Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 15:57

Scan10001 

 

 

 

 

 

CH. II     LES REGIONS AYANT APPARTENU AU   ROYAUME DE LOTHARINGIE puis de FRANCIE ORIENTALE/ GERMANIE

   

 

R. Alsace / Elsass/ Duché de Souabe/ Herzogtum Schwaben   /Landgraviats de Nordgau  et Sundgau / Evêché de Strasbourg/ Bistum  Strasburg / Decapole                                                                                                                               terres d’empire de 962  jusqu’à  1697

 

 

21 .Landgraviat/comté du  Sundgau   (Thann, Belfort, Ferrette, Altkirch)

 

d.Seigneurie de Belfort

 

Maison de Montbéliard

 

Avec Héricourt, Belfort est partie intégrante du comté de Montbéliard tenu par les sires de Montfaucon.

Au décès de Thierry III, dit « le Grand Baron », le comté de Montbéliard, tombe dans l’escarcelle de Renaud de Bourgogne par son mariage en 1282  avec Guillemette de Neufchâtel, seule héritière des biens de Thierry III. Renaud est fils d’Hugues III, sire de Salins, comte de Bourgogne par son mariage avec Alix de Méranie, fille d’Otton II, duc de Méranie, comte palatin de Bourgogne.  Il est l’un des frères d’Othon IV comte palatin de Bourgogne.

Renaud de  Bourgogne et  Guillemette de Neufchâtel  ont un garçon et quatre filles :

 

-Othein, ou Othenin de Montbéliard, un garçon handicapé mental, décédé en 1339,                                                                                                                                                                             -Agnès -Agnès de Montbéliard, qui épouse Henri de Montfaucon

-Jeanne, qui épouse Ulrich III, comte de Ferrette, puis Rodolphe de Hesse, margrave de Bade, et en 3e noces, le comte Guillaume de Katzenellenbogen (elle décède en 1349.                                                                                                   

 -Marguerite, qui épouse Guillaume d'Antigny, sire de Sainte-Croix

 -Alix, qui épouse Jean II de Chalon-Auxerre.

 

Ayant toujours besoin d'argent pour mener sa guerre contre l'Empereur Rodolphe Ier, il affranchit la ville de Belfort en 1307, moyennant 1000 livres ''estèvenantes'', somme qu'il avait exigée 24 ans plus tôt des bourgeois de Montbéliard.

Le 1 septembre 1314, Renaud rédige un testament qui prévoit la succession de ses biens au profit de son épouse, mais elle décède quelques années plus tard.  En 1321, peu avant sa mort, il modifie son testament ; ses biens iront cette fois au profit de ses enfants. Par ailleurs, Othenin, handicapé mental, sera mis sous tutelle en cas d'incapacité de celui-ci à lui succéder. Ce sera Hugues de Bourgogne, le plus jeune frère de Renaud, qui en sera le tuteur et devient pendant 5 ans le régent du comté. Car si cinq ans après le décès de Renaud, Othenin est toujours incapable de gérer les affaires du comté (ce qui fut le cas), alors, le patrimoine sera définitivement partagé entre les enfants, mais le comté de Montbéliard subviendra aux besoins de son fils jusqu'à la fin de ses jours. Othenin meurt 17 ans après son père. Au décès d'Hugues de Bourgogne (vers 1330, Agnès, troisième fille de Renaud et mariée à Henri de Montfaucon hérite du comté de Montbéliard. Jeanne, l'aînée de l'hoirie, reçoit Belfort. C’est le début du démembrement du comté de Montbéliard, car Belfort tombe d'abord dans l'escarcelle des comtes de Ferrette, puis, vers 1360, dans le domaine autrichien des Habsbourg.

Renaut meurt en 1322, et toutes les dispositions testamentaires sont confirmées. Belfort doit échoir à Jeanne de Montbéliard, épouse du Comte de Ferrette Ulric III.

Lors d’un premier partage, Belfort revient donc de facto, à Jeanne de Montbéliard. Mais son époux Ulrich III décède en 1324, et le couple ne laisse que des filles, dont l’aînée, Jeannette, qui épouse presque aussitôt le duc Albert II d’Autriche. Ce mariage unit le comté de Ferrette aux domaines alsaciens des Habsbourg.

L’affaire se complique avec les remariages successifs de sa mère, Jeanne de Montbéliard, d’abord avec Rodolphe Hesse, margrave de Bade, puis avec Guillaume de Katzenellenbogen.

Lors du partage définitif des biens de la Maison de Montbéliard par le traité de Granges en 1332, Jeanne qui règne depuis le décès de son époux sur le comté de Ferrette détient officiellement Belfort, Grandvillars, Héricourt, Rougemont ; le comté de Montbéliard se trouve donc démembré en deux parties.

 

L’autre partie revient à Agnès, sa sœur cadette, la troisième fille de Renaud, qui a épousé Henri de Montfaucon (il deviendra comte de Mon en 1338 au décès de son beau-frère Othenin).

Jeanne, qu'on appelait « la Dame de Belfort » meurt en 1350, mais ses remariages ont donné lieu à de nombreux enfants qui ont des droits, et les affaires qui concernent la succession de ses biens font l’objet de nombreuses chicanes ; l’écheveau s’avèrer long et difficile à démêler.

Finalement, ce n’est que vers 1360 que Belfort se trouve intégré définitivement dans l’ensemble des possessions des Habsbourg.

 

Maison de Habsbourg

 

Les Habsbourg détiennent le titre de Landgraf/comte de Haute-Alsace, et possèdent les baillages de Landser et d'Ensisheim, ainsi que des biens à Hirsingue, Seppois et Lutterbach. Les terres d'Alsace de Haute Alsace ou Sundgau et  celles du Brisgau forment les Pays Antérieurs Autrichiens administrés depuis Ensisheim par le grand bailli ou Landvogt, assisté de conseillers choisis par les nobles locaux.

Le Sundgau regroupe alors quatre bailliages : Landser, Thann, Altkirch et Ferrette. Cependant 135 localités sur les 351 de l'Alsace autrichienne sont administrées directement par leurs seigneurs qui les tiennent en fief des Habsbourg. Ces seigneurs-engagistes constituent une sorte d'élite au sein des quelques dizaines de familles nobles possessionnées dans le Sundgau. Pour avoir prêté de l'argent au duc d'Autriche, ils obtiennent "en gage" les revenus de villes ou de baillages

Belfort est menacée par plusieurs invasions venues de France.  En janvier 1365, les villes d'Empire décident que 400 soldats seront placés à Belfort. Les grandes compagnies conduites par Arnaud de Cervole parcourent l'Alsace du nord au sud et se retirent par la porte de Bourgogne.  Quelques années plus tard, l'Alsace fait face aux menées d'Enguerran de Coucy qui cherche un territoire au détriment des ducs d'Autriche en alléguant des droits de succession. Les Habsbourg s'emparent d'Héricourt et se saisissent de la part de Belfort dévolue à la comtesse Adélaïde. En seconde noce, celle-ci a épousé le comte Walraf IV de Thierstein et s'attache à ses droits. Vers 1373, Belfort se trouve dans les mains d'Adélaïde et de Walraf qui se réclament de la suzeraineté lorraine.

 

En 1374, des concentrations des troupes de "Welsches" aux abords de la ville, portent à croire que ce sont des renforts de Walraf. Pour le duc Léopold III, ce danger exige une réplique : commandés par le comte Rodolphe de Habsbourg-Lauffenburg, un parent du duc d'Autriche, les vassaux d'Alsace et de Brisgau, et leurs alliés bâlois et strasbourgeois pénètrent dans la Porte de Bourgogne. Leurs objectifs sont Florimont, Belfort et Héricourt. Belfort est prise en 1374, le comte Rodolphe assure l'occupation avec ses propres troupes dont le commandement est donné au noble Guillaume de Roppe. La situation reste confuse. L'automne suivant, de Coucy et ses routiers anglais reprennent l'Alsace du sud, Léopold se réfugie à Brisach. Belfort est reprise.

En janvier, février 1376, les bandes anglaises refluent après avoir été défaites par les Confédérés suisses. La région de Belfort est totalement aux mains de la maison d'Autriche.

Après la défaite habsbourgeoise  à Sempach qui, le 13 juillet 1386, qui décime la noblesse sundgauvienne, les Suisses constituent une menace terrible aux portes du Sundgau.

A la fin du XIVe siècle, le Sundgau est administré avec efficacité par Catherine de Bourgogne, fille du Duc de Bourgogne Philippe le Hardi, sœur de Jean sans Peur, née  à Dijon en 1379 et épouse du duc Léopold III de Habsbourg, duc d’Autriche dont elle hérite à sa mort en 1406 ; son beau-frère Frédéric s’empare alors des territoires qu’elle a hérités de son mari ne lui laissant que les seigneuries de Belfort et de Rosemont jusqu'à sa mort en 1426.                                                     

Alors que jusque-là le siège du gouvernement habsbourg du Sundgau se trouvait à Engisheim, elle s’installe à Belfort en 1415 et y reste jusqu’en 1423, date à partir de laquelle, en vertu d’un accord passé avec son beau-frère Frédéric, elle gouverne sous sa tutelle  tout le Sundgau. Elle meurt à Gray en 1426. En 1427, Belfort fait face aux attaques du comte Thibaut VIII de Neufchâtel inspiré par le duc de Bourgogne Philippe le Bon.

Depuis 1430, l'Autriche s'est alliée au roi de France contre  le duc de Bourgogne Philippe le Bon; avant d'avoir pu entrer en campagne, les vassaux de Fréderic IV sont assaillis par l'armée d'Antoine de Vergy.

 

Antoine de Vergy, fils de Jean III de Vergy et de Jeanne de Chalon, est passé du service du roi de France à celui du duc de Bourgogne qui le fait chevalier de la Toison d’or en 1430, et le nomme gouverneur de Bourgogne, de Champagne et de la Brie. En 1431 les Bourguignons parviennent à s'emparer de Belfort, mettant la ville à feu et à sang.

En 1444 les "Armagnacs" ou "Ecorcheurs", menés par le dauphin, le futur Louis XI, battent les Confédérés suisses près de Bâle. Puis c'est au tour des Soleurois, bientôt appuyés par les Bâlois d'envahir le Sundgau de 1445 à 1446. En 1446 éclate la guerre des Six deniers. Les Suisses viennent soutenir leur alliée la ville de Mulhouse contre les Habsbourg.  

Le conflit s'achève en août 1468, mais l'année suivante, le duc d’Autriche, Sigismond de Habsbourg, à court d'argent, engage ses terres d'Alsace au duc de Bourgogne, Charles le Téméraire. Le grand bailli de celui-ci, Pierre de Hagenbach, rend paix et sécurité au pays, mais il se heurte aux villes et aux nobles. Aussi en 1474, lorsque le duc Sigismond d'Autriche rachète les terres engagées, Pierre de Hagenbach est pris et après un procès sommaire, décapité à Brisach. Son frère Etienne le venger en dévastant quelques villages de la Largue avec des troupes bourguignonnes. C’est le début des guerres de Bourgogne qui se termine certes par la mort de Charles Téméraire mais aussi par le mariage la même année de sa fille unique Marie de Bourgogne au duc d’Autriche et futur empereur Maximilien de Habsbourg. Possessionnés  jusqu’alors dans le Sundgau alsacien, les Habsbourg  possédent désormais en plus le comté de Bourgogne ou Franche-Comté et estiment avoir hérité également du Duché de Bourgogne.

                                                            

Après la guerre de Souabe en 1499, l'hostilité entre Sundgauviens, loyaux sujets des Habsbourg  et Suisses fait place à une certaine indifférence.

Le Sundgau, malgré la proximité de Mulhouse et de Bâle, n'est pas touché par la Réforme et reste fidèle à la religion catholique de ses maîtres, les Habsbourg.

Ferdinand I de Habsbourg, seigneur direct de Belfort, qui a succèdé à son frère Charles-Quint comme empereur, décède en 1564. C'est son fils, Ferdinand, qui lui succède en Alsace. La peste sévissant à Ensisheim, il se fixe à Belfort.

 

Bien que tant le Sundgau que le comté de Bourgogne soient des terres d’empire leur partage par Charles Quint, va leur donner des sorts momentanément différents ; en effet, le comté de Bourgogne ou Franche Comté est attribué au fils de Charles Quint, le roi d’Espagne Philippe II  tandis que le Sundgau est attribué à son oncle Ferdinand Ier, frère de Charles Quint.

En 1578,  l'archiduc Ferdinand II décide de renforcer ce qu'il désigne comme la "frontière vers la Bourgogne". Il fait livrer des armes et des munitions au bailli de la ville. Ce n'est qu'en 1590 que le château dispose en permanence d'une garnison.

Les préparatifs politiques commencent dans les années 1600.  L'accession de Léopold V à l'évêché de Strasbourg annonce une sorte d'hégémonie habsbourgeoise sur  toute l'Alsace.

Lorsque son frère Ferdinand II succède à l'empereur Mathias en 1619, la réaction catholique entre dans la phase active.                                                         

Les autorités autrichiennes se trouvent démunies face à l'irruption de Mansfed qui commande une armée pour le compte de l'Electeur de Brandebourg, chef des protestants. En 1622, grâce à des troupes locales, Belfort demeure en deuxième ligne, mais ses habitants participent à l'effort militaire. La ville est commandée par Ulric-Guillaume de Landenberg, qui remplace le baron Georges de Welsberg, bailli depuis 1605.

En 1625, le baron de Tilly, qui commande une armée de Croates pour le compte de l'empereur, arrive à Belfort. Il se loge au château et répartit son armée dans les villages de la seigneurie, où règne bientôt la disette. Puis une grave épidémie de peste se propage dans la région, qui fait en 1628 de nombreuses victimes.

En 1630, la Suède rentre en guerre aux côtés de la ligue protestante. En quelques mois l'armée du roi de Suède Gustave-Adophe occupe le nord de l'Allemagne le 17 septembre 1631 à Breitenfeld. L’armée impériale est écrasée. Gustave Adolphe poursuit son avancée vers le sud, combattant à plusieurs reprises l’armée impériale reconstituée. Les pays sillonnés sont dévastés, les Suédois atteignant la Franconie, l’Alsace, la Lorraine et en particulier les Trois-Évêchés. En automne 1632, elle réduit les unes après les autres les places fortes autrichiennes. Belfort reçoit une garnison de 300 cavaliers ainsi que deux compagnies de fantassins. 

 

Le siège s'engage le 3 janvier 1633, mais la ville capitule deux jours plus tard, dans la confusion générale. Le Rhingrave la confie au colonel Loyen. Les habitants des campagnes, réduits à une extrême misère, à peu près nus et sans pain au coeur de l'hiver, font à l'envahisseur une guerre de partisans qui leur vaut d'atroces représailles.

Pour des raisons politiques la ville est cédée au duc de Wurtenberg, une garnison montbéliardaise vient épauler les Suédois.

Le duc de Féria qui commandait les Espagnols, au cours du siège du 29 octobre 1633 les déloge.

Les Suédois reprennent la ville en mars 1634.  En septembre 1634, Pierre Oriel, chef de partisans, sachant que Belfort est mal défendue, s'empare du gouverneur suédois de la ville et en tire rançon. La domination habsbourg est apparemment rétablie, mais elle est assurée par les Lorrains.

En 1635, l'attaque ordonnée par le duc de Rohan, commandant l'armée française échoue, par manque d'artillerie. La garnison lorraine continue à tenir Belfort qui défie Richelieu. Belfort a acquis une valeur symbolique en restant un bastion autrichien.  Après la tentative du duc de Rohan, en mai 1635, la Suède cède toute la seigneurie de Belfort au comte de Montbéliard, en remboursement d'un prêt d'argent. Mais la cession ne peut avoir d’effet, car Belfort est réoccupée peu après par les Impériaux.

Louis XIII en fait alors don à l'un de ses généraux, le comte Louis de la Suze avec mission de la reprendre. Le comte Louis de La Suze s’établit à Montbéliard, où il est le gouverneur. Il attend le moment favorable pour s'emparer de Belfort.  Le 25 juin 1636, après plusieurs assauts le château capitule. Le lendemain, le comte de La Suze entre à Belfort à la tête de ses troupes. Belfort devient française de facto. Le comte de La Suze est le premier seigneur français de Belfort ; il meurt le 25 septembre 1636. Son fils aîné, Gaspard de Champagne, comte de la Suze et marquis de Normanville, prend le titre de seigneur de Belfort et de Delle. Au cours de l'année 1637, les Impériaux parviennent encore à se maintenir dans la plaine d'Alsace. En 1638, Bernard de Saxe Weimar, allié de la France, occupe Brisach. Il meurt en 1639, laissant l'Alsace au français.  En 1645, le comte de la Suze épouse Henriette de Coligny, fille du maréchal de Châtillon, qu'il installe à Belfort. Sa soeur Anne épouse le prince Georges de Montbéliard.

 

 

Les traités de Westphalie de 1648 accordent à la France les possessions alsaciennes (moins Strasbourg) de la Maison d'Autriche. Les Habsbourg reçoivent en contrepartie une indemnité payée par la monarchie française qui, de ce fait, substituait ses droits aux leurs.  

 

 


 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Liens