Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 09:36
Endettement du Monde-USA-Chine-France-Monarchie- Républiques-Incapacité des hommes politiques passés et actuels-Mission impossible-Jack Law- Assignats- Docteur Schacht- Keynes-Suisse- Initiatives sur l’ or et Monnaie pleine

Au niveau mondial, l’endettement de tous les acteurs économiques (Etats, Entreprises, Ménages) s’est accru de 57 000 milliards de dollars de 2007 à 2014 pour atteindre environ 200 000 Milliards de dollars pesant près de 290 % désormais du PIB mondial.

En Chine, la dette globale dépasse désormais les 28 000 Milliards soit près de 285 % de son PIB

La dette globale des USA dépasse les 60 000 Milliards de dollars et celle du seul Etat américain continue toujours d’augmenter dépassant désormais 15 000 milliards de dollars (alors qu’elle n’était que de 2200 milliards il y a 40 ans) soit environ 100 % du PIB proportion égale à la France avec ses 2000 milliards d’Euros.

Pourtant s’agissant particulièrement de l’Etat français, son endettement ne devrait pas dépasser 60 % du PIB soit actuellement 1200 milliards d’euros selon les accords de Maastricht ayant permis la mise en place de l’euro. Ce qui fait 800 milliards de trop en regard du PIB actuel. Et en matière d’endettement si depuis Philippe le Bel, les rois de France se sont peu préoccupés d’endetter massivement leur royaume, on ne peut pas dire que sur ce plan les présidents de la République Française notamment ceux de la Cinquième depuis plus de 30 ans ont largement contribué à maintenir cette « tradition nationale ».

Malheureusement s’il a été possible de gruger les épargnants d’un Etat qui ont eu la stupidité de faire confiance à leurs dirigeants, cela devient problématique lorsque la majorité de la dette d’un Etat est souscrite par des épargnants étrangers plus prompts à paniquer et plus longs que les nationaux à retrouver la confiance dans l’Etat défaillant surtout si ce sont les responsables de l’endettement qui reviennent au pouvoir.

Si pendant des siècles, certains rois de France ont pu endetter leur royaume de manière irraisonnable c’est parce que la France disposait jusqu’à la première guerre mondiale d’une situation comparable à celle que détiennent les Etats Unis depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Ce n’est plus le cas aujourd’hui de sorte qu’une remontée inéluctable des taux d’intérêt en l’absence d’inflation lui permettant de rembourser en « monnaie de singe » ou une faillite de la Grèce qui lui couterait 65 milliards la placera dans une situation insoutenable.

Le gouvernement des Etats endettés comme la France ne doit plus jamais être confié à aucun des anciens présidents, premiers ministres, ministres de l’économie et des finances et ministres du budget encore en vie alors qu’ils sont responsables de la situation actuelle.

En effet aucun homme politique ne semble avoir pris conscience de la nécessité de proposer de réformer le système monétaire international après la décision funeste des USA du 15 aout 1971 de supprimer la convertibilité du dollar en or. Et sur le plan français, par leur inconscience et leur irresponsabilité, doublée d’ une incompétence manifeste, ils n’ont pas cessé de voter des budgets en déficit, creusant progressivement l’endettement du pays, malgré les engagements pris à partir de 1991 pour la création de l’euro et faisant perdre progressivement au pays la seule souveraineté budgétaire qui pouvait lui rester après la perte de souveraineté monétaire depuis la création de l’euro et des transferts normaux de compétences à Bruxelles. Ils n’ont commencé à prendre conscience de la nécessité, comme d’ailleurs les USA, non pas tant de réduire l’endettement mais seulement de le freiner après la crise de 2007-2008, et encore pas tout de suite, alors que le problème est celui d’une croissance généralisée de l’endettement de tous les acteurs économiques ( en Suisse l’endettement publique est faible mais celui des particuliers très élevé) et le problème essentiel , celui de la réduction de l’endettement public à moins de 60 % du PIB que le consensus des économistes considère, pour des multiples raisons, comme le plafond à ne pas dépasser c’est-à-dire, comme écrit plus haut, que sur la base du PIB actuel le montant de 2000 milliards devrait être ramené à moins de 1200 milliards soit une diminution de 800 milliards.

Aucun homme politique même de droite depuis plus d’un quart de siècle ne s’est soucié du niveau de la dette de l’Etat français (mis à part peut-être le Premier Ministre Fillon). Il est donc tout à fait coquasse mais inquiétant de voir aujourd’hui deux anciens ministres de l’Economie et des Finances français, l’une du gouvernement Sarkozy, Madame Lagarde, actuelle directrice du FMI et l’autre du gouvernement Eyraud, Monsieur Moscovici, actuel Commissaire Européen découvrir la gravité du problème depuis qu’ils ont changé de fonctions.

Or ce n’est pas avec 50 milliards d’économies en 3 ans proposés par le gouvernement actuel ni même 130 milliards proposés par l’ancien premier ministre Fillon qu’un tel objectif sera atteint ! Ce ne serait que le début d’un processus de résorption de la dette qui durera au moins aussi longtemps que celui passé à la creuser.

Car plutôt que faire un effort massif pendant que les taux d’intérêt sont à un plus bas historique du fait de la politique keynésienne de la planche à billets (Quantitative Easing) développée par la Réserve Fédérale Américaine, la Banque d’Angleterre, la Banque Centrale Européenne et bien malgré elle également la Banque Nationale Suisse, mais qui ne pourra pas durer encore quelques années, le gouvernement socialiste de la France fait un effort minimum ne serait-ce comparativement à celui, encore bien insuffisant effectué par le gouvernement conservateur du Royaume Uni.

Et pourtant sans réduction de la dette, l'espoir d'une croissance réelle significative n'a aucune chance de se concrétiser et donc u8ne baisse du chomage !

La mission de l’homme qui doit gouverner la France demain apparait donc quasi-impossible dans la mesure ou, en l’absence d’inflation dans les prochaines et même en rêvant d’un retour à une certaine croissance qui ne dépassera jamais sur une longue période 2% mais générera automatiquement si elle est partagée par les autres pays membres de l’euro une remontée certes de l’inflation mais également des taux d’intérêt, il lui faudra faire dégager, un excédent primaire après résorption du déficit actuel de l’ordre de 90 milliards, d’au moins 20 milliards pendant 30 ans au moins. Mission quasi impossible car, à défaut de pouvoir inconsidérément continuer de réduire le budget de la défense passé en dessous du minimum, il faudra bien tailler dans le budget de l’Education Nationale en faillite et dans celui de la Sécurité Sociale.

L’endettement général du Monde est démentiel. Si les USA pensent pouvoir continuer longtemps comme cela, la France ne le peut pas. Sans un effort considérable désormais, une remontée prochaine obligatoire des taux de son endettement public va la mettre dans une situation de très grande difficulté pour dégager un excédent primaire lui permettant de commencer à essayer de réduire sa dette mais même de respecter le critère de 3 % de déficit de ses finances publiques. Et l’euro risque de disparaitre du fait même de la France.

Et le retour à une monnaie nationale serait, n’en déplaise au Front National, une Catastrophe Nationale comme l’ont bien compris la majorité des Grecs.

Ceux qui aiment l’histoire en France savent comment s’est terminé le système de Law et ont entendu parles du système des assignats, et en Allemagne du système mis en place par le ministre d’Hitler le docteur Schacht avec ses bons MEFO.

Nous ne sommes plus très loin de nous trouver dans la même situation !

Et un peuple a commencé de le comprendre : le peuple suisse dont la Banque Nationale se trouve obligée malgré une croissance du PIB et un niveau de l’emploi plus que satisfaisants de faire marcher elle aussi a planche à billets pour empêcher l’envolée du franc suisse considéré comme valeur refuge par les non-résidents face au dollar et à l’euro. En effet, il est révélateur que ce peuple ait été amené à se prononcer sur une Initiative Populaire prônant l’obligation pour la Banque Nationale Suisse de remonter à 20% la couverture en or des billets en circulation et que, malgré l’échec relatif de cette Initiative, une nouvelle Initiative dite pour une monnaie pleine est lancée avec pour objectifs 1. La Banque Nationale créera désormais seule de la monnaie scripturale électronique. 2. Les banques ne pourront plus elles-mêmes créer de la monnaie scripturale, mais prêter seulement de la monnaie qui existe déjà. 3. La Banque Nationale mettra en circulation de la nouvelle monnaie pleine moyennant un don (sans dette) au gouvernement federal, aux Cantons ou aux citoyennes et citoyens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens