Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 17:16
UNION EUROPENNE- RUSSIE-UKRAINE-CESSEZ LE FEU-USA- LIVRAISON D’ARMES-OTAN-ALLEMAGNE-FRANCE-GUERRE-RAPPORT DE FORCE

Si l’on imagine le pire, à savoir le non-respect du Cessez le Feu décidé à Minsk et la livraison officielle d’Armes à l’Ukraine par les USA (en fait peut-être déjà commencée via la Pologne ou la Tchéquie ?), la réaction logique des Séparatistes soutenus par la Russie, serait de ne pas attendre que les militaires Ukrainiens aient été formés à leur utilisation ni que les forces spéciales occidentales se trouvent en trop grand nombre en Ukraine, pour accélérer leur progression et atteindre Kiev.

S’ils y parviennent rapidement, ce qui n’a rien d’impensable, dès lors que l’Ukraine n’appartient pas à l’OTAN, elle ne peut bénéficier de l’article 4 du Traité de l’Atlantique Nord et dès lors, on voit mal les USA prendre le risque d’une intervention hors l’OTAN dans le conflit en Ukraine au côté de l’armée Ukrainienne contre les Séparatistes soutenus par la Russie comme elle l’a fait en Serbie sans l’aval de l’ONU et encore moins l’Union Européenne qui n’a pas de défense autonome.

Dès lors que pourraient faire pratiquement seules l’Allemagne et la France pour garantir à l’Ukraine son intégrité territoriale. Certainement pas, même dans le cas d’un conflit qui se circonscrirait au seul territoire Ukrainien, intervenir militairement. En effet en excluant le Royaume Uni, actuellement aux abonnés absents, et l’Italie ( risquant de devoir réserver la totalité de ses moyens à une éventuelle intervention terrestre en Lybie) l’addition des forces armées de la France, ( très largement employées dans les Opérations Extérieures et le plan Vigipirate intérieur), de l’Allemagne, des Pays-Bas, et de la Pologne ne ferait guère le poids dans un conflit ouvert en Ukraine avec la Russie qui plus est proche de son théâtre d’opérations et sur un terrain connu.

Etant posé comme principe qu’il serait exclu de se retrancher alors derrière la dissuasion nucléaire pour éviter d’avoir à combattre, s’agissant d’un conflit n’impliquant par les marines nationales mais les armées de terre et l’aviation, la France, qui ne se trouve pas pourtant dans la plus mauvaise situation opérationnelle malgré les restrictions stupides ces dernières années de ses capacités, pourrait au mieux aligner sur le terrain dans le cadre d’une guerre conventionnelle, 2 brigades avec un grand maximum de 9000 hommes et sans aucune capacité de relève, et l’Allemagne également de l’ordre de 2 brigades auxquelles s’ajouterait la Brigade Franco-allemande soit de l’ordre maximum de 20 000 hommes. Si à leur côté la Pologne devrait pouvoir aligner une à deux brigades ainsi que les Pays Bas, une, la situation militaire des Occidentaux au côté d’une armée Ukrainienne dont l’incapacité militaire actuelle est désormais avérée, s’avérerait néanmoins assez défavorable si l’on croit exactes les informations selon lesquelles l’armée Russe dispose déjà de 30 000 hommes à la frontière Est de l’Ukraine, avec une importante capacité de relève, auxquels il convient d’ajouter l’équivalent de 2 brigades en Crimée et 1 en Transnistrie.

Outre fait que la décision d’un tel engagement militaire des plus grands Etats de l’Union Européenne hors OTAN ne manquerait pas de faire éclater de graves dissensions au sein de cette organisation et dans l’Union Européenne, l’issue d’un tel conflit sans une intervention américaine (qui n’aurait rien d’obligatoire dès lors qu’aucun des Etats ayant décidé d’intervenir n’auraient été menacés par la Russie) risquerait fort d’être à l’avantage de la Russie. Et l’on peut raisonnablement penser alors que la Russie ne se trouverait pas complétement isolée en Europe, le ralliement de certains membres de l’Union comme la Grèce, Chypre, la Roumanie, la Bulgarie n’étant pas à exclure sans compter, hors Union Européenne celui de la Serbie.

Donc on doit en conclure que l’Allemagne et la France n’ont pas, en dehors d’un accroissement contre-productif des sanctions et en tous cas d’un effet lent, la possibilité d’agir militairement si d’aventure les Séparatistes pro-russes, appuyés par la Russie venaient à « prendre les devants » pour ne pas attendre que l’armée Ukrainienne ait reçu assez d’armes et soit en mesure de les utiliser pour passer à la contre-offensive.

Il n’y a donc pas d’option militaire parce qu’on s’y refuse non par diplomatie pure mais surtout parce que l’on en a pas les moyens même si l’on prête au Président Poutine l’intention de reconstituer une Russie impériale aux frontières atteintes par l’Union Soviétique alors qu’il est plus vraisemblable que la Russie n’entende se satisfaire de la récupération intégrale dans sa zone d’influence de la Géorgie, de la totalité de l’Ukraine, voire de la Roumanie et de la Bulgarie et des 3 pays baltes (encore que le sort de ces derniers posant plus de problèmes dans la mesure où les américains ont cru malin de les intégrer à l’OTAN et que celle-ci se trouverait obligatoirement devoir entrer en guerre en cas d’intervention de la Russie).

Alors que peuvent faire l’Allemagne et la France comme leader de l’Union Européenne pour se sortir de ce « guêpier »'?

Trouver un modus vivendi qui ne ressemble pas aux Accords de Munich de 1938 mais plutôt à ceux de Yalta de 1945. Ce qui implique la mise sur pied sous l’égide de l’OSCE d’une nouvelle conférence de Vienne dès cette année 2015.

Si le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes prévalait, de nombreux conflits pourraient être résolus. Le principe de l’intangibilité de frontières issues des 19 e et 20 e siècles, à l’origine de bien des conflits qui ne trouvent leur règlement que par la force, ne s’imposerait plus en droit international si la volonté des peuples prévalait. Faut-il espérer ou craindre une telle évolution ? Quid, dans ce cas, des Basques, des Catalans, des Alsaciens, des Ecossais, des Flamands et des Wallons qui, en revendiquant leur autonomie et leur particularisme, poseraient de nouveaux problèmes géopolitiques !

Le temps des empires disparus il y a un siècle est de retour : ils garantissaient bien mieux, en définitive, le droit des peuples européens que des nations qui n’ont fait que les broyer. L’Union Européenne à l’Ouest et la Communauté Euro-asiatique à l’Est doivent évoluer vers un modèle de Fédération de Métropoles et d’Etats Régions avec l'objectif de donner à celles qui se trouvent de part et d’autre des frontières nationales actuelles la plus large autonomie leur permettant de resserrer au maximum leurs liens entre elles et d'assurer dans un délai raisonnable une libre circulation des personnes et des biens entre les deux Unions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article

commentaires

plombier paris 09/03/2015 01:10

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Liens