Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2019 7 15 /09 /septembre /2019 09:12

 

Il est manifeste que la politique consistant à baisser les taux d’intèrèts et à inonder l’Europe de liquidités de la Banque Centrale Européenne a échoué en voulant, bien que cela ne soit pas son mandat, améliorer la croissance de l’économie européenne et partant  atteindre un objectif d’augmentation de l’inflation de 2% par an.

Et pourtant la BCE sous la direction de Mario Draghi persiste et signe faisant prendre à l’économie européenne et aux pays comme la Suisse dont la politique monétaire se trouve embarquée dans la même galère un risque de déflation accélérée.

Au-delà des grandes théories économiques qui semblent servir de Bible à nos grands argentiers, le simple bon sens serait d’admettre que plus les taux baissent et l’inflation se maintient à des niveaux très bas,plus  les acteurs économiques, entreprises et ménages, anticipent de nouvelles baisses et différent leurs achats ou investissements.

N’en déplaise au Président Trump qui s’oppose vigoureusement à des hausses de taux d’intérét, c’est précisément au niveau de taux d’intérét actuels que les Etats Unis connaissent leur plus grand taux de croissance depuis de nombreuses années et il est fort douteux qu’une baisse serait de nature à augmenter sensiblement le taux de croissance.

Une politique de baisse continue des taux d’intérét pour aboutir à l’impasse actuelle de taux négatifs de plus en plus bas ne relance nullement l’économie mais ne fait que créer des bulles dans l’immobilier et les marchés boursiers et n’incitent nullement les épargnants à dépenser leur épargne pour consommer mais les incite au contraire à accroitre celle-ci par crainte de l’avenir car le bon sens populaire ne peut comprendre que l’épargne ne soit non seulement plus rémunérée mais qu’ils perdent progressivement une partie de l’argent qu’ils épargnent  alors que l’épargne est la base du capital . Sans compter qu’isl se rendent  compte de plus en plus qu’une telle politique met en danger les banques de détail (donc carrément son épargne nonosbtant le maximum de 100 000 € ), les compagnies d’assurance vie ainsi que la pérennité des régimes de retraite dont les cotisations sont de moins en moins rémunérées. Seuls vrais bénéficiaires, les Etats endettés qui malheureusement n’ont pas su profiter de cette baisse des taux pour se désendetter car les acteurs économiques peuvent craindre d’être à la veille de l’éclatement des bulles engendrées par cette politique

Une politique budgétaire tendant à diminuer les charges qui pésent sur les acteurs économiques couplée avec  l’affichage par la BCE d’une remontée systématique au contraire des taux d’intérét à raison de 0,10% par mois pendant 2 ans seraient  de nature à convaincre les acteurs économiques de se mettre à anticiper une remontée inévitable du taux d’inflation et à précipiter plutôt que retarder leurs actes économiques par crainte de devoir payer plus cher le mois d’après et les Etats endettés et certaines entreprises que la fête va s’achever et qu’il y a urgence désormais à dégager des excédents primaires pour commencer de rembourser leurs dettes colossales sauf à prendre le risque de la faillite. Et s’agissant des Etats endettés, s’ils veulent éviter une telle faillite, ils devront nécessairement affecter leurs recettes nouvelles générées par l’augmentation de la croissance non au financement des baisses de charges consenties qui ne devront ‘être financées que par des économies mais en totalité enfin à leur désendettement ce qui leur permettra de retrouver une certaine marge de maneuvres pour leurs budgets futurs.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Liens