Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 08:42

Scan10001

 

 

C. du démembrement de l’empire (an 855) à sa disparition (an 924)                  

 

1. Création du deuxième Royaume de Provence ou Bourgogne Cisjurane / Königreich  Provence  oder  Burgund Cisjuranien  en 879

 

 

.CHARLES III LE GROS  /  KARL  DER  DICKE  (839 à 888), empereur /kaiser  de 881 à 888

 

Troisième  fils de Louis le Germanique, né en 839, il devient roi d’Alémanie en 865. Régent du royaume de Francie occidentale  pendant la minorité de Charles le Simple,

 

Sous son règne se précipite le mouvement de désintégration de l’empire alors qu’en Francie Orientale, le système carolingien persiste sous l’autorité du roi Arnoul.

A la suite des guerres provoquées par la succession de Charles de Provence, Boson, beau-frère de Charles le Chauve comme époux de Ermengarde, fille de l’empereur Louis II, se fait proclamer à Mantailles en 879 du Royaume de Provence qui regroupe de petites portions de la Bourgogne propre, les régions de Vienne, de Lyon, le Comtat Venaissin, la Dauphiné, le Bugey et la Bresse, les régions d’Arles et d’Aix en Provence,  la partie du Languedoc entre la Loire et le Rhône . En 880, par traité de Ribemont, les fils de Louis le Bégue, Louis III et Carloman cèdent à Louis le Jeune leur part de la Lotharingie en échange de la neutralité de ce dernier.

 

Louis III le Jeune, fils cadet de Louis le Germanique,  rencontrent les fils de Louis le Bégue, Louis III et  Carloman (le troisième est Charles le simple qui leur succédera comme roi de Francie occidentale) à Ribemont en 880 et y signent un traité par lequel  Louis III  le Jeune obtient la partie orientale de la Lorraine puis partent  vers le sud tenter de mater Boson qui, à l’approche des armées royales, quitte Vienne. La Lotharingie réunifiée est ainsi rattachée à la Germanie. Son fils est adopté comme le faisait les empereurs romains par Charles le Gros ; Charles le Gros qui lui hérite en revanche de l’Italie et de la Francie orientale à la mort de ses frères Louis III le Jeune est couronné empereur en 881. Louis III décède en 882 et Carloman en 884. Mais l’empereur Charles le Gros encourt le mépris de ses vassaux par sa lâche conduite devant les Normands et est destitué en 887 lors de la diète de Tribur.   Il meurt en 888. Le système électif est rétabli. 

 

Cette année 888 marque le début du Moyen Age pendant lequel le contrat vassalique va organiser toute la société. Il institue entre deux personnes le suzerain et son vassal un lien personnel, le lien vassalique,  et un lien réel né de la concession d’un fief par le suzerain à son vassal. De ce contrat naissent des obligations réciproques. Ces obligations sont différentes selon qu’elles naissent de l’hommage ou du serment de fidélité. De l’hommage dérivent les obligations fondamentales : pour le seigneur, protéger et soutenir le vassal ; pour le vassal, servir son seigneur et spécialement sous forme du service armée. Du serment de fidélité naissent des obligations négatives, celles de ne pas nuire. En contrepartie de ces obligations le seigneur concède un fief à son vassal par un acte qui s’appelle l’investiture. Au début, le fief est accordé par le seigneur à son vassal à titre viager. Le seigneur organise donc une nouvelle cérémonie d'hommage pour l'héritier.

 

Les vassaux multipliant  les hommages pour accumuler les fiefs, il y a un problème quand deux seigneurs ayant un vassal en commun entrent en guerre. L'hommage lige ou hommage préférentiel le règle car il oblige le vassal qui le prête plus étroitement vis-à-vis de son suzerain que l'hommage ordinaire (dit par opposition « simple » ou « plan »), notamment au regard du service d’ost. Dans le droit féodal, le suzerain publie son ban de guerre et convoque ses vassaux sous sa bannière et à son « ost » (armée), non seulement lorsque le pays est envahi ou l'intérêt général mis en jeu, mais aussi pour les guerres privées. Les hommes d'armes servent pour un temps déterminé (de quarante à soixante jours). Le suzerain pourvoit sa troupe en armes, en munitions et en vivres. Les  vassaux emmènent avec eux leurs soldats. Quiconque désobéit devient félon et comme tel, est privé de son fief.

 

2. Création du Royaume de Bourgogne Transjurane/ Koenigreich Burgund  en 888

En novembre 887, lors de la diète qu'il a réunie le 11 novembre à Tribur, Charles le Gros est déchu de ses titres par des nobles de Francie orientale révoltés, menés par son neveu Arnulf de Carinthie, fils illégitime de Carloman de Bavière. Arnulf  est proclamé roi de Germanie, Lotharingie et Italie (Nord). Après la mort de  Charles le Gros survenue le 13 janvier 1988,  les nobles et les principaux membres du clergé  de Haute-Bourgogne dont Thierry, évêque de Besançon, se réunissent à Saint Maurice d’Agaune (dans l’actuel canton du Valais en Suisse)  et élisent roi  Rodolphe Ier, comte d’Auxerre, fils de Conrad II, duc de Bourgogne Transjurane et petit-fils de Welf Ier, comte de Bavière dont sont issus les Welf (Guelfes). Rodolphe Ier hérite de l’abbatiale de Saint Maurice d’Agaune ce qui en fait le personnage le plus puissant de Haute-Bourgogne ( toute la Suisse Occidentale comprenant les futurs cantons de Bâle (Bâle Ville et Bâle Campagne), d’Argovie, de Soleure, de Berne, du Jura, de Neuchâtel, de Vaud, de Fribourg, de Genève, du Valais ainsi que de la Franche-Comté composant ensemble le comté de Bourgogne (Future Franche Comté) dans sa plus grande expansion, la Savoie avec le Val d’Aoste et d’importants passages alpins (Grand Saint Bernard, Montcenis, Mont Genèvre) mais non le duché de Bourgogne, centré sur Dijon. Passablement coupé de l’extérieur et faiblement peuplé (surtout d’Alamans à l’Est, de Burgondes, d’Helvètes latinisés ailleurs). Quelques jours plus tard, e 29 février 888, Eudes, de la famille des  comtes de Troyes, est élu roi de Francie occidentale et reconnu par Arnulf.  Rodolphe est couronné quelques semaines plus tard à Toul, roi de Bourgogne et de Lotharingie. Apparemment, profitant de la légitimité conférée par son élection, Rodolphe affirme ses droits sur l'ensemble cette Lotharingie, prenant la plus grande partie de l'Alsace et de la Lorraine.

  

Mais son ambition est contestée par Arnulf de Carinthie, qui le force rapidement à abandonner la Lotharingie en échange de sa reconnaissance en tant que roi de Bourgogne.Son royaume se partage en divers comtés et quatre archidiocèses :

.Besançon (avec pour suffragants les diocèses de Bâle, Lausanne et Belley),

.Lyon (avec pour suffragants les diocèses de Langres, Chalon sur Saône et Macon ainsi qu’Autun)

.Moutiers-Tarantaise (avec pour suffragants les diocèses de Sion, Saint Jean de Maurienne, et Aoste),

.Vienne (avec pour suffragants les diocèses de Die, Grenoble, Valence, Viviers et Genève)

Sacré roi de Francie occidentale le  28 janvier 893 le jeune Charles le Simple ne peut régner sur l'ensemble du royaume qu'à partir de la mort d’Eudes le  3 janvier 898. Il est aussi roi de Lotharingie de 911 à 923.

Le roi Rodolphe Ier entretient de bien meilleurs relations avec ses autres voisins. Sa sœur Adélaïde se marie avec Richard le Justicier, duc de Bourgogne. Et lui-même a épousé, avant 885, Willa de Provence, fille de Boson V de Provence, roi de Bourgogne Cisjurane qui lui donne :

.Rodolphe, qui lui succédera comme deuxième roi de Bourgogne-Provence .

.Louis, comte en Thurgovie.                                    

.Willa de Bourgogne, qui épouse Boson d'Arles (885-936), comte de Vaison, fils de Théobald d'Arles et de Berthe (fille de Lothaire II)                                                       

 .Waldrade qui épouse Boniface, fils du comte Hucbald de Bologne, marquis et duc de Spolète.                                                             

                                                        

.ARNOUD  DE CARINTHIE  / ARNULF  VON  KÄENTERN  (850-899),  empereur / kaiser de 896 à 899

 

De la race de Charlemagne, il est le petit- fils naturel de Louis le Germanique et le fils de Carloman, roi de Bavière. Duc de Lorraine (qui comprend alors la Wallonie, la Lorraine actuelle et la Rhénanie, Margrave de Carinthie  en 876, il est élu roi de Francie orientale en 887 à la suite de la déposition de Charles le Gros.

 

En mai 895, il impose son fils batard  Zwentibold comme roi de Lotharingie ; celui-ci crée pour son royaume une chancellerie spéciale dont le chef est l'archevêque Radbod de Trèves. Arnulf est sacré empereur à Rome par le pape Formose en 896. Son fils Zwentibold se heurte aux résistances des Grands et est tué le13 août 900 au cours d'une bataille, au voisinage de la Meuse.   

                                               

.LOUIS III L’AVEUGLE  /  LUDVIG III  DER  BLINDE  (882-928),  empereur / kaiser de 901 à 905 

Fils de Boson, roi de Provence, adopté à la mode romaine par l’empereur Charles le Gros, est élu roi de Provence à Valence en 890, puis roi d’Italie à Pavie en 900, enfin couronné empereur en février 901 par le pape Benoit IV.

Il meurt en 905.

 

Les Carolingiens de Francie orientale perdent le trône de Francie orientale après la mort de Louis IV de Germanie  en 911, dernier carolingien de la branche de Francie orientale. L’élection  de Conrad Ier de Franconie (berceau des Francs saliens)  cette même année comme roi de Francie orientale marque un moment décisif dans le processus de désintégration de l’empire franc. Un an plus tard décède Rodolphe Ier, roi de Bourgogne auquel succède son fils Rodolphe II qui s’assure l’appui des Ottoniens. Cette même année 912, Henri l'Oiseleur devient duc de Saxe. 

                                                                                                                 

.BERENGER Ier / BERENGAR  I (845-924),                                                                    empereur/ kaiser de 916 à 924

 

Petit-fils de Louis le Pieux par sa mère Gisèle, il succède à son père marquis de Frioul vers 872  et est reconnu roi d’Italie.

 

En 915, Il bat à l’élection impériale ses compétiteurs Arnoul de Carinthie  et Louis, fils de Boson, roi de Provence. Couronné à Rome le 24 mars 916, il est le dernier empereur carolingien.

 

Le règne de Conrad Ier comme roi de Francie Orientale ne dure que jusqu’en 919. Il constitue un moment difficile face à la puissance des grands. Conrad, conscient, décide peu de temps avant sa mort de préparer sa succession en faveur du plus puissant d’entre eux son ennemi le saxon Henri dit l’Oiseleur qui  lui succède donc comme roi de Francie Orientale (roi des Saxons et des Francs)  en 919 sous le nom d’Henri Ier. Il devient chef de la maison de Saxe qui comptera quatre empereurs.

 

En 921, par le traité de Bonn, Henri Ier et Charles le Simple se reconnaissent mutuellement ; désormais Henri peut porter le titre de roi de Francie Orientale et Charles celui de Francie Occidentale.

 

Henri Ier impose son autorité aux ducs de Francie orientale en particulier de Souabe et de Bavière.

En 922, le roi de Bourgogne Rodolphe II est appelé par les grands d'Italie qui lui offrent  la couronne de ce pays. Il traverse les Alpes avec son armée tandis que le roi Bérenger de Frioul se retire sur Vérone. L’Italie est divisée en deux royaumes. Puis Bérenger Ier défait  Rodolphe II.

 

L’année 923 voit le roi de Francie orientale Henri l’Oiseleur avec l’aide de son fils Othon prendre le contrôle définitif du duché de Lorraine. 

 

Un an plus tard, le 7 avril 924, Bérenger est assassiné par les Véronais révoltés. La dernière branche carolingienne d’Italie s’éteint.  Il ne va plus y avoir d’empereur en Occident pendant 38 ans.

 

Rodolphe reste maitre de l’Italie mais se trouve confronté à un nouveau rival Hugues d’Arles qui a gouverné le royaume de Provence au nom de l’empereur Louis l’Aveugle jusqu’à la mort de celui-ci et ensuite sous sa seule autorité et qui s’est mis à prétendre également à la couronne d’Italie.

                                                        

.HENRI  Ier L’OISELEUR  /  HEINRICH  I  DER  VOGLER  (876-936)  duc de Saxe  de 912 à 936, roi de Francie orientale  de 919 à  936,

Fils du duc de saxe Otton Ier (vers 851-912). Père d'Otton Ier le grand, premier empereur romain germanique,  grand-père d'Hugues Capet, fondateur de la dynastie capétienne, et arrière-grand-père de Louis V, roi de France.

En 925, Henri l’Oiseleur rattache l’Alsace au Duché de Souabe.                                                                                                                                                                                                                                    

En 926, Pavie est assiégée et pillée. Les grands d'Italie appellent le marquis Hugues d’Arles et l’élisent roi d'Italie à Pavie.

                                                                                                                                                                   

 La même annèe, Henri, roi de Francie Orientale  intervient dans le royaume bourguignon, il reconnaît à Rodolphe, les terres situées entre l’Aar et le Rhin, ainsi que le comté de Bâle, mais en contrepartie il se fait remettre symboliquement la sainte Lance, insigne de la monarchie bourguignonne.

 

 

Cette alliance ressemble à un acte de vassalité, mais elle permet à Rodolphe de se protéger contre les ambitions de son neveu le roi de Francie Occidentale Raoul.

 

Bien que non carolingien, et jamais couronné empereur Henri Ier l'Oiseleur, roi de Francie Orientale est considéré comme le onzième empereur depuis Charlemagne sous le nom d'Henri I.

 

 

 

 

3.Union des Royaumes de Bourgogne-Transjurane et de Bourgogne Cisjurane (Royaume d’Arles ou encore appelé de Bourgogne-Provence)  / Union der Königen  von Burgund Transjuranien und Burgund  Cisjuranien en 934/935

  

 

                                                          

En 934/935, le roi de Bourgogne Rodolphe II et le duc Hugues d’Arles parviennent à un accord : Rodolphe renonce à l’Italie en échange de la Provence

Rodolphe II devient roi des Bourgogne Transjurane et Cisjurane (Provence) soit du Royaume de Bourgogne-Provence.

L’année 936, devenu l'héritier carolingien par la mort en captivité de Charles III, Louis IV dit d’Outremer est rappelé d'Angleterre par le puissant marquis de Neustrie Hugues le Grand afin de succéder au roi Raoul mort au début de l'année 936, laquelle marque alors le retour de la dynastie carolingienne sur le royaume de Francie Occidentale. Quelques jours plus tard meurt Henri l’Oiseleur, roi de Francie Orientale. Avant sa mort,  Henri l’Oiseleur obtient la promesse des princes germaniques que son fils Otton (ou Othon) sera choisi comme son successeur. La dynastie saxonne repose dès lors sur le double principe héréditaire et électif.    La diète d'Erfurt entérine ce choix et désigne Otton comme successeur. Renouant avec la tradition carolingienne, le nouveau roi de Francie Orientale, âgé de vingt-quatre ans, est couronné le 7 août 936 à Aix-la-Chapelle.  Les représentants de tous les peuples de Francie orientale ont été convoqués. Ceux de Saxe et de Franconie, ces ethnies de la légitimité, jouissent de la préséance. Ce 7 aout 936, ils sont appelés à faire les premiers hommages au nouveau roi, suivis par les Souabes, les Bavarois et les Lorrains. Le sacre est conféré par l’archevêque de Mayence assisté de celui de Cologne.

Le roi Rodolphe II de Bourgogne / Rudolf  II meurt l’année suivante en 937. Son fils Conrad le Pacifique/ Konrad  der Freidertige (né en 925) lui succède comme roi de Bourgogne.

  

Mais il n’a que douze ans. Hugues, roi d'Italie, souhaite profiter de la minorité du jeune roi, pour unir ce royaume à celui d'Italie, et former un immense royaume. Il épouse Berthe, la veuve de Rodolphe II, et prend sous sa protection sa fille Adélaïde, qui est fiancée à son fils Lothaire.

 

Mais Othon Ier intervient dans le royaume bourguignon et sous prétexte de servir de protecteur à Conrad, le conduit en Allemagne et le retient prisonnier dans son palais. Conrad est élevé à la cour germanique. Hugues le Noir, archi-comte dans le royaume de Bourgogne, refuse de prêter l’hommage à un roi captif.

 

Cette année 937, les Hongrois ravagent Lure et Besançon. 

 

En 939, Othon inféode le duché de Lorraine  à son fils Henri. S’appuyant sut les évêques et les abbés qu’il investit de la puissance temporelle, Othon  Ier écrase en 938-939 la révolte de son cadet Henri, le préféré de sa mère, qui a reçu le soutien actif du duc de Lorraine Giselbert et du duc de Franconie Eberhard avec une partie des nobles saxons lesquels se sont entendus avec le roi de Francie Occidentale Louis IV d’Outremer. Mais les deux ducs de Lorraine et de Franconie trouvent la mort à la bataille d’Andernach. En 942, Othon investit du duché de Lorraine le comte de Verdun.

 

Cette même année 942, il libère Conrad qui prend enfin la succession de son père sur le royaume de Bourgogne.

 

A la mort du comte de Verdun en 944, Othon investit son gendre, Conrad le Rouge, du duché de Lorraine.

 

Au synode d’Ingelheim en 948, Othon  se pose en arbitre des querelles du royaume de Francie occidentale entre les Robertiens et les Capétiens apportant son soutien à son beau-frère le carolingien Louis IV d’Outremer. Hugues le Grand cherche à utiliser Louis IV à sa guise et le laisse tomber aux mains des Normands après s’être fait céder Laon, dernière possession des Carolingiens en Francie occidentale.

Othon l’aide à reprendre Laon et force Hugues le Grand à reconnaitre sa souveraineté en 950.

 

En Italie, cette même année 950 la situation est très confuse,  Bérenger d'Ivrée devenu roi d'Italie à la mort de Lothaire d’Arles persécute la veuve de celui-ci, Adélaïde de Bourgogne, sœur du roi Conrad le Pacifique.

  

En septembre 951, Otton, descend en Italie. À Pavie, ou imitant symboliquement Charlemagne, il prend le titre militaire de roi des Francs et des Lombards d'Italie.

Quelques semaines plus tard, il obtient la libération d'Adélaïde et veuf depuis 946, l'épouse en secondes noces ce qui renforce le lien entre le Royaume de Bourgogne-Provence et celui de Francie Orientale. Le couple se fait sacrer à Pavie roi et reine d'Italie le 23 septembre 951. Le pape ayant refusé de les recevoir, Otton qui craint pour sa sécurité, quitte l'Italie en abandonnant son titre militaire de roi des Francs et des Lombards, mais laisse son gendre Conrad le Rouge sur place. Bérenger peut reprendre l'initiative et accapare le titre contre un engagement de vassalité. Bérenger, demeuré seul, oublie son serment et s'attaque au pape Jean XXII  qui appelle Otton à la rescousse.

Si le duché  de Lorraine, a été intégré au Royaume de Francie Orientale dès 925  son duc Conrad de Lorraine dit Conrad le Rouge accepte mal sa suzeraineté et  fait l’erreur de s’engager aux côtés du duc de Souabe. Othon Ier,  remonté  dItalie, le soumet en 953-954 et lui retire le duché de Lorraine qu'il confie à son frère Brunon de Cologne.. Cette même année 954, Louis IV d’Outremer décède et son fils Lothaire qu’il a de son épouse Gerberge de Saxe, sœur d’Othon et de Brunon  lui succède d'abord sous la tutelle d'Hugues le Grand-duc des Francs mais aussi sous celle de son oncle l'archevêque Brunon de Cologne.

Le 10 aout 955, Othon Ie défait les Hongrois à la bataille du Lechfeld près d'Augsbourg. Ses soldats l'acclament alors comme le sauveur de la chrétienté.

Le roi de Bourgogne-Provence Conrad le Pacifique épouse en 958  Mathilde, fille du roi de Francie Occidentale  Louis IV d'Outremer et surtout nièce d’Othon  Ier dont il a :

-Berthe de Bourgogne (964-1010)

-Gerberge (965-1018)

-Mathilde (964-1010)

-Rodolphe / Rudolf, futur Rodolphe III

et avec une maitresse nommée Aldiud :

-Burchard, futur archevêque de Lyon (978-1033)


 


 330px-Karte_Hoch_und_Niederburgund.png

 Royaume de Bourgogne-Provence vers l'an Mil

 

Chapitre  4    L’EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE   /  DIE HEILIGES RÖMISHES REICH /  SACRUM  ROMANUM  IMPERIUM  (962 à 1806)       

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens