Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 17:58
ACCORDS DE MINSK-UNION EUROPENNE- UNION ECONOMIQUE EURASIATIQUE-ACCORDS DE MUNICH-CONFERENCE OSCE DE MUNICH-HITLER-TCHECOSLOVAQUIE-ALLEMAGNE-FRANCE- MERKEL-KERRY-POUTINE-RUSSIE-CRIMEE- UKRAINE- VIENNE

Si les hasards de l’histoire font que se tient actuellement à Munich sous l’égide de l’OSCE, présidée depuis janvier par le Président Serbe, la conférence annuelle sur la sécurité en Europe centrée, actualité oblige, sur la situation en Ukraine après que le Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères John Kerry , la chancelière Merkel et le Président Hollande se soient rendus à Kiev, pour y rencontrer le président Porochenko puis les deux derniers à Moscou pour y rencontrer le Président Poutine, il ne faudrait pas en cas d’accord y voir une certaine analogie avec les accords de Munich signés entre l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie représentés respectivement par Adolf Hitler, Édouard Daladier, Neville Chamberlain et Benito Mussolini à l'issue de la conférence de Munich, tenue du 29 au 30 septembre 1938.

Certes l’on peut faire un certain parallèle entre l’annexion par l’Allemagne de l’Autriche puis, à la suite des accords de Munich de la région des Sudètes peuplés majoritairement d’Allemands. En effet novembre 1918 la proclamation de la République tchécoslovaque faisait droit à la revendication des Tchèques et des Slovaques de se doter d'un pays sur une base nationale, selon le principe de Woodrow Wilson, du « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes » mais ignorait délibérément le fait que le Royaume de Bohême avait fait partie dès son érection en 1085, partie intégrante du Saint Empire Romain Germanique puis après son abolition en 1806 et jusqu’à la proclamation de cette république, de l’Empire d’Autriche et que les territoires de la Bohême, de la Moravie, de la Slovaquie, de la Ruthénie et de la Silésie incluaient des minorités, voire parfois des majorités telles les Allemands des Sudètes qui représentaient à eux-seuls 3 millions d’Allemands sur les 15 que comptaient la nouvelle République.

De même, en effet, 20 ans environ également après l’accession à l’indépendance de l’Ukraine (mis à part la courte première indépendance de 1917 à 1920 ) avec la fin de l’Union Soviétique, on veut trop souvent ignorer que l’Ukraine a fait pendant des siècles partie de l’Empire russe et que si sa partie Ouest s’est trouvée liée au Royaume de Pologne et au Grand-Duché de Lituanie, attirés par l’Europe Occidentale, ses parties Est et Sud, spécialement la Crimée sont peuplés majoritairement aujourd’hui de Russes.

Mais, même si un accord venait à être trouvé entre les représentants de l’Union Européenne, l’Ukraine et la Russie, ce parallèle fait, rien ne permettrait de comparer le Président Poutine au Chancelier Hitler, de qualifier cet accord de « Nouveaux Accords de Munich » ni d’admettre que le ministre des Affaires Etrangères du Royaume Uni Philip Hammond traite insolemment le Président Poutine de tyran.

Si comme Hitler avec son III° Reich (qui devait succéder à l’Empire romain germanique aboli en 1806 puis à l’Empire allemand proclamé à Versailles en 1871 et dissous en 1918) Poutine et ses concitoyens ont la nostalgie légitime de l’empire Russe aboli par les Soviets il y a près de 100 ans, l’un et l’autre ne peuvent pas être comparés et c’est faire insulte au Président Poutine que de le tenter. Personne ne peut en effet aujourdhui nier que la disparition des Empires européens consacrée par le Traité de Versailles en 1918 comme consécration du principe des Nationalités défendu au XIXème contre l’ordre rétabli en 1815 par le Congrès de Vienne, n’a fait que développer un nationalisme guerrier montant les peuples les uns contre les autres qui a abouti à la Deuxième guerre mondiale, la plus meurtrière des guerre civiles européenne.

Qu’on le veuille ou non les Empires permettaient tout compte fait une meilleure cohabitation des Peuples en essayant de les traiter tous comme des citoyens égaux. La notion actuelle de nation, qui n’a guère que deux siècles, a vécu. De nombreux peuples européens sont plus maltraités au sein de plusieurs nations européennes dominées par l’un d’entre eux qu’ils ne l’étaient en fin de compte dans un cadre impérial ou une Union comme l’Union soviétique.

On rappellera par ailleurs que tant le chancelier Hitler que le Président Poutine ont tous deux été élus démocratiquement, mais que la situation de l’Allemagne d’Hitler avant son élection et surtout avant la Première Guerre Mondiale ne sont pas comparables dans la mesure où Hitler a mis fin très rapidement au régime démocratique occidental qui existait en Allemagne alors que le Président Poutine a, certes restreint certaines « libertés » mais n’a pas mis fin depuis son accession au pouvoir à un régime démocratique occidental qui n’a jamais existé dans la Russie impériale jusqu’en 1917 ni dans la Russie soviétique jusqu’à son effondrement, ni véritablement pendant la Présidence de Boris Eltsine. Or les Occidentaux devraient se mettre à admettre qu’ils ne peuvent vouloir imposer du jour au lendemain en dehors de leurs pays un mode de démocratie occidentale qu’ils ont mis souvent des siècles à développer et qui apparait de plus en plus pour les autres peuples de la planète comme un monde de décadence, d’anarchie par le développement non pas de l’esprit critique mais de la contestation systématique de tout, de l’individualisme, du chacun pour soi, de l’athéisme, de la négation de certaines valeurs morales, le refus de l’autorité, de l’indifférenciation entre les notions du Bien et du Mal…..

Mais on rétorquera que c’était bien ce que pensait déjà Hitler. Peut-être, mais si la mère d’Hitler était profondément catholique et que certains prétendent que son fils aurait agi souvent en se référant au Christianisme, il a écrit :

« Le coup le plus dur qui ait jamais frappé l'humanité fut l'avènement du christianisme. Le bolchevisme est un enfant illégitime du christianisme. Tous deux sont des inventions du Juif. C'est par le christianisme que le mensonge délibéré en matière de religion a été introduit dans le monde. Le bolchevisme pratique un mensonge de même nature quand il prétend apporter la liberté aux hommes, alors qu'en réalité il ne veut faire d'eux que des esclaves. Dans le monde antique, les relations entre les hommes et les dieux étaient fondées sur un respect instinctif. C'était un monde éclairé par l'idée de tolérance. Le christianisme fut la première croyance dans le monde à exterminer ses adversaires au nom de l'amour. Sa marque est l'intolérance ».

Et le régime qu’il a institué traduisait une certaine forme d’athéisme n’en déplaise aux Athées convaincus. Fondamentalement Hitler ne se référait pas pour imposer son III° Reich aux valeurs du Christianisme qui inspirait au contraire le Premier Reich depuis la conversion de l’empereur Constantin en 312 ou 317 jusqu’à la disparition du Deuxième Reich, l’Empire allemand, en 1918, comme l’Empire Russe depuis la conversion de Vladimir Ier en 988 jusqu’à sa disparition en 1917 alors que le Président Poutine apparait bien actuellement comme le seul dirigeant européen défenseur à travers sa foi des valeurs de l’Orthodoxie qui restent profondèment ancrées dans le peuple russe après pourtant 70 années de tentative d’éradication. On peut en juger à l’étude de son discours 9 septembre le 19 septembre 2013 :

« …Un autre défi important pour l’identité de la Russie est lié aux événements qui ont lieu dans le monde. Cela concerne les politiques étrangères et les valeurs morales. Nous pouvons voir comment beaucoup de pays euro-atlantiques sont en train de rejeter leurs racines, dont les valeurs chrétiennes, qui constituent la base de la civilisation occidentale. Ils sont en train de renier les principes moraux et leur identité traditionnelle : nationale, culturelle, religieuse et même sexuelle. Ils mettent en place des politiques qui mettent à égalité des familles nombreuses avec des familles homoparentales, la foi en Dieu est égale à la foi en Satan. Cet excès de politiquement correct a conduit à ce que des personnes parlent sérieusement d’enregistrer des partis politiques dont l’objectif est de promouvoir la pédophilie. Dans beaucoup de pays européens, les gens sont gênés pour parler de leur religion. Les jours de fête sont abolis ou appelés différemment : leur essence est cachée, tout comme leur fondement moral. Et les gouvernements de ces pays essaient agressivement d’exporter ce modèle à travers le monde. Je suis convaincu que cela ouvre un chemin direct à la dégradation et au primitivisme, aboutissant à une profonde crise démographique et morale. Quoi d’autre que la perte de la capacité de se reproduire pourrait être le meilleur témoignage de cette crise morale ? Aujourd’hui, presque toutes les nations développées ne sont plus capables d’assurer leur renouvellement démographique, même avec l’aide des flux migratoires. Sans les valeurs présentes dans la Chrétienté et dans les autres religions du monde, sans les normes morales qui se sont formées durant des millénaires, les gens perdront inévitablement leur dignité humaine. Nous considérons comme juste et naturel de défendre ces valeurs. On doit respecter le droit de chaque minorité à être différente, mais les droits de la majorité ne doivent pas être remis en question. Dans le même temps, nous voyons des tentatives pour lancer le modèle standardisé d’un monde unipolaire et pour brouiller les institutions de loi internationale et de souveraineté nationale. Un tel monde unipolaire, standardisé, n’a pas besoin d’États souverains, il a besoin de vassaux. Historiquement, cela représente un rejet de sa propre identité et de la diversité mondiale donnée par Dieu. La Russie est d’accord avec ceux qui croient que les décisions clefs devraient être prises collectivement, plutôt que dans l’ombre pour servir les intérêts de certains pays ou groupes de pays. »

Ce qui laisse quand même un espoir de comportement différent. D’autant que le niveau d’instruction du Président Poutine est nettement plus élevé que celui d’Hitler ce qui, indépendamment de son caractère autoritaire, l’amène à « peser davantage le pour et le contre».

Une chose n’est pas contestable ni contesté c’est qu’il existe des forces pronazies ( ex. Bataillon Azov) qui combattent en Ukraine alors qu’il n’est toujours pas prouvé, même si cela est probable, que des forces spéciales russes y opèrent (mais on n’a jamais vu aucun militaire de ce type d’aucun pays se battre avec son passeport sur lui !).

Aux yeux des Russes, l’Alliance Atlantique et son organisation militaire l’OTAN ne peut apparaitre que comme une sorte de reconstitution de l’Empire Romain d’Occident dominé par la Quatrième Rome Washington s’en prenant à la Troisième Rome Moscou depuis la chute de la deuxième Constantinople.

L’Union Européenne a le devoir moral de proposer, malgré la crise économique actuelle qu’avant la fin de ce siècle tous citoyens des Etats actuellement membres du Conseil de l’Europe puissent vivre dans la Maison Commune Européenne (Gorbatchev) et circuler librement depuis Cabo da Roca à Vladivostok.

Pour cela, elle doit :

1. retrouver une politique étrangère indépendante en Europe Orientale en combattant l’influence néfaste que Washington a exercé depuis 20 ans sur un pays comme l’Ukraine dont la partie occidentale, comme la Pologne d’ailleurs et les Pays Baltes, s’est sentie longtemps plus pro-américaine qu’européenne, et négocier un traité programmant l’intégration progressive de l’Union Eurasiatique à l’Espace Economique Européen et son adhésion aux accords de Schengen-Dublin. 2. Exercer une pression amicale mais forte pour que l’Ukraine renonce à l’idée d’une adhésion à l’Otan et à l’Union Européenne, accepte d’adhérer à l’Union Eurasiatique accepte l’annexion de la Crimée en contrepartie de la garantie par l’Union Européenne de l’intégrité du reste de son territoire actuel et de l’engagement par l’Union Européenne de négocier dès 2015 à Vienne de manière autrement symbolique qu’à Munich un Traité avec l’Union Economique Eurasiatique avec un calendrier contraignant de rapprochement des deux Unions.

Il est bien évident sinon que les points de vue resteront inconciliables entre les Ukrainiens que l’Histoire incitent à vouloir faire partie de l’union Européenne au côté de la Pologne et de la Lituanie et ceux qu’elle incite à vouloir faire partie de l’Union Economique Eurasiatique au côté de la Russie et de la Bielorussie.

Seule alors la disparition physique des frontières nationales en Europe transformées en simple frontières administratives permettra d’assouplir le principe de l’intangibilité des frontières nationales et l’application démocratique de la libre détermination des peuples européens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens