Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2018 3 04 /07 /juillet /2018 17:51

 

A tous ceux de nos dirigeants européens qui ont cru  pendant longtemps pouvoir toucher les dividendes de la paix en acceptant de se placer sous le Protectorat des USA, il convient de rappeler la devise des Romains  Si vis pacem para Bellum.

En effet, on doit se souvenir que les USA ne sont intervenus qu’en 1917 dans le premier conflit mondial et en 1942 dans le second  et que nous n’avons aucune certitude avec un Président des Etats Unis comme l’actuel que soit respecté l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord à l’origine de l’Otant qui prévoit :

 « Les parties conviennent qu'une attaque armée contre l'une ou plusieurs d'entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d'elles [...] assistera la partie ou les parties ainsi attaquées [...] y compris [par] l'emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l'Atlantique nord ».

Le Président Trump n’a-t-il pas déclaré récemment  lors d’un meeting dans le Dakota du Nord « L’OTAN c’est pire que l’Aléna » ? et écrit « les Etats Unis continuent à payer pour la défense de l’Europe alors que l’économie du continent  se porte bien et que les défis sécuritaires abondent. Ce n’est plus supportable ! »

Rappelons que les USA ne stationnent plus que 35000 GI en Allemagne et que leur nombre pourrait encore prochainement rapidement diminuer.

Si donc en cas de conflit armé terrestre sur le théâtre européen de l’Union Européenne  avec la Russie dont la probabilité n’est pas totalement à exclure et en cas de non intervention des USA et du Royaume Uni au côté de l’Union, les armées polonaises, allemandes, françaises,  néerlandaises et belges qui devraient l’affronter sur l’axe Moscou Paris ne feraient pas  le poids. Et on peut sérieusement douter que la France prendrait le risque de brandir la menace nucléaire.

Dans l’état actuel de la situation on peut craindre que dans une guerre conventionnelle la Pologne, l’Allemagne, et la France  s’effondreraient en moins de trois mois. Pourtant à eux seuls Pologne, Allemagne, France ont une population supérieure à celle de la Russie et un produit intérieur brut encore bien supérieur.

Or quand bien même, les membres de l’Union Européenne augmenteraient sensiblement leur budget  dans les cinq prochaines années, la taille actuelle de leurs armées  quelle que soit l’augmentation considérable de la mobilité et de la puissance de feu de leurs unités comparativement  au deuxième conflit mondial,  ne permet pas d’assurer leur défense à l’échelle  du continent européen.

Non seulement les armées de terre de l’Union Européenne majoritairement professionnalisées sont d’un format trop réduit mais celle de la France a une partie ensablée dans les déserts d’Afrique et une autre embourbée dans une opération de sécurité intérieure dont elle ne pourra pas facilement se dégager en cas de menace de conflit.

La sécurité intérieure d’un pays comme la France n’était déjà plus assurée avec les seuls effectifs de police et de gendarmerie et ne l’est toujours pas avec les militaires de carrière qui lui sont affectés de sorte que l’on imagine ce qui se passerait en cas de risque d’invasion de la France après que les 7 à 8 brigades dont elle disposerait en cas de conflit auront été décimées en Allemagne envahie après que la Pologne ait été vaincue.

Comme l’a compris la Suéde, quelle que soit la valeur de militaires issus de la conscription, le retour de celle-ci est d’autant plus urgent que, plus la suppression du service militaire est ancien plus longue sera sa restauration. Il est relativement plus facile d’augmenter rapidement en cas de crise croissante les matériels que le personnel.

Alors qu’il faudrait désormais environ 1o ans pour obtenir par le retour de la conscription des effectifs militaires suffisants et formés, les gouvernements de l’Union Européenne se montrent parfaitement irresponsables de ne pas commencer dès maintenant la remontée en puissance de leurs armées et ne se dotent pas d’une nouvelle Défense Opérationnelle de leur Territoire.

Et en France, ce n’est certainement pas avec les effectifs de la gendarmerie mobile et ceux d’une Garde nationale de réservistes de 85 000 hommes à terme mobilisables dans des conditions de durée très limitée qu’une telle Défense Opérationnelle du Territoire pourra être assurée.

Sans compter le fait que les armées françaises ont de plus en plus de mal à faire face au recrutement de volontaires.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Liens