Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 12:31
Histoire d’Alsace: Abbaye impériale de Munster / Reich-Abtei von Munster Abbaye impériale de Murbach / Reich-Abtei von Murbach Abbaye impériale d’Andlau / Reich Abtei von Andlau

Abbaye impériale de Munster/ Reichabtei von Munster

En 660 des moines fondent une abbaye au confluent des deux Fecht.

En 826, l'Empereur Louis le Pieux accorde au couvent l'immunité, c'est-à-dire le droit d'élire librement l'abbé, sans immixtion du pouvoir temporel. Trente années plus tard, en 856, l'empereur Lothaire II confère à l'abbé le pouvoir de justice sur les territoires et villages appartenant à l'abbaye.

En 1235, l'abbaye reçoit de l’empereur Frédéric II l'immédiateté impériale, lui permettant ainsi d'entrer dans le cercle très fermé des abbayes d'Empire (Reichsabteien), accordant également à l'abbé le droit de siéger à la Diète d'Empire. En 1287, la ville est entourée d'un mur d'enceinte dont il ne reste plus rien. Munster est le siège de la communauté d'habitants de la ville et du val de Munster regroupant, outre Munster, les communes de : Hohrod, Stosswihr, Soultzeren (dans la petite vallée) et Luttenbach, Breitenbach, Muhlbach-sur-Munster, Metzeral et Sondernach (dans la grande vallée).

En 1354 elle adhère à la Décapole.

Au XIVe siècle, l'observance monastique cède la place à un style de vie d'un chapitre noble et séculier.

En 1553, la paroisse passe à la réforme protestante mais l'abbaye reste catholique. Elle subit de graves dommages durant la guerre de Trente Ans (entre 1635-1648). Après la guerre de trente ans la ville est sous tutelle de la couronne française.

De graves conflits d'intérêts, entre les munstériens et l'autorité royale, s'en suivent.

.Abbaye impériale de Murbach / Reich-Abtei von Murbach

Fondée en 727 par Eberhard, neveu d'Odile de Hohenbourg, fondatrice de l'abbaye dite du Mont Sainte Odile, à l'aide du moine Pirmin. Le roi Thierry IV et l'évêque Widegern de Strasbourg acceptent l'implantation et le droit aux moines d'élire leur abbé. Indépendante dès sa création, l'abbaye va connaître une expansion fulgurante, grâce aux dons des seigneurs, d'abord locaux, puis européens. Charlemagne est lui-même, un temps, abbé laïc de Murbach. La première grande crise de l'abbaye se déroule en 926, lorsque les Hongrois pillent le lieu; sept moines alors en place sont tués, et prendront le statut de martyrs reconnus dans toute l'Alsace. L’abbaye de Murbach atteint son apogée aux XII ème et XIII ème siècles. A cette époque, la principauté abbatiale de Murbach est l’un des trois grands fiefs relevant de l’évêque de Bâle. Les terres de l'abbaye de Murbach sont divisées en 3 bailliages dans les vallées de la Thur et de la Laueh : baillage de Guebwiller, de Saint-Amarin et Wattviller avec Uffholtz auxquels il faut ajouter l'enclave de Hsingen, dans le Sundgau, près de Huningue.

.Hugo de Rothenbourg, prince-abbé / Fürst-Abt de Murbach de 1218 à 1239

En 1228 l'abbé Hugo de Rothenbourg prend part à la croisade de Frédéric II. L'empereur lui décerne alors le titre de prince du Saint-Empire romain germanique accompagné de privilèges fiscaux. En 1230, Hugo de Rothenbourg fait édifier le château du Hugstein qui doit être un verrou défendant l'accès à l'abbaye. L'abbaye de Murbach est une des abbayes les plus illustres de l'Empire. Son prince-abbé ne relève au spirituel que du pape et de l'empereur au temporel, et avec ceux de Fulda, de Kempten et de Wissembourg a préséance et voix dans les diètes, avant tous les autres princes-abbés. Pour être admis à Murbach, il faut faire preuve de seize quartiers de noblesse.

.Thibaud de Faucogney, prince-abbé/ Fürst-Abt von Murbach de 1240 à 1261

.Berchthold de Steinbrunn, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1261 à 1285

De la famille des seigneurs de Steinbrunn du nom du château éponyme du Sundgau. Avec l'avènement de l’empereur Rodolphe de Habsbourg des troubles éclatent edans la région. L'abbé Berthold de Steinbrunn fait mettre des murs d'enceinte à Guebwiller et fortifie Wattwiller et fait bâtir le château de Frieberg, et celui de Hirtzenstein, au-dessus de Wattwiller, et celui de Hohenrupf qui domine toute la vallée de Murbach. Le comte de Montbéliard, Raynaud tente à plusieurs reprises de pénétrer sur les terres de l'abbaye. Il en est empêché par Berthold qui le fait faire prisonnier au château du Hugstein.

.Berchthold III de Falkenstein, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1285 à 1298, comte de Falkenstein

Le successeur de Berthold, le comte Berthold de Falkenstein échange Lucerne contre la seigneurie d'Issenheim pour une somme de 2 000 marcs d'argent. À partir du XV siècle, Murbach connaît une nouvelle ère de prospérité, grâce notamment à la découverte de mines de fer dans la région de Saint-Amarin qui appartenait à l'abbaye. C’est l'occasion pour le pape Pie IV de réunir définitivement l'abbaye de Lure à celle de l'abbaye de Murbach, gouvernée à cette époque par Rodolphe de Stoerenboug. L’empereur Charles Quint accorde le droit à l'abbé de Murbach de battre monnaie.

.Albert II de Liebstein, prince-abbé/ Fürst-Abt von Murbach de 1298 à 1304

De la famille des seigneurs de Liebstein, seigneurie du comté de Ferrette.

.Conrad II Schenk de Stauffenberg, prince-abbé/ Fürst-Abt von Murbach de 1304 à 1335

.Conrad III Wernher de Murnhard, Fürst-Abt von Murbach de 1335 à 1345

.Henri de Schawenburg, prince-abbé/ Fürst-Abt von Murbach de 1345 à 1354

.Jean Ier Schulteiss de Guebwiller, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1354 à 1377

.Guillaume Ier Stoër de Storenburg, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1377 à 1387

.Rodolphe de Watteville, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1387 à 1394

.Guillaume II de Wasselnheim, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1394 à 1428

L'abbé de Murbach est représenté par un schultheiss/ prévôt et au XV°siècle par un bailli (Vogt puis Obervogt) qui gouverne également les autres villages des alentours. Murbach contrôle alors trois bailliages qui englobent Guebwiller, Wattwiller et Saint-Amarin. Le bailliage de Guebwiller se compose de la vallée de la Lauch, avec Buhl, Lautenbach-Zell et Sengern et le versant oriental de la montagne comprenant les villages de Bergholtz et Bergholtz-Zell. Le bailliage de Wattwiller ne comprend que le village d'Uffholtz. La vallée de la Thur comprend un territoire beaucoup plus riche formé de Saint-Amarin et d'une vingtaine de villages. Murbach possède également de nombreux biens dans de nombreuses localités alsaciennes : Biltzheim, Fessenheim, Issenheim, Merxheim, Oberhergheim, Oltingue, Raedersheim, Rouffach, Sainte-Croix-en-Plaine et Wittenheim.

.Pierre d’Ostein, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1428 à 1433

.Thierry de Domont, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1433 à 1447

.Bartholomée d’Andlau-Hombourg, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1447 à 1476

.Achaz de Griessen, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1476 à 1489

.Gautier de Wilsperg, prince-abbé/ Fürst-Abt von Murbach de 1489 à 1513

A partir du XVI° siècle, la gloire de l’abbaye décline peu à peu. Le régime de la commende (abbé sans droit sur la discipline des moines) y est mal vécu et les tensions se forment avec le pape et l’empereur.

.Georges de Massmünster / Marmoutier, prince-abbé de / Fürst-Abt von Murbach de 1513 à 1542

.Jean II Rodolphe Stoër de Storenburg, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1542 à 1570

En 1544, l'empereur Charles Quint accorde à l'abbaye le privilège de battre monnaie.

.Jean III Ulrich de Raitenau, prince abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1570 à 1587

La maison de Raitenau appartient à la petite noblesse autrichienne.

.Wolf Dietrich de Raitenau, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach en 1587

En 1587, à la mort de son oncle, Wolf Dietrich de Raitenau lui succède sur le siège abbatial de Murbach. Mais quelques semaines plus tard, il renonce à l'abbatiat, venant d'être élu archevêque de Salzbourg. Le couvent élit pour lui succéder Gabriel Giel de Gielsberg, mais cette élection ne trouve pas l'agrément du Pape. Les moines sont contraints d'élire comme abbé, le cardinal André d’Autriche. C'est le début de la commende qui durera jusqu'au milieu du XVIIIe siècle et sera une grande source de conflit entre le couvent, le Pape et le souverain (l'empereur puis le roi de France).

.Gabriel Giel de Gielsberg, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach en 1587 (Élu, non confirmé).

.André d’Autriche (Habsbourg), prince-abbé de Murbach / Fürst-Abt von Murbach de 1587 à 1600, cardinal, gouverneur de la Flandre de 1599 à 1600

Fils du mariage morganatique de l'archiduc Ferdinand de Tyrol et de Philippine Welser. André d'Autriche est donc le petit-fils de l'empereur Ferdinand Ier et le neveu de l'empereur Maximilien II. Le roi d’Espagne Philippe II de Habsbourg le nomme en 1599 comme gouverneur de la Flandre à la place d'Albert d'Autriche. Il meurt en pèlerinage à Rome à l'occasion du jubilé de l'année 1600.

.Jean IV Georges de Kalkenriedt, prince-abbé de Murbach/ Fürst-Abt von Murbach de 1600 à 1614

.Léopold Ier d’Autriche-Tyrol (Habsbourg), prince-abbé/ Fürst-Abt von Murbach de 1614 à 1626

Fils de l'archiduc Charles II d'Autriche-Styrie et de son épouse Marie-Anne de Bavière, fille du duc Albert V de Bavière ; frère puîné de l'empereur Ferdinand II.

.Léopold II Guillaume, évêque de Strasbourg, prince-abbé/ Fürst-Abt von Murbach de 1626 à 1663

La guerre de trente ans et tous ces malheurs ruinent complètement l'abbaye et ses habitants. Mais les moines ne tardèrent pas à se remettre au travail et en peu de temps l'abbaye se releva de ses ruines. Le rattachement de Murbach au royaume de la France à partir de 1680 n'entrave en rien la puissance matérielle de l'abbaye. Bien que rattachée à la France la principauté de Murbach conserve une grande autonomie. Après le décès de l'archiduc Léopold-Guillaume d'Autriche, la France soutient la candidature de l'évêque de Strasbourg, François-Egon de Furstenberg.

.Colomban d'Andlau, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1663 à 1664

.François-Egon de Fürstenberg (1626 -1682) prince-abbé de Murbach / Fürst-Abt von Murbach de 1664 à 1682, évêque de Metz de 1658 à 1663 puis évêque de Strasbourg de 1663 à 1682

Fils du comte Egon von Fürstenberg-Heilingenberg , général de l'armée impérial de la Maison von und zu Fürstenberg ancienne famille princière de noblesse allemande, originaire de la Souabe, descendante de la Maison von Urach.

.Félix-Egon de Fürstenberg, prince-abbé de Murbach / Fürst-Abt von Murbach de 1682 à 1686

.Eberhard de Loewenstein, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1686 à 1720

.Célestin-Sébastien de Beroldingen-Gundelhart, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de 1720 à 1737

.Armand François II de Rohan-Soubise, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de cardinal de 1737 à 1756

.Léger de Rathsamhausen, prince-abbé /Fürts-Abt von Murbach de 1756 à 1786

Sous ce dernier prince-abbé, l'abbaye de Murbach est sécularisée par le pape Clément XIII en 1764. Le chapitre de Murbach transfère en 1759, peu de temps avant les débuts de la Révolution, son siège à Guebwiller. En 1789, des troubles éclatent sur les terres appartenant à l'abbaye de Murbach.

.Benoît d'Andlau, prince-abbé / Fürst-Abt von Murbach de Murbach de 1786 à 1790

Dernier prince de Murbach, Benoît d'Andlau siège comme député aux États généraux puis se réfugie en Allemagne.

. Abbaye impériale d’Andlau / Reich Abtei von Andlau

L'abbaye d’Andlau est fondée en 880 par l'impératrice Richarde épouse de Charles III le Gros, béatifiée par le pape Léon IX en 1049. À Andlau, l’Abbesse est une religieuse nommée par l’empereur bénéficiant du titre de princesse d’empire à partir de 1288 avec droit de vote aux Diètes du Saint Empire germanique. L’abbesse dispose d’une cour composée d’officiers et de divers employés. La ville formée autour de l'abbaye, est donnée en fief par l'abbesse à une puissante famille d'Alsace, les" Andlau", qui y édifient un château. Plus tard, les "Andlau" héritent du château de Spesbourg. De nombreux membres de cette famille deviennent abbé ou abbesse de Murbach ou d’Andlau.

.Madeleine Ire, princesse-abbesse d’Andlau/ Reichäbstessin de 958 à 973

.Othique, princesse-abbesse d’Andlau/ Reichäbstessin de 973 à 1024

.Brigitte de Bavière, princesse-abbesse d’Andlau/ Reichäbstessin de 1024 à 1056 Sœur de l'empereur Henri II le Saint.

.Mathilde Ire de Carinthie, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1056 à 1064

Sœur de l'empereur Conrad II le Salique.

.Judith, princesse-abbesse d’Andlau/ Reichäbstessin de 1064 à 1158

.Mathilde II, princesse-abbesse d’Andlau /Reichäbstessin de 1158 à 1170

.Haïska, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1170 à 1179

.Hedwige I, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1179 à 1214

.Adélaïde II, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1214 à 1234

.Hedwige II, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1263 à 1292

C'est à son époque que Henri de Stahleck-Dicka, chanoine de Mayence puis de Strasbourg, inféode son frère Alexandre du droit d'avouerie sur l'abbaye d'Andlau (La famille de Dicka n'est pas originaire d'Alsace. Depuis le XIIème siècle, elle fournit des dignitaires aux églises cathédrales dans la haute et moyenne vallée du Rhin).

.Agnès, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1263 à 1292

.Cunégonde I, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1292 à 1309

.Mathilde III, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1309 à 1333

.Cunégonde II de Wangen de Grand-Geroldseck, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1333 à 1335

.Sophie Ire de Ribeaupierre, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1335 à 1342

.Catherine d’Andlau, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1342 à 1360

En 1353, l'empereur Charles IV adjoint à Gauthier de Dicka, avoué héréditaire de l'abbaye d’Andlau, le vidame Rodolphe d'Andlau ainsi que Pierre et Henri d'Andlau en stipulant que Gauthier est autorisé à transmettre ses droits et fiefs aux d'Andlau s'il meurt sans progéniture mâle.

.Adélaïde III de Wangen de Grand-Geroldseck, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1360 à 1368

L'empereur Charles IV déclare l'abbaye exempte de toutes charges et contributions et confirme à l'abbesse Adélaïde de Géroldseck le titre de princesse d’empire ainsi qu’à ses successeurs.

.Elisabeth Ire de Ribeaupierre, princesse-abbesse d’Andlau /Reichäbstessin de 1368 à 1377

. Elisabeth II de Wangen de Grand-Geroldseck princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1377 à 1386

En 1383, Gauthier de Dicka institue les seigneurs d'Andlau comme ses successeurs de la seigneurie de Spesbourg. En 1386, Gauthier meurt en Suisse à la bataille de Sempach sans héritier mâle. Le château de Spesbourg sert alors de résidence à des membres de la famille d'Andlau.

.Anne de Malberg de Fénétrange, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1386 à 1395

.Elisabeth III dOberkirch princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1395 à1444

En 1418, la maison d’Andlau prend possession de la seigneurie de Hombourg et prend le nom de maison d’Andlau-Hombourg.

.Sophie II d’Andlau-Hombourg, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1444 à 1479

.Suzanne d’Eptingen, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1479 à 1493

.Barbe de Knobloch, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1493 à 1494

.Adèle de Muhlhoffen, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1494 à 1537

.Cunégonde III de Reinach, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1537 à 1572

.Cordule de Krotzingen, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1572 à 1609

.Madeleine II de Rebstock, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1609 à 1638

.Marie-Ursule Reich de Reichenstein, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1638 à 1656

.Jeanne-Sabine d’Offenbourg, princesse-abbesse d’Andlau / Reichäbstessin de 1656 à 1666 L’indépendance de l’abbesse est une réalité qui se vérifie à plusieurs reprises, et notamment lorsque l’Alsace devient possession du roi de France Louis XIV : celui-ci doit reconnaitre aux chanoinesses le droit d’élire une des leurs, et même si cette dernière devenait princesse d’empire. Les grandes heures de l'abbaye prennent fin en 1789

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti imperial romain europeen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : empireromaineuropeen
  • : Parti supranational pour un empire romain europeen alternative à l'empire américain
  • Contact

Recherche

Liens