Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 15:08
Scan10001

Alors que nos dirigeants occidentaux ont été prompts à se servir des résolutions de l’ONU interprétées dans le sens de ce qu’ils voulaient faire en Libye, ils  se lamentent aujourdhui de leur impuissance à intervenir en Syrie du fait du veto opposé  au Conseil de Sécurité  par la Russie et la Chine.

Mais aucun d’entre eux ne s’est jamais lamenté de l’absence de volonté  de l’ONU à régler le problème Chypriote qui dure depuis bientôt 40 ans et qui empoisonne pourtant les relations entre la  Turquie , la Grèce et l’Union Européenne pas plus qu’ils  ne sont jamais  véritablement offusqués du non- respect par Israël de certaines résolutions de l’ONU ni  n’ont véritablement cherché à imposer une solution  au conflit palestinien  pourtant cause d’un  conflit régional  permanent qui pourrait finir par devenir mondial.

Le pouvoir des médias impose en effet à des dirigeants falots de se préoccuper des facteurs émotionnels de leurs opinions publiques  qui veut  que dans une année un seul accident d’avion qui cause 100 morts  ou un accident de train qui en cause 300 soit plus grave que  10 000 accidents de voiture qui en causent 10 000. Théorie qui transposée à la guerre veut qu’il y ait plus de raisons de s’émotionner d’une guerre qui fait 10 000 morts dans une année  plutôt que  d’autres qui depuis un demi-siècle se prolongent dans la même région et ont fait dix fois plus de morts sans que l’on se préoccupe sérieusement d’y mettre un terme.

Nos éminents experts peuvent raconter tout ce qu’ils veulent, il n’est pas contestable  que nos dirigeants occidentaux tolèrent une situation en Palestine qui est pourtant devenue  non seulement intolérable mais qui fait courir un risque de guerre mondiale.

Monsieur de la Pallice -qui n’était pas diplomate mais militaire- aurait dit   que si le problème de la Palestine avait été réglé il n’y aurait pas eu de menaces proférées par le premier ministre iranien. Et l’on se serait beaucoup moins préoccupé de la prétendue menace que faisait peser  le président  d’Irak Saddam Hussein ou celle- qui n’est pas démontrée -que ferait poser l’Iran qui détiendrait la bombe nucléaire.

Parce que le problème n’est pas tant la détention de l’arme nucléaire que  l’usage que ceux qui la détiennent, offensif , défensif, destructif, dissuasif….

Pourquoi  les occidentaux n’interviennent-il pas préventivement contre la Corée du Nord  qui détient l’arme nucléaire et les missiles pour la projeter et qui menace la Corée du Sud ? La Corée du Sud compte-elle moins pour les Occidentaux  et notamment les Américains et les Français qu’Israël ?

Demain si le Pakistan musulman en cours de radicalisation depuis des années et qui détient lui aussi l’arme nucléaire et des missiles pour la projeter se met à proférer des menaces à l’encontre d’Israël, cet Etat et éventuellement  les Occidentaux  à leur côté décideront-ils d’intervenir militairement comme ils menacent de le faire contre l’Iran ?

Même si à la tête d’un Etat comme l’Iran on trouve des dirigeants qui se sentent investis d’une mission messianique, ils ne sont pas tous assez fous au point de ne pas savoir qu’une attaque nucléaire sur Israël ne se ferait pas sans une riposte nucléaire de cet Etat  ou de ses alliés occidentaux sur le leur. Et sauf  pour la majorité des Iraniens à avoir, de par leur religion, l’envie de devenir des martyrs pour remplir cette mission, on peut douter sérieusement de la réalité d’une telle menace et s’étonner que les militaires israéliens y croient sérieusement.

Mais pendant que la Presse s’intéresse à l’Iran, et qu’Israël prétend se préparer à une intervention préventive, elle parle moins  de la  Palestine.

Et pourtant si le triumvirat occidental du Conseil de Sécurité proposait d’imposer en Palestine un plan de Paix fondé sur les résolutions de l’ONU, nul doute que ni la Russie ni la Chine n’y opposeraient  leur droit de veto.

Alors pourquoi ne pas traiter le mal à la racine plutôt que de faire semblant  de vouloir éradiquer sur les branches  les parasites qui se sont développés ?

Tout simplement par pur électoralisme de la part de dirigeants  falots !

 

Qu’on en juge par l’activité déployée à l’ONU par la France en une année sur ce sujet selon le site officiel de l’Etat français :

Le 22 août 2012, le Conseil de sécurité a tenu sa réunion mensuelle sur la situation au Proche Orient en présence de M. Feltman, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques.

Le processus de paix était dans une impasse : Israël poursuivait ses activités de colonisation dans les territoires occupés tandis que les factions palestiniennes demeuraient divisées, au détriment de la population palestinienne, et aucun progrès significatifs dans les négociations israélo-palestiniennes n’avait été enregistré.

Cette situation était d’autant plus préoccupante qu’elle s’inscrivait dans un contexte régional extrêmement volatile, marqué par une militarisation croissante en Syrie et un risque de contagion de la crise syrienne au Liban. Lors de consultations privées, le représentant de la France a ainsi appelé la communauté internationale à apporter son soutien à la classe politique libanaise afin de préserver la stabilité de ce pays.

 Le 25 juillet 2012, le Conseil de sécurité a tenu son débat mensuel sur la situation au Moyen Orient en présence de M. Serry, Coordinateur spécial pour le Proche-Orient.

Le représentant de la France s’est fait l’écho des préoccupations exprimées par M. Serry sur l’impact régional de la crise syrienne, en particulier sur le Liban. La menace de l’usage par Damas de ses armes chimiques et biologiques contre ses voisins, la récente violation de l’accord de désengagement du plateau du Golan de 1974 ainsi que la violation de l’intégrité territoriale du Liban étaient intolérables.

Les conséquences régionales de la crise en Syrie risquaient par ailleurs de compliquer encore le processus de paix au Proche-Orient déjà au point mort. Les violations répétées par Israël du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité, notamment la poursuite des activités de colonisation, minaient la possibilité de paix. De même, la fragilisation de l’Autorité Palestinienne et l’absence d’unité palestinienne étaient autant d’obstacles à la paix. Face à l’impasse du processus de paix au Proche-Orient, la viabilité et la crédibilité politique de la solution des deux Etats devaient être garanties par la définition d’un nouveau cadre de négociations suivant des paramètres clairs, un calendrier réaliste et des garanties en cas de non-respect des décisions de la communauté internationale.

 Le 2 juillet 2012, Navi Pillay, la Haut-commissaire de l’ONU pour les droits de l’Homme, a présenté au Conseil de sécurité la situation dans les territoires palestiniens occupés. Elle a déclaré que le bouclage de la bande de Gaza était illégal et devait immédiatement être levé, tout en condamnant les tirs de roquettes en direction d’Israël, le représentant français a appelé au développement économique de la région.

 Le 27 juin 2012, le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité la résolution 2052 renouvelant pour six mois le mandat de la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD) au Golan.

 Le 21 juin 2012, le Conseil de sécurité a entendu le rapport de M. Mulet, sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, sur l’évolution de la mission de la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD) au Golan.

Le représentant de la France a déploré les violations de l’accord de désengagement et les restrictions accrues à la circulation des observateurs, en particulier du côté syrien de la zone de séparation. Il a fermement condamné les attaques syriennes ayant visé les observateurs et a appelé toutes les parties à pleinement coopérer avec la FNUOD, afin que le personnel puisse exercer son mandat en toute sécurité.

 Le 19 juin, le Conseil de sécurité s’est réuni en présence de M. Oscar Fernandez Taranco, sous-Secrétaire général aux Affaires politiques, pour examiner la situation au Moyen Orient. Lors du briefing, M. Taranco a relevé le caractère toujours fragile de la situation entre Israël et la Palestine. Il a rappelé que les installations israéliennes dans les territoires palestiniens occupés constituaient une violation du droit international et compromettaient grandement la possibilité de la solution de deux Etats.

Dans les consultations privées qui ont suivi, le représentant de la France a déploré l’impasse politique dans la quelle set trouvait le processus de paix. Tout en condamnant la politique de colonisation israélienne persistante, il s’est interrogé sur l’efficacité du Quartet.

 Le 29 mai 2012, le Conseil de sécurité s’est réuni lors de son débat mensuel sur la situation au Moyen-Orient.

S’exprimant sur le processus de paix entre Israël et la Palestine, M. Robert Serry, Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, a fait état de plusieurs signes encourageants. Les dirigeants palestinien et israélien avaient échangé plusieurs lettres et effectué des déclarations conjointes, ouvrant la perspective d’échanges entre les parties. Un accord avait par ailleurs été trouvé concernant la question des prisonniers palestiniens, mettant fin à leur grève de la faim. Les activités de colonisation israélienne se poursuivaient cependant et de nombreux Palestiniens avaient été blessés à la suite d’opération israéliennes en Cisjordanie.

En consultations privées, le représentant de la France s’est réjoui des avancées constatées, tout en soulignant l’absence de résultats enregistrés par le Quartet ou d’évolutions significatives sur le terrain, sans lesquelles ce processus ne pourrait se poursuivre.

 Le 23 avril 2012, le Conseil de sécurité s’est réuni lors de son débat mensuel sur la situation au Moyen-Orient.

S’exprimant sur le processus de paix entre Israël et la Palestine, M. Lynn Pascoe, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, a fait état de progrès significatifs en matière sécuritaire grâce aux efforts des forces palestiniennes pour maintenir le calme en Cisjordanie. En dépit d’une situation fragile, les deux parties avaient réitéré leur souhait de négocier. Le Quartet était préoccupé par la violence des colons israéliens en Cisjordanie et par la poursuite des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza. Devant le risque d’une résurgence de la violence, le Quartet avait appelé les parties à la retenue et éviter toute action pouvant saper la confiance.

Le représentant de la France a souligné l’impasse dans laquelle se trouvait le processus de paix, qui menaçait la possibilité d’une solution à deux Etats. La colonisation israélienne en territoires palestiniens occupés représentait particulièrement une menace pour le processus de paix. Si la rencontre d’une délégation palestinienne avec le Premier ministre israélien constituait un pas dans la bonne direction, des mesures de confiance significatives devaient être prises afin de recréer la confiance entre les parties.

 Le 27 mars 2012, le Conseil de sécurité a entendu M. Robert Serry, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient. M. Serry a constaté l’absence de progrès dans le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens. Le processus de réconciliation inter-palestinien était au point mort et les violences connaissaient une escalade. Le nombre de blessés en Cisjordanie du fait des opérations israéliennes avait triplé, et les activités de colonisation menant à la démolition de propriétés palestiniennes à Jérusalem-Est se poursuivaient. Le Sud d’Israël continuait de faire l’objet d’attaques à la roquette depuis la bande de Gaza. M. Serry a salué l’action de la Jordanie et de l’Egypte dans la promotion d’un accord négocié et de l’apaisement des tensions.

En consultations privées, le représentant de la France a encouragé l’adoption de mesures de confiance entre les deux parties, tout en s’inquiétant des divisions au sein de l’Autorité palestinienne.

 Le 28 février 2012, le Conseil de sécurité a entendu M. Lynn Pascoe, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, sur la situation au Moyen Orient. S’exprimant sur le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens, M. Pascoe a souligné que les activités de colonisation israéliennes constituaient un obstacle à la paix, appelant les dirigeants à un retour des négociations. La situation humanitaire demeurait préoccupante, au vu des violences entre colons et palestiniens, M. Pascoe appelant par ailleurs à ce que soit mis fin au blocus de Gaza.

En consultations privées, le représentant de la France s’est dit préoccupé du manque de progrès sur le terrain, réitérant son appui aux efforts du Quartet et appelant à une réaction du Conseil de sécurité.

 Le 24 janvier 2012, M. Fernandez-Taranco, vice-Secrétaire général adjoint pour les Affaires politiques, a présenté au Conseil de sécurité son rapport trimestriel sur la situation au Proche-Orient, notamment en Israël et les Territoires Occupés. Le Conseil de sécurité a aussi entendu les déclarations de l’Observateur permanent de Palestine ainsi que du Représentant permanent d’Israël.
Dans son intervention, le représentant permanent de la France a de nouveau exprimé sa profonde inquiétude devant l’accélération en 2011 de la colonisation israélienne dans les Territoires occupés, en violation du droit international et des résolutions du Conseil, et qui porte atteinte à la viabilité territoriale et économique du futur Etat palestinien. Il a enfin renouvelé le soutien de la France à l’Autorité palestinienne et à la construction d’institutions viables lui permettant de répondre aux aspirations légitimes de sa population.

 Le 18 janvier 2012, le Conseil de sécurité a entendu en consultations privées la Coordinatrice des Affaires Humanitaires (OCHA), Valerie Amos, sur la situation humanitaire dans les Territoires Occupés, notamment les effets de la colonisation sur les perspectives de règlement du conflit comme sur les populations directement affectées.

 Le 21 décembre 2011, le Conseil de sécurité a approuvé à l’unanimité la résolution 2028 renouvelant pour 6 mois le mandat de la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD) sur le plateau du Golan.

 Le 20 décembre 2011, le Conseil de sécurité a entendu en consultations privées le rapport de M. Fernandez-Taranko, vice-Secrétaire général adjoint pour les Affaires politiques sur la situation au Proche-Orient, notamment en Israel et les Territoires Occupés.
A l’issue des consultations, les représentants permanents de pays membres de l’Union européenne au Conseil de sécurité ont fait une déclaration conjointe à la presse.

Le 3 novembre 2011, le comité permanent sur les admissions du Conseil de sécurité s’est réuni au niveau des représentants permanents pour examiner son projet de rapport sur la demande d’admission de la Palestine à l’ONU comme membre de plein droit. Ce rapport, constatant une absence de consensus parmi les membres du Conseil sur la candidature palestinienne, a été formellement adopté le 11 novembre 2011 par le Comité permanent pour transmission au Conseil de sécurité.

Le 24 octobre 2011, le Conseil de sécurité s’est réuni pour débattre de la situation au Proche-Orient après avoir entendu le rapport de M. Lynn Pascoe, Secrétaire général adjoint pour les affaires politiques.

Dans sa déclaration, le représentant permanent de la France a réitéré la proposition du Président de la République de rehausser le statut de la Palestine à celui d’État observateur aux Nations Unies comme moyen pour sortir de l’impasse. Il a rappelé la proposition française de tenir une conférence internationale des donateurs pour soutenir le développement des institutions d’un État palestinien. Il a souligné que la poursuite de la colonisation, condamnée par la France, ruinait les efforts de paix. Gérard Araud a enfin salué l’accord ayant permis la libération de Gilad Shalit, comme un premier geste en faveur de la paix

.

 Le 18 octobre 2011, les représentants permanents des pays membres du Conseil de sécurité se sont réunis en consultations pour faire le point sur l’avancement des travaux du comité permanent sur les admissions sur la demande de la Palestine d’être admise comme Etat de plein droit.


 Le 28 septembre 2011, suite à la transmission de la demande d’adhésion à l’ONU de la Palestine comme Etat de plein droit par le Secrétaire général des Nations Unies au Conseil de sécurité, ses membres ont approuvé la proposition de la Présidence d’en saisir le comité permanent sur les admissions, ainsi que le prévoit l’article 59 du
Règlement intérieur provisoire.

 Le 27 septembre 2011, le Conseil de sécurité s’est réuni pour écouter le rapport mensuel du secrétaire général adjoint pour les Affaires politiques, M. Lynn Pascoe, en présence de M. Najib Mikati, Premier ministre libanais. Au cours de sa présentation, le secrétaire général adjoint a souligné l’urgence d’une reprise des négociations directes entre les deux parties. "Nous ne devons épargner aucun effort pour aider les parties à retourner à la table des négociations", a-t-il déclaré. Le conseil s’est par la suite réuni en consultations privées.

Le 23 septembre 2011, le président de l’Autorité palestinienne, M. Mahmoud Abbas, a remis au Secrétaire général des Nations Unies une demande d’admission de la Palestine comme Etat membre de plein droit de l’Organisation des Nations Unies. Le Secrétaire général a transmis cette demande au président du Conseil de sécurité.

.Le même jour, le Quartet pour le Proche-Orient a diffusé une déclaration appelant à la reprise des discussions avec l’objectif d’aboutir à un accord fin 2012 et proposant notamment la tenue d’une conférence de donateurs pour soutenir la construction des institutions étatiques palestiniennes. La France a salué, dans un communiqué, une déclaration qui allait dans le bon sens, correspondant à la volonté exprimée par le Président Sarkozy à New York. "La France se félicite que les débats de ces derniers jours aux Nations Unies aient conduit à une prise de conscience internationale quant à l’urgence de mettre fin au blocage du dossier israélo-palestinien".



 Le 21 septembre 2011, lors de son
allocution à l’ouverture de la 66ème session de l’Assemblée générale, M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, a proposé un statut d’Etat observateur pour la Palestine aux Nations Unies ainsi qu’une feuille de route relançant le processus de paix israélo-palestinien en trois temps :

— Un mois pour reprendre les discussions ;

— Six mois pour se mettre d’accord sur les frontières et sur la sécurité ;

— Un an pour parvenir à un accord définitif.

.Le 25 août 2011, le Conseil de sécurité a entendu le rapport du Secrétariat, présenté par Lynn Pascoe, Secrétaire général adjoint aux Affaires politiques, sur la situation au Proche-Orient. Les membres du Conseil de sécurité ont regretté la reprise des violences dans la région et ont appelé les parties à relancer le processus de paix.

 

On est en droit de penser que si le triumvirat occidental du Conseil de sécurité avait montré autant de détermination  sur la Palestine qu’il en a eue en Libye depuis 45 ans, la question palestinienne serait réglée et bon nombre dégâts collatéraux ne se serait jamais produit. Et la question d’une éventuelle détention de l’arme nucléaire par l’Iran ne se serait jamais véritablement posée !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens