Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 15:24

 

 

Les moyens militaires de défense de plus en plus limités de l’Occident ne doivent pas étre engagés simplement parce que les droits de l’Homme ne sont pas respectés dans certains pays qui n’en partagent pas les valeurs démocratiques mais seulement si ces pays constituent une menace directe pour les nôtres.

Actuellement cette menace est le fait essentiellement d’intégristes islamiques  qui bénéficient dans certains pays du soutien du gouvernement et/ou de populations croissantes qui ne reconnaissent plus  notre modèle de développement occidental  et jugent  bon nombre de ses valeurs comme décadentes ; islamistes intégristes qui entendent imposer  certaines  valeurs  selon eux de l’Islam  par la force non seulement dans ces pays mais également dans les nôtres.

 

Si à cet égard la guerre d’Irak a été une véritable stupidité en créant dans ce pays une situation pour l’Occident pire qu’elle n’était sous la dictature de Saddam Hussein, s’il y a de très bonne raisons de penser également que la guerre engagée en Libye est toute aussi stupide car elle risque elle aussi d’ y engendrer une situation là aussi pire que celle que l’on commençait à connaitre  sous le régime du Colonel-guide Kadhafi, en revanche la guerre d’Afghanistan est parfaitement justifiée dans la mesure ou elle se fixait pour but d’empêcher les talibans de reprendre le pouvoir dont ils s’étaient emparés après le départ des soviétiques avec l’aide inconsidérée, pour ne pas dire  plus, des américains car personne ne peut sérieusement contester la menace que représente pour l’Occident ces islamistes qui lui sont violemment hostiles et qui bénéficient déjà d’une large base arrière dans les zones tribales du Pakistan.

 

Or aujourd’hui ce n’est que dans l’incapacité financière de poursuivre une guerre qui lui a déjà couté 1300 milliards de dollars en dix ans que les USA négocient la retraite de leurs troupes et le retour des talibans à Kaboul.

La décision précipitée de la France de lui emboiter le pas alors qu’elle se voudrait exemplaire en matière d’exigence de respect des droits de l’homme est donc parfaitement critiquable même si bien évidemment, incapable déjà de mener seule  le combat en Libye, elle n’a encore moins les moyens militaires de se substituer aux USA en prenant la tête, avec l’Angleterre comme en Libye et encore moins en Syrie d’une coalition de membres de l’Union Européenne qui, s’ils avaient accepté au départ de suivre l’Amérique, se hâtent de retirer eux-mêmes leurs troupes d’Afghanistan sans pour autant accepter de s’engager ou très mollement en Libye.

Malheureusement pour son Président, la France, endettée comme les USA, n’a pas les moyens de sa politique étrangère en entretenant avec une armée réduite à la portion congrue deux fronts en Afghanistan et en Libye alors que ce dernier front lui coute, sans succès évidents, 1 million d’euros par jour de plus que ses dépenses militaires normales.

 

Alors qu’il eut été beaucoup plus justifié que la France accepte de s’engager davantage au coté des alliés occidentaux en Afghanistan comme lui avaient demandé avec insistance les USA, elle gaspille actuellement ses faibles capacités militaires dans une opération qui ne constituait certainement pas  une priorité en matière de défense des citoyens des pays occidentaux.

 

Bien au contraire, on peut légitimement craindre, si cela n’est pas déjà fait, que les armes fournies aux rebelles libyens ne se retrouvent  en définitive entre les mains d’islamistes radicaux de sorte que la France prend un risque comparable à celui qu’avaient cru pouvoir prendre les USA en aidant les talibans contre le pouvoir communiste de Kaboul.

 

Surtout, si demain, ce qui n’est pas improbable, de graves difficultés devaient  apparaitre au Liban, suscitée ou non par la Syrie, avec l’aide de l’Iran et de ses alliés libanais chiites, la France ne disposera plus d’aucuns moyens aéronavales dès que son seul et unique porte-avion Charles de Gaulle sera contraint de s’immobiliser plusieurs mois pour révision.

 

Et pendant ce temps, plus personnes ne parle d’une autre menace, celle de l’Iran qui développe ses missiles à portées de plus en plus longues capables d’emporter les bombes atomiques que l’on la soupçonne fortement depuis longtemps de mettre au point.

 

On est en droit de s’interroger sérieusement soit sur la valeur des conseillers militaires de nos dirigeants soit sur la capacité de ceux-ci à les écouter quand  on pense qu’après les expériences militaires menées depuis la deuxième guerre mondiale, aucun pays n’a jamais pu gagner une guerre hors du monde occidental sans disposer de nombreux combattants au sol  ( la guerre de Serbie n’étant donc pas un exemple) ; or, alors que la guerre d’Afghanistan nécessitait  1 ratio de 1 soldat occidental pour 100 habitants minimum, pour contrôler le pays à aucun moment les troupes alliées n’ont atteint un tel effectif.

 

Aujourd’hui,  même les USA  ne disposaient donc  pas d’effectifs suffisants pour entretenir à la fois une guerre en Irak et une en Afghanistan ; mais dès lors que la guerre contre Saddam Hussein était une stupidité, tous les effectifs américains d’Irak auraient du étre transférés en renfort de ceux combattant en Afghanistan et non pas rapatriés pour des raisons démagogiques. Et de leurs cotés, les alliés des USA n’auraient jamais du « chipoter » leurs aides en effectifs en  essayant de convaincre leurs concitoyens, avec des arguments qui auraient pu paraitre moins faciles que ceux de la défense des droits de l’homme, que la guerre menée en Afghanistan était une guerre de défense de l’Occident sur ses frontières orientales comparable historiquement à celles que les légionnaires romains ont tenu pendant des siècles sur ses frontières du Rhin, du Danube, des murs d’Hadrien en Ecosse ou en Asie Mineure (Turquie) face aux « barbares ».

 

On ne s’engage pas dans des guerres sans se donner les moyens de les gagner !

 

Plutôt que d’en arriver, comme la coalition en Afghanistan, à laisser les talibans reprendre le pouvoir,  c'est-à-dire à avoir sacrifié pour rien nos militaires, il faut mettre le « paquet » , partager le pays entre les différentes ethnies et installer à Kaboul un gouvernement fédéral aux pouvoirs limités sous la tutelle de l’ONU en  nous engageant à maintenir des troupes aussi longtemps qu’il le faudra car une retraite de l’Occident dans ce pays apparaitrait comme une nouvel victoire contre lui pour les intégristes musulmans. Et en Libye, pour éviter si cela est encore possible de « perdre la face » pour le Président français qui  est déjà allé trop loin en prenant avec les anglais le risque d’engager au-dessus du sol libyen des militaires notamment en hélicoptère qui risquent d’étre abattus ou des forces spéciales ,d’étre faites prisonnières ; d’accepter l’offre italienne de tester les offres de compromis du clan Kadhafi en renonçant même  à exiger le départ du Colonel-Guide , puisqu’aujourd’hui on croit possible, après des années pendant lesquelles  nos dirigeants nous ont convaincus du contraire, d’accepter  le retour des talibans.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens