Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 09:48

 

LE ROYAUME DE NUMIDIE  (4ième siècle avant Jésus Christ-46 avant Jésus Christ)

Les peuples d’origine d’Algérie sont des Berbères qui ont connu leur indépendance que sous forme d’un royaume de Numidie, situé dans un territoire comportant ce qui est maintenant une partie de l'Algérie (Nord), une partie de la Tunisie (Est et Sud), de la Libye (Nord-Ouest) et du Maroc (Nord-Est) au Maghreb. Ce royaume était bordé à l'ouest par le royaume de Maurétanie, à l'est par le territoire de Carthage puis l'Afrique proconsulaire romaine, au nord par la mer Méditerranée et au sud par le désert du Sahara.

La Numidie avait pour capitale Cirta (l'actuelle ville de Constantine). Le cœur de la Numidie se situerait dans l'actuel Constantinois, une plaine bordée par le Hodna, la Petite Kabylie et les Aurès. Berbères sédentaires ou semi-nomades, les Numides étaient répartis en différentes tribus. Les tribus berbères de l'Ouest de la Tunisie furent également considérées comme numides ; La Numidie a eu plusieurs rois, des « agellid », les plus célèbres étant Syphax, Massinissa, Micipsa, Jugurtha, Juba Ier. Le royaume doit son succès à l'action de Massinissa, et à l'alliance avec Rome.

Les tribus de la partie orientale de la Numidie portaient le nom de Massyles, et celles de la partie occidentale celui de Massæsyles ; divisés politiquement en « deux royaumes numides », ils seront unifiés par Massinissa vers 205 av. J.-C., âge d'or du royaume. La Numidie est alors prospère, comporte plusieurs villes et une civilisation originale. L'agriculture céréalière est particulièrement développée dans le Constantinois et le commerce méditerranéen dans l'Ouest de la Numidie. Les Carthaginois sont complètement évincés des places littorales et de l'Est de l'Afrique et des campagnes militaires sont lancées à l'est jusqu'en Tripolitaine. Cependant les querelles de succession affaiblissent les Numides, et provoquant l'intervention des Romains. La guerre de Jugurtha marque le déclin définitif des Numides, le royaume de Numidie est réduit à son tiers Est par les Romains. Ces derniers attribuent les deux tiers Ouest au roi Bocchus de Maurétanie qui livra Jugurtha, roi de Numidie, aux romains. De 105 av. J.-C. à 46 av. J.-C. la Numidie est ainsi un royaume au territoire réduit. Le soutien de Juba Ier aux adversaires de Jules César lors de la guerre civile lui est fatal. Juba et les adversaires de César sont défaits et la Numidie est annexée par Rome pour devenir la province d'Africa Nova.

LA COLONISATION ROMAINE  DE -46 avant Jésus à 647-709 après Jésus Christ

La province d'Afrique est créée en 146 av. J.-C, après la destruction de Carthage, au terme de la troisième guerre punique ; ayant Utique pour capitale, elle est séparée du royaume de Numidie par une ligne de démarcation, la fossa regia.

En 46 av. J.-C., Rome annexe la Numidie avec le nom de « nouvelle province d'Afrique » (Africa Nova) pour la distinguer de la première (Africa Vetus). Vers 40-39 av. J.-C., les deux provinces sont réunies dans la province appelée d'Afrique proconsulaire ; ayant Carthage pour capitale, elle s'étend, d'ouest en est, de l'embouchure de l'Ampsaga (aujourd'hui l'Oued-el-Kebir, en Algérie) au promontoire de l'Autel des frères Philènes (aujourd'hui Ras el-Ali, en Libye). En 303, celle-ci est divisée par Dioclétien en trois provinces : la Tripolitaine, la Byzacène et l'Afrique proconsulaire résiduelle, aussi appelée Zeugitane.

L’empereur Constantin (272-337) se convertit au christianisme et impose la religion chrétienne comme religion d’Etat.

Saint Augustin né en 354 à Thagaste est évêque d’Hippone  (actuelle Annaba) de 395 à sa mort en 430.

La vie romaine en Afrique du Nord est fortement concentrée autour des centres urbains - à la fin du deuxième siècle, plus de six millions de personnes vivent dans les provinces romaines d'Afrique du Nord, un tiers de celles qui vivaient dans les quelque 500 villes et villages qui s'étaient développés.

Alors qu’environ seulement 10% des Berbères étaient alors chrétiens, tous les Berbères seront christianisés lorsque les Arabes envahiront l’Algérie.

LE ROYAUME VANDALE (439-533)

Au printemps 429, la tribu germanique des Vandales traversent le détroit de Gibraltar, Ils s'allient avec des Berbères, et établissent leur capitale à Saldæ (Bougie, aujourd'hui Béjaïa). Ils finissent par atteindre Hippone (aujourd'hui Annaba) en mai ou juin 430 qui tombe après un long siège.

Les Romains reconnaissent l'établissement des Vandales dans l'actuelle Algérie, et tentent de les garder sous contrôle en signant avec eux en 435 un traité (fœdus). Mais, les Vandales reprennent bientôt leur progression le long de la côte, pour prendre Carthage, sans grande résistance, le 19 octobre 439. Les possessions des Vandales et de leurs alliés maures vont alors pouvoir s'étendre de l'Algérie à la Tripolitaine.

La majorité des Vandales savaient parler le latin, qui était la langue officielle de l'administration vandale (mais la plupart des membres du personnel semblent avoir êté des Berbères/Romains natifs).

Leur royaume disparaît en 533, après une intervention de l'armée byzantine conduite par le général Bélisaire. Défaits, une partie des Vandales se replient et se réfugient chez les Berbères, mais 800 sont capturés à Carthage et déportés vers Byzance ; la moitié réussira à s'enfuir et à revenir en Afrique du Nord.

LA COLONISATION ARABE DE 639 à 1517

La conquête musulmane du Maghreb s'inscrit dans la continuité des premières conquêtes musulmanes suivant la mort de Mahomet en 632 et vise les territoires contrôlés par les Berbères et les Byzantins en Afrique du Nord. Déclinée en trois étapes, la conquête musulmane du Maghreb débute avec la bataille de Sufétula en 647 et s'achève avec la perte par l'Empire byzantin de ses dernières forteresses restantes au profit du califat omeyyade, en 709.

Les Berbères vont devoir se réfugier dans les régions montagneuses de l’Algérie, les Arabes occupant principalement les régions côtières.

L’apport démographique des populations arabes au Maghreb, n’aura  pas  lieu lors des invasions ayant propagé l’islam dans le Maghreb, mais bien plus tard. C’est au XIième siècle, avec les tribus nomades des Banu hilal que sont arrivées en masse les tribus bédouines du Moyen-Orient avec femmes et enfants et se sont mélangées tant bien que mal aux populations locales car farouchement combattues par les berbères autochtones. En 1053, les lettres de Léon IX signalent cinq évêques.

Très rapidement les Berbères chrétiens vont accepter de devenir musulmans. C'est après 1050 et les invasions hilaliennes que l'extinction du christianisme en Afrique du Nord s'accélère pour s'achever pratiquement au XIIe siècle almohade, dans un processus de conversions forcées à l'initiative du calife Abd al-Mumin. Ainsi le dernier des évêques de la région est celui de Carthage, dont la dernière trace remonte à l'an 1076. L'Église survit jusqu'à la prise de Tunis par Abd al-Mumin en 1159, qui oblige les chrétiens à choisir entre la conversion ou la mort.

À la fin du XIIième siècle, Abu Yusuf Yaqub al-Mansur affirme qu'il ne restait plus de chrétiens dans son empire, qui couvrait tout le Maghreb13. Les derniers Chrétiens d'Afrique du nord disparaissent avec l'apparition de la peste noire, entre 1347 et 1349, qui décime au moins un tiers de la population du Maghreb, à l'époque.

LA COLONISATION TURQUE OTTOMANE DE 1518 à 1830

Le cardinal Ximenès, primat d’Espagne, veut porter la Croisade au cœur des petits États barbaresques. Les Espagnols annexent plusieurs villes côtières : Mers el-Kébir en 1505, Oran en 1509 et Bougie (Béjaïa) en 15109.

L’aristocratie marchande arabe d’Alger décide, vers 1516, de faire appel aux frères Barberousse pour stopper cette expansion. Les frères prennent Alger en 1516, à la tête de 5 000 Kabyles, 1 500 Turcs, suivis de 800 arquebusiers, et d’une flotte de 16 galiotes

A partir de 1517, les corsaires ottomans conquièrent une partie de l’Algérie essentiellement la rgion d’Alger.

a. les frères Barberousse sont à l'origine de la Régence d’Alger gouvernée par des beylerbeys (1516-1587) sous l'autorité de la Sublime Porte ;

En 1518, Alger et sa région devient une province de l’empire ottoman.

Kheireddine Barberousse est proclamé « sultan d'Alger » entre la fin octobre et le début novembre 1519, une assemblée composée de notables algérois et d'oulémas charge une délégation de soumettre au sultan ottoman Sélim Ier une proposition de rattachement de l'Algérie à l'Empire ottoman

Kheireddine Barberousse est alors nommé beylerbey. Il  reste au pouvoir à Alger jusqu’en 1533 ; seuls quelques-uns de ses successeurs ont un règne conséquent : Hassan Agha (1534-1543), Hassan Pacha (1544-1551, 1557-1561 et 1562-1567), Salah Pacha (1552-1556).

En 1540, le Pape Paul III lance une croisade contre les Algériens. Charles Quint, le souverain le plus puissant d’Europe, roi d’Espagne et empereur d’Allemagne, est le seul à répondre. En 1541, il réunit une flotte de 65 vaisseaux de guerre, 451 navires et 23 000 combattants dont 2 000 cavaliers et vient faire le siège de la ville. Mais les Ottomans interviennent et défont Charles-Quint.

L’État de Tlemcen est annexé à la régence d’Alger (1550), le royaume de Fès est conquis et devient tributaire de la régence.

Mais cette régence d’Alger ne règne que sur une partie de l’Algérie. Notamment la région d’Oran lui échapper. En effet l’Espagne établit des présides ou « places de souveraineté » dans la Régence d’Alger, à Oran (1509 à 1708 puis 1732 à 1790), Alger (1510–29) et Bougie (1510–1554). En 1563, le Beylerbey d'Alger Hassan Pacha, lancera une offensive pour libérer Oran et Mers el-Kébir, avec ses troupes composées, de différentes tribus. Mais après plusieurs et vaines tentatives et d'affrontements militaires, il lèvera le siège.

b.la Régence est gouvernée par des pachas (1587-1659), désignés par le sultan de Constantinople

La fonction de pacha d’Alger est de durée limitée : en principe trois ans. Un rôle important est joué par les institutions locales : la milice (odjak), les armateurs corsaires (raïs de taifa, taifa) et les dignitaires et conseillers (diwan)

En 1601, les Deys sont élus pour contrecarrer le pouvoir des Pachas, à la suite de conflits internes. En 1603, les Arabes, les Berbères et les Kouloughlis se révoltent contre le pouvoir des Deys. Le complot fait plusieurs milliers de morts, mais le pouvoir reste le même.

c la Régence se dégage de l'autorité de l'Empire ottoman sous l'autorité des aghas (1659-1671) ;

Au cours du xviie siècle, Alger se dégage de l’autorité de la Sublime Porte. Des pouvoirs nouveaux émergent des conflits pachas-taïfa-odjaq : celui des aghas (1659-1671),

d. la Régence est gouvernée par des deys (1671-1830)

De 1671 à 1689, les deys sont choisis par la taïfa des raïs (armateurs) et de 1689 à 1830 par l’odjaq, la milice des janissaires. Sur les trente deys qui se succèdent de 1671 à 1818, quatorze sont imposés par l’émeute après l’assassinat de leur prédécesseur. En 1711, le dixième dey, Ali Chaouch, refuse d’accueillir l’envoyé de Constantinople et obtient du sultan l’autonomie.

En 1678, le gouverneur par intérim d'Oran est tué au cours d'un nouveau siège. En 1687, un autre gouverneur espagnol était tué dans les mêmes conditions. Bien que ces tentatives militaires aient échoué malgré ses fortifications, la ville est l'objet d'incessantes attaques jusqu'au pied même des remparts. En 1708, le Bey ottoman Mustapha Ben Youssef annexe la ville qui devient pratiquement déserte. La ville se repeuple rapidement de gens venus de toute la région d'Ouest. Le commerce se développe, avec l'installation des négociants juifs et français. Les Espagnols la récupèrent en 1732

Vers le début du XIXe siècle, la régence d’Alger subit plusieurs revers et signe alors des pactes et des traités de paix avec certains pays d’Europe et d’Amérique parmi ces traités: l’abolition de l’esclavage des chrétiens et leur remise en liberté.

La relation entre la régence d’Alger et la France se dégrade à la fin des années 1820, ce qui provoque l’expédition française à Alger en 1830. Les structures de la régence disparaissent à Alger, Médéa et Oran (l’émir Abd el-Kader ne gouverne pas et ne combat pas pour le compte de l’Empire ottoman) ; puis Constantine est occupée en 1837 et le Bey de Constantine, Ahmed Bey, finit par se rendre en 1848 sans s’être jamais allié à Abd el-Kader.

LA COLONISATION FRANCAISE DE 1830 A 1962

La colonisation française ne permet pas de rééquilibrer  l’influence des Berbères par rapport aux Arabes de plus en plus majoritaires même si les Français pratiquent la politique de division pour mieux régner.

LA COLONISATION ARABE DE 1962 A AUJOURDHUI

Si l’on se place du côté des populations d’origines de l’Algérie c’est-à-dire des Berbères  constitués en royaumes avant la colonisation romaine, celles-ci connaissent depuis 1962 un retour de la  colonisation par les Arabes devenus majoritaires qui sont des envahisseurs au même titre que l’étaient les Romains, les Espagnols, les Turcs et les Français.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens