Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 09:04

    Scan10001 


CH. II     LES REGIONS AYANT APPARTENU AU   ROYAUME DE LOTHARINGIE puis de FRANCIE ORIENTALE/ GERMANIE


En 879, le roi de Francie orientale Louis le Jeune occupe presque entièrement la Lotharingie. En 880, par traité de Ribemont les fils de Louis le Bègue cèdent à Louis le Jeune leur part de la Lotharingie en échange de la neutralité de ce dernier. La Lotharingie réunifiée est ainsi rattachée à la Francie Orientale (Germanie). L'autorité du roi germanique est cependant loin d'être également acceptée partout ; les comtes les plus éloignés vers l'ouest, Raoul de Cambrai et Régnier de Hainaut, font souvent cause commune avec Baudouin de Flandre ; on les voit tour à tour prêter hommage au Carolingien de France et au Carolingien de Germanie.

En 882, à la mort de Louis le Jeune, son frère, l'empereur Charles le Gros, recueille sa succession. L'empire de Charlemagne est reconstitué à l'exception de la Provence et de la Bourgogne transjurane .Mais Charles le Gros est déposé en 887 à la diète de Tribur (Mayence). Entre-temps, il a détaché la Frise de la Lotharingie en 885.

En mai 895, l’empereur et roi de Francie Orientale et Lotharingie, Arnulf de Carinthie impose son fils bâtard Zwentibold  comme roi de Lotharingie. Zwentibold se heurte aux résistances des grands qui voient avec déplaisir un étranger restreindre leur indépendance.  Zwentibold est tué le 30 aout 900 au cours d'une bataille, au voisinage de la Meuse. Débarrassés de Zwentibold, ces vassaux turbulents se tournent vers le roi de Francie Orientale (Germanie) Louis l'Enfant, qui vient de succéder à son père Arnulf 

En 903, Louis IV l'Enfant confère à l'un de ses fidèles, le comte Gebhard de Franconie, le titre de duc de Lotharingie. Gebhard est blessé au cours d'une bataille contre les Magyars près d'Augsbourg et meurt en juin 910.

Après la disparition du dernier Carolingien d'Allemagne, Charles le Simple réussit à se mettre en possession de la Lotharingie en 911 ; il nomme  Régnier  marquis. Celui-ci meurt en 915.

 Après la mort de Régnier, la puissance territoriale semble passer complètement au comte palatin Wigeric (mort entre 919 et 922).

En 923, Charles le Simple est défait à la bataille de Soissons. Raoul de France lui succède et réussit partiellement à se faire reconnaître par les Lotharingiens.

 

En 925 Henri l'Oiseleur prend possession de la Lotharingie entière. Il donne en mariage sa fille Gerberge en 929 à Giselbert qu’il nomme  duc de Lotharingie ; celui-ci s’allie à Henri, frère d'Otton Ier, en révolte contre lui ;  Giselbert se noye dans le Rhin en 929  ne laissant qu'un jeune fils, Henri, qui ne tarde pas à mourir..

Otton Ier confie alors le gouvernement de la Lotharingie à son frère Henri, qui a fait sa soumission, mais qui ne peut se maintenir. Il a pour successeur Otton, fils du comte Ricuin de Verdun, qui conserve la dignité ducale jusqu'en 944.

À sa mort, c’est, Conrad le Rouge, fils de Werinharius, qui est placé à la tête de la Lotharingie.

Otton Ier, roi de Francie Orientale  décide d'unir dans les mêmes mains la dignité d'archevêque de Cologne et celle de duc de Lotharingie. C’est son jeune frère Brunon qui reçoit, en 953, cette double mission ; il s'en acquitte avec autant de tact que de vigueur ; il pacifie le pays. Il mate notamment les Régnier et leur confisque leurs terres.

Quelques seigneurs qui voient avec déplaisir la rigueur déployée par Bruno tentent de se soulever. Ils protestent contre les exigences du duc, qui prétend raser des forteresses nouvellement édifiées et imposer aux grands des charges inusitées].

C'est cet incident qui pousse Brunon à déléguer en 959 une part de son autorité à Frédéric, fils du comte Wigéric, en Haute-Lotharingie et à Godefroid en Basse-Lotharingie. Brunon leur confère le titre de duc et établit donc ainsi deux duchés distincts. La Haute-Lotharingie deviendra le duché de Lorraine.

 

A. Comté  de Hainaut / Grafschaft  Hernegau,                                           

 (Valenciennes, Maubeuge, Le  Quesnoy, Avesnes, Douchy…)                                    

 terres d’empire de 962 à 1678

 

Le traité de Verdun de 843 attribue ce comté à l’empereur Lothaire, roi de la Francie Médiane ; Henri  Long Col son petit-fils en devient comte.

Partie donc de la Lotharingie, le comté passe par le partage de  877 du Traité de Meersen au royaume de Francie Occidentale de Charles le Chauve mais la noblesse de Lotharingie choisit de se rallier à Arnulf de Carinthie plutôt qu'à Eudes Ier de France. En 895, Arnulf rétablit le royaume de Lotharingie au profit de son fils  Zwentibold. Craignant l'établissement d'un pouvoir royal plus proche et donc plus fort, les féodaux se révoltent, menés par Régnier Ier de Hainaut, qui demande l'appui de Charles le Simple.  

                                                    

En 898, Zwentibold frappe Régnier de disgrâce et le comté passe dans d'autres mains : celles de Sigard, comte du Luihgau. Dès l'avènement de Louis l'Enfant en 899, Régnier est rentré en faveur, mais ne récupère pas le Hainaut. Zwentibold meurt au combat en 900 et le royaume de Lotharingie disparaît définitivement.

L'aîné des fils de Régnier, Gislebert obtient le titre de duc de Lotharingie vers 928. C'est alors probablement son frère cadet, Régnier II de Hainaut, qui devient comte de Hainaut. Son comté est attaqué par la maison d'Ardenne, poussée par l'empereur. Régnier II est vainqueur et annexe les terres impériales des Estinnes, de Valenciennes et de Bavay et devient abbé laïc des abbayes Sainte-Waudru de Mons et Sainte-Aldegonde de Maubeuge.

Vers 953, la marche de Valenciennes est détachée du comté de Hainaut par le roi de Francie Orientale et futur empereur Otton et confiée à Amaury, gendre d'Isaac de Cambrai. Le comte de Hainaut Régnier III se révolte. Il bat Conrad le Rouge, duc de Lotharingie nommé par Otton. En 957, Régnier III est déposé par le nouveau duc de Lotharingie et frère d’Otton Brunon de Cologne et est battu par les troupes impériales en 958 et dépouillé de ses biens. Le comté de Hainaut est alors confié à Godefroy, puis à Richer. En 959, lors du partage de la Lorraine, le comté relève du duché de Basse-Lorraine.

En 962, le roi de Francie Orientale Othon devient empereur. Il investit Richer, un de ses proches du comté de Hainaut et Amaury du marquisat de Valenciennes qui en est détaché.

 

Comtes de Hainaut / Marquis de Valencienne :

 

.Richer, comte de Hainaut et de Mons de 964 à 973

 

.Amaury, marquis de Valencienne de 964  à 973                                                                                                              

.Renaud, comte  de Hainaut en 973

Frère du précédent.  

 

.Garnier, comte de Valenciennes en 973

À la mort de Richer, l'empereur Otton Ier donne à son frère Renaud le comté de Mons et le titre de comte de Hainaut, tandis que le comté de Valenciennes est donné à Garnier. Tous deux  sont attaqués et tués par Régnier IV, fils d'un ancien comte de Hainaut qui cherche à reprendre le comté de son père Régnier III.

 

.Régnier IV, comte de  Hainaut de 973 à 974 

Fils de Régnier III.

 

.Godefroy Ier de Verdun, comte de Verdun et de Hainaut de  974 à 998

L'empereur Otton II fait appel à Godefroid le Captif, comte de Verdun, qu'il investit du Hainaut, alors qu'il confie la marche de Valenciennes à Arnould.

 

.Arnould,  marquis de Valenciennes, comte de Cambrai   de 974  à 1006

Fils de Reignier III.

En 979, lorsque  Lothaire de France menace Cambrai et qu’Otton II se trouve en Pologne, c’est Arnould, aidé de Godefroy, qui s’occupe de la défense du  territoire ; de même Rothard, l’évêque de Cambrai leur demande leur assistance contre Eudes de Vermandois qui a décidé d’édifier un château fort à Vinchy à quatre milles de Cambrai. En 1006, Baudouin IV de Flandre s’empare de la citadelle de Valenciennes et  renonce à son pouvoir de comte sur le comté de Cambrai dont l’empereur Henri II investit alors l’évêque Erluin.

 

.Régnier IV, comte de  Hainaut de 998 à 1013

En 998,  l'empereur rend le Hainaut (mais non la marche de Valenciennes) à  Régnier IV.                                                         

 

.Baudouin IV ( ?  - 1035), comte de Flandre de 987 à 1035  et marquis de Valenciennes de 1006  à 1035

Il succède à Arnould. L’empereur Henri II entre en lutte vers 1006 avec Baudouin IV de Flandre, qui prend parti pour les comtes de Louvain et de Namur, lesquels refusent la suzeraineté du duc de Basse Lotharingie Godefroid Ier d'Ardenne.

En 1006, Baudouin IV de Flandre s'empare de Valenciennes.  Une coalition se monte bientôt contre lui, réunissant Henri II, Robert II le Pieux et Richard II l'Irascible. Baudouin IV de Flandre se maintient malgré le siège mis devant Valenciennes par la coalition qui est bientôt contrainte au départ par la venue de l'hiver.

 

.Régnier V ( ?- 1039), comte de Hainaut et marquis de Valenciennes de 1013  à 1039    

Fils du précédent, marié à Mathilde de Verdun, fille d’Hermann, comte de Verdun.

En 1024, il suit le duc Gothelon Ier, frère et successeur de Godefroy, qui s'oppose au nouvel empereur, Conrad II, mais il doit faire leur soumission.

 

.Herman ( ? -1051), comte de Hainaut  et  marquis de Valenciennes  de 1039 à 1051

Fils du précédent.                                                                                                             

 

.Baudouin IV ( ? -1035), comte de Flandre et marquis de Valenciennes de 1006 à 1035

 

.Baudouin V ( ? -1067), comte de Flandre et marquis de Valenciennes de 1035 à 1045

 Fils du précédent.                                                        

 

.Herman ( ? - 1051), comte de Hainaut de 1039 à 1051

 

.Regnier de Hasnon ( ?-1048), marquis de Valenciennes de 1045 à 1048

 

.Herman ( ?  -1051), comte de Hainaut de 1039 à 1051, marquis de Valenciennes de 1048 à 1051

Fils de Régnier V, comte de Hainaut et de Mathilde de Verdun. Il épouse en 1040 Richilde de Dabo-Eguisheim

En 1046, il s'allie à Godefroy II de Basse-Lotharingie et à Baudouin V contre l'empereur et son épouse Richilde, qui a préféré une alliance avec l'empereur.

En 1048/1049, à la mort de son beau-père Régnier de Hasnon et grâce aux droits héréditaires de sa femme Richilde de Egisheim, il obtient le margraviat de Valenciennes, permettant de réunifier complètement le Hainaut. Il meurt en 1051. Sa veuve épouse le  comte Baudouin VI de Flandre.

 

Maison de Flandre

 

.Baudouin Ier  (1150-1195),  comte de Hainaut de 1051 à 1070  et comte de Flandre de 1067 à 1070  sous le nom de Baudouin VI de Flandre.

Fils du comte Baudouin V de Flandre.

C’est sous son règne quand il devient également comte de Flandre en 1191 que les deux comtés de Flandre et de Hainaut sont unis. Dès 1191, les marches méridionales du comté (tous les territoires francophones à l'ouest de l'Aa) sont annexées par le roi de France.

Sa mort précoce laisse la Flandre et le Hainaut en contestation dynastique.       Le comté de Flandre est bientôt usurpé par Robert le Frison, qui devient Robert Ier de Flandre.                                                         

 

.Arnoul III de Flandre (1054-1071), comte de Hainaut et de Flandre de 1070 à 1071,

Fils de Baudouin VI, comte de Flandre et de Hainaut, et de Richilde, comtesse de Hainaut.

En 1071, Arnoul III est tué à la bataille de Cassel, contre Robert, qui devient comte de Flandre. Le comté de Hainaut échoit à son frère cadet Baudouin II de Hainaut.

 

.Baudouin II de Flandre (1056- 1098)  comte de Hainaut et de Valenciennes de 1071 à 1098,

Frère du précédent.

Il est encore adolescent à la mort de son père et sa mère exerce la régence au nom de son frère aîné Arnoul. Mais les ambitions de sa mère et son gouvernement tyrannique occasionne au bout d'un an une révolte qui dégénère en guerre civile.

Arnoul est tué dans une bataille près de Cassel et Robert le Frison, oncle de Baudouin et d'Arnoul, devient comte de Flandre. Baudouin succède à son frère comme comte de Hainaut.

Richilde obtient de l'aide de l'évêque de Liège, dont elle s'est reconnue vassale mais Baudouin doit renoncer à la Flandre en 1085.

 

.Baudouin III (1088- 1120), comte de Hainaut de 1098 à 1120

Fils du précédent.

 

.Baudouin IV (1108- 1171), comte de Hainaut de 1120 à 1171

Fils du précédent.

 

.Baudouin V (1150 -1195), comte de Hainaut de 1171 à 1195,  comte de Namur (Baudouin Ier) de 1184  à 1195  et  comte de Flandre (Baudouin VIII)  de 1191 à 1195

Marié en 1169 à Marguerite, fille de Thierry d'Alsace, comte de Flandre.

Ce mariage permet de régler le contentieux qui existe à propos de Douai ; la ville est gardée à la Flandre en échange d'une partie de la dot.

Baudouin s'efforce de mater avec fermeté les querelles de ses barons. Il se rapproche de son beau-frère Philippe d'Alsace avec lequel il signe en 1177 un traité d'alliance  qui le désigne comme héritier putatif de la Flandre.

Philippe l'incite à donner sa fille Isabelle en mariage au roi de France Philippe II, dotée somptueusement de l'Artois en 1180. Le conflit qui éclate peu après entre le roi de France et le comte de Flandre met Baudouin dans une situation rapidement inconfortable. D'abord fidèle à l'alliance flamande (1180-1184), il se voit obligé de lutter contre le duc de Brabant Henri le Guerroyeur, allié du roi, puis doit préserver les intérêts de sa fille au bord de la répudiation. Le comte de Flandre refuse finalement de le soutenir contre Henri. C'est la rupture. D'autant que, subtilement, le roi l'a désigné (à son insu) exécuteur de la trêve qu'il a signée à Compiègne en 1185 avec le comte de Flandre, provoquant la fureur de celui-ci.  

La paix est finalement conclue en 1186 après une invasion du Hainaut, Philippe d'Alsace craignant désormais être à son tour pris en étau.                                                        

Baudouin est  également désigné successeur du comté de Namur par son titulaire, Henri l'Aveugle, sans postérité. L'accord est entériné formellement par l'empereur Frédéric Barberousse en 1184 à Mayence. Le comte reçoit même en 1187 la titulature du comté érigé en marquisat. Or, en 1186 naît une fille à Henri l'Aveugle. Le comte de Namur dénonce alors l'accord précédent pour faire de sa fille Ermesinde son héritière. S'ensuit une guerre que remporte Baudouin lors de la bataille de Noville-sur-Mehaigne du 1er août 1194, où, malgré une forte infériorité numérique, ses troupes écrasent celles des comtes de Namur, Hollande, Juliers et Dagsbourg, des ducs de Brabant et de Limbourg. Henri garde le marquisat en viager, mais l'héritage passe à sa mort en 1196  à Baudouin. Entre temps, Baudouin est devenu comte de Flandre à la mort de  Philippe d’Alsace en 1191. Succession délicate parce que la veuve de Philippe, Mathilde de Portugal, déjà pourvue d'un douaire important, s'agite pour l'agrandir davantage, et que l'opération s'est déroulée en l'absence du roi de France alors en Orient. Finalement Mathilde est déboutée de ses prétentions et Philippe Auguste accepte l'hommage du nouveau comte de Flandre.

Le 15 novembre 1194 meurt Marguerite d'Alsace et le comté de Flandre (amputé désormais de l'Artois) passe à leur fils Baudouin IX de Flandre. Baudouin détache le marquisat de Namur pour un fils puîné, Philippe le Noble, le Namurois restant dorénavant fief lige du Hainaut (il le restera jusqu'à Philippe le Bon).Baudouin V meurt le 18 décembre 1195 à Mons.                                                         

 

.Baudouin VI (1171- 1205), comte de Hainaut de 1194 à 1205 et  comte de Flandre de 1194 à 1205  sous le nom de Baudouin IX.

Fils de la comtesse Marguerite d'Alsace et du comte Baudouin VIII de Flandre.

Parti pour la quatrième croisade en avril 1202, il devient empereur de Constantinople le 9 mai 1204 et meurt captif chez les Bulgares en 1205 ou 1206 laissant ses comtés à sa fille aînée Jeanne.

 

.Jeanne de Constantinople (1199/1200-1244), comtesse de Hainaut et de Flandre de 1205 à 1244.

Fille aînée du comte Baudouin IX de Flandre (Baudouin VI de Hainaut). Orpheline très jeune, elle est confiée d'abord à la garde de l'évêque de Liège, puis à Philippe le Noble, comte de Namur, puis à celle du roi Philippe-Auguste. Elle épouse en 1212 Ferrand, fils du roi Sanche Ier de Portugal (mort le 29 juillet 1233), puis Thomas, fils de Thomas Ier de Savoie (mort avant 1263). Tous deux portent, pendant le règne de Jeanne, le titre de comte de Flandre et de Hainaut.

Celle-ci meurt en 1244, sans héritier malgré deux mariages et sa sœur Marguerite lui succède.

 

.Marguerite de Constantinople (1202-1279), comtesse de Hainaut de 1244 à 1251, comtesse de Flandre de 1244 à 1279 

Sœur de la précédente. Elle épouse en premières noces, un chevalier de modeste condition Bouchard d'Avesnes (1182-1244),  avec lequel elle a deux fils Jean Ier d’Avesnes et Baudoin mais elle  doit se séparer de son mari en 1221 par ordre de sa sœur et parce que Bouchard a été excommunié. En 1223, elle se  remarie avec Guillaume (†1231), seigneur de Dampierre, et avec lequel elle a  trois enfants, dont Guillaume et Guy.

Jean Ier d'Avesnes et Baudoin d'Avesnes, son frère consanguin, entreprennent de faire admettre leur légitimé, qui est reconnue par l'empereur Frédéric II en mars 1243.

Marguerite désigne comme héritier Guillaume III de Dampierre, né de son second mariage. Un premier conflit éclata en 1244 entre Jean d’Avesnes et Guillaume de Dampierre pour savoir qui hériterait des comtés. Les demi-frères se combattent, jusqu’à ce que le roi Louis IX  intervienne et décide que le Hainaut revient à Jean d’Avesnes et la Flandre à Guillaume de Dampierre.   Fort de ce jugement, Marguerite laisse le gouvernement de la Flandre à Guillaume de Dampierre dès 1247, mais ne manifeste pas l’intention d’en faire autant avec le Hainaut. Lorsque Guillaume meurt en 1251, elle laisse la Flandre à Guy de Dampierre, qui devient à son tour comte de Flandre.

 

Maison d’Avesnes

 

Cette maison est issue des seigneurs d’Avesnes sur  Helpe qui  règnent également depuis 1096 sur le village de Landrecies, situé dans la sphère d'influence de la Lotharingie puis du Saint-Empire romain germanique.

 

.Jean Ier d'Avesnes (1218-1257), comte de Hainaut de 1250 à 1257,

Fils de Bouchard d'Avesnes et de Marguerite de Flandre et de Hainaut  marié à Adélaïde (ou Alix) de Hollande, fille de Florent IV, comte de Hollande et de Mathilde de Brabant (son père est bailli du Hainaut en 121).

En 1250, Louis IX  part en Croisade, et y reste quatre ans. Jean d’Avesnes ne tarde pas à comprendre que sa mère n’a pas l’intention de lui laisser le Hainaut, et attaque Guy et Marguerite. Guillaume de Dampierre est tué le 6 juin 1251 au cours d’un tournoi, les Dampierre accusent les Avesnes d'avoir commandité le crime et la guerre reprend entre les demi-frères. Marguerite et Gui de Dampierre sont battus le 4 juillet 1253. Le 22 novembre 1257, les Dampierre renoncent définitivement au Hainaut. Marguerite de Flandre ne s’avoue pas vaincue, et ne voulant toujours pas laisser le comté de Hainaut à Jean d’Avesnes, le donne à Charles d’Anjou, frère du roi Louis IX, qui est revenu de la Croisade avant son frère. Charles entreprend de conquérir le comté, mais ne parvient pas à prendre Valenciennes, et manque d’être tué au cours d’une escarmouche. Enfin  Louis IX revient de Terre Sainte et oblige son frère à renoncer au Hainaut. Jean d’Avesnes peut enfin recevoir son héritage.

L'année même de sa mort en 1279, Marguerite, réconciliée avec tous ses descendants, Marguerite de Constantinople fait proclamer Jean II d'Avesnes, Comte de Hainaut et Gui de Dampierre, Comte de Flandre.  Les comtés de Flandre et de Hainaut sont à nouveau séparés.                                                                                                                                                                        

.Jean Ier de Hainaut, né Jean II d'Avesnes (1247-1304), comte de Hainaut de 1280 à 1304

Fils de Jean Ier, comte de Hainaut et de Hollande (Jean II) marié en 1270 à Philippine de Luxembourg, fille d'Henri V, comte de Luxembourg, et de Marguerite de Bar. Frère de Guillaume, comte-évêque de Cambrai.

À la mort de sa grand-mère paternelle, Marguerite II de Flandre, il hérite du comté de Hainaut, tandis que son oncle Gui de Dampierre hérite de la Flandre, mais la lutte continue  entre Jean d’Avesnes et Gui de Dampierre jusqu’en 1287.     

 

.Guillaume Ier de Hainaut (1286-1337), comte de Hainaut de 1304 à 1337, comte de Hollande (Guillaume III),

Fils du précédent, époux en 1305 de Jeanne de Valois, fille de Charles de France, comte de Valois, et de Marguerite d'Anjou.

 

.Guillaume II de Hainaut (1307-1345), comte de Hainaut de 1337 à 1345, comte de Hollande (Guillaume IV),

Fils du précédent, époux en 1334 de Jeanne de Brabant, fille de Jean III, duc de Brabant et de Limbourg, et de Marie d'Évreux.

                                                                                                                

Maison de Bavière

.Marguerite II (1310-1356), comtesse de Hainaut et de Hollande  de 1345 à 1356

 

Sœur du précédent. Mariée en 1324 à l'empereur Louis IV de Bavière. 

 

.Guillaume III de Bavière (1330-1388), comte de Hainaut et de Hollande de 1356 à 1358,

Fils de la précédente.                                                       

.Albert Ier de Bavière (1336 -1404), comte de Hainaut et de Hollande de 1358 à 1044,

Frère du précédent.   

 

.Guillaume IV de Bavière (1365- 1417), comte de Hainaut et de Hollande de 1404 à 1417,

Fils du précédent et de Marguerite de Brieg. Marié en 1385 à Marguerite de Bourgogne, fille de Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne et de Marguerite, comtesse de Flandre.

 

.Jacqueline de Bavière (1401-1436), comtesse de Hainaut de 1401 à 1436, comtesse de Hollande, fille du précédent. Mariée en 1418 à Jean IV de Bourgogne (1403- 1427), duc de Brabant, fils d'Antoine de Bourgogne et neveu de Jean sans Peur.

Elle reconnait en 1428 le duc de Bourgogne Philippe le Bon comme héritier de ses domaines, qu'elle lui abandonne formellement en 1433.

                                                      

 Maison de Bourgogne


.Philippe Ier de Hainaut  (Philippe le Bon), comte de Hainaut de 1433 à 1467

 

.Charles Ier de Hainaut (Charles le Téméraire), comte de Hainaut de 1467 à 1477

 

.Marie Ier de Hainaut (Marie de Bourgogne), comtesse de Hainaut de 1477 à 1482,   épouse de Maximilien Ier de Habsbourg.

                                                                       

Maison d’Habsbourg-Bourgogne


.Philippe II de Habsbourg  dit Philippe  le Beau (1482-1506)  comte de Hainaut de 1482 à 1506, souverain des Pays-Bas de 1482 à 1506

Fils de l’empereur Maximilien et de Marie de Bourgogne ; époux de la reine d’Espagne Jeanne la Folle.

 

.Charles II de Habsbourg  (1506-1555) comte de Hainaut de 1506 à 1555, souverain des Pays Bas de 1506 à 1555, empereur Charles Quint de 1519 à 1598

Fils du Précédent.

Après son abdication  en 1586 et le partage de ses possessions entre son frère l’empereur Ferdinand et son fils Philippe, roi d’Espagne, les Pays Bas bourguignons, terres d’empire sont attribuées à ce dernier.

 

.Philippe III de Habsbourg (1527-1598),  comte de Hainaut de 1555 à  1598,  souverain des Pays-Bas  de  1555  à 1598, roi d’Espagne Philippe II de 1598 à 1621

Fils du précédent.

 

.Archiduchesse-Infante Isabelle Ier de Habsbourg et  Albert II de Habsbourg, comtesse et comte de Hainaut de 1598 à 1621, souverains des Pays Bas de 1598 à 1621

Fille du précédent.

 

.Philippe IV de Habsbourg (1605-1665), comte de Hainaut de 1621 à 1665, roi d'Espagne Philippe IV de 1621 à  1665, souverain des Pays-Bas de 1621 à 1665

Fils de Philippe III, frère de la précédente.

 

.Charles III de Habsbourg (1661-1700), comte de Hainaut de 1665 à 1700, roi  d'Espagne Charles II, souverain des Pays-Bas de 1665 à 1700

Fils du précédent.

 

 

Entre 1659 et 1678, la partie sud du Hainaut est conquise par Louis XIV et rattachée à la France. En 1659, le traité des Pyrénées accorde à la France Avesnes-sur-Helpe, Landrecies et Le Quesnoy. En 1668, au traité d'Aix-la-Chapelle, le France obtient en outre Ath et l'enclave de Binche.

Au traité de Nimègue (1678), la France rend Ath et Binche et reçoit en échange les terres autour de Valenciennes, Bouchain et Maubeuge. Les descendants des Habsbourg conservent la partie nord du comté et continuent de porter le titre de comte jusqu’en 1792.                                                   

 

.Philippe V (1683-1746), comte de Hainaut  de  1700 à  1710, souverain des Pays-Bas de 1700 à 1710, roi d’Espagne Philippe V  de 1700 à 1746

Petit-fils du précédent et du roi Louis XIV.

 

.Charles IV  de Habsbourg, comte de Hainaut de 1711à 1740, empereur Charles VI de 1711 à 1740

Second fils de l’empereur Léopold  Ier.

 

.Marie-Thérèse de  Habsbourg  (1717-1780), comtesse de Hainaut de 1740 à 1780,  épouse de l’empereur François de Lorraine

Fille du précédent.                                                          

 

.Joseph II de Habsbourg-Lorraine (1741-1790), comte de Hainaut de  1780 à 1789, empereur Joseph II  de 1765 à  1790

Fils de la précédente.

 

.Léopold Ier  de Habsbourg-Lorraine (1747-1792), comte de Hainaut de 1790 à 1792, empereur Léopold II de 1790  à 1792

Troisième fils de l’empereur François Ier de Habsbourg-Lorraine.

 

 

 

  wp4bf42270 

        

Le Hainaut français, inclus dans les arrondissements de Valenciennes et d'Avesnes, constitue aujourd’hui, avec la Flandre et le Cambrésis, une des trois entités du  département du Nord. Ses limites géographiques lui ont conféré une forte identité :


- A l'ouest : frontière naturelle remarquable, limite occidentale de la Lotharingie (Traité de Verdun. 843) puis du St Empire romain germanique.


- Au sud : le Comté épiscopal de Cambrai.


- A l'est, lorsque le Hainaut touche aux confins des Ardennes, le duché de Luxembourg.


- Au nord une frontière, artificielle, résultat des traités de Nimègue (1678) et d'Utrecht (1713) le sépare du Hainaut belge.


Ce territoire est rattaché à la France par Louis XIV en 1678.

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Liens