Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 12:53
Scan10001

La politique monétaire de la Banque Centrale Européenne apparait plus orthodoxe que celle de la Réserve  Fédérale américaine ou de la Banque d’Angleterre ; en effet alors que ces dernières  monétarisent  les dettes publiques des Etats Unis et du Royaume Uni en souscrivant directement  les emprunts des Trésors de ces pays , la Banque Centrale Européenne octroie à « guichet ouvert »  des prêts à taux très bas aux banques de la zone euro en grande partie pour leur permettre de souscrire  les émissions des Trésors de leur pays .Néanmoins cette politique des banques centrales américaine et européennes restent fondées sur les mêmes théories monétaristes.

Alors que la Réserve Fédérale va permettre au Trésor des Etats Unis d’emprunter à un taux proche de zéro donc à priori limitant au minimum la charge sur le contribuable  nonobstant le risque d’inflation ou de déflation qui va  peser sur lui comme consommateur, la politique de la BCE pèse davantage sur les contribuables car à l’aide des prêts qu’elle accorde à un 1% aux banques, celles-ci vont reprêter aux Etats Européens à des taux supérieurs de 2 à 4% selon les Etats  faisant payer aux contribuables la marge qui doit permettre aux banques de faire facilement les bénéfices nécessaires à l’augmentation décidée de leur capitaux propres.

En  continuant de se fourvoyer dans des politiques Keynésiennes, La Reserve Fédérale, la Banque d’Angleterre, la Banque Centrale Européenne et même, pour éviter la hausse du franc suisse en raison de la défiance sur le dollar et l’euro, la Banque Nationale Suisse, font toutes fonctionner la planche à billets.

Or ce n’est pas tant la quantité de monnaie émise qui est de nature à relancer la croissance que la vitesse de circulation de cette monnaie. Or actuellement il apparait clairement que cette vitesse ,par manque de confiance, se ralentit de sorte que les quantités colossales de monnaie fiduciaire émise ne relancent  pratiquement pas la croissance.

On observera pourtant qu’alors que l’épargne est abondante dans la plupart des pays et devrait financer les besoins de financement public et privé, les Etats se trouvent contraints par le laxisme depuis 40 ans de leurs dirigeants qui ont cru que la monnaie fiduciaire allaient leur permettre d’emprunter indéfiniment, de demander aux banques centrales de les financer avec des milliards de dollars ou d’euros qu’elles n’ont pas et qu’elles créent sans aucune contrepartie et donc qui n’ont strictement aucune valeur.

Bien plus  la politique de taux d’intérêt très bas à long et à court terme qui accompagne ces  émissions massives de papier sans valeur non seulement ne permet pas « de réamorcer la pompe » de la croissance mais détruise progressivement le capital. On admet en effet que le niveau le niveau d'épargne est déterminé par le taux d'intérêt.

Quand bien même il n’y aurait aucune inflation voire une déflation, la politique de taux zéro est de nature, si elle dure trop longtemps ( la Reserve Fédérale  et la BCE  annoncent encore deux à trois ans de taux très bas) à mettre en très grande difficultés les organismes par exemple de prévoyance tel les Fonds de Retraite ou les Sociétés d’Assurance Vie dont les taux de rendement ne leur permettront plus de maintenir le niveau des rentes ce qui ne sera pas de nature là encore à permettre de revenir à une  croissance raisonnable de 2% etc…etc..

Sans compter qu’il sera très difficile de remonter même progressivement le niveau des taux d’intérêt car cela fera chuter  la valeur de certains actifs tels par exemple les actifs immobiliers pour lesquels une bulle s’est formée en raison des trop faibles taux d’intérêt hypothécaire pratiqués à un moment ou les banques ne peuvent guère se permettre de devoir encore provisionner des sommes considérables comme par exemple en Espagne.

En fait ce que n’arrive plus à restaurer les gouvernants c’est la confiance des épargnants qui  perdent confiance dans la monnaie fiduciaire dont la valeur ne repose précisément comme son qualificatif l’indique que sur cette confiance.

Or sous la pression des anglo-saxons, nos dirigeants européens ont poussé stupidement  nos banques centrales européennes à vendre leur or à des prix très bas par rapport au prix actuel de sorte qu’aujourdhui, alors qu’il faudrait qu’elle rachète progressivement de l’or pour rétablir l’étalon or, seul système capable de restaurer la confiance, elles n’ont plus la capacité de le faire et l’auront de moins en moins au fur et à mesure que non seulement les épargnants avisés mais aussi les banques centrales des pays émergents continueront à en acheter de plus en plus pour diversifier leurs réserves constituées essentiellement de monnaies dollars et euros sans valeur faute d’étalon, et que le prix de l’or sera multiplié par dix voire plus.

Chaque épargnant doit aujourdhui se poser la question de savoir pourquoi prolifèrent les Officines de rachat d’Or  et comment elles comptent réaliser des bénéfices considérables si ce n’est qu’ elles croient à une hausse massive de l’or que les particuliers peu avisés leur vendent à bas prix en pensant faire une bonne affaire.

Le moment n’est pas loin ou suivant toujours le mauvais exemple des Etats Unis qui sont à l’origine par leur décision du 15 aout 1971 de suppression de la convertibilité pour les autres banques centrales de  leur dollar en or, ils devront interdire aux épargnants la détention d’Or.

Ceux qui doutent que le Pays qui se veut celui de la Liberté a pu interdire et punir la détention d’or reliront pour preuve le texte de l’Ordonnance du 5 avril 1933 du Président des Etats Unis d’Amérique Franklin Roosevelt :

«  Toutes les personnes sont appelées à déposer au plus tard le 1er mai, toutes leurs pièces d’or, leurs lingots d’or et leurs certificats d’or dans une agence de la Banque Fédérale ou une agence bancaire membre du Système Bancaire Fédéral.

La condamnation criminelle de toute personne qui viole cet ordre interdisant de garder de l’or chez soi sera de 10 000 dollars d’amende ou dix de prisons ou les deux »

Au pays de la liberté, les citoyens ont toujours pu détenir une arme mais pas de l’or !

Or qu’est-il advenu  de leur or ?

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen - dans empireromaineuropeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens