Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 18:09

2. Conquêtes islamiques et conversion des Chrétiens d'Afrique du Nord et d'Espagne du sud à l'Islam et reconquêtes chrétiennes de 622 à l’an 1000

Au moment de la naissance de Mahomet vers 570, l’Empire Romain d’Orient dit Byzantin, quoique considérablement affaibli, reste la puissance la plus vaste d’Orient : son territoire s’étend de la côte d’Afrique du Nord à l’Asie et des Balkans au sud de la Syrie. Byzance, qui sort d’une guerre sanglante de trente ans avec la Perse sassanide, est toutefois en position de faiblesse : sa population est affamée, son économie bouleversée, ses ressources presque asséchées, ses armées épuisées. Toutes les régions bordant la Méditerranée sont chrétiennes.

Alors que la Christianisation des parties de l’Europe n’ayant jamais appartenu à l’Empire Romain se poursuit en Europe, l'islam peut ainsi pénétrer le monde chrétien et gréco-romain peu après la mort du prophète de l'islam Mahomet estimée en 622.

À la mort du prophète, un différend naît entre les habitants de Médine et de La Mecque concernant la succession du prophète de l'islam. Certains préfèrent une succession issue de la famille en proposant notamment Ali son gendre pour lui succéder. Les compagnons s'y opposent et nomment Abou Bakr : c’est le premier calife qui poursuit la conquête de la péninsule d'Arabie. À sa mort en 634, son proche conseiller Omar lui succède.

Dès le VIIème siècle donc, de la péninsule arabique jusqu'à la péninsule Ibérique, l'expansion de l'islam se fait selon le principe de la guerre juste ou Jihad. Damas est conquise dès 635-636, et la bataille du Yarmûk en 636 installe la domination musulmane au Levant en même temps qu’elle ouvre aux Arabes les portes de l’Asie mineure byzantine – Jérusalem est prise en 637. Les Arabes commencent même à s'attaquer à l'Égypte au moment de la mort d'Héraclius en 641 avec notamment la conquête de la capitale de la province byzantine, Alexandrie, en 641.

Après la mort d’Omar assassinée en 644, un troisième calife est désigné par consultation des compagnons de Mahomet : Uthman de 644 à 656. Sous son règne, l’expansion arabe se poursuit en direction de l’ouest, jusqu’au Maghreb et à la péninsule ibérique. Dès 652, les Arabes effectuent des razzias en Sicile. Lui succède comme quatrième calife Ali, cousin et gendre du prophète de l'islam jusqu’en 661. Cette année-là, le calife fait un concordat avec l’Eglise arménienne en raison de l’occupation de l’Arménie commencée en 654.

Après la mort d’Ali, ce sont les califes Omeyades/Umayyades liés avec le troisième calife Uthman qui vont diriger le monde musulman établissant leur capitale à Damas. Le califat omeyyade connaît une vaste expansion ; il s'étend à l'ouest au Maghreb (fondation de Kairouan dans l'actuelle Tunisie) et à l'Espagne, alors qu'à l'est, il annexe la Transoxiane et le Sind. En 669 les Arabes pillent alors Syracuse.

Ces pertes marquent donc un net recul de l’Empire romain d’Orient, recul qui se confirme avec la conquête de l’Arménie et du Caucase par les Arabes dans les années qui suivent.

Cette première phase d’expansion arabe culmine en 674, lorsque les troupes musulmanes, ayant envahi l’Asie mineure, mettent le siège devant Constantinople. Quatre ans durant, et malgré les renforts envoyés par le pouvoir Umayyade, la capitale byzantine résiste : c’est finalement grâce au feu grégeois que les troupes arabes sont refoulées, en même temps qu’une contre-attaque byzantine permet de reconquérir l’Asie mineure. Cette première défaite arabe conduit à la signature d’un traité de paix bilatéral, d’une durée de trente ans, qui impose au calife (l’Umayyade Mu‘âwiya) de payer un tribut à l’empereur ainsi que de retirer ses troupes de toutes les garnisons byzantines occupées.

Mais les troupes d'Oqba Ibn Nafaa entrent en Ifriqya, nom donné à cette ancienne province romaine, mais il se heurte à la résistance de Kusayla. En 683, lors d'une terrible bataille, Oqba meurt ainsi que la plupart de ses hommes. Kusayla marche alors sur Kairouan, il y règne près de cinq ans, mais des renforts venus de Syrie destituent le roi. La conquête du Maghreb reprend et aussitôt un nouveau soulèvement gagne la région des Aurès, Dihya (Kahena) parvient à rassembler plusieurs tribus berbères et repousse provisoirement les soldats musulmans jusqu'en Tripolitaine (l'actuelle Libye).

Carthage est prise en 698, la résistance est dominée à partir de 702 et l'Afrique du Nord est « officiellement » conquise en 711. Cette même année, les premiers contingents berbères et arabes passent en Andalousie, dirigés par Tariq ibn Ziyad

Les Omeyyades préfèrent longtemps faire payer aux non-musulmans des impôts (capitation et impôt foncier) plutôt que de les convertir. Cependant les successeurs d'`Abd al-Malik choissisent une solution plus souple : ils encouragent les conversions, et pour les convertis la capitation est remplacée par l'aumône légale du croyant; mais l'impôt foncier estt maintenu sur leurs terres (sous prétexte que celles-ci n'étaient pas converties).

En 717, à la faveur d’une guerre civile byzantine opposant le général Léon l’Isaurien et Théodose III, un percepteur d’impôt proclamé empereur lors d’une mutinerie contre Anastase II, les troupes Umayyades assiègent à nouveau Constantinople : ce deuxième échec, resté dans l’Histoire comme une bataille décisive puisqu’elle aurait stoppé l’avancée des Arabes vers l’Europe, illustre l’endurance d’un Empire byzantin pourtant en proie à des conflits internes importants et écarte durablement la possibilité d’une conquête de Byzance par le califat islamique.

Dans l’ancienne partie occidentale de l’Empire Romain d’Occident, négligeant les poches de résistance basque, asturienne et cantabrique, les conquérants musulmans franchissent les Pyrénées pour s'attaquer dès 718 à Narbonne avant d'échouer en 721 devant Toulouse défendue par le comte Eudes. Nîmes et Carcassonne tombent en 725 et des raids sont lancés en direction du Rouergue, puis de la Provence. Une fois reconnue la vallée du Rhône, les envahisseurs poussent jusqu'à Autun, prise et incendiée en 725. Alors qu'une forte expédition conduite par Abd er-Rahman el-Ghafeki marche sur Tours pour en piller les riches sanctuaires, les cavaliers francs de Charles Martel lui infligent en 732 une défaite complète aux alentours de Poitiers. La menace ne disparait pas pour autant puisqu'en 734, Arles et la Provence sont dévastées et que de grandes quantités de malheureux promis à l'esclavage sont enlevées en Bourgogne. À partir de 736, Charles Martel et son frère Hildebrand entreprennent le refoulement méthodique de l'envahisseur.

En Sicile dès 740, Syracuse doit payer un tribut aux Arabes.

En 750, les Omeyyades sont détrônés par les Abbassides, qui fondent leur propre dynastie. Presque tous les membres de la famille sont massacrés, mais le prince `Abd ar-Rahman Ier, réussit à s'enfuir, à gagner l'Espagne et à y établir une nouvelle dynastie à Cordoue.

Malgré les actions de Charles Martel, les musulmans n'en parviennent pas moins à conserver l'antique Septimanie qui correspond à la majeure partie de notre Languedoc. Le fils de Charles, Pépin le Bref, devenu le premier souverain de la nouvelle dynastie carolingienne, appuie l'action de saint Boniface en Frise païenne (il reçoit peut-être le sacre des mains de ce dernier, en 751) et poursuit l'œuvre entreprise d’expulsion des musulmans. Dès 752, l'ennemi islamique est refoulé au sud de l'Aude. La reprise de Narbonne marque en 759 la fin de la reconquête au nord des Pyrénées.

Le commencement du règne abbasside est marqué par une réforme de l'empire musulman prenant mieux en compte les populations non arabes et non musulmanes. C’est t également une époque de développement urbain, symbolisé par la nouvelle capitale, Bagdad, fondée par Al-Mansûr en 762.

L'expédition conduite en Espagne par Charlemagne en 778, puis la prise de Gérone en 785 préparent l'intervention de Louis d'Aquitaine, le fils de l'Empereur. En 792, le calife de Cordoue, Hescham, décide de reprendre la Septimanie, et lève une armée pour pénétrer en France. En 793, une puissante razzia est conduite en Septimanie par Abd el-Malik ibn Mughit qui incendie les faubourgs de Narbonne et bat près du confluent de l'Orbieu et de l'Aude le duc Guillaume de Toulouse.

Mais Louis le Pieux, le fils de Charlemagne, intervient, s'empare en 801 de Barcelone et crée la Marche d'Espagne – la future Catalogne – qui place désormais sur le cours du Llobregat la frontière méridionale de l'Empire franc.

À partir de ce moment, la Gaule se trouve à l'abri des menaces d'invasion terrestre ; toutefois les pirates arabes d'Afrique, qui depuis longtemps infestent la Méditerranée, commencent alors à ravager les côtes de l'empire de Charlemagne. Charlemagne fait établir des forts aux lieux de débarquement, et des flottes pour repousser les ennemis.

Charlemagne restaure l’Empire Romain d’Occident par son couronnement à Rome le 25 décembre 800.

La Corse, la Sardaigne, les îles Baléares, sont dévastées, en 806.808,809, 813. Désormais la lutte contre la conquête islamique va aller croissante au fur et à mesure de la progression de la Christianisation de l’ensemble de l’Europe. Dans l’Empire d’Occident Carolingien, le pape Léon III et Charlemagne mesurent le danger mais ne peuvent empêcher les attaques lancées en 812, au large de Naples, contre les îles de Ponza et d'Ischia et le raid de pillage effectué l'année suivante sur la côte de Toscane, contre Centum Cellae – Civitavecchia.

Après la mort de l’empereur d’Occident Charlemagne en 814, les Sarrasins recommencent leurs courses.

A la tête de l’Empire Romain d’Orient, Léon V l'Arménien (813-820) parvient à vaincre les Bulgares affaiblis par la mort de leur chef. Tout comme Léon III, il met sur le compte de la vénération des images les difficultés de l'empire depuis deux décennies et il rétablit l'iconoclasme sous une forme moins violente que sous les Isauriens. Toutefois, le nouvel empereur est renversé peu de temps après par Michel II (820-829) qui doit rapidement combattre une révolte de grande envergure. S'il en sort vainqueur, l'empire est affaibli et perd du terrain face aux Arabes en Crète et en Sicile. En 820, la Sardaigne est ravagée; L'occupation de la Sicile par les musulmans commence à partir de 827. .

Sous le règne de son fils et successeur, Théophile (829-842), les musulmans s'emparent de la quasi-totalité de la Sicile à l'exception de Syracuse, Palerme tombe ainsi en 830. Théophile réagit peu car il est occupé par la guerre, qu'il a déclenchée, contre les califes de Bagdad. En effet, il a au début de son règne accueilli des réfugiés persans opposés aux différents califes. L'un de ces réfugiés, Théophobos, épouse Héléna, la propre sœur de l'empereur, et devient l'un de ses généraux. Ces réfugiés poussent à la guerre contre Bagdad. Théophile est victorieux dans un premier temps et son armée ravage la ville syrienne de Zapetra, ville natale du calife Al-Mu’tasim en 837. Ce dernier riposte en levant une énorme armée, qu'il divise en deux corps d'armée, l'un dirigé contre l'armée de Théophile et l'autre contre Amorium en Phrygie, le berceau de la dynastie qui gouverne l'empire. Théophile est battu à Dazimon en 838, son meilleur général, Manuel l'Arménien, étant tué dans l'affrontement. Quant à Amorium, elle tombe le 23 septembre 838, sans doute par trahison, et est rasée par les troupes du calife. Plus de 30 000 personnes sont tuées et les autres vendues comme esclaves. De nombreux chefs militaires byzantins sont tués ou torturés.

Dans la partie occidentale, la mort de Louis le Débonnaire, et les guerres qui ont lieu entre ses enfants, laissent aux Sarrasins le champ libre; aussi les embouchures du Rhône, puis Marseille sont dévastées cette même année 838.

A la même époque au sud de l’Italie, les rivalités des ducs chrétiens favorisent par ailleurs la tâche des Sarrasins qui peuvent ainsi s'emparer en 840 de Tarente et de l'île de Ponza et établir une base au cap Licosa, près de Salerne.

Cependant, en 841, Théophile parvient à rétablir la situation en exploitant les dissensions dans le camp musulman et signe une trêve avec Al-Mu’tasim. La menace arabe commence à s'étioler au fur et à mesure que le pouvoir abbasside décline (le pouvoir abbasside est rapidement déstabilisé, en particulier par la forte présence de mercenaires turcs dans l'armée et dans la garde du calife et que des émirats frontaliers se constituent. Si ces derniers continuent de lancer des raids en Asie Mineure, leur potentiel militaire est moindre qu'à l'époque où le calife était une puissance unitaire. En effet l'autorité du calife s'estompe à la périphérie de l'empire. La Tunisie et la Tripolitaine prennent leur autonomie sous la conduite des Aghlabides, l'Égypte sous celle des Toulounides, la Transoxiane et le Khorasan se trouvent successivement sous la domination des Tahirides, des Saffarides puis des Samanides.

Mais en 842, au sud de la Provence, Arles est dévastée et en Italie Messine est occupée. Les musulmans lance une attaque contre Ostie en 846 qui est pillée ainsi que Saint Pierre et Saint Paul-hors les-Murs et le fait que l'Empereur Louis II chasse la garnison sarrasine de Bénévent l'année suivante ne permet pas de conjurer la menace. Le pape Léon IV restaure les défenses de Rome. Marseille est dévastée à nouveau en 848 et Arles en 850. Dans l'intérieur de la Sicile, la citadelle de Castrogiovanni tombe en 859.

Le pouvoir abbasside achève de s'affaiblir avec la fondation du califat schismatique fatimide, mais surtout, en matière de politique interne, avec l'importance croissante des vizirs et des émirs turcs. L'expansion arabe en Asie Mineure est contenue par la victoire à Poson en 863 de Petronas, oncle maternel de l'empereur Michel III, fils de Théophile qui compense la défaite de l'armée byzantine dirigée par Michel III en personne trois ans plus tôt. Par contre, la Crète n'est pas reprise.

En revanche, dans la partie occidentale de la Méditerranée, le danger islamique se poursuit en Méditerranée occidentale par des raids navals qui sont lancés contre les côtes chrétiennes.

En 869, les pirates sarrasins font une nouvelle invasion dans la Camargue. Pechina, près d'Almeria, puis Dénia au sud-est de l'Espagne se transforment en bases arrière d'une piraterie de grande envergure et ce sont davantage des navires affrétés par de véritables entrepreneurs corsaires que les flottes de l'émir ou du calife omeyade de Cordoue qui créent une insécurité permanente entre le delta du Rhône et le sud de l'Italie.

Malte est occupée par les Arabes en 870. Bari n'est reprise, avec l'aide des Byzantins, qu'en 871, après avoir subi trente ans de domination musulmane mais en Sicile, Syracuse, soutenue par l'empereur byzantin Basile Ier, est prise par les arabes en 878.

Une armée musulmane partit d'Espagne s'avance en France, et ne se retire que comblée de présents par Charles le Chauve. Tarente est reconquise sur les Arabes en 880 qui néanmoins en 883, massacrent les moines du Mont Cassin. La dernière place sarrasine de la région, celle de Santo Severino proche de Crotone, tombe en 886.

Mais en 889, les Sarrasins venus d'Espagne installent à Fraxinetum – La Garde Freinet – à l'ouest du comté de Fréjus, une base analogue à celle établie en Italie à l'embouchure du Liri. Solidement fortifiée, cette place d'armes étendue sur une vaste superficie permet de lancer des raids de pillage très loin dans l'intérieur, jusqu'au col du Grand Saint-Bernard et au lac de Constance.

Dernière place en Sicile à poursuivre la lutte, Taormine tombe en 902 et voit sa population massacrée. Cette même année 902, les Baléares tombent aux mains des Musulmans et la Corse et la Sardaigne se retrouvent dangereusement isolées, En 906, les Sarrasins ravagent le Dauphiné et la vallée de Suse. En 908, des pirates africains saccagent les environs d'Aigues-Mortes.

Il faut encore attendre 916 pour voir reprises les bases musulmanes établies à Agropoli près de Salerne et à l'embouchure du Liri.

En 920, les Arabes d'Espagne passent les Pyrénées, et poussent jusqu'aux portes de Toulouse. Pendant ce temps, les environs de Fraxinet se trouvent entièrement dévastés; Marseille, Aix, Sisteron, Gap, Embrun, sont successivement pillées; la Savoie, le Piémont et la Suisse ne sont pas, malgré les Alpes, à l'abri des attaques des Sarrasins.

En 925, l'évêque Odalric d'Aix part se réfugier à Reims. Après avoir été attaqués à trois reprises, les moines du monastère de La Novalaise, dans le Val de Suse, se résignent à chercher refuge à Rome. Parvenus à Saint-Maurice d'Agaune, dans le Valais, les envahisseurs exigent des pèlerins qui se rendent vers Rome le versement d'un droit de passage

Les pirates établis sur la côte campanienne étaient responsables d'un lourd bilan. La disparition de ces bases d'opérations n'écarte pas totalement le danger puisque Gênes est enlevée par surprise et pillée en 932 et. seule l'intervention des marines pisane et normande permet de nettoyer la région de la piraterie sarrasine.

En 936, à côté de celle de calife est créée la fonction de grand émir dont le pouvoir est très étendu, tant dans le domaine militaire que dans les finances.

En 940, Fréjus et Toulon sont prises : toute la contrée est dépeuplée. Le mal devient tel, que Hugues, comte de Provence, fait alliance avec l'empereur romain d’Orient pour prendre Fraxinet. En 942, Hugues et les romains d’Orient s'emparent, en effet, de ce port si important; mais Hugues, apprenant que l'Italie, qu'il convoite, va passer à son rival Bérenger, fait alliance avec les Arabes et leur rend Fraxinet pour pouvoir disposer de ses forces contre son adversaire. Depuis lors, la puissance des Sarrasins va toujours croissant.

Après s'être réduit progressivement, le statut du calife n’est plus que celui, symbolique, de « commandeur des croyants », et la réalité du pouvoir politique est assurée par des dynasties non arabes. La famille des Bouyides, d'origine iranienne, s'empare en 945 de la fonction de grand émir et domine essentiellement l'Irak et l'Iran.

Une victoire du roi de Bourgogne-Provence Conrad, en 952, fait chanceler la puissance des Sarrasins dans son royaume. En 960, ils sont chassés du Col du Grand Saint-Bernard, et les communications entre l'Italie, l'Allemagne et la France, sont rétablies. En 965, ils sont chassés du diocèse de Grenoble, puis, postérieurement en 972, de Sisteron et de Gap. De toutes parts, les seigneurs féodaux, secondés par le peuple et excités par le clergé, se soulevaient contre les envahisseurs.

Cette même année 972, saint Maïeul, le célèbre abbé de Cluny, est enlevé et doit payer au prix fort sa libération. C'est à ce moment que la présence de la base de Fraxinetum devient insupportable ; une coalition réunissant les comtes Roubaud de Forcalquier, Arduin le Chauve de Turin et Guillaume de Provence parvient à en venir à bout en 973. Les dégâts ont été considérables : des régions entières – la Provence, l'Embrunais ou le Dauphiné – apparaissent dévastées à la veille de l'an mil. Les lacunes que révèlent les listes épiscopales témoignent de la gravité des destructions subies et des villes telles que Fréjus ou Toulon sont complètement ruinées. À plusieurs reprises au cours du XIe siècle, les moines de Lérins sont encore enlevés pour être emmenés à Tortose ou à Denia et vendus ensuite comme esclaves.

Enfin, vient également le moment de la délivrance, en Provence quand Guillaume, comte de Provence, appelle à lui tous les guerriers de la Provence, du bas Dauphiné et de Nice, et résout de prendre Fraxinet. D'abord les Sarrasins sont vaincus à Tourtour, près de Draguignan; puis, malgré leur résistance, obligés de fuir de Fraxinet. C'est vers 975 que la France est enfin délivrée de ces terribles incursions. Ceux qui ne sont pas tués, vont devenir serfs et se fondent peu à peu dans la population

Au début du XIe siècle, la tribu turque des Oghouzes, dominée par le clan des Seldjoukides, envahit les provinces orientales de l'empire arabe puis l'Iran. En 1055, leur chef Tuğrul Bey prend Bagdad et se fait reconnaître comme sultan. Son ambition affichée était de réinstaurer la légitimité d'un pouvoir sunnite face aux Bouyides chiites et au califat fatimide qui avait progressé vers l'Égypte puis jusqu'en Syrie et au Hedjaz, et de reprendre possession au nom du calife les villes saintes de La Mecque, de Médine et de Jérusalem. De fait, le pouvoir seldjoukide s'empare de la Syrie

Menacés en 1038-1040 par une tentative de reconquête byzantine, les musulmans de Sicile se divisent ensuite et impliquent dans leurs querelles les Normands installés en Italie du sud depuis le début du XIe siècle. Reconnu « duc de Pouilles et de Calabre et duc futur de Sicile » par le pape Nicolas II, Robert Guiscard avait reçu mandat de reprendre l'île aux Infidèles. Dès 1061, son plus jeune frère, Roger, s'empare de Messine. La chute de Catane en 1071, suivie de celles de Palerme en 1072, de Taormine 1079 et de Syracuse en 1085 scelle le sort de l'île, rendue à la chrétienté par les armes normandes. Malte, qui était devenue aux Xe et XIe siècles une base d'opérations précieuse pour les pirates sarrasins et que les Byzantins n'étaient pas parvenus à reconquérir au milieu du XIe siècle, tombe en 1090 aux mains de Roger mais la population y demeure en majorité musulmane.

à suivre III

​3 Reconquêtes chrétiennes par l'Europe Occidentale

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens