa place dans la société, respecter le code d'honneur est d'une importance primordiale. Ainsi, le besoin d'appliquer le badal a entraîné les Pachtounes dans des cycles de conflits récurrents à travers l'histoire. Les Pachtounes sont divisés en plusieurs tribus et clans, et le gouvernement adopte la forme des jirgas, les conseils tribaux qui requièrent le consensus afin de prendre une décision.

Alors qu’il aurait fallu dès le début envoyer plus du triple des troupes actuelles pour atteindre le ratio de 1% par rapport à la population, ne pas engager ces troupes sous le commandement de l’Otan afin de pouvoir obtenir l’implication armée également de la Russie qui dispose d’une expertise incontestée et proclamer que l’on resterait un quart de siècles dans le pays s’il le fallait après avoir clairement expliqué aux populations occidentales les enjeux de cette guerre, l’Occident n’a jamais rempli aucune des conditions d’une victoire possible.

Après dix ans de guerre ayant couté aux USA plus de 1300 Milliards de dollars et aux occidentaux de nombreuses vies de soldats, le pays n’est nullement en voie de pacification.

Les talibans sont capables de faire des attentats en plein Kaboul, d’assassiner le demi-frére du président et de s’en prendre quotidiennement aux troupes occidentales.

Le retrait du pays  des troupes de la coalition plongera le pays dans une guerre civile laissant derrière un gouvernement pseudo-démocratique centralisé et corrompu, comparable à celui qui se trouvait à Saigon quand les USA ont évacué le Viêt-Nam.

 

Dès lors que les gouvernements civils ont décidé de sonner la retraite, il faut considérer que l’Afghanistan est  actuellement moins viable comme Etat que ne l’était la Yougoslavie après la mort de son dictateur Tito.

 

L’Union Européenne doit donc d’urgence proposer un plan d’éclatement de ce pays sur des bases ethniques avec la création de quatre républiques :

Une république Pachtoune, une République Hazara, une République Baloutche, une République Tadjik et le rattachement  des territoires de peuplement  ouzbéque à l’Ouzbékistan, turkmène au Turkménistan, Kirghize au Kirghizstan , Sindhîs et Pandjabis au Pakistan. Et ce sans envisager même de créer une fédération des quatre républiques ethniques pachtoune, baloutche, hazâras et tadjik.


Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens